7 bonnes raisons d’utiliser un zoom 70-200mm f/2.8 ou f/4

Utiliser un zoom 70-200mm peut vous permettre de faire des photos différentes, de jouer avec les plans serrés comme la faible profondeur de champ.

Contrairement à ce que certains photographes débutants pensent, un zoom 70-200mm ne sert pas qu’à faire des photos de loin, cet objectif a d’autres atouts. Voici 7 principales raisons d’utiliser un zoom 70-200mm.

7 bonnes raisons d’utiliser un zoom 70-200mm f/2.8 ou f/4

Toues les zooms 70-200mm pour Nikon chez Miss Numerique …

Utiliser un zoom 70-200mm, pourquoi faire ?

Le zoom 70-200mm est souvent considéré comme le téléobjectif polyvalent qui complète à merveille le zoom 24-70mm. Sa plage focale autorise des ouvertures maximales importantes – f/4 ou f/2.8 – sans imposer un diamètre trop généreux comme c’est le cas avec les zooms 200-500mm ou 150-600mm.

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D700 + AF-S 70-200mm f/2.8 VR2 – 70mm – 1/250 – f/2.8

Le 70-200mm a la faveur des portraitistes et des photographes de studio aussi bien que des photographes de sport et d’action. Sa plage focale favorise en effet les plans serrés et les flous d’arrière-plan. De quoi travailler votre créativité !

Il existe de nombreux modèles de zooms 70-200mm (voire 70-300mm), les points ci-dessous concernent les 70-200mm f/2.8 et f/4 qui sont plus experts.

1. Une plage focale polyvalente

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D700 + AF-S 70-200mm f/2.8 VR2 – 200mm – 1/320 – f/3.2

Avec un reflex Plein Format

J’aime utiliser un zoom 70-200mm pour sa plage focale. Il m’évite de changer d’objectif pour passer de 85 à 105 ou 180 sur mon boîtier plein format. Ce côté « tout-en-un » couplé à une ouverture généreuse m’autorise de nombreuses prises de vues originales.

Pour le portrait les focales comprises entre 85 et 105 sont idéales, le sujet est cadré serré sans déformation, l’arrière-plan plongé dans un joli flou à grande ouverture.

Je vous recommande même de ne pas ouvrir à pleine ouverture avec un zoom 70-200mm f/2.8 si le sujet est proche car la profondeur de champ peut s’avérer insuffisante et votre sujet ne pas être net partout.

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D700 + AF-S 70-200mm f/2.8 VR2 – 195mm – 1/8000 – f/3.2

Le sujet est un peu plus loin ? Il suffit de tourner la bague de zoom pour passer à 200mm et faire là-aussi de jolis portraits, avec un arrière-plan encore plus flou.

Avec un reflex APS-C

Sur un boîtier APS-C, 70-200mm est une plage focale intéressante puisque les angles de champ correspondent à la plage 105-300mm (x1.5 sur le DX).

A vous le portrait au 105 et la photo animalière au 300mm. Vous allez tirer profit de la taille réduite du capteur APS-C et éviter d’investir dans un zoom 200-400mm ou 200-500 plus onéreux et encombrant comme doivent le faire ceux qui utilisent un plein format.

2. Des performances expertes/pros

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D700 + AF-S 70-200mm f/2.8 VR2 – 130mm – 1/800 – f/3.5

Les zooms 70-200mm f/2.8 et f/4 sont plus performants que les zooms 55-200 ou 70-300mm entrée de gamme.

Leur ouverture est plus généreuse, leur système de réduction des vibrations adapté aux usages experts et leur ergonomie est pensée pour offrir un meilleur confort (et des meilleurs résultats) à la prise de vue.

Chaque fois que vous devez faire des photos de sujets éloignés, par exemple lors d’une compétition sportive en intérieur, le zoom 70-200mm vous aide car il permet de conserver une ouverture suffisante sans trop augmenter le temps de pose. Vos photos gagnent en netteté.

