[Dossier] Les réseaux sociaux pour les photographes – 1/4

Pour un photographe, être présent sur les réseaux sociaux est un moyen simple de montrer ses images et de se faire connaître. C’est aussi un moyen de faire des découvertes, des rencontres et de nouer des liens avec d’autres photographes.

Si vous ne l’avez pas encore fait, vous devriez vous intéresser aux réseaux sociaux pour les photographes, tout en adoptant une démarche pertinente qui ne consiste pas à « avoir le plus possible de fans » mais à développer votre réseau.

Dossier : les réseaux sociaux pour les photographes, Instagram, Facebook, Twitter

Ce premier article a pour objectif d’aborder le sujet et de vous livrer des pistes de réflexion. Découvrez pourquoi et comment utiliser les réseaux, avec quelles limites. Les articles suivants traitent des cas particuliers d’Instagram, Facebook et Twitter pour les photographes.

Les réseaux sociaux pour les photographes : des outils de gestion de la relation avant tout

Fréquentés par la plupart des internautes français, de tous âges et de tous milieux, les réseaux sociaux ont su occuper une place importante dans nos vies, un peu trop parfois d’ailleurs, et ont véhiculé ces dernières années des valeurs qui ne sont pas forcément les vôtres.

Les réseaux sociaux restent toutefois le meilleur moyen, et le plus rapide, de vous faire connaître et de créer des liens avec d’autres photographes. Il n’a jamais été aussi simple d’échanger avec de nombreuses personnes, de se découvrir des affinités et de passer du web au réel en participant à des sorties photo nées sur les réseaux sociaux.

Les photographes maîtrisant les réseaux sociaux voient la fréquentation de leur site croître, le nombre de contacts et d’opportunités de rencontres augmenter. Les réseaux sociaux sont par ailleurs d’excellents outils pour faire découvrir aux autres votre site web, un atout supplémentaire à ne pas négliger.

Instagram : le réseau qui a le vent en poupe

Instagram pour les photographes - compte JCDichant

mon compte Instagram @JCDichant

Si vous devez faire un choix et ne gérer qu’un seul réseau social, c’est Instagram qu’il faut choisir. Né application de partage de photos, Instagram est devenu le réseau social de référence, en particulier pour toutes les activités pour lesquelles l’image prend une importance particulière. Les photographes y trouvent naturellement leur place, et nombreux sont ceux qui ont déjà développé une belle présence.

La nature même d’Instagram, une application mobile, vous imposait de poster des images carrées depuis un mobile. Ce n’est plus le cas maintenant, vous êtes libre de poster des photos faites avec votre appareil photo, il suffit de les récupérer sur votre smartphone au préalable (par exemple avec Lightroom CC Mobile).

Instagram vous permet d’animer votre présence en ligne en montrant ce qui fait votre quotidien de photographe, ce sont les Stories : making-of, séances de shooting, coulisses de votre pratique.

Facebook, une visibilité en baisse mais toujours fréquenté

Facebook pour les photographes - compte JCDichant

ma page Facebook Jean-Christophe Dichant Photographe

Facebook occupe une place prépondérante dans l’univers des réseaux sociaux. C’est le plus fréquenté au monde, et en Europe en particulier, c’est le second site le plus visité après Google. Certains utilisateurs n’ouvrent même aucun autre site de la journée, persuadés que toute la vie sur le web est concentrée sur Facebook.

Parfois adulé, souvent décrié, Facebook a connu son heure de gloire et perd en pertinence désormais, il n’en constitue pas moins un outil de partage fréquenté encore par le plus grand nombre. Toutes les tranches d’âge y sont représentées, même si les plus jeunes délaissent de plus en plus Facebook pour Instagram ou Snapchat.

Avec près de 77% des inscrits qui se connectent quotidiennement au réseau en France, la probabilité que quelqu’un voit vos photos sur Facebook est bien plus grande que si vous vous contentez de les poster sur votre site. Gérer une page Facebook pour montrer vos photos et présenter vos activités est un bon moyen d’ailleurs de rediriger les gens sur votre site pour les inviter à faire plus ample connaissance avec vous. (listez votre page Facebook ici).

