Nouveau Nikon D3

Une nouvelle gamme de téléobjectifs Nikkor

Nikon D3 : Sans finesse, la puissance n’est rien

Le nouveau D3 Nikon révolutionne le monde du reflex numérique avec son nouveau capteur 12,1 millions de pixels, une cadence de prise de vue époustouflante de 9 vues par seconde et une sensibilité ISO des plus élevées. Il pose de nouvelles bases dans le monde de la photographie.

Le Nikon D3 est le produit de plusieurs années de développement et d’un long processus consistant à recueillir les impressions des photographes. Il est donc un condensé des nombreuses technologies innovantes de Nikon. Il est notamment équipé d’un capteur exclusif et très performant au format FX (24 x 36 mm) de 12,1 millions de pixels avec lecture sur 12 canaux, d’une cadence de prise de vue exceptionnelle de 9 vps, d’une plage de sensibilité étendue allant de 200 à 6 400 ISO, d’un tout nouveau système autofocus 51 points, d’un moniteur ACL VGA de 3 pouces avec mode Live View (visée par le moniteur) et d’un système de traitement de l’image avancé.

Capteur d’image au format FX
Le capteur d’image CMOS au format FX du Nikon D3 a été complètement remanié pour offrir une transmission de la lumière exceptionnelle permettant d’obtenir une qualité d’image irréprochable, dans des conditions de lumière défavorables. Grâce à un rapport signal/bruit élevé et une réduction du bruit matérielle avancée, il est désormais possible d’obtenir des images d’une grande qualité, même lorsque la lumière fait défaut. Le capteur offre une plage de sensibilité allant de 200 à 6 400 ISO, extensible de 100 à 25 600 ISO.

Processeur de traitement d’image EXPEED
Le processeur de traitement d’image EXPEED est la clé des performances du D3 en termes de capture et de traitement de grands volumes de données en haute définition. Le système EXPEED est le fruit du long savoir-faire de Nikon en matière de matériel et de traitement de l’image. Il fonctionne sur un mode de conversion analogique-numérique (A/D) sur 14 bits et avec traitement d’image sur 16 bits pour un résultat portant la ‘griffe’ si particulière de Nikon : des couleurs d’une grande précision, des tons chair très doux et un détail des couleurs exceptionnel.

Système de reconnaissance de scène
Autre première pour ce D3, un système de calcul des expositions et de la balance des blancs radicalement différent a été mis au point. En outre, le D3 est doté d’une prise en charge intelligente pour un suivi d’autofocus performant. Au coeur du système de reconnaissance de scène se trouve le capteur RVB 1 005 photosites de Nikon dont la renommée n’est plus à faire. Celui-ci a été remodelé et est capable de reconnaître la forme et la position des sujets de façon à gagner en précision d’exposition et de mise au point automatique.

Module autofocus avancé
Fort de ses nombreuses années de développement au service du reflex argentique comme du reflex numérique, Nikon a encore franchi une étape dans le domaine des systèmes de mise au point automatique. Le D3 et le D300 présentent un système autofocus 51 points complètement nouveau, conçu pour une prise de vue et un suivi encore plus précis des sujets en mouvement.
Après avoir précisément étudié la manière dont les photographes professionnels de sport et de reportage utilisent l’autofocus, Nikon a élaboré un module de mise au point automatique Multi-CAM3500 doté du nombre de points AF le plus élevé jamais développé pour un appareil photo reflex. Combiné au sélecteur multidirectionnel à 8 directions très pratique, ce module permet de sélectionner des points AF aussi rapidement que simplement. Bien sûr, ce module est entièrement réglable et s’adapte à toutes les conditions de prise de vue.

Vitesse de prise de vue hors du commun et réponse immédiate
Le D3 allie la qualité de l’image à des options de cadence de prise de vue remarquables. A une cadence de 9 vps, le D3 est le reflex numérique le plus rapide de sa catégorie (1), permettant une vitesse de prise de vues consécutives en mode recadrage DX encore plus grande de 11 vps (2). Un second mode de recadrage a également été inauguré pour ce D3 : le format 4:5 (24 x 30 mm). Un temps de réponse au déclenchement d’à peine 41 millisecondes (norme CIPA) associé à la lecture 12 canaux ultra-rapide du capteur accélèrent la vitesse de prise de vue et renforcent les performances en mode Live View. En outre, le D3 offre une rapidité de démarrage de 0,12 seconde et un temps d’obstruction de la visée de quelque 74 ms.

