Pour ou Contre : utiliser l’ISO-Auto

Faut-il utiliser la fonction ISO-Auto ? Pourquoi laisser votre boîtier contrôler seul la sensibilité ISO ? C’est le sujet de ce POUR ou CONTRE et je dis POUR !

pourquoi comment utiliser l'ISO-Auto

Dans un précédent POUR ou CONTRE nous avons débattu de l’intérêt d’utiliser – ou non – régulièrement le mode Manuel sur un reflex. Cette fois c’est la fonction ISO-Auto qui nous intéresse car je reçois très souvent des questions à ce sujet.

Voici pourquoi je vous recommande d’utiliser l’ISO-Auto régulièrement, je vous laisse réagir via les commentaires.

L’ISO participe à l’exposition

Le réglage d’exposition est défini par le trio vitesse – ouverture – ISO. En jouant sur la sensibilité (ISO), vous pouvez utiliser une vitesse plus rapide et figer le mouvement. Ou utiliser une ouverture plus faible et augmenter la profondeur de champ.

Mais régler l’ISO demande une attention supplémentaire (touche dédié ou recours au menu). En utilisant la fonction ISO-Auto c’est le boîtier qui fait le réglage à votre place et vous simplifie la vie.

Comment utiliser l'ISO-Auto

En photo de nuit l’ISO-Auto est particulièrement utile

L’ISO peut varier beaucoup

Les reflex modernes disposent de capteurs capables de grimper en sensibilité tout en minimisant le bruit numérique dans les images. Il n’est plus rare de photographier à 3200, 6400 ou même 12800 ISO.

Il est donc dommage de vous priver de ces sensibilités élevées alors que vous avez investi dans un reflex performant. Mais il ne faut pas non plus utiliser les hautes sensibilités si cela n’est pas nécessaire. La qualité des images est toujours un peu meilleure à la sensibilité native du boîtier (100 ou 200 ISO).

La fonction ISO-Auto permet d’adapter automatiquement la sensibilité aux conditions, vous n’avez plus qu’à vous concentrer sur la vitesse et l’ouverture.

Comment utiliser l'ISO-Auto

utiliser l'ISO-Auto

L’ISO-Auto est réglable

Quand vous enclenchez la fonction ISO-Auto vous devez définir des limites :

  • plage de sensibilité à utiliser
  • vitesse minimale

Le boîtier ajustera la sensibilité pour chaque photo selon ces limites, en choisissant toujours la sensibilité la plus faible dans la plage définie. C’est une garantie et un réglage de moins à gérer.

En réglant correctement la plage de sensibilité autorisée, vous n’aurez pas d’écart visible de qualité sur une même série de photos, contrairement à ce que l’ont pouvait rencontrer sur les premières générations de reflex numériques.

L’ISO-Auto évite les erreurs

Qui n’a jamais changé la sensibilité en entrant dans un lieu sombre (intérieur, église, monument) et oublier de réajuster en ressortant ? C’est ainsi que l’on se retrouve à faire des photos en pleine lumière et à 6400 ISO avec les conséquences que cela peut avoir sur certaines images.

En utilisant la fonction ISO-Auto vous pouvez passer d’un lieu sombre à un lieu clair sans penser au réglage ISO. C’est un confort et une garantie supplémentaire.

Comment utiliser l'ISO-Auto

En intérieur, avec des lumières changeantes, l’ISO-Auto vous garantit la sensibilité la plus adaptée

L’ISO-Auto joue en votre faveur

La fonction ISO-Auto vous garantit que la sensibilité la plus faible sera utilisée en priorité par l’automatisme. Le boîtier se débrouille pour adapter les réglages et limiter la montée en sensibilité si elle n’est pas indispensable.

Vous étiez inquiet quant au niveau de bruit dans vos images ? Ne le soyez plus !

L’ISO-Auto se déactive simplement

La plupart des reflex disposent d’un menu de réglage de la fonction ISO-Auto et d’un accès rapide à l’activation et la désactivation de cette fonction.

Vous réglez les limites de votre choix et ensuite vous pouvez très rapidement activer ou désactiver la fonction. Vous restez donc maître de vos choix sans devoir repasser par les menus.

L’ISO-Auto, tout le temps ?

Je vous recommande d’utiliser l’ISO-Auto chaque fois que la lumière varie considérablement d’une photo à l’autre :

  • passage régulier d’une zone sombre à une zone plus lumineuse
  • fin de journée et lumière tombante
  • intérieur et scènes
  • photo d’action avec faible lumière

Si les conditions de lumière sont stables, vous n’avez pas intérêt à utiliser l’ISO-Auto, mais le faire ne nuira pas à vos photos non plus. Assurez-vous simplement que la sensibilité la plus faible de la plage choisie est aussi la sensibilité par défaut de votre boitier.