Twitter, l’actualité en continu avant tout

Twitter pour les photographes - compte JCDichant

mon compte Twitter @JCDichant

Twitter a connu des difficultés ces dernières années. Utilisé par toutes les professions, dans tous les coins du monde, ce réseau a du gérer l’évolution des genres mais reste un outil d’information, de communication et de gestion de la relation. Twitter revendique désormais le statut de media d’information plus que de réseau social, mais dans les faits rien n’a vraiment changé.

Le photographe y trouve un moyen de développer son réseau, de générer des contacts et de faire connaître ses photos comme son site web.

Tumblr : pour les adeptes du multimédia rapide

Tumblr pour les photographes - compte JCDichant

mon compte Tumblr JCDichant

Tumblr intéresse les photographes désireux de montrer leurs images, leurs vidéos, quelques notes d’accompagnement mais qui ne veulent pas pour autant créer un blog.  Un compte Tumbler est consultable depuis un navigateur web comme un mobile et poster une publication est très rapide depuis l’application dédiée.

Tumblr n’est pas tout à fait un réseau social, il s’agit plutôt d’un media de publication qui vous permet de disposer d’un espace personnel en ligne. Vous pouvez lui donner un look de blog sans en subir les inconvénients (la gestion d’un blog est plus lourde) ni bénéficier des avantages (contrôle des contenus par exemple). En revanche le partage de publications est une pratique qui peut vous aider à développer rapidement votre visibilité.

Quel réseau social choisir quand on est photographe ?

La première question à vous poser est : qu’est-ce que je veux faire ?

  • si votre intention est de gagner en visibilité et de montrer vos talents, privilégiez un compte Instagram,
  • si vous cherchez à créer un réseau de contacts et de clients, ajoutez Twitter,
  • si vous cherchez à améliorer le référencement de votre site, choisissez une page Facebook,
  • si vous souhaitez disposer d’une solution de mise en ligne simple et rapide, optez pour Tumblr,
  • si vous voulez un peu de tout ça, choisissez … l’ensemble !

Vous l’avez compris, le photographe que vous êtes devrait être présent sur plusieurs de ces réseaux car le développement de votre présence en ligne passe par différentes activités. Toutefois, parce que nous avons tous des journées bien pleines et que tout cela prend du temps, il faut faire des choix. Le trio de tête est alors:

  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Dans la suite de ce dossier je vous présente les avantages et inconvénients de chacun de ces réseaux en vous donnant les clés nécessaires à une mise en œuvre adéquate.

QUESTION : quel est le principal obstacle qui fait que vous n’avez pas encore utilisé les réseaux sociaux pour développer votre visibilité ? Laissez un commentaire et parlons-en !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


19 Commentaires sur "[Dossier] Les réseaux sociaux pour les photographes – 1/4"

  1. Je fais de la photo pour me faire plaisir, capter une émotion, fixer un moment qui passe et en garder le souvenir . Donc, pas pour une question d’argent .
    Partager avec les proches, les amis, et constater qu’ils comprennent mon approche, suffit amplement à me motiver . J’accepte les critiques en montrant mes albums réalisés
    avec « Pixum » . Pour ceux qui sont loin, je partage avec « Google » .

  2. Bonjour Tous,
    Et 500px? Pas un avis de Nikon Passion pour cette plateforme. Pourtant, il me semble qu’elle est au goût des photographes les plus avertis.
    Philippe

  3. Et oui, Bernard a plutôt raison. Certes, il est vrai que j’ai des demandes par réseau social, mais bien plus avec mes relations. Mon ami photographe du coin dit pareil.

    • Vos relations sont à ne pas négliger bien évidemment mais elles sont en nombre bien souvent limité. Et comment faites-vous pour avoir plus de contacts ?
      Les réseaux sociaux sont une réponse version 21ème siècle. Pourquoi pensez vous que la plupart des entreprises aujourd’hui investissent dans les réseaux sociaux ? Pour dépenser leurs sous ? Non, pas vraiment.
      Ne pas comprendre comment fonctionnent les réseaux est une chose mais s’obstiner à penser qu’ils sont inutiles c’est – vraiment – se tromper. D’où l’intérêt de ce dossier manifestement 😉

  4. juste une question …. et avant on faisait comment ? je parle d’une époque ou les gens communiquaient vraiment entre eux et non des  » likes » par copinages , et de ceux qui ne sont là comme ami juste pour te piquer ton originalité ….

