Test terrain Nikon D7200 : Je suis un classique efficace

Voici le test du Nikon D7200, un reflex au format APS-C qui représente le segment expert de la gamme DX Nikon. Le D7200 s’adresse aux amateurs de photographie désireux de disposer d’un reflex aux performances élevées et présentant une ergonomie la plus proche possible des modèles pros de la marque.

Test terrain Nikon D7200

Nikon D7200 + objectif Nikon AFS 16-85mm G VR ED

Meilleurs prix : Miss Numerique Amazon

Présentation du Nikon D7200

Le Nikon D7200 ne surprendra pas les nikonistes. Sa présentation est des plus classiques et sa fiche technique le positionne très clairement comme un grand classique Nikon, performant, efficace mais sur la réserve en matière d’innovation.

Il ne vous faudra que quelques minutes pour approcher ce D7200 si vous avez déjà utiliser un Nikon expert, guère plus pour les autres. La présentation très traditionnelle fait la part belle aux commandes à accès direct (en face arrière particulièrement) et aux deux écrans de contrôle.

L’écran supérieur est toujours aussi riche en informations de prise de vue tandis que l’écran LCD arrière vous donne accès à l’ensemble des réglages, menus (incluant un menu Vidéo) et options de visualisation des photos et vidéos.

Test terrain Nikon D7200

cliquer sur les photos pour les voir en plus grand

Le Nikon D7200 reprend ce qui a fait le succès des précédents D7000 et D7100 avec une présentation sobre et des performances élevées. Il me laisse néanmoins un peu sur ma faim en faisant l’impasse sur l’écran orientable et tactile. Pour un modèle expert, il est vraiment dommage de ne pas disposer à minima de la possibilité d’orienter cet écran (comme sur le D5500 et le D750) pour favoriser les cadrages créatifs.

Les utilisateurs du Nikon D7100 ne seront pas déroutés en prenant en main le D7200 : c’est du pareil au même, à la poignée près qui s’avère un peu plus creuse et facilite la tenue en main.

Ergonomie et accès aux fonctions principales

Le Nikon D7200 est un modèle expert : si ses performances pures ne surpassent pas à ce point le D7100 ou le plus modeste D5500, il saura par contre vous offrir nombre de contrôles et accès directs que ne proposent pas les modèles des gammes inférieures. C’est d’ailleurs la seule vraie différenciation entre un D5500 et ce D7200, le D5500 gardant pour lui une plus grande polyvalence.

En face avant le D7200 propose plusieurs contrôles dont le commutateur Autofocus, la touche de bracketing et celle d’ouverture du flash intégré.

Test terrain Nikon D7200

La couronne supérieure rotative héritée du précédent modèle et des D610/D750 semble se généraliser dans la gamme Nikon. Si vous préférez les touches ‘trèfles’ type D300s, il vous faudra regarder du côté du D810 pour en disposer, plus aucun reflex Nikon expert ne les propose (et c’est dommage).

A proximité de l’écran supérieur, le D7200 reprend également le commutateur marche-arrête rotatif, le (gros) déclencheur photo, le (petit) déclencheur vidéo, le réglage de correction d’exposition et celui de mesure de lumière. Une présentation bien connue et qui s’avère plutôt efficace à l’usage.

Test terrain Nikon D7200

Je ne suis pas toutefois pas très emballé par cette couronne gauche qui impose une manipulation à deux doigts pour tout réglage (par exemple cadence ou mode de prise de vue). En pratique cela se gère très bien mais l’idée d’avoir ‘une fonction – une touche‘ comme sur les modèles pros est plus séduisante.

Pas grand chose à dire de la face arrière qui reprend elle-aussi les repères de la marque : un pad droit pour la gestion des points AF, un commutateur Live View photo/vidéo et une touche Info donnant accès à la plupart des paramètres et réglages.

Le pad s’avère très réactif bien qu’assez petit et si vous avez des doigts de bonne taille il vous faudra être vigilant pour le manipuler. Même chose si vous portez des gants en hiver, c’est très limite dès qu’il s’agit de valider un choix avec la touche Ok centrale.