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D750 + AF-S 70-200mm f/2.8E ED VR – 200mm – 1/3200 – f/2.8

utiliser un zoom 70-200mm

crop de l’image précédente

Le piqué des zooms 70-200mm est important, surtout sur les modèles ouvrant à f/2.8 comme les récents Nikon et Tamron. Vous cherchez les détails dans vos photos nature ? Vous allez les trouver sans devoir investir dans un très coûteux 200mm f/2 ou 105mm f/1.4.

Je ne dirais pas qu’essayer un 70-200mm c’est l’adopter mais je le pense très fort. Si vous en avez la possibilité, demandez à votre revendeur qu’il vous en prête un quelques minutes, vous allez comprendre.

En contrepartie sachez qu’il vous faut supporter un poids et un encombrement plus importants, c’est le revers de la médaille !

3. L’apprentissage de la photo en mode expert

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D750 + AF-S 70-200mm f/2.8 VR2 – 160mm – 1/640 – f/2.8

Utiliser un zoom 70-200mm demande une bonne maîtrise de la prise de vue pour :

  • obtenir des photos parfaitement nettes à toutes les focales,
  • gérer la profondeur de champ et le flou d’arrière-plan,
  • gérer l’exposition avec un angle de champ réduit.

C’est l’occasion d’apprendre à maîtriser ces réglages si vous avez encore du mal. Vous ne pouvez pas le faire avec un objectif qui ouvre à f/5.6 ou f/8 car il ne permet pas de gérer aussi bien la profondeur de champ.

Si vous devez utiliser un flash, il vous faut apprendre à régler l’exposition correctement car la portée réduite de cette source artificielle ne vous permet pas d’éclairer des sujets trop éloignés alors qu’ils peuvent vous paraître proches dans le viseur (particulièrement à 200mm).

4. Des cadrages créatifs

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D750 + Tamron 70-200mm f/2.8 G2 – 185mm – 1/1600 – f/2.8

Les longues focales permettent d’isoler le sujet et de laisser de côté des éléments indésirables. C’est une bonne façon d’éviter la retouche photo (vous faites disparaître les indésirables dès la prise de vue) et de focaliser le regard du spectateur sur le sujet.

En travaillant vos compositions, vous pouvez même trouver des angles originaux, au ras du sol ou au travers d’un premier-plan que vous masquez en jouant sur le point de focalisation et la profondeur de champ.

5. Une construction robuste

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D750 + AF-S 70-200mm f/2.8E ED VR – 75mm – 8sec – f/16

J’ai souvent utilisé mon 70-200mm dans des conditions difficiles, sous la pluie, dans le froid, dans la poussière. Ces zooms sont conçus pour tenir le choc, leur fabrication a fait leur réputation, qu’il s’agisse des modèles Nikon comme des modèles compatibles (Tamron, Sigma).

Selon les versions la qualité de fabrication peut différer. Les 70-200mm f/2.8 sont souvent plus résistants, mieux protégés, mais les 70-200mm f/4 ne sont jamais loin derrière.

6. Un choix important

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D750 + AF-S 70-200mm f/2.8E ED VR – 200mm – 1/3200 – f/4

Les zooms 70-200mm existent depuis de nombreuses années, les 80-200mm qui les ont précédés sont d’ailleurs proches et plus accessibles si vous priver de la focale 70mm ne vous dérange pas.

Il y a plusieurs modèles dans la gamme Nikon pour les 70-200mm f/2.8 (voir le détail ici), et un modèle ouvrant à f/4.

Chez les opticiens indépendants, Tamron propose un modèle f/2.8 de qualité pro, la précédente version restant très correcte pour un tarif revu à la baisse.

Chez Sigma le renouvellement ne devrait pas tarder à arriver, le modèle actuel marque le pas sur ses concurrents mais reste correct.

7. Des occasions en nombre

utiliser un zoom 70-200mm

Nikon D700 + AF-S 70-200mm f/2.8 VR2 – 70mm – 1/3200 – f/3.5

Si vous n’avez rien contre le marché de l’occasion, sachez que c’est une excellente alternative pour trouver le zoom 70-200mm de vos rêves. De nombreux photographes amateurs revendent leur zoom après l’avoir peu utilisé.