A vous !

Je recommande l’utilisation de la fonction ISO-Auto qui doit être exploitée avec discernement quand c’est nécessaire. Mais vous avez probablement d’autres expériences.

Donnez-moi votre avis via les commentaires : l’ISO-Auto, vous êtes POUR ou CONTRE ?

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


28 Commentaires sur "Pour ou Contre : utiliser l’ISO-Auto"

  1. Article intéressant

  2. je ne suis pas un pro de la technique mais du temps de l’argentique quel soucis concernant la sensibilité des pellicules. L’on mettait du 200 asa et on se retrouvait dans une pièce sombre ou vice versa. Qui n’avait pas rêvé d’une pellicule dont les iso s’adaptaient aux conditions de luminosité. Et là avec les boitiers modernes c’est fait. Je l’utilise qques fois mais je suis conforté par la lecture de cet article et vais l’utiliser plus souvent … Merci

  3. L’augmentation de sensibilité iso du capteur n’est elle qu’une augmentation de l’amplification du signal par le processeur du boitier?
    La correction d’exposition par logiciel d’interprétation RAW amplifie aussi le signal (même ouverture focale, même vitesse) mais par le processeur plus puissant de l’ordinateur et avec un « meilleur » algorithme du logiciel dédié ?
    Avec les appareil actuel, ne vaut-il pas mieux choisir une valeur iso basse quite à sous exposer la photo et corriger l’exposition secondairement ?
    La correction d’exposition est souvent limité à 2-3IL maximum.
    Merci !

    • « L’augmentation de sensibilité iso du capteur n’est elle qu’une augmentation de l’amplification du signal par le processeur du boitier? » – Bien sûr, oui.

      Il vaut toujours mieux traiter le RAW dans un développeur RAW que laisser le boîtier le faire pour vous. Et exposer juste à la prise de vue, le logiciel ne pourra pas rattraper ce qui n’est pas dans le fichier 🙂

  4. Bonjour. Je ne suis pas certain de comprendre la fonction de la toute première valeur de ce menu : « Sensibilité ». Est-ce en fait la « sensibilité MINIMALE » ?
    Non, puisque (je n’utilise que les modes M et A) régler cette valeur sur 500, mettons, n’a aucune incidence puisqu’en ISO-auto, le boîtier établit une valeur inférieure à 500 si nécessaire. Quel est donc le rapport entre cette valeur « Sensibilité » (a priori, celle-ci me donne une valeur par défaut en modes M et A si je ne suis PAS en ISO-auto) et le mode ISO-automatique ?
    Là encore, le manuel n’est d’aucune utilité, flou quant aux questions précises que je peux avoir, sur ce sujet comme sur d’autres.
    Aussi, après quelques essais, je me garde d’utiliser cette fonction automatique parce que je trouve que le boîtier (D750) a la fâcheuse tendance d’augmenter les ISO trop facilement, là où j’aurais tendance à légèrement sous-ex par rapport aux valeurs proposées par l’ISO-auto et à jouer sur l’exposition sous Lightroom à partir de mes fichiers bruts. J’ai pourtant lu un peu partout que la fonction est aujourd’hui bien maîtrisée pour les boîtiers récents et c’est sans doute moi, dès lors, qui dois réaliser que j’ai tendance à utiliser des valeurs ISO trop bas.
    Quoi qu’il en soit, tant que je ne comprends pas mieux la fonction, je resterai sur l’ISO manuel 🙂
    Bien à vous.

    • Après quelques tests, il semblerait que cette valeur soit en effet la «
      sensibilité minimale ». L’intérêt de ne pas mettre cette valeur au
      minimum (à 100 ou moins pour les boîtiers qui le proposent), je ne vois
      pas bien et vous le demande. Mettre une valeur haute permet plus
      rapidement d’intervenir sur la vitesse en correction d’expo, alors que
      la seconde molette sert à intervenir sur les ISO seulement lorsqu’on est
      encore dans la fourchette déterminée par les valeurs minimale (celle-là
      même qui ne dit pas son nom) et maximale. Cet intérêt est toutefois
      limitée en mode semi-automatique, A pour moi lorsque je ne suis pas sur
      M….

    • La sensibilité affichée dans ce menu est la sensibilité de travail choisie. Si le boîtier estime qu’elle ne peut être tenue alors il la change dans les limites fixées.

