Canon EOS 6D, plein format, 20MP, 2099 euros – comparatif Nikon D600

En ouverture de la Photokina 2012, Canon n’aura pas mis longtemps à répondre à l’arrivée du Nikon D600 en annonçant son nouveau Canon EOS 6D, un boîtier plein format riche de 20Mp et proposé au tarif de 2099 euros, soit à l’euro près celui du concurrent de la marque jaune.

Revue de détails et premier comparatif entre le Canon 6D et le Nikon D600.

Canon EOS 6D vu de face

Le Canon EOS 6D vient donc compléter la gamme de reflex numériques Canon EOS enrichie ces derniers mois des modèles experts-pros Canon EOS 5D Mark III et EOS-1D X. Tout comme son concurrent direct le Nikon D600, l’EOS 6D est positionné par Canon comme un modèle amateur, plus à-même de séduire les photographes passionnés et experts que les modèles familiaux de la gamme. Il n’est pas considéré non plus comme un modèle expert-pro, reprenant ainsi l’exact positionnement du Nikon D600.

Un capteur CMOS plein format de 20,2 Mp

Canon aime bien multiplier les modèles de capteurs. L’EOS 6D est donc bâti autour d’un nouveau capteur 20,2Mp qui n’est ni le 21Mp du 5D Mark II, ni le 22Mp du 5D Mark III. Ce capteur est associé au processeur de traitement d’images Digic 5+. Selon Canon, l’ensemble permet de disposer d’une plage de sensibilité allant de 100 à 25.600 ISO et extensible à 50 ISO et à 102.400 ISO.

L’EOS 6D fait ainsi mieux que le Nikon D600 qui propose 100 à 6400 ISO et extension à 50 et 25.600 ISO. Attendons les premiers tests DxO de ces deux capteurs pour en connaître les performances précises, particulièrement en matière de gestion de bruit mais surtout de dynamique. Les chiffres sont toujours à prendre avec des pincettes dès lors que l’on dépasse 12.800 ISO, la qualité des images produites pouvant s’avérer très moyenne parfois. Quoi qu’il en soit, Canon marque un point en matière de sensibilité face au Nikon D600 en retrait.

Module autofocus à 11 collimateurs

Le Canon 6D est équipé d’un système autofocus à 11 collimateurs annoncé par Canon comme réactif jusqu’à -3 IL (valeurs d’exposition). Rappelons que ce niveau de sensibilité correspond à la lueur de la lune par un soir de grand beau temps, ce n’est déjà pas si mal !

Si l’EOS 6D l’emporte sur le D600 en terme de sensibilité, force est de constater qu’il marque le pas en matière d’autofocus. Les 11 collimateurs du 6D auront fort à faire pour concurrencer les 39 collimateurs du D600 et les différents modes AF dont Nikon s’est fait une spécialité.

La différence ne sera évidemment pas sensible sur les sujets statiques, c’est avec les sujets en mouvement et le suivi AF que le 6D avouera une certaine faiblesse. Les 39 collimateurs du D600 devraient procurer des performances meilleures, mais la meilleure sensibilité en basses lumières de l’EOS 6D pourrait s’avérer être un avantage à l’utilisation. Nous donnons néanmoins le point au Nikon pour ce qui est de l’AF.

Canon EOS 6D vu de profil

1/4000ème de seconde, synchro flash 1/180 et 4.5 vps

Le Canon 6D fait jeu égal avec le D600 sur le plan de la vitesse d’obturation. Les nikonistes qui ont critiqué haut et fort la limite de 1/4000ème de sec. imposée par le D600 se voient rejoints par les canonistes qui ne vont pas trouver mieux sur le 6D.

L’écart avec le D600 se creuse dès lors que l’on s’intéresse à la vitesse synchro flash qui passe à 1/180 sur le 6D quand elle est de 1/200 sur le D600. Il n’est pas évident du tout que la différence soit sensible à l’usage pour les utilisateurs cibles de ces deux boîtiers mais sur le papier Nikon marque un petit point.