Obturateur
Le reflex numérique D3 est équipé du tout dernier obturateur mis au point par Nikon et testé sur des cycles de plus de 300 000 déclenchements. Afin de répondre aux exigences les plus élevées, les lamelles de l’obturateur sont en composite KevlarTM et en fibres de carbone pour une durée de vie exceptionnelle et une précision inégalée.

Optimisation de l’image
Pour son système de gestion de l’optimisation de l’image, Nikon s’est appuyé sur les nombreuses informations recueillies directement auprès des photographes. Résultat : la productivité en JPEG se trouve améliorée. Grâce à ce système d’optimisation, les utilisateurs de tous niveaux peuvent gérer et personnaliser l’aspect de leurs images à leur convenance, directement sur l’appareil photo. Cette intégration de la fonction d’optimisation représente un gain de temps considérable quand vient le moment de retoucher l’image. Les photographes disposent désormais d’un grand nombre de réglages par défaut qu’ils peuvent adapter et partager. Nikon prend donc les devants en matière de réglages d’optimisation de l’image, partant du principe que les photographes seront de plus en plus enclins à développer leurs propres réglages d’optimisation d’image en fonction de sujets et de conditions spécifiques à leur travail. Sur le D3, l’optimisation d’image remplace les réglages de la fonction Mode couleur actuellement en place sur les appareils photo Nikon.

Un minimum de risques pour des sujets à contraste élevé
La fonction D-Lighting actif du D3 renforce ses capacités en format JPEG. Avant de prendre un sujet présentant des contrastes très élevés, il est dorénavant possible d’appliquer une courbe prédéfinie qui traite les images, afin d’améliorer les détails dans les hautes lumières et les ombres sans que le contraste global n’en souffre.

Une conception guidée par la haute définition
La conception du D3 a été entièrement régie par la haute définition. Du port de sortie HDMI (High Definition Multimedia Interface) pour un affichage haute définition dernier cri, au moniteur ACL VGA de 3 pouces optimisé pour une visibilité sous tous les angles jusqu’à 170 degrés, tout a été étudié pour que les photos puissent être visualisées avec une précision extrême. Le nouveau moniteur VGA peut également être utilisé seul avec le tout dernier mode Live View exclusif du D3 et du D300. Contrairement à d’autres technologies de visée par le moniteur, tous les modes Live View de Nikon permettent la mise au point automatique.

Stockage des images tout en souplesse
Le D3 est le premier reflex numérique à offrir deux emplacements de carte mémoire CompactFlash à utilisation simultanée pour une souplesse de stockage sans précédent. Le photographe pourra donc prendre des photos indifféremment sur l’une ou l’autre carte ou sur les deux à la fois, en guise de sauvegarde. Par exemple, lors d’une prise de vue combinée NEF et JPEG, l’image au format NEF peut être enregistrée sur une carte mémoire tandis que la version JPEG de cette même image sera enregistrée sur l’autre carte. De plus, ces images peuvent être sélectionnées et copiées d’une carte à l’autre après coup.

Un compagnon à toute épreuve
Les appareils photo reflex de Nikon sont depuis longtemps connus pour leur résistance aux conditions de prise de vue les plus extrêmes. Qu’il s’agisse de photographier par des températures glaciales en arctique ou dans les atmosphères humides des forêts tropicales, les appareils Nikon dépassent depuis longtemps tous les autres appareils photo en durée de fonctionnement. Le D3 ne fait pas exception. Le revêtement externe, le châssis et la chambre du miroir sont faits d’un alliage de magnésium tandis que les jointures et les commandes du boîtier ont été traitées de façon à être résistantes à la poussière et à l’humidité.

Fonctionnement sur réseau sans fil
Nikon, pionnier de la transmission sans fil des images, lance à présent le système de communication sans fil WT-4(3) et ouvre ainsi l’ère des appareils photo en réseau. Il permet non seulement de transmettre les images directement à un serveur (‘principe du push’) et de commander l’appareil photo à distance, mais également d’effectuer des recherches à distance parmi les imagettes présentes sur l’appareil.
Dans cet environnement sans fil, un réseau peut relier jusqu’à cinq appareils photo D3 et D300 différents. Lors d’un événement sportif, par exemple, les éditeurs peuvent faire des recherches parmi les imagettes de tous les appareils photo à la fois et sélectionner les images voulues (‘principe du pulling’), tandis que les photographes continuent leurs prises de vue.

