Quel mode d’exposition choisir et pourquoi ?

Vous ne savez pas quel mode d’exposition choisir parmi ceux que propose votre boîtier ? Vous ne comprenez pas la différence entre mesure matricielle et mesure spot ? Vous aimeriez contrôler votre exposition plutôt que de subir un automatisme ?

Voici quelques notions de base sur l’exposition et pourquoi utiliser chaque mode de mesure.

Quel mode d'exposition choisir et comment le régler ?

Qu’est-ce que l’exposition ?

Revenons-en aux fondamentaux de la prise de vue : l’exposition photo n’est rien d’autre que le fait de laisser passer plus ou moins de lumière au travers de l’objectif pour venir impressionner le capteur pendant un laps de temps donné. Les deux paramètres qui font une bonne exposition sont donc l’ouverture et la vitesse.

Pour faire une analogie un peu plus parlante, si l’exposition est la quantité d’eau nécessaire pour remplir un seau, l’ouverture est le diamètre du tuyau d’arrosage et la vitesse est la durée pendant laquelle le robinet reste ouvert.

Une photo bien exposée est donc une photo qui a reçu la juste quantité de lumière pour n’être ni sur-exposéetrop claire – ni sous-exposéetrop sombre.

Pour mesurer la quantité de lumière, le boîtier dispose d’un module de mesure de lumière – la cellule. Ce dernier mesure l’intensité de la lumière pour la scène à photographier et calcule un couple ouverture – vitesse à adopter en fonction :

  • du mode de prise de vue choisi (voir les modes P,S,A,M)
  • de la sensibilité (ISO)
  • de la complexité de la scène photographiée (plus ou moins contrastée par exemple).

C’est cette complexité qu’il faut savoir gérer et c’est pour vous faciliter la vie que les constructeurs ont incorporé aux boîtiers des modules de mesure de lumière de plus en plus élaborés.

Quel mode d'exposition choisir et comment le régler ?

Le sélecteur de mode de mesure de lumière (ici Nikon D700)

Si les premiers boîtiers argentiques comportaient tout au plus une aiguille à la position variable, les plus récents reflex numériques proposent 3 modes de mesure historiques :

  • mesure matricielle
  • mesure pondérée centrale
  • mesure spot

Un quatrième mode a fait son apparition sur les boîtiers Nikon récents, il découle du mode de mesure spot :

  • mesure spot pondérée hautes lumières

Pourquoi une telle complexité ?

Mesurer la lumière peut sembler facile mais ne l’est pas toujours.

Une simple cellule vous donne en temps réel la valeur attendue (il existe d’ailleurs des applications pour smartphones comme Pocket Light Meter sur iOS ou LightMeter Free pour Android).

Mais disposer d’une valeur brute vous impose d’interpréter cette valeur, de faire la part des choses entre un sujet et un autre. Certains sont plus contrastés avec des zones très sombres et d’autres très claires. D’autres sont plus homogènes avec un sujet éclairé partout de la même façon. La quantité de lumière mesurée correspondante peut donc être la même, mais demander un réglage différent sur le boîtier pour rendre compte des écarts.

La puissance des processeurs embarqués dans les reflex récents permet désormais au boîtier de se baser non plus sur une simple mesure, mais sur une base de connaissances de situations types. La mémoire du boîtier connait des milliers de types de photos différents et le module de mesure de lumière est capable de faire le lien entre votre sujet et un modèle proche en mémoire. Et d’adapter la mesure de lumière pour vous donner la meilleure exposition possible.

Ainsi, selon que vous photographiez une plage en plein soleil ou un portrait à l’ombre, ou encore que vous orientez le boîtier en mode portrait ou paysage – le ciel change de position dans le cadre par exemple – la valeur d’exposition calculée pour une même mesure de lumière sera différente.

Apparue avec le Nikon FA en 1983, le mode de mesure matricielle fait ainsi appel à plusieurs zones sensibles qui permettent de faire des micro-mesures localisées. Chacune de ces micro-mesures est ensuite prise en compte pour déterminer le type de sujet et adapter l’exposition.

Mesure matricielle

Principe de fonctionnement

La mesure matricielle fait appel à un capteur spécifique RVB sur les reflex récents. Ce capteur analyse la scène cadrée et transmet les informations au module de mesure – il sait tenir compte des couleurs du sujet. Le module de mesure fait le lien entre ces informations et les milliers de modèles stockés en mémoire pour déterminer quel est le type de sujet photographié.

Une fois que le type de sujet est identifié, le processeur donne un couple vitesse-ouverture qui tient compte des autres réglages – sensibilité, mode de prise de vue.

