Comment choisir vitesse d’obturation et nombre d’images par seconde

Vous débutez en vidéo reflex et vous ne savez pas comment choisir la vitesse d’obturation ou le nombre d’images par seconde ? Vous manquez d’informations sur différents paramètres qui conditionnent la qualité finale de vos films ?

Découvrez les notions de base de la vidéo à connaître pour vous en sortir.

Comment choisir vitesse d'obturation et nombre d'images par seconde

Vidéo reflex / hybride : des notions différentes de la photo

La vidéo a définitivement conquis le monde des photographes : vous êtes de plus en plus nombreux à utiliser la vidéo sur vos boîtiers, ou à ne faire que de la vidéo pour des besoins bien particuliers. Mais la vidéo fait appel à des notions que les photographes n’ont pas nécessairement et les résultats ne sont pas toujours à la hauteur de vos attentes.

Après l’apprentissage de la photo, si vous êtes perdu avec le Full HD 1080p à 30i ou 30p, les modes interlacés ou progressifs, le réglage de la vitesse ou celui de la cadence d’image, lisez la suite !

Qu’est-ce que le framerate en vidéo ? Le nombre d’images par seconde ?

Lorsque vous regardez la fiche technique de votre appareil, vous pouvez y voir un critère qui s’appelle framerate (fps). Le framerate désigne le nombre d’images par seconde que l’appareil va enregistrer. Les valeurs courantes sont 24, 25, 30 ou encore 60 images par seconde.

Le framerate peut être progressif ou interlacé. On parle alors de 1080p ou 1080i.

Mode interlacé

En mode interlacé, l’écran de projection (téléviseur, ordinateur) affiche une moitié de l’image à chaque balayage. Si l’on prend l’exemple du mode 720i, l’écran va afficher les lignes 1, 3, 5, 7, 9, … lors du premier balayage et les lignes 2, 4, 6, 8, … lors du balayage suivant.

Mode progressif

En mode progressif, l’écran affiche toutes les lignes lors d’un même balayage. Cette caractéristique est liée à la capacité de l’écran à afficher dans ce mode. Les écrans de télé un peu anciens savent par exemple afficher dans les modes 720p ou 1080i.

Les cadences d’images ou fps

Pour être un peu plus plus précis, les cadences ne sont pas exactement celles que les chiffres veulent bien vous faire croire :

  • le mode 24 i/sec. gère en fait 23.976 images au lieu de 24,
  • le mode 25 fait bien 25 (on verra plus tard pourquoi),
  • le mode 30 fait exactement 29.97 i/s,
  • le mode 50 reste à 50,
  • le mode 60 gère 59.94 fps.

Le mode 23.976 est celui qui se rapproche le plus de la cadence cinéma qui est de 24 i/s (la virgule en moins). Les reflex et hybrides ne filment donc pas exactement à la cadence des caméras de cinéma.

Le mode 25 fps correspond au standard PAL (européen) adapté aux écrans et téléviseurs qui fonctionnent sur courant 50Hz. C’est aussi le standard si vous voulez graver des DVD compatibles avec les lecteurs DVD de salon grand public. C’est le mode à privilégier si vous souhaitez faire des vidéos destinées à ce type de lecteurs.

Le mode 29.97 fps correspond au standard NTSC (Amérique du Nord) adapté aux écrans et téléviseurs qui fonctionnent sur courant 60Hz. Evitez ce framerate si vous comptez faire un DVD au standard PAL destiné à l’Europe.

Si vous montez des vidéos destinées à être publiées sur Youtube ou Viméo uniquement, ce framerate est tentant car il donnera un résultat plus fluide que les deux précédents. D’autre part la majorité des écrans plats d’ordinateurs ont un rafraîchissement vertical à 60hz, comme le courant américain.

Le mode 50 fps dépend lui du standard PAL comme le 25 fps. Vous pouvez l’utiliser si vous souhaitez créer un DVD en PAL et incorporer des ralentis. Dans ce cas filmez vos plans en 720p à 50p pour les monter ensuite à 50% de la vitesse native. Vous n’aurez ainsi aucune saccade ni pertes d’images.