    • « Avant c’était mieux … » … Oui, sauf qu’on est en 2014 …
      La question d’avant ne se pose plus : le sujet ici est bien de présenter des outils de communication et de promotion au service du photographe. Et les réseaux sociaux en sont.
      De même il faut arrêter de croire que tout ceci est futile, inutile ou stupide. Ce sont des outils du 21ème siècle qui complémentent les outils traditionnels.
      Je ne parle pas ici de parler avec les gens
      mais de développer une présence sur le web qui permet à un photographe de se faire connaître et de développer ses activités.
      Arrêtons donc de faire le procès des réseaux sociaux : vous en avez besoin, vous les utilisez, vous n’en avez pas besoin, vous les laissez tranquilles 😉

      • Par expérience dans le temps , etant aussi sur FB , Tweeter, 500px, pinsterest etc etc les seule retombées de commande que j’ai sont faite grâce a mon site et nom de domaine , donc a mon avis a part perdre du temps pour actualiser tout les réseaux sociaux et faire croire que l’on est populaire ( car le mal du siècle est le fait de se prouver que l’on est populaire..alors que les cimetière sont remplis de gens indispensable ..) certains feraient mieux de ne plus faire la part belles aux soit disant réseaux sociaux qui bafouent les droits d’auteurs ….

        • L’erreur vient de l’incompréhension de ce à quoi servent les réseaux sociaux. Ils ne servent pas a vendre, ce que trop de gens pensent. Ils servent à faire connaître votre site et développer votre audience, remplir votre fichier mailing, et ça ils le font bien si vous savez les utiliser.
          On peut s’en passer, mais c’est passer à côté d’un canal majeur actuellement.

  5. Le principal frein à l’utilisation de ces réseaux est… le temps que cela prend. Il y a là un véritable choix cornélien à faire car le temps passe sur ces réseaux est du temps en moins à réfléchir à ses projets, à faire des prises de vue, à travailler ses images, à se former, à rencontrer d’autres photographes (en vrai, vous savez, pour discuter ;-)…
    Je suis personnellemnt revenu de cette stratégie basée sur l’utilisation des réseaux sociaux qui n’en restent pas moins virtuels. Lorsqu’on sait que facebook sélectionne ce que verront effectivement vos contacts lorsque vous publierez un statut, une image (si vous avez 100 contacts, seule une minorité verra votre post), que l’activité sur twitter est essentiellement dirigée par des robots dédiés ( » bots « ), que Tumblr est LA plateforme utilisée pour montrer toutes les facettes de la pornographie (pas seulement, certes) et est identifiée comme telle par les visiteurs, etc… Je pense que, oui, il faut être présent, mais qu’il faut être très vigilant sur le temps passé à entretenir notre présence.
    C’est aussi parce qu’on nous dit que c’est  » obligatoire  » d’être sur ces réseaux, qu’on se sent obligés d’y être. Mais in fine, combien de vrais clients gagnés à partir de ces réseaux ? De tirages originaux vendus à un prix décent ? De propositions d’exposition ?…
    Nous sommes photographes avant tout, pas community manager. Et quitte à passer du temps à construire un réseau, j’aime autant en construire un bien réel, pas virtuel.

    • C’est tout à fait vrai que la réponse « commerciale » ne se trouve pas dans les réseaux sociaux. Pour ma part, et c’est dans ce sens que je suis intervenu, c’est plutôt un moyen de partager ses propres essais, et de se connecter avec d’autres personnes qui, comme moi, veulent partager leurs expériences et échanger sur ce sujet si vaste. Je n’y vois pas de dimension commerciale, n’étant pas un professionnel. Je trouve au contraire que c’est un moyen simple de parler de sa passion, de mesurer ce qui peut plaire ou ne pas plaire (l’indicateur étant le nombre de « like » sur mon profil Facebook par exemple). C’est pour moi une source d’informations et de plaisir d’admirer le travail des autres.
      Pour ce qui est de tumblr et l’aspect pornographie, certes, mais je trouve que leur philosophie est aux antipodes de Facebook, et rien n’oblige à déverrouiller le cadenas qui filtre les contenus explicites.

