Test NIKKOR Z 40 mm f/2 : le petit 40 mm à prix doux surprenant

Depuis son lancement en août 2018, la gamme d’objectifs NIKKOR Z pour hybrides Nikon s’est vue complétée de plusieurs focales fixes. Toutefois manquaient encore à l’appel des objectifs compacts, légers et accessibles. Un 40 mm est arrivé fin 2021, de même qu’un 28 mm. Voici le test du NIKKOR Z 40 mm f/2, un objectif qui pourrait bien vous faire changer d’avis si vous pensez que « Nikon c’est forcément lourd, gros et cher ».

Test NIKKOR Z 40 mm f/2 : le petit 40 mm à prix doux surprenant

Cet objectif au meilleur prix chez Miss Numerique …

Cet objectif au meilleur prix chez Amazon …

Test NIKKOR Z 40 mm f/2 : introduction

Septembre 2021, la gamme Nikon hybride fête ses trois ans. Elle propose déjà une liste plutôt satisfaisante d’objectifs à focale fixe et de zooms. Toutefois il manque toujours des objectifs plus abordables que les modèles pros de la série S, plus compacts et légers aussi. Les NIKKOR Z 35 mm f/1.8 S et NIKKOR Z 50 mm f/1.8 S ont beau être excellents, ils n’en restent pas moins imposants et couteux.

Nikon a semble-t-il entendu le message des utilisateurs puisque ce mois de septembre voit arriver un petit 40 mm qui ne paye pas de mine. Le NIKKOR Z 40 mm f/2 mesure en effet 5 cm à peine de longueur, pèse 170 gr. et présente le double avantage d’être compatible APS-C et plein format et de ne coûter « que » 280 euros. Oui, pour un NIKKOR hybride ouvrant à f/2, ça interroge !

Après vous l’avoir présenté en détail, je n’ai pas résisté et dès qu’il a été disponible, ce NIKKOR Z 40 mm f/2 a rejoint mon sac photo. Le test que je vous présente aujourd’hui n’est donc pas réalisé sur un modèle de prêt mais bien avec mon exemplaire personnel. Je vous explique pourquoi plus loin.

Le NIKKOR Z 40 mm f/2 sur Nikon Z 6II

Le NIKKOR Z 40 mm f/2 sur Nikon Z 6II

Présentation et contexte

Je ne trahis pas un grand secret en vous disant que j’ai une prédilection pour la photo urbaine, la photo de rue et le reportage au quotidien. Après avoir utilisé un reflex Nikon pendant de longues années, je suis passé aux Nikon Z 6 et Z 6II depuis 2019. L’excellent zoom NIKKOR Z 24-70 mm f/4 S me sert au quotidien dans le cadre de mes différentes activités.

Mais il me manquait quelque chose. Non pas que ce zoom ne soit pas performant, c’est tout le contraire et si vous cherchez un zoom de reportage à prix presque doux, préférez cette version f/4 S au plus volumineux, lourd, onéreux mais excellentissime NIKKOR Z 24-70 mm f/2.8 S, vous ne serez pas déçu.

Non, ce n’était pas ça. Ce qui me manquait, c’était le fait de retrouver les sensations ressenties avec un petit 50 mm f/1.8, ou un hybride APS-C et un petit 28 mm. La compacité, le poids plume, et la grande ouverture aussi. Car si f/4 est une ouverture suffisante en journée, ce n’est plus le cas en soirée lorsque je dois faire des photos de nuit ou chaque fois que la lumière manque en intérieur.

Le NIKKOR Z 40 mm f/2 sur Nikon Z 6II

Le NIKKOR Z 40 mm f/2 sur Nikon Z 6II

Vous me répondrez qu’il me suffisait d’utiliser le NIKKOR Z 50 mm f/1.8 S, ou le 35 mm, ou encore l’AF-S Nikkor 50 mm f/1.8 avec la bague FTZ. C’est vrai, mais tant leur poids que leur taille ne jouent pas en leur faveur. Je ne parle pas du budget, quant à la bague, elle ajoute une longueur et un poids non négligeables avec un 50 mm.