Enfin le mode 59.94p fps correspond au standard NTSC qui permet de faire des ralentis à 50% pour des montages produits en 29.97 fps.

Comment choisir la vitesse d’obturation – Le shutter

La vitesse d’obturation définit le temps pendant lequel chaque image est exposée lors de la prise de vue. Si vous choisissez 60, alors chaque image sera exposée pendant 1/60° de seconde. C’est le même principe que le choix du temps de pose en photographie.

En Europe le courant alternatif est à 50Hz, ce qui signifie qu’une source lumineuse branchée sur une prise de courant alternatif produit 50 vibrations par seconde. En adaptant le framerate de votre appareil à ces 50 vibrations avec un shutter réglé sur 50, vous ferez en sorte que chaque image fige 1/50ème de seconde et l’oscillation de la lumière ne sera pas visible.

En augmentant la valeur d’exposition au-delà de 50 en éclairage artificiel sur courant alternatif, vous allez voir apparaître du scintillement. Plus vous augmenterez la valeur du shutter, plus ce scintillement sera intense et donnera un effet désagréable – des traînées de bas en haut de l’écran généralement. Evitez de monter au-delà de 50 pour éviter les effets pervers.

Si vous projetez aux Etats-Unis, vous pouvez monter à 60 car le courant alternatif fait … 60Hz. Mais si vous filmez au USA pour projeter ensuite chez vous en France, restez sur 50. Vous suivez ?

Si vous filmez à une valeur inférieure à 50 – 25 par exemple – vous n’aurez pas de scintillement non plus car vos images vont figer deux oscillations de lumière l’une sur l’autre.

Filmer en basse lumière

Si vous filmez au 1/25ème qui est une vitesse lente, il y a risque de flou de mouvement. Un panoramique trop rapide de gauche à droite par exemple donnera des images floues correspondant au flou de bougé en photo.

Lorsque la lumière manque, la nuit ou dans des endroits sombres, il vaut mieux rester à 1/50ème quitte à utiliser un objectif plus lumineux pour éviter d’avoir à trop monter en ISO. Vous éviterez ainsi les plans de mauvaise qualité, sauf s’il s’agit de plans parfaitement fixes sur pied ou de déplacement très lents.

Filmer en haute lumière

Vous pourriez penser qu’en plein jour (sans le moindre éclairage artificiel donc) il est préférable de ne PAS monter trop en shutter car il y a risque de perte de fluidité : c’est faux.

La lumière naturelle est produite par le soleil qui n’est pas alimenté par le courant alternatif (!) donc l’éclairage solaire ne génère pas d’effet de scintillement, même à 1/8000ème de shutter.

Augmenter le shutter à 1/4000ème de sec. ne va pas non plus réduire la durée des images dans votre vidéo : les images sont capturées par le capteur à 1/4000ème de sec. mais la durée de diffusion sera toujours de 1/25ème de seconde. La fluidité d’un film tourné ainsi en plein jour à 1/4000ème sera donc la même que celle d’un film tourné de nuit au 1/25ème de sec.

En conclusion

Mémorisez ces quelques notions et faites des essais : filmez à 25fps (ou 50 si vous souhaitez faire des ralentis) et 50 de shutter en éclairage artificiel. N’hésitez pas à pousser la valeur de la vitesse d’obturation pour les scènes en plein jour sans éclairage artificiel, les scènes d’action ou de sport notamment.

Si vous faites des vidéos dédiées à la seule publication sur le web, préférez le standard NTSC (30 et 60 fps) qui donnera un résultat plus fluide et ne posera aucun souci de compatibilité avec les écrans d’ordinateurs.

Un grand merci à Emmanuel Dauzon qui a largement contribué à la rédaction de cet article.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


12 Commentaires sur "Comment choisir vitesse d’obturation et nombre d’images par seconde"

  1. Bonjour,

    Super blog qui m’a déjà expliqué beaucoup beaucoup de choses ! Les explications sont très claires, c’est génial !
    Ma question est la suivante : Je possède depuis plusieurs années déjà un D5200 que je n’ai jamais pris le temps d’appréhender. Je suis heureux que cet article m’aide à optimiser l’utilisation de la fonction vidéo. Cependant, quid de l’auto-focus ? En effet, en mode automatique on entend le moteur de l’objectif. Et on passe toujours de flou à net dès qu’on bouge un peu. Aussi, il y a-t-il un mode qui permet de filmer un peu à la façon des smartphones en ayant toujours une image nette (je sais j’en demande beaucoup), ou faut-il réellement toujours faire la mise au point dès que la cible bouge ? Enfin, un microphone externe comme sur l’illustration serait-ce le bon plan contre ce bruit de moteur de l’objectif en cas d’usage de l’autofocus ?