Soit ils n’ont plus envie d’en supporter l’encombrement et le poids, soit ils ont changé leur pratique. Ces objectifs ont généralement peu servi, profitez-en !

Les revendeurs spécialisés peuvent vous aider à trouver le modèle qui vous convient (voir par exemple ici). Et vous bénéficiez d’une garantie la plupart du temps.

Corollaire du point précédent, vous ne risquez pas grand-chose à investir dans un zoom 70-200mm car ils se revendent bien en occasion. Choisissez un modèle récent si vous n’êtes pas certain de le garder, il se revendra encore plus facilement.

Prenez soin de conserver la boîte et tous les accessoires et documents, ce sont des arguments en votre faveur au moment de la vente.

Mais encore ?

Il y a plein d’autres raisons d’utiliser un zoom 70-200mm, aussi je vous laisse réagir via les commentaires pour me dire comment vous utilisez le vôtre si vous en avez un!

Toues les zooms 70-200mm pour Nikon chez Miss Numerique …

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


30 Commentaires sur "7 bonnes raisons d’utiliser un zoom 70-200mm f/2.8 ou f/4"

  1. Bonjour le nouveau tamron f4 n est toujours pas sorti ?? Merci

  2. Bonsoir Jean-Christophe,
    Je vous remercie pour votre site que j’ai découvert suite à ma visite au salon de la photo 2017 – c’était ma 1ère visite (par manque de temps les années précédentes). J’y ai trouvé plein d’infos, d’idées etc. Merci pour vos commentaires, avis, tutoriels, guides… qui permettent à nous, amateurs de trouver beaucoup de réponses à nos interrogations.
    J’ai vraiment commencé la photo vers l’age de 20 ans (début des années 80…) avec le 24×36 de mon père qui était un « Kodak – Rétinette 1A » avec objectif fixe 50mm f:2.8 de marque « Angénieux » (le top avec Karl Zeiss en optique), à obturateur en iris (synchro flash à toutes les vitesses). Pour moi en terme de 50 mm, on n’a pas encore fait mieux en qualité d’image, rendu et piqué. Associé à du kodachrome 64 ou de l’ekta 50 Pro…
    Avec mes 1er revenus de stage je suis passé au Nikon EM + 50 mm Nikon f1.8 ultra compact (on fait avec ses moyens).
    2 ans après environ, j’ai acheté un Nikon FE2. J’ai agrandi mon « parc » d’objectif avec un 28mm f:2.8 et un zoom à pompe 75-150 f:3.5-4 (génial pour faire des « filés » à basse vitesse). A cette époque est paru « objectif photo » en 132 fascicules, que j’ai acheté semaine par semaine et qui me sert encore aujourd’hui. Plus pour la partie matériel et support argentique, mais pour la technique. Travail toujours en diapositives. Ekta 50 pro ou Ekta 100.
    Je me suis mis à développer moi-même mes dia. Pour le plaisir de la maitrise du produit de A à Z. Pas de tirage papier par manque de place (en appartement chez les parents ce n’est pas évident).
    J’ai toujours utilisé à toute occasion favorable un filtre polarisant de marque B+W. Pour jouer avec les contrastes et les reflets.
    Je suis passé au numérique quznd mon FE2 a donné des signes de fatigue avec le Nikon D60. et 2 objectifs Nikon AF: le Nikkor 18-55mm f:3.5-5.6 G VR et le Nikkor 55-200mm f:4-5.6 G ED VR.
    Je viens de passer au début de l’été au D7200. avec toujours les 2 mêmes zooms.
    Changement de calibre avec ce boitier. Personnellement, je ne regrette pas le D7500 qui vient de sortir juste après mon achat. Je préfère le D7200 à 24MP. L’écran fixe à l’arrière du boitier ne me gène pas. 99,9% des photos prises sont cadrées dans le viseur. Habitudes gardées des 24×36 argentiques. Pour la vidéo, j’ai un petit caméscope « full HD » JVC Everio GZ-HM446BE avec une optique Konica-Minolta HD f=2.9~116mm 1:1.8 zoom optique 40x qui me sort des vidéo en UXP et beaucoup plus maniable qu’un boitier photo.
    Personnellement pour la photo mon 55-200 me donne entière satisfaction que ce soit pour de la photo paysages (je fais beaucoup de rando en montagne l’été) ou pour le portrait ou pour « jouer » avec la profondeur de champ pour détacher un sujet.
    En argentique, je pratiquais la macro avec des bagues allonge Vivitar couplées à mon objectif Nikon 50mm.
    Questions:
    – Est-ce que je peux utiliser ces bagues allonges et mon 50mm f:1.8 sur le D7200 (en mode A ou M) ?
    – Quel serait l’intérêt d’utiliser mon Nikon 28mm f:2.8 (non AF) donc en mode A ou M sur ce boitier, en dehors d’être une optique fixe avec une ouverture bien plus grande – donc plus lumineuse et une profondeur de champ plus réduite – pour les panoramiques de paysages en particulier ?
    – Quel serait l’intérêt pour moi d’acquérir un 70-200 (Nikon de préférence) ?
    Pour la photo d’intérieur, ou en basse lumière j’utilise toujours mon flash Metz qui date des années 90 modèle Mécablitz 32CT7 avec une tête principale orientable et réglable en fonction de la focale et une tête d’appoint fixe avec diffuseur amovible pour déboucher les ombres sur les visages ou les premiers plans. Utilisation sur le 7200 réglé en mode M et ISO imposée (souvent 200) comme je n’ai pas de sabot de couplage (différence d’âge des 2 matériels).
    Voilà, c’est mon premier commentaire sur votre site. Et mon premier contact avec vous.
    Merci pour tout.