Test terrain Nikon D7200

La barre de boutons à gauche de l’écran LCD est elle-aussi reprise des précédents modèles. Claire et simple à manipuler elle ne fait pas débat. La seconde touche Info permet l’affichage d’informations de prise de vue, elle est un peu redondante avec la touche droite même si les deux affichages diffèrent légèrement.

L’écran LCD quant à lui s’avère très agréable à l’usage : grand, lisible en plein soleil, lumineux. On ne lui reproche que l’absence de la fonction tactile (comme sur le D5500) qui, même si elle paraît gadget pour certains, s’avère bien pratique sur trépied, en pose longue ou chaque fois qu’il faut éviter de faire bouger le boîtier un tant soi peu.

Test terrain Nikon D7200

Gabarit et prise en main

Le D7200 s’avère à la fois compact et léger par rapport aux modèles pros FX. Il reste plus imposant qu’un modèle hybride mais sa destination n’étant pas la même ce ne sera pas un critère différenciateur au moment du choix. C’est l’objectif utilisé qui fera la différence puisque la plupart des zooms actuels sont au moins aussi gros (et lourds) que le boîtier.

La poignée a été redessinée et facilite grandement la tenue en main sur la durée. Il est tout à fait possible de tenir le boîtier sans aucune sangle sans prendre le risque de le laisser tomber. Et les grosses mains trouveront plus de place pour loger les gros doigts (!). Nikon a manifestement décidé de revoir toutes les poignées de ses reflex et c’est une bonne chose.

Test terrain Nikon D7200

Le Nikon D7200 à l’usage

Rien de tel que de passer du temps avec un boîtier pour se faire une idée précise de son intérêt. C’est ainsi que je procède pour les tests « terrain » et j’ai donc utilisé ce D7200 pendant une bonne dizaine de jours en continu.

En première approche autant dire qu’il y a peu de surprises. C’est du Nikon, classique et efficace, l’autofocus est rapide et précis (l’Expeed 4 n’y est pas pour rien), il accroche vraiment bien en basse lumière. La mesure de lumière est fiable dans la grande majorité des cas et ce D7200 est une vraie machine à photographier sans arrière pensée.

La qualité du viseur optique aidant, vous pourrez cadrer avec précision, voir clair (c’est une des différences avec les modèles des gammes inférieures) et disposer de nombreuses informations personnalisables dans le viseur.

Test terrain Nikon D7200

Les amateurs de cadrages au ras du sol et bras levés seront, comme moi, frustrés de ne pas disposer de l’écran orientable qui évite de se coucher par terre mais si vous faites abstraction de ce point précis alors le D7200 vous rendra les services attendus.

S’il n’y a pas grand-chose à relever en matière de prise de vue en pleine journée, avec de la lumière et donc des sensibilités peu élevées, il n’en est pas de même dès que cette même lumière se fait plus rare. L’autofocus accroche mieux que sur les générations précédentes et le couple capteur – Expeed 4 assure !

N’hésitez pas à grimper à 12.800 ISO car les résultats sont bien là. Il y a clairement une différence de qualité d’image avec une montée de bruit visible dès 6.400 ISO mais en optant pour le format RAW vous débruiterez bien vite pour des images d’excellente qualité. Si vous souhaitez rester en JPG alors vous aurez un peu plus de bruit sur l’image dès 12.800 ISO mais le rendu est plutôt agréable, le bruit ‘discret’ et les images parfaitement exploitables.

Au-delà faites le choix du RAW et traitez vos photos pour grimper à 25.600 ISO, une sensibilité qui donne toutefois des résultats bien meilleurs que ce que j’ai pu observer sur les modèles précédents (y compris en gamme FX). Manifestement Nikon a encore fait un pas en avant en matière de gestion des basses lumières et ce capteur assure !

