Les Valeureux, du Mississipi à la Nationale 7

matthieuraffard-Matthieu-raffard-alberic-dhardivilliers

par Julie Chabanas

L’un est photographe et graphiste, l’autre directeur artistique. L’un habite New-York, l’autre vit à Paris. Ensemble, ils forment Les Valeureux ; le voyage est leur raison d’être.

Matthieu Raffard, 29 ans, fait les photos, son compère Albéric d’Hardivilliers, 28 ans, est en charge des textes. Depuis que Matthieu est parti vivre outre-Atlantique, en juin dernier, ils travaillent par téléphone : réunion chaque dimanche soir pour alimenter leur site web et ses « 100 jours de textes et d‘images » et « debrief » quotidien pour concevoir le reportage du jour, « texte et image en regard l’un de l’autre », confient Les Valeureux. « Nous avons le souci d’avoir des images narratives ; le texte en parallèle est alors plus abstrait. Et inversement, nous essayons de faire correspondre à une image abstraite un texte narratif », ajoutent-ils. Pour Matthieu Raffard, enfant dyslexique, la photo constitue un mode d’expression.

Il n’y a pas de hasard, c’est au cours d’un voyage en Irlande que ces deux-là se rencontrent, avant de suivre ensemble une classe prépa littéraire, puis une école d’arts graphiques, l’ESAG Penninghen. Les Valeureux ont arpenté, entre autres, la Moldavie, l’Ukraine (Les eaux miraculeuses de Kuyalnick), le Mali (Les origines du blues en Afrique) ou encore la Nationale 7 ; ils en ont tiré des reportages, pour divers magazines et sites web, et un livre*. « Tout l’argent que nous gagnons, nous le réinvestissons dans les voyages », expliquent-ils. « Vers 17-18 ans, nous avons beaucoup pratiqué le Moyen-Orient, ça fait peur aux parents ! Puis nous sommes allés en Asie Centrale ». Prochain voyage : la descente du Mississipi, avec un musicien, Clément de Witt.

« Notre préoccupation est sociale, humaine. On veut que les gens nous racontent leur vie. Nous passons beaucoup de temps sur le lieu de notre enquête. Finalement, on se dit souvent que la photo est un prétexte pour vivre avec des gens qu’on ne connaît pas », soulignent Albéric et Matthieu. Parmi leurs photos de voyages, ils ont donc beaucoup de portraits : « on ne nous a jamais refusé une photo. Nous avons un rapport très respectueux, tout en considérant la personne comme un sujet ». Selon Albéric, les images de Matthieu se caractérisent par « une profondeur de champ toujours faible et des photos hyper texturées ». Le tout en numérique exclusivement.

Les Valeureux dédicaceront leurs livres, La soif de l’Image et L’Ecriture de l’Ailleurs (éditions Transboréal) le samedi 30 janvier, de 15h à 19h au « Fleurus » (2 rue de Fleurus – 75006 Paris).

nationale7-les-valeureux

Interview réalisée par Julie Chabanas pour Nikon Passion

Télécharger cet article en PDF

Télécharger l'article en PDF

Vous recevrez par mail des conseils photo, des sujets inédits, des offres réservées aux abonnés et des réductions sur mes formations. Vous pourrez aussi échanger avec moi directement.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment faire de bonnes photos quel que soit votre niveau

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour partager ma passion. REJOIGNEZ MA LISTE DE CONTACTS PERSOS et recevez des conseils pratiques et motivants.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*