  3. Sujet bien maîtriser bravo ! technique et en même temps très pratique , merci pour toutes ces infos !👍

  4. bonjour
    j’utilise un 70-300 ED car en voyage coupler a un 16-80 j’ai tout ce qu’il me faut
    le 70-200 serais-il mieux?

  5. Bonjour,

    J’ai la joie de pouvoir utiliser un nikon 80-200 2.8 à pompe sur un D700 et un F801 depuis près de vingt ans. c’est une optique géniale je l’utilise beaucoup en photo de sport (hand). Depuis deux semaine je suis passé sur le 70-200 vr2, que dire à part que l’on entre dans un autre monde (map super rapide, piqué magnifique…)
    Je n’ai pas encore pris en main à 100% le caillou les habitudes de la pompe …
    Mais il est vrai que je l’adore.
    Coté photo extérieur portait nature… le flou arrière est génial
    le seul hic (en dehors du prix) c’est le poids, au bout de deux heures de match c’est dur le 80-200 1.2Kg le 70-200 1.5Kg (les 300g se ressente très vite)
    à bientôt

  6. Merci pour les informations concernant un 70 200 2.8..j utilise un d 7000 et je voudrais y associer un sigma 120 300 2.8 pour faire de l animalier…pouvez vous me guider concernant cet objectif…Bien à vous…j attends votre réponse avec impatience…merci…

  7. Bien dit ! Bonne description et inventaire des possibles. Faut trimbaler la bête, on peut se fatiguer, ça se mérite, dirais-je… Mais c’est tout bénéfice.

  8. J’abonde totalement avec le contenu de cet article. Mon 70-200 f 2.8 m’est complètement indispensable. Je l’utilise entre autre énormément en photos de spectacles, ou il permet de capter des expressions , des gestuelles, bien détachées de l’environnement et du fond. Sa grande ouverture est également un gros avantage par rapport au f4, vu la luminosité parfois faible, sur ce genre de shooting, ce qui permet d’éviter de trop monter en ISO.

  9. Article intéressant qui ouvre des possibilités étendues non soupçonnées avec un « TELEOBJECTIF » , Est ce que le nouveau téléobjectif de NIKON : 70-300 dans la série P: AF-P DX NIKKOR 70-300mm f/4.5-6.3G ED VR , ouvrirait des possibilités « similaire » pour un NON professionnel ? il a un encombrement et un poids réduit avec un budget nettement plus faible-Merci-Cordialement Michel

  10. Bonjour Monsieur Jean-Christophe Dichant,

    Je voulais avant tout vous remercier pour tous vos commentaires, tutoriel et enseignements que vous partagez avec vos lecteur sur le matériel Nikon et autres sujets, je possède un bon et vieux bagages en photographie mais il est clair qu’il y’a toujours quelques choses à apprendre !