Test terrain Nikon D7200

Mon avis sur le Nikon D7200

Avec le Nikon D7200, Nikon rafraîchit un D7100 qui n’a pourtant pas tant vieilli que ça. Les quelques reproches que l’on pouvait faire à ce précédent modèle (capacité buffer, sensibilité, réactivité) sont revus et corrigés. Le buffer peut gérer 13 vues successives en mode RAW avant de ralentir, la cadence étant ensuite fonction des performances de la carte mémoire plus que du boîtier.

La sensibilité gagne un cran avec des images à haut ISO de très grande qualité. L’absence de bruit visible jusqu’à 3.200 ISO est un atout pour la photo de sport et animalière de façon à gagner en vitesse d’obturation. Au-delà il vous sera possible de passer à 6.400 ISO avec des résultats très corrects, de grimper à 12.800 ISO en débruitant en post-traitement et de tenter 25.600 quand le besoin se fait sentir tout en sachant que les images (traitées) seront parfaitement exploitables.

Lien direct vers la vidéo de Test du Nikon D7200

J’ai peu testé le mode vidéo, mais les quelques séquences tournées montrent que le processeur Expeed 4 fait le boulot : la réactivité est au rendez-vous , les séquences sont fluides et l’autofocus plutôt réactif même si la mise au point manuelle reste de mise dès lors que vous voulez tourner « comme un pro ».

La belle gestion des basses lumières en vidéo reste un véritable atout pour les vidéastes qui trouveront là un boîtier capable de filmer dans de nombreuses situations complexes, et de proposer des résultats plus qu’honorables.

Test terrain Nikon D7200

télécharger la série de photos test de 1600 à 25600 ISO au format RAW (320Mo au format zip)

Les Limites du Nikon D7200

Le Nikon D7200 s’avère être un reflex APS-C bon partout qui saura répondre aux attentes des photographes et vidéastes les plus exigeants. Il lui manque toutefois quelques fonctions complémentaires pour être le plus polyvalent possible (une couronne supérieure différente, un écran orientable) et représenter un vrai concurrent aux modèles FX comme le D750 plus onéreux et exigeant en matière d’optiques.

Si le choix ne saurait se faire sur la base de ces seuls critères, retenez quand même que ce D7200 représente le meilleur de ce que Nikon sait proposer actuellement en matière de reflex DX, avec un capteur excessivement performant (cf. les tests DxO Labs) et un processeur Expeed 4 donnant une belle réactivité à l’ensemble des modules (AF, mesure de lumière, vidéo).

Le D7200 face aux autres reflex Nikon

Le coefficient x1.5 propre au format DX couplé aux belles performances du boîtier font de ce modèle un choix évident pour les photographes animaliers et de sport qui ne veulent pas passer au FX. La contrainte sur les optiques est moindre, les résultats sont aussi bons, et au quotidien la différence est minime (utilisation, ergonomie).

Nikon D7200 ou Nikon D750

Si toutefois le FX vous fait de l’œil pour la taille de son capteur et l’absence de facteur de correction, alors le D750 est une belle alternative qui pousse les performances et la polyvalence un cran plus loin encore.

Nikon D7200 ou Nikon D7100

Si vous possédez déjà un D7100, le passage au D7200 ne vous apportera rien de vital. Un cran de plus en sensibilité ne saurait être un critère décsif, la seule vraie différence étant la capacité du buffer.

Nikon D7200 ou Nikon D7000

Face au D7000, le D7200 est par contre plus moderne, son capteur fait la différence, la vidéo est largement supérieure, le module wifi intégré vous rendra quelques services et la réactivité globale du boîtier est bien supérieure.

Nikon D7200 ou Nikon D5500

Face au D5500, le choix est cornélien : le D7200 est un peu meilleur en qualité d’image mais il faut savoir quoi regarder pour le voir. Il a pour lui une présentation plus experte (accès aux fonctions et réglages), un châssis plus robuste et vous rapproche du monde pro. Il lui manque par contre des fonctions pratiques (l’écran) qui le rendent moins polyvalent que son petit frère de gamme proposé à un tarif bien moins élevé.

