Test Voigtlander Ultron 40mm f/2.0 pour Nikon

Le Voigtlander 40mm F/2.0 Ultron est un objectif à focale fixe disponible en monture Nikon F et compatible avec les reflex numériques APS-C et FX.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Nous avons pu disposer de cet objectif pendant quelques jours pour compléter le test récemment publié du Voigtlander 20mm Color Skopar pour Nikon, voici nos impressions. Comme pour tous nos tests, il s’agit ici d’un retour terrain qui ne se veut absolument pas scientifique mais révélateur de ce que l’on est en droit d’attendre de cet objectif avec un reflex Nikon.

Pour les grilles de mesures DXO et autres courbes incompréhensibles par le commun des mortels, nous vous renvoyons vers les experts du secteur. Si par contre vous souhaitez utiliser l’objectif pour faire des photos, voici ce que nous en pensons.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Présentation

Le Voigtlander Ultron 40mm a un énorme avantage : il est très fin et très léger et rend l’ensemble boîtier + objectif très discret sur le terrain. Adeptes de la photo de rue discrète, vous allez être servis !

Ce 40mm ouvre à f/2.0, il s’agit d’une optique lumineuse qui conviendra particulièrement bien aux boîtiers dont la sensibilité en basses lumières n’est pas des meilleures. Les boîtiers plus performants s’adapteront également très bien, vous permettant de ne pas trop monter en sensibilité et de jouer avec une profondeur de champ très réduite si vous appréciez ce type de photos.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Le 40mm Ultron est livré avec un pare-soleil tellement discret qu’au premier abord on ne comprend pas qu’il s’agit du pare-soleil, mais si ! Regardez la couronne noire marquée Ultron et qui entoure la lentille frontale, c’est ça !

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Tout comme son compère Color Skopar, ce 40mm dispose d’une bague de mise au point manuelle ferme et agréable, d’une bague de diaphragme (oui !) et de repères de profondeur de champ sur le pourtour de l’optique. A vous l’hyperfocale facile !

Une fois monté sur le D700 l’ensemble reste très discret, on est très loin de la proéminence excessive des zooms pros, pour un peu on passerait pour des amateurs (!).

Détail intéressant pour les fans de macro, ce 40mm Ultron est également livré avec une bonnette qui vient se visser devant la lentille frontale et permet un rapport macro de 1:1. Initiative intéressante de la part de Voigtlander, reste à savoir si ne pas fournir cette bague permettrait de faire baisser le tarif de l’optique ?

La série SLII Voigtlander reste de bonne facture : on sent qu’un soin particulier a été apporté à proposer une optique de qualité pour un coût contenu, et malgré la légèreté du 40mm Ultron (200 gr.) nous sommes en présence d’un bel objectif « qui fait sérieux ».

Pour les possesseurs de boîtiers APS-C, ce 40mm Ultron correspond à un 60mm, soit une focale légèrement supérieure au 50mm standard, l’ouverture reste à f/2.0 bien évidemment et l’angle de champ est inchangé à 57°.

Test Voigtlander 40mm Ultron pour Nikon

Voigtlander 40mm Ultron en vitesse lente - traitement photo sous Lightroom

A l’usage

Un 40mm, c’est plus court qu’un 50 et plus long qu’un 35 ! Trivial, mais la différence se fait sentir dès que l’on porte l’œil au viseur. Ce 40mm est un excellent compromis si vous hésitez entre le 35 et le 50 une fois dans l’action. L’usage ne sera pas le même, certes, mais si pour vous le 35mm cadre un poil large, le 40 sera parfait. Si votre 50 est un poil serré, alors le 40 est l’optique qu’il vous faut. Si vous n’êtes dans aucun des deux cas, passez votre chemin essayez-le quand même, et changez votre regard.

Contrairement au 20mm Color Skopar, nous ne sommes pas confrontés aux problématiques de déformation d’image propres aux ultras grand-angle. Le 40mm est utilisable dans toutes les conditions d’orientation et d’inclinaison, ainsi qu’à toutes les ouvertures. Le flou d’arrière-plan (on dit bokeh pour faire bien) est des plus agréables tandis que la profondeur de champ offre une belle zone de netteté à faible ouverture.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Voigtlander 40mm Ultron f/2.0 à f/2.0

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Voigtlander 40mm Ultron f/2.0 à f/22

L’optique est très homogène à ouverture moyenne et c’est à f/5.6 ou f/8 que vous en tirerez le meilleur. Les bords de l’image sont très bien traités, nous n’avons pas observé de déformation particulière ni de vignettage particulier (mais nous précisons bien que ce n’est pas un test sur banc optique, nous jugeons sur l’image).

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Voigtlander 40mm Ultron f/2.0 à f/8.0

A pleine ouverture les résultats sont également très satisfaisants par contre le vignettage se fait sentir sans pour autant être désagréable (surtout si vous faites partie de ceux qui en rajoutent toujours au post-traitement !).

