Comment choisir son sac photo ? Conseils et retours d'expérience

Bien choisir son sac photo n’est pas un exercice anodin. Il faut tenir compte de la taille et du poids du matériel à porter mais aussi de l’usage qui va être fait du sac. Il existe des centaines de modèles et le choix s’avère délicat au final.

Pour tenter d’y voir clair, j’ai cherché à savoir comment faisaient les pros pour choisir le bon sac, voici deux retours terrain et le mien avec !

Choisir un sac photo - conseils - avis

article sponsorisé

J’ai fait le compte et je dispose de 4 sacs photo pour transporter mon matériel. Comme ces dames vous le diront si bien, chaque sac a ses avantages et inconvénients et il ne saurait être question de remplacer l’un par l’autre !

Chacun de mes sacs me sert dans un cadre bien particulier propre à mes activités. Le petit sac d’épaule pour la rue et la moto, le gros sac à dos pour la randonnée, le sling pour les marches avec sortie fréquente du boîtier. Le dernier, un petit Amica 40 Manfrotto, me permet de transporter mon équipement hybride en toute discrétion.

Lors du récent Salon de la Photo, j’ai eu l’occasion de passer un bon moment en compagnie de l’équipe Manfrotto qui disposait d’un stand d’exposition avec toute la gamme. C’est impressionnant d’ailleurs de voir l’étendue de cette gamme, les modèles, les coloris, les formes, les tarifs. pas étonnant que l’on s’y perde non ?

J’ai aussi eu l’occasion de (re)croiser Eric Bouvet, reporter photographe, avec lequel j’avais passé une soirée à parler de l’Ukraine il y a quelques semaines. Aurélie Coudière, photographe, a elle parcouru les allées du salon à la recherche d’images insolites. Pourquoi je cite ces deux photographes ? Parce qu’ils ont accepté d’échanger sur les raisons de leurs choix et que ce sont deux photographes aux besoins très différents.

Je trouve toujours intéressant de demander l’avis des pros car en règle générale, leurs choix sont très simples : le matériel qu’ils choisissent doit répondre à un besoin précis, avec des contraintes précises, loin de toute considération esthétique ou tendance.

Le choix d’Aurélie Coudière

Aurélie Coudière réalise principalement des reportages et des portraits en entreprise avec un Nikon D700 et plusieurs objectifs.

Comment choisir son sac photo ? Aurélie Coudière

Ces commandes l’emmènent à parcourir la France avec tout son matériel car elle se retrouve loin de sa base pendant plusieurs jours. Aurélie a choisi le sac ProLight Multipro-120 PL, généreusement gratifié du surnom « Mon petit bouzin » !

Pour Aurélie, le critère principal c’est le poids. La jeune femme ne souhaite pas transporter un monstre sur son dos. Le second critère, c’est le fait que le sac puisse passer en cabine dans l’avion, ce qui lui fait gagner beaucoup de temps lors de chaque voyage.

J’ai fait le même choix pour mes voyages avec un sac à dos généraliste que je garde en permanence avec moi. Pas question de mettre mon matériel en soute, et le compartiment supérieur de mon sac me permet d’ajouter quelques effets personnels (téléphone, livre, gilet).

Je me suis trouvé un point commun avec Aurélie puisque j’apprécie aussi d’avoir une housse contre la pluie sur le sac. Je me rappelle encore cette marche dans la forêt tropicale lors de laquelle j’ai pris quelques centaines de litres d’eau sur la tête en moins d’une heure. Mon matériel du moment a pris l’eau, j’ai réussi à le sauver mais non sans mal. Plus question de rejouer !

Autre point commun entre la photographe et moi, le besoin de disposer d’un sac discret. Je ne tiens pas à me trimbaler avec un sac sur le dos qui laisse penser qu’il s’agit de matériel photo. Vous voyez pourquoi …

Et dernier critère, l’indispensable besoin d’attraper parfois très rapidement mon reflex pour faire une photo non prévue. C’est la raison pour laquelle j’apprécie le sac sling qui coulisse facilement. Ou que j’ai désormais un petit sac d’épaule pour mon hybride moins volumineux que le reflex.

Le choix d’Eric Bouvet

Là, clairement, nous ne jouons pas dans la même catégorie. Eric Bouvet parcourt le monde pour couvrir les conflits et nous rapporter des images qu’il reste un des seuls photo-reporters à faire. Il suffit de passer quelques heures avec lui pour comprendre ce qu’il vit sur le terrain et réaliser que la protection du matériel photo est à la fois une nécessité et une contrainte.