Un nouvel ensemble de cinq objectifs NIKKOR
Avec le D3, un nouvel assortiment de cinq objectifs NIKKOR voit le jour. Il comprend deux objectifs NIKKOR ultra grand-angle : l’AF-S 14-24 mm f/2.8G ED et le zoom transtandard compact AF-S 24-70 mm f/2.8G ED. Trois nouveaux super-téléobjectifs VR (réduction de vibration) viennent compléter la panoplie : l’AF-S 400 mm f/2.8G ED VR, l’AF-S 500 mm f/4G ED VR et l’AF-S 600 mm f/4G ED VR.

« Avec le D3, Nikon a littéralement évincé ses concurrents : cet appareil photo précurseur va changer la manière de photographier chez les professionnels, affirme Robert Cristina, chef de produits professionnels et responsable NPS Nikon pour l’Europe. L’incroyable rapidité du D3, sa très grande définition et sa souplesse d’utilisation vont permettre aux photographes de prendre des photos dans des conditions qui étaient jusqu’à présent impensables. »

Le D3 mesure 159,5 (L) * 157 (H) * 87 (E) mm et pèse 1 390 g, accumulateur inclus.

(1) En août 2007
(2) Avec suivi de la mise au point désactivé
(3) Les versions du WT-4 peuvent différer selon les normes nationales et/ou régionales régissant l’émission de fréquences radio.

Prix et disponibilité
Le D3 sera disponible en France à partir de novembre 2007 au prix public conseillé de
4599 euros TTC.

Retrouvez l’intégralité du Communiqué de Presse sur Nikon Passion … ici

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


17 Commentaires sur "Nouveau Nikon D3"

  1. Je possede un d3; et suis a la recherche d’un verre de visée quadrillé adaptable sur ce boitier. Il m’a semblé pourtant l’avoir apercu sur le site Nikon. merci pour vos renseignement

  2. j’ai lu tous vos commentaires sur la sortie du D3.
    Je suis photographe professionnel et je suis d’accord avec (Océan) chaque année un nouveau est sur le marché avec ses qualités et ses défauts.
    Avant l’arrivée du numérique, les professionnels gardaient leurs boîtiers des années sans ce poser des questions. Aujourd’hui vous achetez un boîtier à 4000 euros et il est déjà soit disant dépassé. Ce débat fait oublier la sensibilité du photographe, l’approche du sujet, la connaissance de la lumière…
    J’ai un Nikon F5 et un D2X. J’ai un travail à réaliser en architecture et je suis contrarié. Avec mon 28 mm PC je suis trop juste avec le numérique (42mm) je dois passer en argentique pour conserver la focale, ou acheter un D3 et le 24 PC et revendre mon D2X acheté il y a 1 an.
    Vive la société de consommation et ses moutons.En plus beaucoup de professionnel ne sont pas fortunés et j’en fait parti.(Amortissement d’un boîtier sur 4 ans).
    Il reste le plaisir d’un argentique, j’ai toujours mon leica.
    Vivement que Nikon fasse un boitier numérique avec anti poussière (16M) à un prix abordable pour tous et garde le même produit quelques années.
    Jacques Hampé

  3. Bonjour,

    Il est vrai que le D3 semble très intérressant mais comme d’habitude ce genre d’appreil reste très cher. Personnellement j’ai deux boitiers argentiques de cette marque. Un F801s et F100 + 3 optiques. Finallement je préfere attendre que le format 24×36 en numérique se démocratise et prendrait bien des optiques supplémentaire chez Nikon en attendant. C’est une question de temps pour avoir un boitier reflexe numérque « abordable ». Mais j’ai un petit numérique pour passienter : Panasonic DMC LX2 et j’ai été très agréablement surpris par les résultats (pour un compact)

  4. Même le père noël il ne voudra pas me l’apporter!!!
    Les caractéristiques du D3 sont incroyable, dommage que je n’en ai pas les moyens..

  5. Enfin, depuis le temps que j’attendais que Nikon sorte un numérique au format 35mm, me permettant d’utiliser ma collection d’objectifs, je vais pouvoir envisager de passer au numérique. Eh oui, je suis un ancêtre, avec mes FE, F70, et FM3A que j’adore.
    Un regret, au vu des caractéristiques annoncées: pourquoi ne pas avoir prévu deux versions: l’une haut de gamme, avec 18 millions de pixels, et la totalité des fonctions dont certaines sont pour moi un peu des gadgets, l’autre de 12 millions seulement, un peu simplifiée, et d’un prix plus abordable (suivez mon regard chez Canon!)
    Conclusion: j’attends encore un peu, cela me permettra de rèver encore un peu plus longtemps!