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Voigtlander 40mm Ultron f/2.0 à f/2.0

Ouvrez d’un cran pour passer à f/2.8 et retrouver des coins encore marqués mais tout à fait convenables, f/2.8 restant une ouverture très créative si vous appréciez les faibles profondeurs de champ.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Voigtlander 40mm Ultron f/2.0 à f/2.8

A f/22, ce 40mm se tient plutôt bien, l’optique est parfaitement utilisable (n’en déplaise aux hérétiques de l’ouverture f/22) et nous ne nous sommes pas privés pour faire des images à cette valeur.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Voigtlander 40mm Ultron f/2.0 à f/22

Mesure de lumière

L’Ultron 40mm est équipé, tout comme le 20mm, d’une puce équivalent AI-P Nikon et sait donc dialoguer avec le boîtier pour transmettre les informations d’ouverture et le pilotage du diaphragme. Vous pourrez continuer à utiliser la molette pour changer l’ouverture, ou utiliser la bague de diaph’ manuellement. Les données EXIF contiennent les infos de focale et d’ouverture. La mesure de lumière en mode matricielle est opérationnelle sans avoir à programmer un type d’objectif sans-CPU. Un très bon point donc.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Mise au point manuelle

Le 40mm Ultron est pourvue d’une bague de mise au point manuelle mais n’est pas compatible avec l’autofocus du boîtier. Autant cette MAP manuelle n’est pas un problème avec le 20mm Color Skopar, autant elle peut le devenir selon le boîtier que vous utilisez. En effet les grands viseurs comme celui du D700 ou du D300s vous permettront sans aucun problème de faire le point, sans devoir changer le verre de visée pour autant. L’assistance à la mise au point intégrée au viseur (le point vert quand c’est net) vous facilitera la tâche.

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Ceux qui utilisent un boîtier au viseur moins généreux pourront rencontrer quelques difficultés à faire le point avec précision. C’est une limite à connaître avant de franchir le pas, ce n’est pas insoluble car l’assistance à la mise au point dans le viseur fonctionne très bien, mais sachez qu’il vous faudra être plus vif qu’avec un AF pour vos photos d’action. Si toutefois vous faites des photos de paysage ou de scènes statiques, oubliez la remarque précédente, vous avez le temps de faire le point calmement.

L’échelle de profondeur de champ gravée sur l’objectif vous permet de vous affranchir de cette problématique de mise au point : utilisez l’hyperfocale et vous disposerez d’une profondeur de champ extrême sans avoir à toucher au point. Facile et sympa d’en revenir aux bonnes vieilles méthodes !

Test Voigtlander 40mm Ultron f/2.0

Conclusions

Ce 40mm Ultron est une focale fixe compatible Nikon des plus agréables. Proposée à un tarif (encore) abordable, c’est une optique bien construite, légère et discrète, qui s’adapte parfaitement aux boîtiers APS-C comme FX. Son ouverture de f/2.0 en fait une optique adaptée au reportage, aux conditions de lumière difficiles, elle reste de plus performante aux ouvertures extrêmes.

La mesure de lumière intégrale, la transmission des infos aux boîtier, l’échelle de profondeur de champ font de ce 40mm Ultron un objectif souple à l’emploi. Seule la mise au point manuelle limite l’usage sur les boîtiers au viseur limité. A cette restriction prêt, c’est un objectif que nous recommandons comme excellente alternative au Nikon 50mm f/1.8 classique, l’angle de champ proposé par le 40mm offrant des possibilités de cadrage différentes, moins communes que celles des 50 et 35mm habituels. Sur un boîtier APS-C, ce 40mm se transforme en 60mm et sera particulièrement adapté au reportage de rue pour une vision plus serrée que celle que vous obtenez avec le 35mm (équivalent 52mm). La différence n’étant néanmoins pas si grande, il convient de réfléchir à l’intérêt de ce 40mm si vous avez déjà un Nikon 35mm. Dans le cas contraire, c’est une excellente alternative.

Generique - 120x90

Nous remercions la société Miss Numerique qui nous a prêté les optiques Voigtlander, vous pouvez vous procurer le 40mm Ultron f/2.0 auprès de ce revendeur.

Partagez vos réactions sur le forum.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre reflex et apprendre la photo.

Merci de remplir le champ ci-dessous pour laisser un commentaire. Vous n’êtes pas obligé de vous inscrire pour laisser un commentaire sur ce site. En savoir plus.

Les commentaires sur Nikon Passion

Chaque article du site www.nikonpassion.com vous propose une zone de commentaires pour poser vos questions ou réagir.
Voici comment procéder si vous ne disposez pas de comptes réseaux sociaux et si vous ne souhaitez pas créer un nouveau compte Disqus. Disqus est le système qui gère les commentaires et l'antispam.

  • Steakhachai

    Merci pour ce retour!

    Cet objectif est sans doute un bon objectif à tout faire, surtout si tu dis qu’il est fourni avec une bonnette!

    Après, c’est vrai que le prix peut décourager(prix d’un 50/1.4), surtout qu’il n’a pas d’automatismes…

    • Buzzz

      Ce 40 mm est excellent et très agréable à utiliser, mais un viseur FX
      reste plus adapté à la map manuelle. Hormis la map qui est manuelle, on a
      bien accès à TOUS les autres automatismes grace à la puce embarquée,
      que le boîtier utilisé soit compatible Ais ou pas : les modes PSAM
      fonctionnent quel que soit le boîtier, de même que la TTL au flash.
      Depuis
      presque 10 ans que j’utilise cet objectif, je dirai qu’à l’usage on est
      plus proche d’un 35 mm un peu « étroit » que d’un 50 mm « large » (pour moi
      cet objo remplace un 35 mm, pas un 50 mm).

      Buzzz