En conclusion

Avec son D7200 Nikon propose un reflex DX bien classique : pourvu des modules technologiques les plus performants de la gamme (Expeed 4, AF 51 points, capteur 24Mp nouvelle version), ce D7200 est une machine à photographier qui ne vous décevra pas.

Le revers de la médaille, c’est un modèle un peu sage que l’on aurait aimé plus à la page. Il est en effet difficile de comprendre pourqoi Nikon n’a pas pris la peine d’inclure ce qui fait l’intérêt de modèles inférieurs et moins onéreux et qui aurait vraiment fait la différence face aux autres modèles DX Nikon comme face à la concurrence.

Si ce sont pour vous des critères importants, alors il vous faudra attendre (probablement) le Nikon D7300

Vous avez des questions complémentaires ? Les commentaires sont là pour ça …

Nikon D7200 + objectif Nikon AFS 16-85mm G VR ED, meilleurs prix : Miss Numerique Amazon

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre reflex et apprendre la photo.

Merci de remplir le champ ci-dessous pour laisser un commentaire. Vous n’êtes pas obligé de vous inscrire pour laisser un commentaire sur ce site. En savoir plus.

Les commentaires sur Nikon Passion

Chaque article du site www.nikonpassion.com vous propose une zone de commentaires pour poser vos questions ou réagir.
Voici comment procéder si vous ne disposez pas de comptes réseaux sociaux et si vous ne souhaitez pas créer un nouveau compte Disqus. Disqus est le système qui gère les commentaires et l'antispam.

  • momovanli

    Merci pour le test vais encore un peu patienter!

  • Adribreizh

    Et par rapport à un D610 ?
    Merci pour le test en tout cas !

  • coolboarder

    « L’écran supérieur est toujours aussi riche en informations de prise de vue »

    Il y a eu quelques changements de ce côté non ? Certaines informations ont disparues par rapport au D7100, et remplacées par d’autres.

  • myrddin13

    myrddin13,
    Pourquoi fustiger l’absence d’écran mobile alors que la série des D5*** pêche plus dans la photo au flash (surtout en multi-flashs , et en déporté sans fil) ce qui est bien plus limitatif que les photos prises au ras du sol !
    cordialement

  • Chuong CHU VAN

    Le D5000 me donne encore entière satisfaction depuis 2009 dans 80% des cas, avec comme orincipoal inconvénient d’être limité en haute sensibilité ( bruit dès 3200 ISO). Je guettais depuis 18 mois un éventuel D400 pour sauter un gros pas qualitatif, et avec le D7200, je suis RAVI et servi !

    Les séances de retouche des fichiers RAW du D5000 vont me manquer, car avec le 7200, les RAW se traitent très rapidement en quelques clics de souris avec Capture NX-D (la dernière version n’a rien à voir avec les deux premières).

    Certes, ViewNX-I et Capture NX-D m’ont donné un peu de fil à retordre : plantage à deux reprises du MacBook Yosemite 10.10.3 pour l’installation, grosses difficultés incompréhensibles pour avoir la version française, désinstall puis ré-install et malgré ça, plantages et freezes divers énervants et agaçants mais quand ça plante pas, ça fait ce qui est attendu et rapidement.

    Ce qui laisse augurer d’une meilleure version à venir, quand les bugs auront été identifiés et éliminés. Cela ne fait qu’une semaine et +500 photos, mais je suis HEUREUX d’avoir investi dans cet APN qui va me permettre de me concentrer plus sur le cadrage en me souciant beaucoup moins de l’exposition et de la post-production. En prime, je comprends enfin ce que les internautes ont dit au sujet du 35 mm DX f/1.8 : indispensable ! Je redécouvre la photographie !!!

    • Oui, le 35mm DX f/1.8 est le meilleur objectif Nikon DX en APS-C.
      Il est un objectif indispensable, non pas seulement pour « redécouvrir la photographie » , mais pour apprendre à photographier. C’est la base …

  • Panter

    Ça aurait été bien de poster des NEF à 12800 et 25600 ISO dans des conditions qui demandent vraiment ces valeurs de sensibilités, utiliser le 1/1600s à 25600 ISO ça ne correspond pas à la réalité du terrain pour quelqu’un qui sait un peu utiliser un appareil photo.