C’est pourquoi l’arrivée du NIKKOR Z 40 mm f/2 m’a ravi puisqu’il offrait, en apparence tout au moins, la compacité, le poids plume, l’ouverture (f/2 ou f/1.8 c’est 1/3 d’IL soit rien), et ne coutait pas trop cher. Restait à l’utiliser pour en savoir plus, ce que j’ai fait depuis de nombreuses semaines, dans des situations très différentes.

Ce test du NIKKOR Z 40 mm f/2 a été réalisé avec un Nikon Z 6II, retenez que le même objectif monté sur un Nikon Z fc ou Z 50 cadre comme un 60 mm tout en restant aussi compact et léger. La focale idéale pour le portrait en APS-C.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/800ème – f/2.2 – ISO 6.400

NIKKOR Z 40 mm f/2 : dans le détail

Qualité de construction

170 gr. et 280 euros, forcément, ça a des conséquences. Ne vous attendez donc pas à disposer d’un 40 mm f/2 construit comme un char d’assaut, ce n’est pas le cas. Le polycarbonate est omniprésent, ce qui me gène plus pour la baïonnette que le corps de l’optique. J’aurais volontiers pris une monture en métal pour quelques dizaines de grammes supplémentaires. Il n’en reste pas moins que l’ensemble est bien construit, ne présente aucun jeu, la bague tourne de façon fluide, l’étanchéité est excellente (j’ai testé la pluie pour vous …).

De plus, après avoir monté et démonté cet objectif des dizaines de fois déjà, la monture ne montre aucune trace. Polycarbonate oui, mais polycarbonate robuste.

Autre frustration, une unique bague de contrôle alors que les séries S en comportent deux. En pratique vous lui attribuez la fonction de votre choix, j’ai choisi la correction d’exposition, vous pouvez opter pour la mise au point manuelle (en l’absence de commutateur AF/MF) ou l’ouverture. Cette bague est toutefois agréable à manipuler, tourne dans le plus grand des silences, est bien évidemment décrantée, ce qui ravira les vidéastes au passage.

N’oubliez pas qu’il s’agit d’une focale fixe, l’absence de bague de zoom est logique, disposer d’une seule bague est limitant mais à l’usage vous allez voir que l’on s’en passe aisément. Je vous rappelle que l’on parle d’une optique de 170 gr. et 5 cm de long.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/800ème – f/2 – ISO 320

Puisqu’on commence par ce qui dérange, notez que ce NIKKOR Z 40 mm f/2 est livré sans pare-soleil, un Nikon HN-3 peut faire l’affaire si vous tenez à utiliser cet accessoire, je m’en passe volontiers (lisez le paragraphe sur le flare plus bas).

Si vous êtes encore convaincu que ce test du NIKKOR Z 40 mm f/2 peut vous aider à faire un choix pertinent, merci d’être resté, lisez la suite.

Prise en main, stabilisation  et autofocus

La prise en main de ce NIKKOR Z 40 mm f/2 est immédiate, vous le greffez sur votre boîtier et c’est parti. Inutile de chercher le mode d'emploi, il n’est pas nécessaire.

La stabilisation dépend du boîtier, elle s’exerce sur 5 axes avec les hybrides plein format, et ne s’exerce pas sur les hybrides APS-C, ce NIKKOR Z 40 mm f/2 n’étant pas stabilisé, tout comme les modèles de la série S soit dit au passage. Ce qui peut s’avérer plus gênant sur un 85 mm fixe plus lourd et long ne l’est pas ici. Le poids plume ne provoque aucun déséquilibre, la faible longueur de l’objectif vous permet de tenir le boîtier fermement lorsque le temps de pose s’allonge.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/4 sec. – f/2.5 – ISO 800 (à main levée)

Vous vous doutez que l’autofocus ne met pas en œuvre la motorisation élaborée des optiques Nikon pros, mais est-ce bien nécessaire pour assurer une mise au point rapide et précise avec cet ensemble optique léger ? Non. Vous n’aurez aucune difficulté à faire le point avec ce NIKKOR Z 40 mm f/2, c’est rapide et précis. Les plus pointilleux noteront un léger bruit de mise au point, en photo il ne dérange pas, en vidéo sachez-le.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/800ème – f/6.3 – ISO 180

Performances optiques : pique, homogénéité et flare, aberrations chromatiques et vignettage

Logiquement, ce NIKKOR Z 40 mm f/2 et sa construction moins complexe que celle des optiques pros devrait marquer le pas. Formule optique simplifiée, nombre de lentilles réduit, petite lentille frontale, simple traitement de surface nanocristal … Pourtant, croyez-le ou non mais ce NIKKOR Z 40 mm f/2 m’a surpris.