Comment choisir son sac photo ? Eric Bouvet

Nécessité car sans matériel photo, pas de photo. Et sans photo un photographe n’a plus rien à montrer (et à vendre).

Contrainte car si le sac est trop volumineux ou lourd, il ne permet plus d’avoir la mobilité requise pour se déplacer comme Eric a du le faire lors de son récent reportage en Ukraine (allez voir ses photos, elles parlent d’elles-même).

Eric Bouvet a plusieurs lots de matériel photo à transporter quand il part en reportage. Il travaille avec des chambres grands formats (4×5 et 8×10) et des appareils numériques Fuji système X. Inutile de préciser que les deux ensembles ne tiennent pas du tout la même place !

Eric a fait le choix d’une (grande) valise à roulettes car non seulement elle est généreuse et peut contenir tout son matériel, mais de plus elle … roule ! Et quand on se déplace comme il le fait, c’est pratique de ne pas avoir à porter sur son dos plusieurs kilos de matériel tout au long de la journée.

Dans la gamme Roller chez Manfrotto (par exemple), il existe plusieurs modèles de différentes tailles qui peuvent s’adapter à vos besoins. Vous pouvez même ne garder que cette valise-là pour les courts séjours en glissant vos effets personnels dedans.

Mon choix …

Ceux qui m’ont écouté sur le salon le savent, j’aime les choses simples. J’ai toujours préféré un sac petit, léger, discret plutôt qu’un énorme engin à porter sur mon dos. Ne parlons pas des gros sacs en bandoulières qui s’avèrent incroyablement lourds au bout de quelques minutes.

Quand je transporte mon équipement reflex et deux ou trois optiques, j’utilise un sac à dos léger (un vieux sac noname qui s’avère increvable) et un sac sling. Le sling, c’est un hybride entre le sac bandoulière et le sac à dos. Il se porte comme un sac à dos (sans que j’ai à supporter le poids) et glisse très vite d’un mouvement de la main pour mettre à disposition le boîtier et son objectif sans que je n’ai à poser le sac et à l’ouvrir. C’est ce que je reproche au sac à dos (l’ouvrir en plein rue n’est pas toujours évident ni sans risque).

Plusieurs marques proposent des sacs sling, chez Manfrotto il existe tellement de modèles que vous trouverez forcément celui qui vous convient.

Comment choisir son sac photo ?

ouvert …

Comment choisir son sac photo ?

fermé …

Je transporte aussi régulièrement un boîtier hybride avec son zoom standard et quelques accessoires. Dans ce cas je veux voyager léger et discret, j’ai choisi le modèle Amica 40. Il ressemble à un sac de ville mais c’est bien un sac photo.

Et vous ?

J’ai écrit ce sujet en collaboration avec Manfrotto et les photographes qui ont bien voulu témoigner. Vous pouvez retrouver les autres ici, ils ont de belles histoires à raconter.

Et parce qu’il y a autant de choix possibles que de photographes, je suis curieux de partager avec vous. Comment transportez-vous votre matériel ? Quelles sont vos exigences ? Contraintes ? On partage via les commentaires ?

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


11 Commentaires sur "Comment choisir son sac photo ? Conseils et retours d'expérience"

  1. Effectivement, il a l’air bien ce sac d’Aurélie Coudière, mais 200 €, wow, je préfère les mettre ailleurs, j’envisage de changer d’appareil.

    Pour ma part, j’ai un Lowpro sling 202AW. Plein de rangements, de poches, d’un chiffon microfibres et d’une housse-sac imperméable intégrés, de fixation pour trépied .. mais, mais, il est inconfortable pour une femme, la bandoulière/attache traversant la poitrine.
    D’ailleurs, je compte le revendre pour cette raison (avis aux intéressés !) et m’acheter un sac à dos traditionnel.Je suis donc avec intérêt vos commentaires.