  • Merci pour ce test d terrain .
    Je dispose d’un D7100 après avoir utilisé un D90, mais comme je ne fais ni des photos animalières, ni des photos en haute sensibilité, le D7200 ne m’apportera rien de plus sachant que je en fais que du RAW.

  • Iris54

    Je possède un D90 utilisé en grande partie pour des photos de sport, portraits, photos de soirées… je voudrais évoluer avec mes exigences en photographie mais c’est là que ça se complique. Faut-il ce nouveau D7200, un D610 ou bien une valeur sûr telle que le D3? (Un bon AF, une bonne montée en ISO, une bonne ergonomie)

    • Par ordre de performances, le D7200 passe avant le D610 qui laisse loin derrière le D3. D610 et D3 imposent des optiques Plein Format. Le D7200 me semble donc d’un bon rapport performances/prix 🙂

      • Iris54

        Merci pour cette réponse! Comme quoi les avis sont différents. Sur un page discussion d’un réseau sociale on m’a dit que pour le sport le D3 semblait être le meilleur choix malgré son capteur vieillissant (ne diminuant pas ses qualités initiales)! Je pensais avoir choisi mais il va falloir réfléchir un peu plus… 🙂

  • Tom

    Je pense que je vais encore patienter car l’aspect des photos prises pour le test ne me semble pas fondamentalement meilleur que ce que j’ai avec mon D7000 et le 16-85mm. Quant à voir un successeur au D300s, j’ai l’impression que Nikon préfère sortir un D7xxx tous les deux ans plutôt. Dommage…

  • lakouas

    combien de photos s

  • alexandre

    Bonjour, en sous exposition extreme, le d7100 s’avérait à laisser des traces de lignes horizontales. donc j,ai racheté un D7000 qui est parfait pour la sous-exposition. Savez-vous si le d7200 a cette problématique?

  • Gilbert

    Depuis 2009 j’ai un D5000 qui m’a bien dépanné, je l’ai complété en 2013 par un D5300. La différence entre les deux boitiers en termes de qualité et de rapidité était déjà flagrante. Cependant, le D5000 me sert toujours en second boitier et fait lui aussi largement son travail même en lumières compliquées (concerts), Le capteur SONY doit y être pour quelque chose. Le D5300 offre plus de souplesse et une qualité d’image un cran au dessus. Je pense me séparer du D5000 et investir dans un D7200 comme boitier principal, celui-ci étant effectivement un boitier qui paraît « sage » mais offrant surement des capacités encore supérieures dans ce format DX face au D 5300. Pour info je ne photographie qu’en RAW et principalement en ambiances complexes sans flash. Votre avis sur le sujet pourra peut-être me conforter dans mon choix.

    • Les performances sont proches entre D5500 et D7200. Le D7200 a pour lui un meilleur AF à 51 points, un capteur un peu plus sensible encore et une ergonomie expert avec des touches à accès direct.

      • Gilbert

        Merci pour ce début de réponse. Mais je connais bien le D5300 et non le D5500. J’aurais simplement voulu savoir si sauter le pas de la série 5….et notamment du 5300 pour passer au 7200 pouvait apporter une valeur ajoutée principalement au niveau de la qualité de la gestion du bruit en basse lumière et hauts ISO. 🙂

  • Jimmy Leduc

    à quand le d 7300 ?

  • @jimmy_leduc:disqus j’appuie votre question : à quand le D7300 ? Je pense que la sortie du très prometteur D500 nous indique que se ne serait pas avant le printemps 2017. Logique, quand on sait que ce reflex est rafraîchi tous les 2 ans. J’aimerais que vous me conseilliez une optique polyvalente et lumineuse pour accompagner ce D7200, une idée ? Sigma ? J’hésite entre le d7200 et le d750 et le choix sera fait en fonction du poids, d’un remplacement proche, du prix et surtout de l’optique que je veux « lumineuse » !