Dès la pleine ouverture les résultats sont satisfaisants. Le vignettage se fait remarquer à f/2, est persistant dans une moindre mesure aux autres ouvertures. La correction logicielle embarquée améliore le résultat sans toutefois supprimer entièrement ce vignettage, le recours à un traitement dédié en post-production pourra vous aider si vous voulez vous débarrasser de ce demi-Ev environ qui subsiste.

Malgré l’absence de pare-soleil, le traitement nanocristal fait son travail et les résultats sont satisfaisants. Le faible diamètre de la lentille frontale doit y être pour quelque chose, et je n’ai eu que très rarement recours à la bonne vieille méthode de la main pour couper la lumière frontale et réduire le flare, ce qui est d’autant plus simple à mettre en œuvre que l’objectif est tout petit.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/800ème – f/8 – ISO 110

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/800ème – f/8 _ ISO 640

Test NIKKOR Z 40 mm f/2, performances optiques : déformation et distorsion

Là où le NIKKOR Z 40 mm f/2 pêche plus, c’est sur l’homogénéité du rendu. Ne le choisissez pas pour faire de la reproduction de tableaux, il n’est pas fait pour ça. Pensez aussi à éviter la pleine ouverture si votre sujet se trouve sur le bord de l’image, la différence de piqué se fait sentir. Dès f/5.6 par contre les résultats sont à la hauteur. A f/8 je n’ai plus rien à lui reprocher, en photo de rue c’est justement l’ouverture qui m’intéresse.

J’ai été agréablement surpris par contre par l’absence de distorsion visible, et le rendu du flou d’arrière-plan bien géré par le diaphragme à 9 lames. La mise au point minimale à 29 cm autorise de jolis premiers plans nets tandis que l’arrière-plan est plongé dans un flou agréable à grande ouverture.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/800ème – f/6.3 – ISO 110

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/200ème – f/2.8 – ISO 1.600

Test NIKKOR Z 40 mm f/2 : pour qui pour quoi ?

Vous aimez la photo de rue, la photo de nuit, le reportage, les trois ? Le NIKKOR Z 40 mm f/2 n’est pas le meilleur objectif à focale fixe de la gamme NIKKOR Z, il présente toutefois le quadruple avantage  :

  • d’être compact et léger,
  • d’être bien construit,
  • de présenter une distorsion d’image modérée,
  • de coûter moins de 300 euros.

Il vous faudra cependant accepter un vignettage visible avant post-traitement, une monture en polycarbonate, un manque d’homogénéité en périphérie d’image.

Il n’en reste pas moins que, proposé 2,5 x moins cher que le NIKKOR Z 50 mm f/1.8 S bien plus lourd et encombrant, ce NIKKOR Z 40 mm f/2 est une alternative très crédible pour compléter un Nikon Z 5, Z 6 série 1 ou 2 comme un Nikon Z 50 ou Z fc.

Utilisé pour ce qu’il est, un entrée de gamme très capable, il vous rendra service lorsque la lumière manque en faisant bien mieux que le modeste zoom NIKKOR Z 24-50 f/4-6.3.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/800ème – f/8 – ISO 250

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/640ème – f/8 – ISO 3.200

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/1.250ème – f/3.2 – ISO 100

En résumé

Le NIKKOR Z 40 mm f/2 peut vous intéresser si :

  • vous cherchez un objectif léger et discret pour la photo de rue et le reportage,
  • vous souhaitez compléter votre NIKKOR Z 24-50 f/4-6.3 par une focale fixe à grande ouverture,
  • vous souhaitez un équipement 100 % NIKKOR Z sans passer par la bague FTZ et le 35 ou le 50 mm monture F,
  • vous avez un budget limité.