  2. Bonjour à tous. Je me permet d’intervenir et de moi même faire un retour de mon expérience pour mon choix de sac photo car ça pourra peut-être aider quelqu’un dans ma situation un jour.
    C’est un choix qui doit être très réfléchi pour tout les photographes évidemment, mais dans mon cas il est encore plus important de bien réfléchir à la question. En effet je suis paraplégique et donc en fauteuil roulant depuis presque 3 ans. Je me permet donc de vous expliquer ce que je cherchais avec un sac photo et aussi quel model j’ai choisi.
    Tout d’abord vous expliquer rapidement mon été. Accidenté de la route j’ai eu les vertèbres dorsales D4 D5 D6 fracturées, m’autant l’usage des jambes, mais aussi des abdos.
    De ce fait vous comprendrez bien qu’il me fallait un sac qui ne me gène pas dans mes mouvement et mes déplacements, et qui soit confortable.
    Je cherchais aussi un sac capable de contenir beaucoup de matériel mais dans un espace réduit.
    Mon troisième critère était le prix. 100€ dans un sac photo pour un amateur comme moi, je trouvais ça un peu trop cher.
    Après de multiples recherches, je suis tombé sur un LOWEPRO Passport Backpack ( http://www.missnumerique.com/lowepro-sac-a-dos-passport-backpack-p-22773.html ).
    Commençons par son prix. moins de 60€ chez miss numérique est un budget plus qu’acceptable pour un sac comme celui-ci.
    J’y range mon boitier (d5100) monté avec un objectif et un grip batterie, ainsi que mes 4 autres objectifs, la pochette de mon flash et ses accessoires et ma petite caméra sport.
    Sur le devant il y a une petite pochette dans laquelle j’y ai mis les piles du flash ainsi que les petits accessoires (câbles, diffuseur flash intégré, etc…). la partie où vous pouvez voir mes objectifs et la pochette de mon flash est amovible. Je n’ai pour le moment pas trouvé l’intérêt mais peut être qu’un jour ça me servira.
    Il dispose également de 2 poches sur les côtés pour y mettre des bouteilles d’eau et une pochette pour ranger une tablette ou un notebook.
    Niveau confort, je n’ai rien à redire. Le dos est rembourré donc on ne ressent aucune gène. Il est léger et compact (la taille d’un eastpak à peine plus épais et rigide), et l’intérieur est lui aussi rembourré ce qui garanti une protection pour le matériel.
    Les bretelles suivent bien la forme du corps et se font très vite oublier, même quand on est en fauteuil roulant et que les bras sont donc en perpétuel mouvement.
    La seule chose que j’ai à lui reprocher c’est qu’il n’y a pas d’emplacement pour y attacher mon trépied.
    Ceci dit je le recommande à toute personne voulant un sac au gabarit réduit à l’extérieur mais pas à l’intérieur, et surtout je le recommande au personnes à mobilité réduite comme moi, il est vraiment génial.
    Bonsoir à tous  
    Vincent. ( http://www.facebook.com/vincepics )

  3. j’ai 4 sacs ,et ne trouve pas celui que l’on pourrait appeler « l’idéal  » et au travers des discussions ,je suis rassuré de constater ;que je ne suis pas le seul

  4. Je ne vais pas être original en disant que j’ai moi aussi 4 sacs… Un Lowepro Flipside 300 pour la plus part des sorties (1 boitier + grip+ 24-70 + 80-200 + 11-16 + Flash, mais presque pas d’accessoires du coup mais comme le dit Michel Hars, il est structurellement protégé contre le vol et très facile d’accès via le flipside. Un bandoulière Domke dont je ne me sert plus en fait (mais je le garde car c’est affectif ;-), un Lowepro Passport Sling Noir pour les petites sorties, en ville principalement (1 boitier + grip+ 24-70 + flash ou 11-16) et un F-Stop Satori EXP pour les randos, tout mon matériel rentre dedans (1 boitier + grip + 24-70 + 80-200 + 11-16 + 105 micro + flash + accessoires ) et il reste de la place pour le casse-croute. Mes objectifs ouvrant tous à 2.8, ils sont quand même volumineux, ce qui donne une meilleure idée de ce qu’on peut mettre dans ces sacs.

    Donc vous l’avez compris, mon chouchou, c’est le Lowepro Flipside 300, vraiment génial ce sac.