Deuxième petit point pour le D600 face au 6D et son mode rafale à 4.5 images par seconde. C’est une vue de plus pour le D600, et un léger avantage pour les amateurs de photo de sport ou de nature. Les autres devraient ne pas faire grand cas de cette différence.

Enfin, l’EOS 6D marque encore le pas sur le D600 en faisant l’impasse sur le flash intégré. Si le petit flash des boîtiers ne sait répondre à l’ensemble des besoins des photographes, il permet de pallier à l’absence de flash cobra et, chez Nikon, permet de commander les flashs distants de la série SB. L’EOS 6D se retrouve curieusement privé de cet accessoire, un détail qui a son importance sur un boîtier de cette gamme d’autant plus que le 6D ne dispose pas non plus de prise synchro flash. Les fans de studio apprécieront.

Canon EOS 6D vu de dos

Un viseur lumineux avec couverture 97%

Un des atouts des boîtiers plein format, c’est leur viseur optique qui s’avère généralement très confortable à l’usage. Si Sony a fait le choix d’équiper son récent Alpha 99 d’un viseur électronique, canon conserve une visée optique sur le 6D. La couverture du champ est par contre annoncée à 97% quand le Nikon D600 propose 100%. Un détail qui n’en n’est pas un, tant la capacité à voir dans le viseur le champ précis qui sera celui de l’image finale est importante pour nombre d’utilisateurs.

L’écran arrière de l’EOS 6D est un LCD de 7,6 cm (soit 3 pouces) proposant une belle définition de 1.040.000 points. Jeu égal ou presque avec l’écran du Nikon D600 qui mesure 8cm pour 921.000 points. Vous ne verrez pas la différence à l’usage.

Mode vidéo FullHD 1080p

Canon avait pris une belle longueur d’avance en vidéo avec son 5D Mark II face à une gamme Nikon très pauvre en la matière. La tendance est en train de s’inverser puisque les Nikon D800 et D4 ont largement comblé leur retard. Le mode vidéo évolué de ces deux boîtiers équipe également le D600 qui marque un point face au Canon 6D. Celui-ci en effet, s’il propose un mode vidéo FullHD 1080p à 30,25 et 24 images/seconde ne dispose pas de sortie flux HDMI pour export vers un enregistreur externe. De même il fait l’impasse sur la sortie casque pour contrôle de l’enregistrement audio.

L’intérêt de certains professionnels pour un petit boîtier plus abordable que les modèles pros mais néanmoins capable de tourner des séquences vidéos de grande qualité est évident. Ces derniers ont d’ailleurs bien réagi à l’annonce du D600. L’EOS 6D ne propose pas une aussi belle fiche technique en vidéo, un pas en arrière de la part de Canon qui surprend un peu.

Canon EOS 6D vu de dessus

Des fonctions avancées et un module Wi-Fi

Le Canon 6D dispose des fonctions avancées communes à la plupart des boîtiers du moment. Le mode HDR (sans précision de plage encore de la part de Canon), le bracketing d’exposition à +/- 3 niveaux, l’indication de niveau électronique font partie de la fiche technique. L’EOS 6D dispose par contre d’un module Wi-Fi intégré qui lui permet de communiquer avec un ordinateur distant ou un smartphone. Ce module intégré (absent du Nikon D600 qui impose l’acquisition d’un module complémentaire) permet également le transfert des images et le partage depuis l’appareil mobile distant.

Module GPS intégré

Le GPS intégré au Canon 6D ravira les photographes qui apprécient de pouvoir retrouver facilement les coordonnées géographiques de prise de vue dans les données EXIF de leurs images. L’EOS 6D dispose également d’un mode enregistreur qui mémorise le trajet même si le boîtier est éteint.