    À ce sujet, feriez-vous un jour (ci cela n’a pas déjà été fait ?) un tutoriel sur la métrise du système d’utilisation des flashs Nikon cobra dans le cadre de prise de vue studio intérieur ou extérieur en mode CLS, iTTL je parle bien sûr de l’association de plusieurs Flash cobra (SB 5000 pour ma part) associés ensembles et dont chacun auraient une fonction bien précise sur un set de prise de vue, un Flash principal, un autre pour déboucher des ombres et pourquoi pas un qui aurait pour mission d’éclairer un fond et un dernier selon le cas qui lui aurait pour fonction d’apporter un pinceau de lumière sur une partie du sujet . Le tout gérée par un contrôleur SU 800 fixé sur le boîtier. Les explications sur le sujet sont assez vague et bien que je comprent le sens des abréviations iTTL, CLS, TTL BL et TTL FP. Leur usage reste assez flou pour moi qui ai dans ma jeunesse toujours utilisé que de gros Flashs de studio à l’aide d’un Flash mètres indépendant pour définir la fonction de chacun d’eux.

    Pour ce qui concerne mon matériel, j’ai la chance d’être propriétaire d’un Nikon D810, d’un Zoom 70/200 f 2,8G ED VRII, un micro Nikkor 60mm f 2,8, un kit Nikon WR-10 Radio avec WR-T10 et WR-A10 , un kit Nikon macro RC 1 avec un contrôleur de Flash asservi Nikon SU-800 et une cellule Flash mètres spot mètres Sekonic L-758DR.
    Et d’autres accessoires qu’il serait trop long et peut-être pas utile à détailler. Bref je ne descend de la montagne. Je ne fais que des fichiers en format Raw que je traite avec LR 6 sous licence perpétuelle. je suis diplômé des beaux arts en graphismes de l’image en belgique et je me targue d’être un photographe averti. Mais comme précisé plus haut, il y a toujours quelques choses qu’on ignore tant la technologie évolue vite et il est certain que l’on apprend ou que l’on découvre tous les jours quelques choses qu’on ignorais ou que nous avions oublié.

    Bref, milles fois mercis Monsieur jean-Christophe pour votre dévouement.

    Cordialement,
    Michel R.

  11. Bonjour,
    J’utilisais un 80 200 2.8 (l’AFD à pompe) avec mon F5. séance de muscu garantie, mais très bon résultats. Maintenant avec mon D800, j’ai choisi le 70 200 4. D’une part le stop en moins est compensé par la capacité à monter en ISO du boitier, ensuite la qualité de l’image est pour moi la même qu’avec le 2.8 (ben si). D’autre part il est plus léger (et donc prend moins de place), et enfin moins cher. Il a sa place dans mon sac dans toutes les sorties.
    Sinon le flou d’arrière plan en 2.8 peut être un peu trop short comme dit dans l’article. A mon (humble) avis, le 2.8 est pour un usage spécifique, alors que le 4 suffit dans 90% des cas.

  12. Bonjour,
    J’ai la chance de posséder un Nikon avant dernière version, que je ne vendrais pour rien au monde à cause de son piqué, sans doute le meilleur de toute ma garde-robe ( à l’exception peut-être des objectifs macro… et encore… ).
    La seule restriction concerne les photos de paysage..; mais dans certaines conditions, il est tout à fait utilisable, particulièrement en montagne !
    Et puis, il a toujours ce piqué exceptionnel…
    Merci pour l’article !

  13. Bonjour
    J’utilise un zoom Sigma 70/200 F 2.8 depuis 17 ans avec toujours le même plaisir et pour un piqué extraordinaire à toutes les focales. Il me permet de varier mes prises de vue sans changer d’objectifs pour un résultat remarquable en faisant jouer la profondeur de champ. Que du plaisir. Son poids n’est pas un problème pour moi si j’en ai besoin j’utilise le pied et le rendu des photos est extraordinaire.