    Comme il est souligné dans certains commentaires déjà, le problème c’est le transport en avions. La, ça coince, parce que le volume n’est pas tout – pour info, j’ai pu voyagé, avec Air France, avec le F-Stop Satori EXP en cabine – il y a aussi et surtout le poids ! Air France 12kg en cabine, les compagnies lowcost souvent bien moins ex 5kg chez XL Airways. Et si vous n’avez jamais joué à peser votre matériel, faite le, vous serez assez surpris à quelle vitesse l’aiguille de la balance « grimpe ». Donc si le max est 5kg et que le sac à vide pèse 3kg, reste la place pour le boitier, un grip et 1 ou 2 optique en fonction du modèle…

    Il y a d’ailleurs eu un article sur Nikon Passion au sujet du voyage en avions assez instructif avec quelques astuces pour virtuellement alléger le poids de son sac de cabine… 🙂

  5. Il a l’air bien ce sac d’Aurélie Coudière, mais plutôt cher!!

    Je me demande comment on peut le faire passer en bagage cabine, la profondeur acceptée varie de 25 cm dans les grandes compagnies ( Air France par ex.) ; parfois c’est 22 cm et 20 cm seulement sur les « Low Coast » « Easyjet ou Ryanair »; alors avec 27 cm!!!

    Le Peli 1510 passerait mais il fait déja 6Kg à vide. Le Fancier Hologon lui, pèse déjà 3,7 Kg à vide..

    J’ai adopté un Fastpack 350AW ep 25 cm 100€ et un Versapack 200 ep.22 cm qui lui peut passer en cabine car il est plus souple mais moins pratique .Les deux disposent de compartiment pour effets perso.

  6. Pour ma part, j’ai trouvé un sac Godspeed, qui a des compartiments étanches, les petites poches ext, les filets sur les côtés, 2 compartiments haut et bas (pour l’appareil et objectifs – 2 boitiers, 2 objectifs) avec séparateurs scratches, lacet tendeur sur le dessus pour divers chose, mais aussi un petit socle au bout d’une sangle pour accrocher et soutenir un trépied!
    Le réel plus, et ce pourquoi je l’ai choisi, il est transformable en sling! la partie supérieur se replie avec fermeture éclair! Donc quand je ne veux plus le porter sur le dos, je peux le porter à la main ou à l’épaule et inversement! Très pratique au demeurant!

  7. Je ne comprends pas pourquoi il n est pas question de valises cabine, comme la peli 1510 qui est celle de la plupart des pros voyageurs

  8. Bonjour,
    Moi aussi, les sacs Manfrotto je ne les compte plus! Des Sling au Nature trekker.
    Mais j’attire votre attention sur le séries « S&F » de toutes tailles, avec leur attache Velcro (sécrisée), les ceintures S&F ne sont pas obligatoires, un « utility bag AW100 » par exemple se porte discrètement à la ceinture du jean et emporte hybride (One)+2obj. complémentaires on Même un boitier reflex… mais nu!
    Cette série permet de réduire la taille du sac à dos et offre un accès rapide à du matériel.

  9. J’en ai cinq! Un Lowepro SlingSport qui me permet, durant des activités sportives « hard » (via ferrata, VTT) de trimballer mon reflex et une optique + petits effets personnels. Un autre sac à dos Lowepro Rover II pour la rando pédestre nécessitant 2-3 optiques + casse-croûte, cartes, veste etc, un Lowepro Flipside 300 pour les séances urbaines (2-3 optiques, changement rapide). Ce dernier sac a l’avantage d’empêcher tout vol de matos dans la foule. Impossible d’y mettre autre chose que le matos photo par contre. Il me reste un Lowepro urban sling pour tous les jours (je ne quitte jamais mon appareil) ainsi qu’un énorme Tamrac qui me sert de rangement et que je n’utilise que lorsque je dois transporter tout mon matos, avec les flashs etc etc pour une séance de type studio.

  10. Entièrement ok avec l’introduction, je possède aussi 4 sacs et je regarde pourtant encore avec intérêt ce qui se fait. 🙂

    Et comme tu le dis, a chaque sac son utilisation.

    Celui qui me fait le plus d’usage : Un Jimmy Bo 400 de chez Crumpler. Un sorte de sac banane porté a la ceinture, façon revolver. Même si on ne peut parler véritablement de sac, j’arrive a y fourrer un D7000 + un 24mm et un 85mm + téléphone, lunettes de soleil et babioles. Ergonomie idéale pour mon pauvre dos.

    Quand j’ai besoin d’un peu plus de place, bien souvent un vieux sac a dos générique pour la discrétion avec le matériel protégé dans un holster grand modèle (il fait pile la taille du fond du sac a dos). En prime : un grand sac poubelle en cas de pluie forte. 🙂

    Quand il y a plus de 4 cailloux a trimbaler, je passe au grand sac a dos, un Fancier Hologon qui passe inaperçu. Il me permet en plus l’emport du laptop et passe aussi en bagage cabine. Pas cher et de bonne qualité, ça fait 4 ans que je l’ai, il est resté nickel.