Mesure matricielle Nikon

Mesure matricielle

Dans cette scène en extérieur, le boîtier a pris en compte la forte luminosité des portes de garage qui sont un peu surexposées tout en préservant les zones plus sombres. L’ensemble reste toutefois équilibré.

Quand utiliser la mesure matricielle ?

La mesure matricielle est le mode de fonctionnement à utiliser par défaut avec un reflex numérique. Les performances des modèles récents sont très élevées et les résultats souvent meilleurs que ce que le photographe amateur est capable de faire par lui-même.

La mesure matricielle permet toutefois de garder le contrôle et de modifier le résultat donné par le boîtier. C’est ce que vous pouvez faire avec le correcteur d’exposition ou le mode Manuel.

Mesure pondérée centrale

Principe de fonctionnement

La mesure pondérée centrale est apparue sur les reflex argentiques et reste un mode disponible sur les modèles numériques même si elle a tendance à perdre de l’intérêt face à la mesure matricielle. Dans ce mode, la mesure de lumière tient compte du fait que le sujet est souvent au centre de la photo et le module de mesure adapte l’exposition pour favoriser cette zone.

Cette ‘pondération centrale’ est fonction de la taille de la zone centrale considérée. Celle-ci peut en effet être assez large comme plus réduite (le réglage se fait dans les menus).

Quel mode d'exposition choisir et comment le régler ?

Réglage de la taille de la zone pondérée centrale

Quand utiliser la mesure pondérée centrale ?

La mesure pondérée centrale permet de donner la priorité au centre de la photo. Si votre sujet est centré et qu’il se trouve éclairé différemment du fond ou de l’avant-plan – par exemple un portrait à l’ombre avec ciel très lumineux en arrière-plan – alors ce type de mesure peut s’avérer intéressant.

La mesure pondérée centrale est à utiliser avec précaution si vous ne maîtrisez pas parfaitement la notion d’exposition car elle peut donner des résultats erronés si vous n’appréciez pas suffisamment bien la nature du sujet.

Mesure pondérée centrale Nikon

Mesure pondérée centrale

Le boîtier a pris en compte la forte luminosité des portes de garage qui sont correctement exposées tout en assombrissant légèrement le reste de l’image. L’ensemble reste équilibré mais manque de luminosité.

Mesure spot

Principe de fonctionnement

La mesure spot permet de ne mesurer la lumière que sur une zone très réduite – et ajustable sur certains modèles. Cette zone n’est pas nécessairement localisée au centre de l’image, elle suit le collimateur autofocus actif sur les reflex Nikon.

Quand utiliser la mesure pondérée spot ?

La mesure spot trouve tout son intérêt quand votre cadrage présente un contraste très important entre le sujet et le reste de l’image : visage clair sur fond de scène noir, sujet sombre sur fond de paysage très lumineux par exemple.

La mesure spot permet d’exposer correctement une petite zone de la photo – le visage dans le cas d’un portrait sur scène – tandis que le reste de l’image reste volontairement laissé de côté.

Mesure spot Nikon

Mesure spot sur portes de garage

Le boîtier a sous-exposé l’ensemble de l’image pour tenir compte de la forte luminosité des portes de garage.
L’ensemble est trop sombre mais les portes sont correctement exposées.

Mesure spot Nikon

Mesure spot sur toits des garage

Le boîtier a sur-exposé l’ensemble de l’image pour rendre correctement le gris des toits de garage.
L’ensemble est trop clair mais les toits sont correctement exposés.

Mesure spot pondérée hautes lumières

Principe de fonctionnement

La mesure spot pondérée hautes lumières est une mesure spot qui tient également compte de tout le champ cadré pour adapter l’exposition dans la zone spot. Elle n’est ni plus ni moins qu’une mesure pondérée avec une zone de détection réduite (mais pas centrée nécessairement) et une prise en compte des hautes lumières sur le reste de l’image.

Quand utiliser la mesure spot pondérée hautes lumières ?

La mesure spot pondérée hautes lumières est annoncée par Nikon comme plus efficace que la mesure spot classique lorsque le sujet qui se trouve dans la zone spot est très lumineux. C’est le cas d’un artiste sur scène, d’un danseur sous les projecteurs par exemple.

Dans ces cas particuliers, la mesure spot pondérée hautes lumières permet de tenir compte du fait que le sujet est beaucoup plus lumineux que le reste du champ cadré et le boîtier adapte l’exposition pour ne pas brûler le sujet principal.

Ce mode a un intérêt limité si vous maîtrisez déjà la mesure spot. Il vous rendra service dans le cas contraire.