  14. Bonjour,
    Tout avis est une question de dosage avantages/inconvénients et en fonction de ce qu’on veut faire. Un 2,8/80-200 ou 70-200 sur un reflex Nikon d’entrée de gamme, c’est un non-sens… ou alors l’usager considère son boîtier comme soit secondaire (par ex. à côté il a un D700 ou un Df) soit très provisoire. Mis à part le prix de la bête (car il s’en trouve d’occase en très bon état à partir de 350 euros), il y a l’encombrement et le poids, ce dernier prohibitif dans le cas de voyage en avion low cost, surtout si le boîtier est lourd et s’il y a d’autres objos à l’avenant (rappelons que le poids total, fourre-tout inclus, est de 5kg dans certaines compagnies, un télézoom f/2,8 est donc strictement hégémonique dans le sac). Donc, je suis très sceptique, sauf pour un pro évidemment ou quelqu’un qui veut jouer au pro. Autre point à ne pas oublier: attention certains anciens modèles ont une mise au point par le boîtier nécessitant une sorte de tournevis que les reflex d’entrée de gamme n’ont pas, de plus la MAP peut s’avérer lente dans le cas de sujets dynamiques.

  15. Bonjour Jean Christophe.J’apprecie beaucoup vôtre site &entre( nous sommes voisins je demeure à Thiais ).Je voudrais avoir vôtre avis sur le Nikon & tamron 28/ 300 est ce le couteau suisse qu’il faut avoir ? ja possede un 55/200 1.4 5.6 G & un 18/55 1: 3.5-5.6 G II de nikkor et un boitier Nikon 40 X. PAR avance merci

  16. j’ai oublié de préciser que je l’utilise sur un D800, ce qui laisse une marge d’erreurs faible au vue de la résolution des images sur ce boitier quand on utilise une grande focale.

  17. J’utilise beaucoup mon AF-S 70-200mm f/2.8 VR2 pour des portraits, qu’ils soient en studio ou en extérieur, j’obtiens des flous d’arrière plan généreux qui donnent à mes portraits une valeur ajoutée. Il est cependant exact que son poids pose problème lorsqu’on l’utilise deux heures d’affilées, mais on oubli vite cet inconvénient lorsque l’on voit le résultat.

  18. Bonjour.
    Pour ma part, je suis resté fidèle à mon 80-200 f2,8 AF mais pas VR que l’on m’a offert il y a 28 ans. C’était évidement l’époque de l’argentique. Il n’a qu’une bague : mal en tournant, zoom en piston.c’est super pratique. En AF on utilise que le piston bien entendu. Je ne comprends pas pk Nikon n’a pas continué ce format. En tout cas, qualité optique au top. Il allait très bien sur mon D70. Il fait merveille sur mon D7000. J’espère qu’il suivra sur le D750 que j’espère acheter d’ici un an ou deux.

  19. Bonjour, Tout d’abord bravo pour le site.
    J’utilise le AF-S VR 70-200 Nikon F4 uniquement pour le hockey et avec un D500.
    Réglages : Ceux préconisés par Nikon pour le Hockey puis :
    Balance des blancs en Auto – Mode Programme – +1.5 IL et entre 3200 et 4000 iso
    le tout en Raw.
    Très peu de déchets au niveau de l’exposition même si les matchs de jeunes se passent généralement dans des patinoires ou l’éclairage n’est pas optimum.
    Avec ces réglages les photos sont entre 1/400 et 1/500 peu m’importe l’ouverture, la seule chose c’est d’essayer de garder la structure visible de la glace.
    Quelques exemples de la dernière saison :
    https://goo.gl/photos/vUCSkDaWgbCVEEir7
    Cordialement
    YP

  20. bonjour,
    J’ai acheté mon 70/200mm F2.8 en 2005 en remplacement de mon 80/200, sans regret car 70 et 80mm cela fait une grosse différence dans la pratique.
    Mais pour quelqu’un peu « argenté » le 80/200 peut être une bonne occase !
    .
    Un avantage non négligeable de ce zoom est son ouverture constante.
    C’est l’objectif que j’utilise le plus, et compte tenu que je fais de la photo de sports, qu’aux dernières nouvelles le D3 affiche 246 000 et le D4 114000, il doit bien avoir
    200 000 photos au moins à son actif, par tous temps et toutes conditions.
    C’est dire s’il est robuste, que c’est un achat de très longue durée, et que le prix se fait oublier sur le long terme.