Le NIKKOR Z 40 mm f/2 va moins vous intéresser si :

  • vous avez déjà un NIKKOR Z 50 f/1.8 S ou NIKKOR Z 35 f/1.8 S,
  • vous voulez la meilleure qualité d’image possible à toutes les ouvertures et distances,
  • vous utilisez un Nikon hybride de 45 Mp plus exigeant que le 24 Mp,
  • le budget n’est pas un problème.

Toutes les photos de ce test sont disponibles en pleine définition sur la page Flickr Nikon Passion.

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/13ème – f/2.5 – ISO 800

Test NIKKOR Z 40 mm f/2

Nikon Z 6II + NIKKOR Z 40 mm f/2 – 1/5ème – f/5 – ISO 100

Test NIKKOR Z 40 mm f/2 : ma conclusion

Ce test NIKKOR Z 40 mm f/2 peut vous paraître ambigu, puisque je mets en avant les défauts de cet objectif tout en vantant ses mérites. C’est pourtant ce que je ressens après plusieurs semaines d’utilisation quasi quotidienne de ce petit 40 mm f/2.

Certes, il a quelques défauts comme cette sobriété dans la présentation qui le prive d’une seconde bague ou d’une monture métallique, ce manque d’homogénéité et ce vignettage qui peuvent déranger.

Mais il est tellement agréable à utiliser, il se fait tellement discret qu’il est difficile de ne pas l’apprécier. Couplé au Nikon Z 6II, je dispose d’un ensemble pesant moins de 800 grammes qui m’autorise le reportage urbain comme ce sujet sur les quais de Seine en territoire Seine-Amont couvert avec cet exemplaire du NIKKOR Z 40 mm f/2.

Il vous reste à faire le choix entre ce 40 mm dont la focale peut vous paraître atypique et le plus classique 50 mm, retenez toutefois que 40 mm c’est pile entre 35 et 50, les leicaistes l’ont bien compris.

En savoir plus sur cet objectif sur le site Nikon.

Cet objectif au meilleur prix chez Miss Numerique …

Cet objectif au meilleur prix chez Amazon …

Télécharger cet article en PDF

Télécharger l'article en PDF

Vous recevrez par mail des conseils photo, des sujets inédits, des offres réservées aux abonnés et des réductions sur mes formations. Vous pourrez aussi échanger avec moi directement.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment faire de bonnes photos

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


8 Commentaires sur "Test NIKKOR Z 40 mm f/2 : le petit 40 mm à prix doux surprenant"

  1. Bonjour Jean-Christophe,

    Je constate que vous utilisez beaucoup le Z6 II.
    Comment se compare ce petit 40mm F/2 avec le 24-70 F/4 à 40mm en F/8 tous les deux sur cet appareil ? Grosse différence ?

    Merci !

  2. Merci Jean-Christophe. Toujours aussi rapide!
    En fait je pensais que les capteurs au delà de 25/30 millions de pixels imposaient d’utiliser des optiques ayant certaines caractéristiques, et à propos des précautions je pensais au risque de flou.

    • Ce n’est pas du flou, la mise au point se fait normalement.
      Disons que lorsqu’on choisit un Z 7, c’est pour la très haute définition, aussi monter un objectif qui ne donne pas les meilleures performances, c’est dommage. Mais techniquement il fonctionnera très bien.

  3. Bonjour Jean-Christophe,
    Quel inconvénient on peut avoir si on l’utilise sur un Z7?
    Et quelles sont les précotions à prendre?
    Merci d’avance
    Pierre

  4. Les nostalgiques de la bague de diaphragme dont je fais partie, se tournent vers Fuji. Un ami allemand, photographe pro, me disait en manipulant la bague de diaphragme du Fujinon 50-140 : c’est dingue, on dirait du Leica ! Je pense la même chose que lui.

  5. Bonjour,
    vos articles sont toujours très intéressants cependant je voudrais vous poser une petite question:
    pourquoi n’y a-t-il plus aujourd’hui de bague de profondeur de champ sur les objectifs notamment sur les optiques fixes ?
    j’ai sous les yeux un vieux Nikkor 50 mm f/2 de mon Nikkormat ft2 avec une telle bague qui permet immédiatement de connaitre la zone de netteté en fonction du diaphragme utilisé.