  5. Sebastien Licsmann | 5 mai 2016 à 9 h 03 min | Répondre

    bonjour.depuis que jais mon premier reflex qui est le d5200 je suis en ISO auto. je suis tous a fait pour.et merci encore pour tt vos conseil.

  6. Personnellement, depuis l’acquisition de mon D750, je suis devenu un grand adepte des ISO-Auto ! Je définis un maximum de 1600 ISO et une vitesse mini allant de 1/200 à 1/320 sec, ce qui permet de se concentrer un peu plus sur la prise de vue elle même.
    Parfois même, je combine même cela avec le suivi AF (3D) et tout devient plus simple !
    C’est un peu comme de rouler en voiture munie d’une boite manuelle et de passer à une boite automatique et se demander pourquoi on s’était cassé la tête à changer les vitesse auparavant ^_^ !

  7. Je suis bien d’accord, car avec l’ISO auto et le mode manuel de mon boîtier, je me permet de réaliser de bonnes images sans me soucier. Exemple pour de la photo animalière, j’ai téglé une vitesse de 800ème et un diaph de 8 en permanence, et un ISO auto de 100 à 1000 pour garder ma dynamique en fonction de la lumière divergente.

  8. Comme beaucoup, ma pratique de l’argentique m’a habitué à gérer manuellement les ISO, bien pratique par rapport aux changements de pellicules assez risqués en cours de film. Mais cet article m’a convaincu d’essayer cette option dans les situations énumérées.

  9. Avec ma Nikon D5100, j’étais dans une place publique ayant peu de lumière, près de moi un enfant mangeait une glace et rapidement j’ai fait deux photos, n’ayant pas de temps a perdre j’ai mis mon appareil tout automatique, c’est plus tard avec Lightroom que je me suis rendue compte que l’une des photos a été prise a 25,500 ISO et l’autre a 20,000 ISO. Bien sur une peu granuleux mais je n’ai absolument rien raté.

  10. Moi je suis toujours en priorité ouverture, je règle manuellement les iso pour trouver la vitesse que je veux, en les augmentant j’augmente ma vitesse et si je veux plus de vitesse j’ouvre le diaphragme, le risque évidemment est de rester sur 800 iso ou plus, en changeant de lieu, mais comme je fais une somme des trois chaque fois, çà m’arrive une fois sur 100, mais je cherche toujours la plus faible sensibilité, avec l’habitude c’est très rapide. La plupart du temps j’utilise 100 ou 200 iso. Je viens aussi de l’argentique et le fait de passer au numérique m’a fait changer certaines habitudes, des pixels de quelques microns ce n’est pas une pellicule de 24×36. le moindre tout petit mouvement se voit surtout avec 24M. de pixels en aps-c, même avec le VR enclenché surtout sur des enfants ou simplement des personnes. Pour des paysages ou quelque chose de fixe l’iso-auto est parfait mais j’e n’en ai pas l’habitude, chacun a les siennes.

  11. Je fais de la photo animalière, souvent en billebaude. Et, dès lors, en marchant, je passe par des endroits découverts avec beaucoup de lumière mais aussi par des sous-bois très sombres même en pleine journée.
    Dans ce contexte, je travaille toujours en ISO auto car je dois quasi toujours déclencher très rapidement. Sachant que j’ai un 500mm sur mon boîtier (sur monopod) et que je n’ai plus 20 ans, je gagne un temps très précieux qui m’a fait réussir des photos (parfaitement exposées) sans post-traitement que je n’aurais jamais pu obtenir autrement.
    Je fixe évidemment une limite maximum dans les réglages (ISO6400 eu égard aux performances de mon boîtier) mais je reste en mode M qui me permet, quand j’ai le temps, d’adapter ma vitesse et/ou mon ouverture si nécessaire.
    Merci pour cet article très clair et très bien écrit.

  12. POUR! Je m’en sers 90% du temps.
    D’autant plus que sur le D7100, il est possible d’utiliser une vitesse d’obturation mini qui s’adapte à la focale courante de l’objectif… génial! Si le sujet n’est pas en mouvement rapide, je définis l’ouverture et la vitesse et les isos s’adaptent tout seuls, en priorisant la vitesse sur la montée en iso. Je ne m’occupe plus de ces réglages et me concentre sur la composition. Fantastique, en un mot.
    Et si je dois avoir une vitesse rapide pour un spectacle en salle par exemple, je passe en mode M + iso-auto. Je fixe mon couple ouverture / vitesse (associé à une mesure spot de la lumière généralement, je vise la tête de l’acteur / athlète ) et ne me soucie plus des isos, l’exposition sera correcte.
    En fait, les seuls cas ou je désactive les iso-auto sont pour les photos sur trépied de nuit, genre photo d’orage, ou pour les couchés de soleil, ou je privilégie les teintes du ciel par rapport aux ombres que je bouche volontairement