En pratique

Dans la plupart des cas, la mesure matricielle fait des miracles ! Laissez ce mode sélectionné par défaut sur votre boîtier pour vous garantir les meilleurs résultats.

Si la scène photographiée présente un piège évident – reflets sur l’eau, paysage de neige – alors utilisez le correcteur d’exposition pour modifier le réglage par défaut – surexposez ou sous-exposez selon le cas.

Si votre sujet est plongé dans une ambiance particulière – scène, concerts – privilégiez la mesure spot pour exposer correctement la seule zone de l’image qui vous importe, au détriment du reste.

Sachez que certaines optiques anciennes restent compatibles avec les boîtiers récents mais ne vous donnent pas accès au mode de mesure matricielle. Dans ce cas c’est la mesure pondérée centrale qui s’impose.

Conclusion

Si les boîtiers sont tous désormais excessivement performants en matière de mesure de lumière, il reste important de bien comprendre la finalité de chacun des modes disponibles pour que le résultat soit à la hauteur de vos attentes.

Si vous ne voulez pas passer plus de temps à mesurer la lumière qu’à faire des photos, alors optez pour la mesure matricielle qui vous évite les erreurs tout en vous laissant la possibilité d’ajuster le réglage à votre guise.

Si vous aimez expérimenter et comprendre, alors testez chacun des trois modes et regardez ce que chacun donne comme résultat. Vous allez rapidement trouver celui qui vous convient et avec lequel vous êtes le plus à l’aise.

Et pour passer rapidement d’un mode à l’autre, configurez la touche Fn – Fonction – de votre boîtier s’il en comporte une pour basculer en une pression du doigt entre mesure matricielle et mesure spot, c’est la configuration la plus efficace en pratique.

QUESTION : choisir le bon mode de mesure de lumière vous pose toujours problème ? Expliquez pourquoi et parlons-en !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre reflex et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Les commentaires sur Nikon Passion

Chaque article du site www.nikonpassion.com vous propose une zone de commentaires pour poser vos questions ou réagir.
Voici comment procéder si vous ne disposez pas de comptes réseaux sociaux et si vous ne souhaitez pas créer un nouveau compte Disqus. Disqus est le système qui gère les commentaires et l'antispam.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


35 Commentaires sur "Quel mode d’exposition choisir et pourquoi ?"

  1. Bonjour,pourquoi quelques soit le mode de réglage ,mon boitier affiche :htes lum.et toutes les zones blanches clignotent blanc noir,merci pour la réponse.(j’ai un Nikon 3300)

  2. Bonjour, je fais le plus souvent des photos de paysage et presque tous mes ciels sont cramés. Avec les explications données ci-dessus, je pense trouver l’explication a mon problème. je vous remercie pour la simplicité du texte car en tant qu’amateur photo il n’est pas toujours facile de comprendre. remerciements sincères. bonne journée

  3. CHEVALLIER Jean Marie | 17 décembre 2017 à 22 h 12 min | Répondre

    Bonjour Christophe.
    Pour la zone pondérée centrale pour la sélection, à quoi correspond l’option AVG moyenne.

  4. Bonjour
    J’ai un D7100 que j’ai envoye au Sav Ninon pour un pb de télécommande .
    De retour du SAV j’ai la très nette impression que mon boîtier mesure mal l’exposition d’un paysage . Lorsque il y a par exemple une forêt sombre à droite et un paysage clair à gauche, même en mode matriciel il gère mal l’exposition globale et je suis obligé systématiquement de mesure la lumière dans la partie sombre , de recadrer et ensuite declencher pour obtenir une photo finalement pas terrible en suite je suis obligé de faire plusieurs essais.
    Que ce soit en mode A ou M.
    Pour info j’ai testé les.mêmes photos avec un D90 et je n’ai pas le même soucis. L’exposition est adaptée globalement .
    Est il possible que la base de données avec toutes les configurations de photos soit vérolee ? (Sachant que le Sav à viré le No de série, le nbre de déclenchements et pas mal dinfo des données EXIF. …)
    Merci pour vos conseils ou suggestions.
    Cdt

    • Il n’y a pas de base de données mais un firmware. Il suffit de vérifier qu’il est bien à jour, ce qui doit être le cas au retour du SAV. Quant à « virer » numéro de série et autres infos, ce n’est pas possible. Vous devez confondre avec d’autres données.
      Le mieux est encore de poser la question au support.