    Avec le D3 ou le D4, le poids n’est pas un problème, l’ensemble est bien équilibré et « facilement » utilisable à main levée. La main levée est un peu plus délicate avec un boitier plus léger comme le D800, mais néanmoins parfaitement utilisable si l’on a une bonne stabilité à la prise de vue.
    Cela étant je viens d’acheter la version F4 pour les randonnées avec sac à dos qui semble à la hauteur de son ainé, 1 stop en moins.
    Mais pour le sport en salle, surtout avec éclairage artificiel, ce sera toujours le F2.8 qui aura ma préférence. je l’ai conservé d’autant plus que s’il continue à faire des photos piquées, il n’a plus grande valeur en occasion justifiant une revente.
    Salut à tous.

  21. Merci pour ton article, je vais faire l’acquisition, mais j’hésite entre vr 2 ou vr 3 qui d’ailleurs est beaucoup plus onéreux. J’aimerais que tu me guide dans mon choix.

    Merci pour ta réponse

  22. Bonjour,
    Pour ma part, j’ai essayé il y a quelques années le 70-200 auquel j’ai préféré le Nokkor 28-300 – 3,5-5,6 G. C’est à la fois un objectif de reportage pratique, qui couvre quasiment toutes les situations en reportage, en animalier (Exemple papillons ou libellules), sport (mise au point réactive) ou en studio. La correction de l’objectif avec Camera Raw (CC) fonctionne correctement. Le piqué est très correct, et est facilement améliorable avec Camera Raw ou Photoshop. Je l’utilise couplé avec un D700 (full frame), et j’ai une profondeur de champ suffisante pour mettre le sujet en valeur à f5,6 à partir de 180mm. De plus, sauf erreur de ma part, il est tropicalisé. Voir ici le test de Ken Rockwell: http://www.kenrockwell.com/nikon/28-300mm.htm (en anglais).

  23. J’ai un 70 200 f4 NIKON et c’est vrai que je ne m’attendais pas à l’utiliser aussi fréquemment.
    C’est une aide indéniable pour la créativité. Moi aussi au début, je pensais qu’il ne me serait utile que pour rapprocher. Et puis la netteté permet des recadrages de très haute qualité.
    Merci pour cet article très pertinent.

  24. photographe Toulon | 9 juin 2017 à 11 h 51 min | Répondre

    Merci pour cet article. Je suis encore en train de choisir mon équipement photo, mais je pense que ces informations me seront bien utiles. Le zoom 70/200mm semble être très pratique 🙂

  25. Super ce résumé. Personnellement, je trouve juste que le 70-200 f/2.8 est un poil trop lourd pour une utilisation à main levée.

  26. J’ai utilisé le Tamron G1, maintenant le G2, et c’est mon préféré après le 50 f/1.4. Plutôt pour le portrait, mais aussi pour des paysages, il permet quand même d’avoir un 70, 85, 90, 105, 135, 150, 180 et 200mm (pour ne citer que les focales qu’on peut trouver en fixe) avec ouverture f/2.8, sachant que seuls les 85, 105, 135 et 200 fixes disposent d’une plus grande ouverture, c’est appréciable. Si on ne veut pas se restreindre à une seule focale, le poids et l’encombrement d’un 70-200 n’est finalement pas un problème, il suffit de compter le poids et l’encombrement d’un 85 et 105 f/1.4 pour s’en rendre compte. Mais bon, inutile de vouloir lancer une guerre fixe vs zoom, ce n’est pas la même démarche. Je l’adore notamment en vacances, plutôt que d’emmener 85 et 105 ou 135 (voire 200mm…), même si dans ce cas la version f/4 Nikon doit être encore plus sympa 😉 .