  13. Bonjour,
    Le problème que je rencontre quand j’utilise l’iso-auto en photographie animal c’est que la sensibilité s’affole vite.
    Je m’explique en photo d’oiseaux,je suis souvent à des vitesses 1/2000s voir plus f/8 et une focale de 600 mm en plein format ce qui a pour effet d’être vite a 4000 iso.
    Ma question n’est il pas plus favorable de choisir mon trio moi même afin de limiter cette montée iso,

    • Bonjour. A mon avis, il n’y a aucun intérêts faire ce réglage soi-même; le boitier fait çelà tres bien. La seule solution pour éviter la montée des iso, c’est ouvrir le diaph. Il n’y a pas de probl. avec une bonne optique.

  14. Pour ma part, je ne sors que rarement.de ce mode, si pratique.

    Sur D7000, je suis a 1600ISO max la plupart du temps, vitesse mini réglée selon l’objo et le sujet.

    En semi-auto priorité ouverture, mes deux molettes servent l’ouverture et la correction d’expo. Je ne me soucis plus de la sensibilité. Parfait.

    Et au cas ou (pauses longues nocturnes par ex), mon menu personnalisé m’offre un raccourci pratique pour reprendre la main.

  15. Très bon article. Qui résume bien la situation.
    Perso, je me sers très souvent de la fonction ISO auto. Notamment lorsque j’ai choisi un couple diaphragme/vitesse en fonction de mes besoins du moment, mais que la luminosité de la scène est variable. Les ISO s’adaptent donc aux conditions des PdV.

    @Juien : La vitesse d’obturation mini sert en mode A et M et définit le seuil en dessous duquel l’appareil change d’ISO.

    @Jean-Christophe DICHANT : j’ai parfois l’impression que la précision de l’exposition choisie par l’appareil est moins bonne en ISO auto qu’en ISO fixe et mode A par exemple. Pouvez-vous m’éclairer à ce sujet ?

    ZIO Photo
    http://www.ziophotographies.com

    • Je n’ai jamais constaté d’écart d’exposition en ISO-Auto vs. l’ISO fixe, par contre le boîtier peut prendre des valeurs intermédiaires d’ISO, c’est intéressant aussi.

    • Merci mais y’a un truc que je pige pas…

      Si je suis en Manuel, je définis ma vitesse et mon ouverture, et mon ISO en auto va s’adapter, quelle que soit la vitesse choisie, non ?

      • Oui absolument. Mais définir une vitesse mini permet par exemple d’utiliser une longue focale et d’être sûr de shooter à une vitesse d’au moins 1/300s (par exemple). Si l’appareil détecte qu’il peut shooter à cette vitesse et même plus rapide, il va laisser le réglage ISO choisi par l’utilisateur. Si par contre l’appareil veut choisir vitesse plus basse par manque de lumière, il sait qu’il doit monter les ISO au lieu de baisser la vitesse en dessous de ce réglage.

  16. J’étais CONTRE mais je me soigne.

    Du temps de ma jeunesse argentique, parisienne et noctambule, j’ai pas mal tâté de la Tmax poussée à 3200 ASA, puis le diable s’est fait ermite et provincial et j’ai découvert les joies de la finesse de grain de la Velvia 50ASA. En passant au numérique, dans mon esprit, c’était les ISO le plus bas possible et hors de question de laisser un automatisme gérer tout ça. Et puis j’ai changé de boitier et, par une erreur de manipulation, je me suis retrouver en ISO auto, et là, la claque ! 6400 ISO tout à fait exploitables; donc parfois je me mets en ISO auto; mais il y a encore des réticences dues à plusieurs décennies de pratique à combattre. Je me soigne.

    • Moi aussi je suis issu de l’argentique, et moi aussi je me soigne. Surtout quand je lis que l’exposition est le résultat qu’on trio Ouverture/Vitesse/Sensibilité. Moi j’ai appris que l’expo c’était un couple Ouverture/Vitesse, puisque c’était toujours pour une pellicule (donc une sensibilité) donnée et fixe.

  17. Quand sert le réglage vitesse d’obturation mini ? En mode priorité ouverture uniquement non ?
    En tout cas je vais me mettre à utiliser ce mode ISO auto je pense car je me suis fait avoir plusieurs fois à utiliser des sensibilités trop hautes alors que ce n’était pas nécessaire.