      • Bonsoir
        Merci pour la reponse.
        OK pour le firmware, mais dans l’article il est fait référence à
         » …..une base de connaissances de situations types. La mémoire du boîtier connait des milliers de types de photos différents et le module de mesure de lumière est capable de faire le lien entre votre sujet et un modèle proche en mémoire. » j’aurais mal compris.
        Enfin, je peux vous assurer que le numéro de série et le nombre de declenchements ont été supprimées des données EXIF depuis le retour du Sav.
        Si vous pouvez creuser ça m’intéresse et je peux vous donner les éléments dont vous aurez besoin.
        Merci

  5. OHOUSSOU Katchédé Thomas | 13 octobre 2017 à 15 h 37 min | Répondre

    Merci pour l’explication

  6. Bonjour, l’explication des différentes mesures est claire et essentielle. Je comprends mieux comment les utiliser ou laquelle privilégier. Merci.

  7. Que pensez-vous vous du pose-mêtre manuel versus le pise-mêtre de la caméra ?

    • Bonjour,
      Je n’ai jamais trouver votre réponse.
      Que pensez-vous du posemètre manuel ( posemètre sekonic l-358) versus le posemètre de la caméra ?
      Merci
      Serge Campbell

      • Je n’en pense rien, c’est une autre façon de mesurer la lumière dans des cas particuliers que la cellule du boîtier ne sait couvrir.

      • Bonjour,
        J’ai mal formulé ma question :
        Quel posemètre est le meilleur le plus précis le posemètre manuel ( posemètre sekonic l-358) versus le posemètre de la caméra ?
        Merci
        Serge Campbell

        • Tout dépend de la situation. Le posemètre du boîtier convient dans la plupart des situations. Le posemètre manuel est utile en studio par exemple, lourd es éclairages com0lexes et demandant beaucoup de précisions. Dans la pratique il faut savoir le maîtriser pour en profiter sans quoi il ne donne pas de meilleurs résultats.

  8. Bonjour je suis toujours en mode manuel, j’ai parfois essayé les trois réglages différents dans des scènes différentes allant du très facile à la scène complexe avec de tes forts contrastes matos cela ne change rien à mon image est ce normal?

  9. Scheltienne Christian | 20 mai 2017 à 19 h 01 min | Répondre

    toujours très intéressant

  10. Sur mon boitier D 7100 lorsque j’ai pris une photo, elle s’affiche immédiatement sur l’ecran dorsal avec plusieurs collimateurs rouges, qui génent la bonne vision du cliche !je n’arrive pas à supprimer ces collimateurs, sur cet écran !!

  11. Merci pour ces explications pertinentes. Mais j’ai un soucis pour lequel je ne trouve jamais de réponse.

    Y-a-t’il un moyen de contourner le « piège lumière » de flashs qui se déclenchent en même temps que la prise de vue alors que ce n’était pas prévu, donnant lieu à des photos ainsi surexposées et même souvent cramées (je pense à des salles de réunion ou des flashs d’autres utilisateurs se déclenchent parfois en série !) Je pense aussi à de la photo en milieu obscur avec des flashs déportés non reconnus par le boitier (yongnuo par exemple) qu’on aimerait pouvoir utiliser sans passer en mode manuel… En gros, la question est « Sur le D750 -par exemple-, le posemètre peut-il continuer adapter sa mesure de lumière lorsque la prise de vue est effective (lorsque le déclenchement est réalisé), afin de réduire le temps de pose si nécessaire du fait d’un événement lumineux inattendu, bref, et n’ayant pas fait l’objet d’une analyse du posemètre lors de la mise au point ? »
    Par avance je vous remercie infiniment pour votre aide.

  12. Merci encore de supers explications !
    Une petite précision svp, la mesure pondérée centrale ne suit pas le collimateur AF ? (comme la mesure spot ?) elle est forcément au centre de l’image ?

    et comment choisir la mesure spot pondérée hautes lumières ?

    Merci

    • Comme son nom l’indique elle est … centrale 🙂
      Spot pondéré hautes lumières apparaît dans les réglages si le boîtier en dispose, regardez dans le manuel.