Premier avis sur le Canon EOS 6D face au Nikon D600

Canon emboite le pas de Nikon et propose avec ce 6D un boîtier qui fait quasiment jeu égal avec le D600. Le repositionnement de gamme effectué par les deux leaders du marché reflex peut dérouter mais reconnaissons que nous sommes là en présence de boîtiers plein format plus accessibles que leurs grands frères respectifs. La fiche technique du Canon 6D est proche de celle du D600. Le 6D garde pour lui un capteur plus sensible, une fabrication du même niveau que celle du D600 et une ergonomie qui ne déroutera pas les canonistes.

Proposé au même tarif que son concurrent, ce Canon 6D intéressera les amateurs souhaitant évoluer vers le plein format et disposant déjà d’optiques Canon EOS compatibles. Il marque clairement le pas par rapport au 5D Mark III qui est lui plus proche des attentes des experts, mais plus onéreux aussi. Face au D600 il propose quelques avantages comme le module WI-Fi et le module GPS qui peuvent contrebalancer l’absence de sortie vidéo HDMI, de prise casque ou le mode rafale limité et l’absence de flash intégré.

Au moment du choix, il devient donc plus que nécessaire de bien analyser ses besoins afin d’opter pour le modèle qui couvre au mieux les attentes. Un petit tour du côté de l’occasion et des Nikon D700 et Canon EOS 5D Mark II pourrait s’avérer intéressant également pour celui qui souhaite passer au plein format à prix (presque) doux.

Source : Canon

Télécharger cet article en PDF

Télécharger l'article en PDF

Vous recevrez par mail des conseils photo, des sujets inédits, des offres réservées aux abonnés et des réductions sur mes formations. Vous pourrez aussi échanger avec moi directement.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment faire de bonnes photos quel que soit votre niveau

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*



4 Commentaires sur "Canon EOS 6D, plein format, 20MP, 2099 euros – comparatif Nikon D600"

  1. C’est bien un module GPS permanent… mais quel est l’impact sur la durée de vie des batteries ? S’il faut acheter une batterie de plus pour la changer en cas de ballade un peu longue, ce n’est pas un plus ! celle du Nikon permet de faire plus de 1000 photos si on ne flashe pas à tour de bras… et près de 4000 avec une « conduite économe » 🙂

    Pour le reste, je suis d’accord avec nikal37 : et même plus : mes vieilles optiques de 1971 fonctionnent déjà sur mon D7000 et fonctionneront sur le D600 (certes en tout manuel et avec une légère modification de la bague d’ouverture — Nikon la proposait lors de l’abandon de la fourchette — mais je n’ai pas les moyens de me racheter un 300 mm ou un 85 f1.8, ou mon excellent 80-200)

  2. Un très net avantage au D600 pour la photo (le capteur est presque au niveau de celui du D800, tant en dynamique qu’en profondeur de couleur selon DXoMark).
    Deplus le D600 permet d’utiliser des optiques Dx (crop à 10,3MP) et les anciens Nikkor jusqu’aux manuels Ai et Ai-s (impossible d’utiliser les optiques pour APS-C sur le Canon!.
    Pas de flash intégré sur le Canon (quelle erreur), ce petit flash si utile pour déboucher
    les ombres et pour commander sans fil les flashs Nikon. Le viseur assure pratiquement
    100% de couverture pour 97%, et les capteurs AF: 39 pour 11 (l’autofocus va jusqu’à f/8 sur
    le Nikon), vitesse de rafale supérieure (voir  la mémoire tampon).
    Bref, depuis le D800, Nikon fait la course en tête, le 6D n’est pas disponible sans doute avant 2013. Sans doute une annonce précipitée et nécessitée par la disponibilité immédiate du Nikon.

  3. 1/4000ème de seconde?
    Pas de prise synchro flash?
    Uh?

  4. Un léger avantage au Nikon. Par contre deux petits points positifs pour le Canon: un Wi-Fi et un module GPS intégrés: des modules en options sont non seulement assez couteux mais surtout pas du tout pratiques: risque d’abimer les connecteurs, verrues qui dépassent du boitier, etc.