Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Voici une seconde série de photos suite à notre test du Nikon D4s. Nous avons cherché à évaluer ici plus particulièrement la gestion des basses lumières et la capacité du capteur à encaisser les forts écarts de contraste.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Quand vous faites le choix d’un boîtier pro comme le Nikon D4s, ce n’est pas uniquement pour sa sensibilité officielle record de 409.600 ISO ou son mode rafale à 11 vps. C’est aussi pour sa capacité à gérer des situations complexes, avec des basses lumières et/ou des écarts de contraste importants.

Ce qui vous intéresse alors c’est la facilité avec laquelle vous pouvez faire vos images, sans post-traitement (ou si peu), à les livrer le plus rapidement possible. C’est précisément le besoin qu’ont les photographes pros qui doivent livrer toujours plus vite leurs meilleurs clichés.

Voici quelques images faites avec le Nikon D4s dans des conditions de rêve puisqu’il s’agissait de jouer avec le boîtier au sommet du Pic de Midi dans les Pyrénées. Les deux optiques utilisées sont le Nikkor 24-120mm f/4 qui complète à merveille le D4s pour « le tout venant » et le Nikkor 200mm f/2 pour les vues les plus sportives.

Note : il ne s’agit en aucun cas ici de proposer un test scientifique mais bien de vous donner à voir des images que vous pourriez être amenés à faire au pied levé, dans des conditions bien particulières. Les photos ci-dessous sont des JPG dont seuls les niveaux ont été calés dans Lightroom (pour certaines) en quelques clics.

C’est le type de traitement qui correspond à ce que la plupart de nos lecteurs effectuent, il va de soi qu’en partant des fichiers RAW et en appliquant un traitement plus poussé, vous obtiendriez des résultats plus aboutis. Les données EXIF des images sont mentionnées dans les versions larges accessibles en cliquant sur chaque photo.

Ces images auraient pu être réalisées avec un autre boîtier, le D4s apporte ici la facilité et la rapidité de production de l’image finalisée.

Nikon D4s et (très) basses lumières

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

cliquez sur l’image pour la voir en plus grand avec les EXIF

Ne cherchez pas bien loin les situations de basses lumières, il suffit d’attendre la tombée du jour et la nuit ! Sur les exemples ci-dessous, nous nous sommes intéressés à la capacité du D4s à rendre une image avec une luminosité proche de zéro. Seules les lueurs des étoiles et les phares des dameuses au loin éclairaient la scène.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Dans ces conditions extrêmes, le D4 permet de disposer d’une image restituant un très bon niveau de détail dans les zones claires (voir la partie droite de l’image ci-dessus) tout en gérant les zones sombres.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Cette image permet de mettre en avant la capacité du D4s à encaisser les écarts de luminosité importants. Le panneau rouge derrière la porte reste discernable de même que le sol enneigé au premier plan laisse voir la différence entre la neige et la glace.

Nikon D4s et les dégradés et forts contrastes

Il n’y a pas que les basses lumières dans la vie d’un photographe. Vous êtes aussi intéressés par les dégradés harmonieux, la restitution colorimétrique la plus fidèle possible. Ici le D4s montre sa capacité à rendre du détail dans les zones frontières entre sombre et clair, sur le sommet des pics par exemple.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Cette vue de la cabine du téléphérique du Pic du Midi peut sembler retouchée un peu rapidement. Le bras support montre un effet de bord lumineux qui fait penser à un coup de pinceau en trop dans Lightroom. Il s’agit en fait tout simplement de l’effet provoqué par le soleil couchant qui passe juste derrière ce bras au moment du déclenchement.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Notez également le rendu subtil du léger voile à gauche dans les pics montagneux et le niveau de détail offert par le capteur (et l’optique …) au niveau des baies de la cabine.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Quand il fait nuit, il fait nuit ! La lumière blanche est celle d’un panneau d’appoint à LED qui éclaire indirectement la façade du bâtiment. La tour du relais télévision reste parfaitement discernable au milieu des étoiles (!). Un zoom sur l’image initiale permet de distinguer tous les détails du télescope 500mm posé au pied de l’escabeau.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Les lumières du fond sont celles des phares des dameuses qui travaillent dans la vallée au loin. Ces lumières apportent une touche agréable sur le côté gauche de l’image et la coupole.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Avec un temps de pose de 6 secondes, il est logique de voir le flou de bougé de nos spectateurs. Le ciel étoilé est par contre caractéristique d’une capacité du capteur à restituer les détails les plus fins dans une telle zone sombre. Il en est de même avec le dégradé sur la façade du bâtiment de droite.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Au lever du jour, la lumière est tout autre. Le boîtier a su rendre des transitions très précises à la limite des pics, d’autant plus que les zones moins élevées sont plongées dans une lumière bien plus sombre. Le soleil rasant ne les touche pas encore.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