      • Il faudrait définir ce que l’on appelle une réponse commerciale,mais si le sens est « on peut vendre grâce aux réseaux » alors la réponse est oui, mais indirectement, par l’augmentation de sa visibilité, de sa base contacts.
        Pour partager c’est effectivement très pertinent, il faut par contre utiliser les bons indicateurs. Sur Facebook par exemple l’indicateur à surveiller n’est pas le nombre de likes mais plutôt le taux d’engagement, c’est à dire le nombre de personnes qui commentent, qui partagent, qui interagissent.

        • En ce qui me concerne, cet été était ma première saison de mariage… n’ayant que des shootings standard à montrer, puisque je n’avais pas encore fait de mariage, je me suis inscrit à certains groupes de mariage sur Facebook… La mise à jour, l’ajout de mes shootings, ma présence sur ces groupes, mes publicités sur ces derniers (qui sont gratuit…) à eu pour effet de faire grimper l’achalandage sur mon site et au finale, j’ai signé 6 contrats de mariage cet été, quand, au début, je ne pensais pas être en mesure d’en dégoter plus d’un ou deux… Et c’est sans parler de tous les autres shooting maternité, de famille, de baptêmes, etc que je me suis trouvés via Facebook…

          Oui, cela demande du temps, mais faire le tour des commerces locaux pour distribuer tes cartes d’affaires demande aussi du temps… Les réseaux sociaux étant gratuit… je pense que c’est une alternative des plus intéressantes… Je pense aussi qu’ils sont aujourd’hui, un incontournable…

          Maintenant, tout est une question de choix, de
          préférence… 😉

          • Merci Sébastien pour ce témoignage. Et bravo pour avoir su tenter l’expérience.
            Vous avez bien compris comment procéder.
            Quant à la gratuité c’est un fait effectivement, même si celle-ci a tendance à disparaître mais la publicité est payante, pourquoi les réseaux ne le seraient-ils pas ?
            Il y a de belles actions à mettre en œuvre, sur Facebook en particulier qui est à ce jour le moins coûteux des supports (bien moins que la presse papier par exemple) et au moins aussi rentable. Avec un petit budget vous pourriez multiplier par 5 à 10 ces résultats. Et comme c’est aussi une de mes activités je réponds aux questions sur le sujet 😉

    • Le problème du temps est un faux problème. S’il on a un besoin et que les réseaux peuvent le couvrir, ne serait-ce qu’en partie, alors il faut y passer du temps. Tout comme il faut en passer avec des clients pour rentrer des commandes.
      La question pour un photographe de savoir s’il faut être présent sur les réseaux ou pas ne se pose plus, il faut y être. C’est une question de visibilité. Mais il faut y consacrer le temps nécessaire et suffisant, ni plus, ni moins.
      Tout commence donc par une stratégie adaptée, se fixer des objectifs et dérouler ensuite les tactiques qui permettent d’atteindre ces objectifs. Avec une heure par jour maximum on fait déjà de belles choses, qui contribuent à se faire connaître, à générer des contacts et à vendre.
      Mais une fois de plus, cela ne remplace pas tout le reste, c’est un nouveau canal à prendre en compte, tout simplement.

