Miguel Rio Branco, Maldicidade : un livre de photographies fait d’impressions urbaines et de gens à la rue

Etonnant livre de photographies que Maldicidade du photographe brésilien Miguel Rio Branco.

Plus de 200 photos représentant quarante années de travail dans les rues de New York, La Havane, Salvador de Bahia ou Tokyo forment un ensemble qui va vous faire réagir si vous habitez en ville comme si vous avez fuit les espaces urbains.

Attention, ce livre peut provoquer en vous une irrésistible envie de sortir faire des photos en ville pour montrer ce que vous pensiez  inmontrable.

Miguel Rio Branco, Maldicidade

Ce livre chez vous dans les meilleurs délais

Miguel Rio Branco, de Las Palmas à Rio en passant par Magnum Photos

Miguel Rio Branco est attiré par l’image, qu’il s’agisse de photographier, de peindre, de réaliser des films comme des œuvres multimédia.

Exposé au MoMA, au Metropolitan Museum of Art comme au Centre Pompidou ou au musée Peggy-Guggenheim de Venise pour ne citer que ces endroits-là, Miguel Rio Branco a aussi reçu le Prix du livre photo aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles et le prix Kodak de la critique photographique.

Maldicidade, ou 40 années de photographies en ville

Miguel Rio Branco, Maldicidade

Photo (C) Miguel Rio Branco – Editions Taschen

Les livres de photo traditionnels sont faits d’un joli papier bien épais, un texte accompagne les images (comme dans la banlieue en couleur) et la liste des photos apparaît à la fin de l’ouvrage pour vous aider à identifier les pays, les sujets, les années.

Dans Maldicidade, édité chez Taschen au format 24,5 x 33, rien de tout ça. Faites abstraction de ce que vous avez vu ailleurs et pénétrez dans l’univers chaud et coloré du photographe brésilien Miguel Rio Branco.

Du matin au soir vous allez plonger dans un univers urbain éclatant de couleurs et de contrastes. La première fois que vous allez parcourir le livre, vous trouverez étonnants ce papier très fin, cette succession d’images en noir et blanc et en couleur, ces contrastes qui vous sautent aux yeux.

Miguel Rio Branco, Maldicidade

Photo (C) Miguel Rio Branco – Editions Taschen

Faites alors comme le photographe, ne dormez pas et parcourez ce livre pour ce qu’il est, un recueil de photos urbaines, de portraits en plans serrés, de gros plans sur les aspects les plus sordides de la ville. Les quarante années de travail et les villes visitées par Miguel Rio Branco vont alors vous apparaître petit à petit sous un autre jour.

Vous allez remarquer combien les détails sont importants, comment le photographe laisse volontairement de côté les lieux les plus touristiques et connus de chaque ville pour s’intéresser aux endroits les plus sordides, aux situations les plus étonnantes.

De jour comme de nuit, nettes comme plus floues, les photos de Miguel Rio Branco font la part belle à la lumière, omniprésente, et aux couleurs, chaudes, vives, agressives même parfois.

Les portraits réalisés dans la rue comme en intérieur, chez les gens, avec les prostituées, les enfants, les clochards vont vous faire réagir. Nous avons tous déjà croisé de telles scènes. Mais Miguel Rio Branco a pris le temps, lui, de s’attarder et de nous montrer à sa façon cet univers urbain bien éloigné des beaux quartiers. Bien qu’il s’agisse d’une rétrospective, chaque photo pourrait avoir été faite hier, au bout de ma rue comme de la vôtre peut-être.

Si vous n’êtes pas sensible à l’univers urbain, si vous n’aimez pas parcourir les rues de votre ville, chercher ce que les autres ne cherchent pas, vous passerez probablement à côté de ce livre.

Miguel Rio Branco, Maldicidade

Photo (C) Miguel Rio Branco – Editions Taschen

Mais peut-être êtes-vous sensible aux scènes de la vie quotidienne, banales souvent, extraordinaires parfois. Peut-être pensez-vous aussi que misère et joie peuvent cohabiter, que le flou traduit le mouvement, que ce qu’exprime une photo est bien plus important que sa qualité technique. Que les 60 euros qu’il vous en coûtera pour acquérir ce livre sont un investissement plus important qu’une nouvelle carte mémoire pour vous aider à faire de meilleures photos …

Si vous êtes dans ce cas, alors procurez-vous le livre, posez le près de vous, laissez-le respirer (ce qui au passage lui permettra de ne plus dégager cette odeur entêtante de papier et d’encre) et ouvrez quelques pages au hasard chaque jour. Vous allez découvrir un univers qui peut vous paraître étonnant mais qui est pourtant le nôtre, en 2019 comme depuis quarante ans. Rien n’a changé.

Parce que je n’ai pas prétention à être critique d’art, je préfère vous laisser avec cet extrait de la présentation par l’éditeur, il décrit très bien ce que je ressens après avoir parcouru ce livre depuis plusieurs jours.

Miguel Rio Branco, Maldicidade

Photo (C) Miguel Rio Branco – Editions Taschen

« Les images sont impeccablement réalisées, mais ne sont pas toujours jolies. Rio Branco ne s’intéresse pas à la facette historique et publicitaire des villes, aux horizons dessinés par les gratte-ciel ou aux rêves de gloire qu’elles attisent.

Au lieu de cela, il tourne son objectif vers le rebut et la marge de la ville, ce qu’elle a recraché, ceux qu’elle a exclus et déçus.

Contrastées, dépouillées ou empreintes de douceur, ses impressions urbaines sont peuplées de gens à la rue, de mendiants, de prostituées, de chiens errants, de carcasses de voitures et de verre brisé. »

En savoir plus sur le site des éditions Taschen ainsi que sur le site de Miguel Rio Branco.

Ce livre chez vous dans les meilleurs délais

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


Lancez la discussion sur "Miguel Rio Branco, Maldicidade : un livre de photographies fait d’impressions urbaines et de gens à la rue"