A 200 ISO le capteur s’exprime pleinement et restitue une gamme de nuances intéressante sur cette image faite à 7h40. Notez en particulier la gestion du rendu sur le personnage dans la zone couverte par le reflet lumineux venant du soleil.

Nikon D4S et les teintes chair

C’est un des reproches qui était fait au D4 que de donner un rendu décalé sur les teintes chair. Ceci semble corrigé sur le D4s comme nous pouvons le voir sur l’image ci-dessous. La balance des blancs calée en mode auto a parfaitement rendu la tonalité générale de cette image prise au lever du jour.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Voici un autre exemple qui montre au passage que vous pouvez vous fier au boîtier et à la stabilisation de l’optique quand vous travaillez avec une longue focale. L’objectif utilisé ici est le Nikkor 200mm f/2, observez le rendu dans le masque du skieur qui laisse voir le détail de ce qu’il regarde à ses pieds.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Quand on vous dit que le D4s fait dans le détail … Le 200mm f/2 est certes performant mais le capteur 16Mp du D4s ne démérite pas non plus quand il s’agit d’apporter le niveau de détail requis.

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

Le détail de l’avion sur l’image fortement agrandie est juste sous l’image originale :

test_nikon_D4s-30

Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes

En conclusion, le Nikon D4s s’avère offrir de réels progrès par rapport au précédent Nikon D4 : capteur à la sensibilité étendue, capacité à traiter les basses et hautes lumières, rapidité générale sont au programme.

Nous vous laissons réagir à ces images, utilisez les commentaires pour nous donner vos impressions !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


15 Commentaires sur "Nikon D4s : test en basse lumière et forts contrastes"

  1. Bonjour,

    je viens ici pour voir si je trouve des arguments pour abandonner mon D700 pour un D4 (d’occasion) ou un D4s.

    Je que je recherche c’est la qualité d’image indiscutable en haut ISO du D4. J’ai une sainte horreur du travail au flash, j’aime les jeux de lumières qui créent selon moi une ambiance et donnent de la profondeur.

    Bref,… Mon D700 est un super boitier.
    Et maintenant, D4 ou D4s?

    Je suis d’accroc avec les remarques faites sur les défauts visibles notamment autour de l’antenne. Comment ce boitier peut sortir une image pareille!!!???

    Là je comprends pas…
    Une idée quelqu’un?

    Merci.

  2. je serai pas aussi radical que stephan-meyer mais c’est vrai que la photo de l’antenne parait avoir été mal retouchée, le halo sombre sur tout le pourtour de l’antenne laisse penser à une intervention « tons clairs/tons foncés » un peu forcé pour redonner du detail dans les blanc mais avec le curseur « contour » un peu sous évalué, si le D4 sort une image comme ça brute ça fait peur…

  3. Alors aujourd’hui c’est nikon devant Canon ? pour le d4s
    et pour vous les optique canon sont vraiment meilleures que celles de nikon c’est ce qu’on m’a dit ???
    merci et vos reactions sont toujours très utiles

  4. Mais ? J’ai l’impression que tout le monde est aveugle quand je vois ses images ? Juste des Jpeg avec les niveaux corrigés? Pour un test, je les trouve sacrément ma retouché vos images 🙁 –> le téléphérique et l’antenne sorte d’une autre planet … Vraiment dommage

  5. salut, pour moi c’est plutôt des félicitations que je voudrais vous dire. et vous demander comment vous faite pour sortire de tels images? bravo!!

  6. Assez impressionnant, en effet !

  7. Il arrache l enculé