  2. « Beaucoup pensent qu’en plein jour (sans le moindre éclairage artificiel donc) il est préférable de ne PAS monter trop en shutter car il y a risque de perte de fluidité : c’est faux. »
    Si, c’est vrai.
    Le problème, ce n’est pas le scintillement de la lumière. Effectivement, la lumière du soleil est constant. En revanche, les mouvement dans l’image ne seront pas rendu de la même manière.
    Imaginons : vous filmer une femme qui court vite. Si vous la filmer à 1/50 alors il y aura un léger flou de bougé. Ce flou de bougé est assez naturelle : il correspond à peu près à la persistance rétinienne.
    En revanche, si vous filmer cette femme avec un ouverture à 1/2 000, alors chaque image sera complètement nette. Ça fera un peu le même effet qu’un stroboscope rapide. La scène aura un effet « saccadé ». Faites le test, vous verrez. L’effet est différent.

  3. Bonjour,
    Quels sont les meilleurs réglages pour faire du slowmo en basse luminosité ?

  4. Bonjour à tous,

    Merci beaucoup pour ces explications !
    Je me pose cependant une question : je suis équipé d’un Nikon D7200, est-ce qu’il m’est possible de faire des ralentis en HD en ralentissant la vidéo de plus de 50% ? L’idée serait d’avoir une séquence vidéo très décomposée pour voir ce qui se passe quand on lâche un mug sur le sol par exemple, mais de façons très fluide, non saccadée.

    Je vous remercie par avance pour vos retours !

  5. Bonjour,
    j’ai beau lire l’article, j’ai encore du mal.
    Voici ma question.
    J’ai un Nikon D3200 depuis peu, et je voudrais réalisé une vidéo en mode « ralenti » et je souhaitais savoir, si cette manipulation était disponible, directement de part mon nikon, et ainsi le visionner de suite ou bien, si je devais réalisé la vidéo et part la suite sur mon Pc faire la saisie au ralenti.
    Merci, j’ignore si je me suis faite bien comprendre.

  6. Bonjour,

    J’ai l’impression que l’obturateur (le rideau) reste ouvert en permanence quand je filme. Pourquoi faut-il régler la vitesse d’obturation ?

    • La vitesse d’obturation sert à régler l’exposition, comme en photo (relire l’article :))

      • J’ai bien lu l’article et je pense avoir compris, par contre j’ai très mal posé ma question.

        Je ne comprend pas comment cela se passe physiquement :
        Pour une photo, je comprends, le rideau s’ouvre juste pendant le temps d’exposition désiré. Mais pour un film à 50 i/s, comment fait le volet pour suivre la cadence et exposer correctement chaque image ?

        • En photo, tu fais des choix, iso, ouverture, vitesse, ou tu laisse le programme faire à ta place. De ce que je comprends des modes video, 24, 25, 30, 50, 60, tu fixes la vitesse, ensuite, l’appareil fait le reste via les iso, et certainement l’ouverture aussi, mais c’est que mon avis. Tu es comme en liveview, et il enregistre une image toutes les fréquences que tu lui a donné via le capteur de manière logicielle, et pas mécanique. Je peux me tromper… 😉

  7. Un complément, je pense:
    – pour du DVD, tourner effectivement en 25i/s (soit 25p soit 50i) permet la diffusion en 50i conforme à la norme DVD
    – mais si l’on fait du Blu Ray, la vitesse de 24p est bien adaptée pour du Full HD. C’est la vitesse que je privilégie. Pour la diffusion simultanée en DVD et Blu Ray, on peut tourner en 25im/s et publier en 720p pour le Blu Ray.