      • Merci 😉

        • Bonjour, je reviens pour corriger une erreur. Selon le service Nikon dans un premier échange m’avait donné l’info ci-dessus concernant la mesure pondérée centrale. J’ai eu par écrit, en provenance de chez une correction d’information. Donc en mesure spot, et en réglage par défaut (déclencheur et touche AE…) la mesure de l’exposition se fait sur le collimateur final. Ce qui veut dire que l’AF et l’expo en mesure spot sont couplés. En mesure pondérée centrale ce n’est pas le cas ! Si mon sujet est à gauche, il me faudra d’abord prendre la mesure de ce que je veux exposer en prenant grade que cela soit au centre de mon viseur, puis verrouiller l’exposition et déplacer mon collimateur sur la gauche, pour finir cette fois avec l’AF Toutefois, il m’apparait comme logique cette séparation en mode pondérée dite centrale, puisque la taille de la zone sur laquelle la mesure est effectuée est très importante. En ce sens recomposer sur un sujet décentré avec une prise d’exposition au centre n’a pas grand interêt, les résultats avec matricielle qui selon nikon intègre également des paramètres de pondérations en fonction des couleurs, des contrastes et des zones etc… qui fera bien l’affaire. Concernant le décentrage attention … Jean-Christophe explique cela très bien dans une vidéo ou le décentrage d’un collimateur, ne revient pas exactement à la même chose qu’à une recomposition à « l’ancienne » et cela bien entendu en fonction du mode de mesure de lumière choisi !

      • Je viens de joindre Nikon, et selon eux la mesure de lumière, en mode pondéré se fera sur le collimateur final ! donc pas nécessairement le collimateur central. La différence fondamentale entre Spot et Pondérée reste la taille de la zone sur laquelle le mesure est faite Par défaut on parle de centrale, mais celle-ci peut-être déplacée. La mesure est donc plus importante que la Spot, elle s’effectue avec une zone plus importante qui borde le collimateur choisi au moment du déclenchement.

  13. Pour l’animalier, aussi en portrait, j’utilise toujours la mesure spot, 3d, ou point sélectif, autofocus en continu, collimateur décalé (pour décentrer l’animal), ISO en fonction de la lumière, pour obtenir une vitesse rapide, souvent 1/1000, rarement en dessous de 1/800.
    Ainsi, l’animal est net, le reste de l’image étant en général sans importance, sauf si l’on veut montrer l’animal dans son environnement.
    J’utilise aussi la matricielle, en paysage, ou sujets plus étendus qu’un animal, avec en général de bons résultats.
    J’ai plus de difficultés, avec la pondérée centrale, que j’utilise peu; j’avais testé en animalier, genre un héron en vol, ou un canard en vol, c’est flou … ne convient pas pour un objet rapide. Je voulais tester, pour me rendre compte des effets, c’est ainsi qu’on apprend.

  14. Bon ! En mesure spot ou centrale, maintenir le déclencheur à mi course et appuyer sur AE/AF pour mémoriser l’expo !!!
    Désolé ça part tout seul
    Il y a t il un autre moyen de mémoriser l’expo ?
    Pour
    la mesure matricielle je trouve que mes photos manquent de relief, de
    contraste voire de luminosité. Est ce que je fais un autre faux réglage ?

  15. Voici un article qui m’a fait ressortir mon manuel de mon bon vieux D90… et fouiller de nouveau dans les menus a1, a2… etc. Et surtout faire quelques photos d’essais! Merci

  16. L’exposition ce n’est pas 2 paramètres, mais 3 avec la sensibilité ISO… On parle de : ouverture, vitesse et sensibilité.

  17. myrddin13
    Pas d’accord avec ta remarque sur la zone pondérée centrale qui ne sert que si le sujet est au centre de la photo ! Il est possible avec de mesurer une zone claire par exemple (75% du calcul de l’exposition) de l’enregistrer par appui sur la touche AE-L, de recadrer sa photo et faire alors sa MAP sur le sujet principal et de déclencher la prise de vue. Ceci s’apparente au fill-in et permet (surtout avec le Dlighting actif) d’éviter les ciels ou arrière-plans cramés ou sous-exposés selon les cas. Très utile aussi dans la PdV au flash .
    cordialement
    PS: j’apprécie beaucoup tes articles en forme de tutoriels !

  18. Lorsque l’on utilise la mesu spot ou pondéré central, lorsque l’on fait la mise au point et que l’on recadre ensuite, est ce que avec la mi-course du déclencheur l’expo est bloquée comme la mise au point au faut il utiliser le bouton AEL en plus?

    Merci d’avance pour vos réponses

    • Oui, d’où l’intérêt de ne pas recadrer en mesure spot mais de déplacer le point AF sur le sujet. En pondérée centrale, on s’en moque un peu, le cadrage est censé être centré.

    • Je dirais que ça dépend comment on a configuré le boitier. On peut le configurer pour que le déclencheur à mi-course mémorise la mesure de lumière, mais on peut aussi le configurer pour qu’il ne la mémorise pas. Dans ce cas, le déclencheur à mi-course ne bloque pas la mesure de lumière et il faut utiliser AEL pour la bloquer.

  19. Bonjour,

    Merci pour ses rappels, ce ne fait jamais de mal.
    Je ne connaissais pas La mesure spot pondérée hautes lumières

    Objek