      • D’accord avec vous… en partie car votre point de vue est contradictoire. D’un côté vous dîtes  » s’il y a un besoin, il faut l’utiliser  » et le paragraphe en dessous  » la question ne se pose plus, il faut y être « .
        D’accord avec vous sur le premier point, pas du tout avec le second. Je connais des photographes qui vendent, exposent, écrivent dans des journaux lus par des milliers de lecteurs et qui fuient littéralement les réseaux sociaux.
        Croire que l’on va augmenter sa notoriété avec les réseaux sociaux est oublier que l’on se fait d’abord connaitre par la qualité de son travail, sa démarche, sa créativité. Et pour véhiculer cela, il y a d’autres moyens, parfois plus efficaces, que les réseaux sociaux.
        Le leurre tient également dans le fait que les réseaux sociaux… ne sont pas si sociaux que cela. Un photographe pourra être déçu de voir qu’après avoir passé de nombreuses heures à construire son réseau, sa dernière image publiée (issu d’un projet qui lui tenait à coeur, une magnifique image) ne reçoit que 4  » likes « . Et oui, car il ne sait pas que Facebook aura en réalité savamment trier les contacts qui recevront réellement sa publication et que sur les 100 contacts qu’il a, peut-être seulement 10 verront sa photo… Faible rentabilité, in fine, du temps passé… Peut-être que votre article aurait pu pointer cette limitation.
        Où je suis d’accord avec vous, c’est l’importance du bon indicateur : les  » likes  » n’en sont pas un, mais le  » taux d’engagement  » (votre post plus bas), oui. Mais franchement, qui connait parmi les photographes ce qu’est, comment mesurer et comment utiliser un « taux d’engagement  » ???
        Pour résumer, il n’y a pas de mauvais outils, mais de mauvaises utilisations.
        Passer du temps pour construire un réseau au détriment de son activité créatrice (1 heure par jour, c’est énorme) est une erreur si l’objectif de ce réseau n’a pas été clairement défini dès le départ. Et accepter que si l’objectif n’a pas été atteint, revoir sa stratégie.

        • Pour préciser ma position, si l’on a besoin de se faire connaître et/ou de vendre alors oui il faut y être. Sinon, ce n’est pas une obligation (cas du photographe amateur par exemple).
          Cela n’enlève rien aux canaux traditionnels, la presse par exemple. Mais qui aujourd’hui a encore accès à la presse ? Peu de photographes dont certains n’en tirent pas non plus des revenus suffisants.
          Les réseaux sociaux sont un autre canal d’expression, et avec une stratégie adaptée ils permettent de vraiment se mettre en valeur.
          Nous nous rejoignons sur le fait qu’il faut avoir envie, avoir un objectif clair et une méthodologie. Tout comme avec la publicité et la communication classiques ceci dit 🙂
          La mesure du taux d’engagement sur Facebook est donnée dans les statistiques, en pourcentage.
          1h par jour, enfin, n’est pas si énorme si cela permet de se faire connaître. Combien de temps passe-t-on à faire des rendez-vous, à tenir des discussions au téléphone et à gérer ses contacts ? Bien plus en général.
          Je ne prétends pas que les réseaux sociaux sont la réponse à tout, mais ils participent à la construction de l’audience web. A ce titre, ils méritent que l’on s’y intéresse.

          • Merci pour votre réponse qui complète vraiment très bien votre article et avec laquelle… je suis – pour le coup – parfaitement en phase 🙂

  6. Bonjour,
    Je me suis inscrit récemment sur tumblr (uusulu.tumblr.com). Je commence à m’abonner à quelques autres sites de photographie installés sur tumblr.. et sur Instagram. Ce qui est intéressant, c’est de bien maîtriser le lien entre les différents supports. En gros, de quoi doit-on partir pour alimenter les réseaux sociaux ? Pour ma part, j’ai choisi deux options : A partir d’un ordinateur, je pense que déposer sur Tumblr est le bon point de départ, puisqu’on peut automatiquement publier en même temps sur Facebook et sur Twitter. Ensuite, à partir d’une appli mobile, je pencherais pour Instagram comme point de départ, mais je n’ai pas encore testé. Et vous ?

    • Tumblr est aussi une plateforme sociale multimedia, moins utilisée que les autres à ce jour pour la photographie.
      Pour faire les choses dans l’ordre, je recommande toujours d’avoir un « chez soi », un site sur lequel on maîtrise tout ce qui se passe sans risque que le réseau change les règles ou supprime le compte;
      Ensuite il convient de ‘propager’ ces contenus et photos sur les réseaux en renvoyant toujours vers le site d’origine.
      Poster en automatique sur certains réseaux n’est pas bien vu, Facebook par exemple le permet mais ne montre plus (ou si peu) les messages ainsi postés à vos contacts.
      Instagram c’est un autre usage, plus immédiat, plus « ma vie en tant que photographe », même si l’on peut aussi y poster ses photos mais sans lien possible (hors bio) vers son site.