  6. Le D3, le D4, le D5… J’en suis sur, la technologie pour nous offrir un boitier définitif existe déjà. Pourquoi investir dans un appareil qui sera déjà vieillot dans une année au maximum? Oui, car le D4 offrira un antipoussières digne de ce nom, des megapixels à la hauteur d’un capteur plain format, etc, etc. On nous pousse à la consommation et nous, comme des moutons, nous courons auprès de chaque petite nouveauté. Panique, panique, les possesseurs du d200, qui ne sont pas tous des fortunés, n’ont plus de réserves pour le d300 et ce qui se jettent sur ce dérnier vont découvrir un d400 ou d400s dans une année ou un peu plus avec capteur plain format… Non, messieurs, pour le moment je reste avec mon F3. Des pellicules, pour l’instant, il y en a encore!

  7. Cher Pierre Moreau,
    Pour une double page mag, un A3 suffit (420 x 297 mm) et 17 millions de pixels à 300 dpi. Pour un A2, le capteur doit être de 35 millions de pixels. Voir ce tableau : http://www.istaota.com/pages/formats.php
    et donc Hasselblad avec dos numérique. Mais 17 millions de pixels suffiraient aussi à mon bonheur.
    Reste que ce D3 est un superbe boitier.
    Cordialement.

  8. Oui comme dit ci dessus trés dommage que l’on ait que 12M pix!!!
    On aurait trés bien pu avoir différents formats mais en ayant 18MP car là on couvrait tout : le reportage, le studio….
    Cannon est toujours là dessus trés innovant mais hors de prix ( pour le pro c’est moins un probléme!!)

  9. Pour ma part, j’ai l’intention de passer au numérique, mais c’est vrais que j’attendais un capteur 24 x 36. J’ai un Nikon F4 (avec des optique nikor) et un vieux Minolta X700 donc je n’arrive pas à me séparer.
    Jean-Louis, je suis sûr que personne ne rigole et de toute façon c’est le plaisir de la photo qui l’emporte, mais c’est vrais aussi que de manipuler des fichiers numériques c’est plus facile aujourd’hui que des diapos ou des photos (en tout les cas pour le rangement).
    Le nouveau D3 est superbe, mais quelqu’un ma dit dommage il n’y a pas de Capteur intégré auto-nettoyant, quelqu’un pourrait répondre??

  10. Pour le FM2 je partage le commentaire de Pierre; en fait il ne s’agit pas seulement d’un boitier école mais un véritable super appareil baroudeur. Il me suit partout, en haute montagne, sans que j’ai à me faire des soucis pour les batteries, le pois, le froid. On se prend le temps de faire de la photo, avec du calme. Et le bruit du déclenchement, tout mécanique, le toucher en métal… quel régal. Finalement on est proche de la philosophie Leica… Sans conter le temps qu’on ne perd pas devant un ordinateur pour remanier chaque photo, et le temps qu’on gagne dans son labo pour développer avec ses mains, ses gestes… Suis-je un vieux nostalgique? Non, je suis très jeune…

  11. Pierre Darmangeat | 28 août 2007 à 9 h 01 min | Répondre

    Non Jean-Louis, on ne rit pas…

    Un FM2 fonctionne toujours même sans pile car il est entièrement mécanique, ce que vous savez bien.
    C’est pourquoi il faut le conserver, à l’instar du FM3A qui est l’heureux mariage du FM2 et du FE2 et qui a l’intelligence de fonctionner avec le même moteur MD12 (j’en ai offert un à ma compagne, et nous ne sommes pas près de nous en séparer). Votre FM2 peut servir de « boîtier école » à l’un de vos proches car c’est le meilleur moyen d’apprendre les bases de la photo : tout faire soi-même. Les automatismes divers et variés sont très utiles, très pratiques et très performants mais il ne faut jamais oublier que c’est toujours le photographe qui fait sa photo. C’est lui qui juge la lumière (qui la ressent), lui qui fait son point, qui travaille sa profondeur de champ, qui fait son cadrage (d’où l’intérêt d’une visée à 100 % avec si possible un verre de visée quadrillé, ce qu’offre le nouveau D300).

    L’automatisme, c’est parfait quand on sait déjà faire une photo, et cette remarque vaut encore plus lorsqu’on travaille au flash.

    Cela dit, je suis enchanté par mon D200 qui me rend d’immenses services en photo animalière, mais que je n’utilise en fait que comme un Nikkormat EL, un Nikon FE/FE2, c’est-à-dire en mode A, car je prévois toujours mon diaph, l’appareil se chargeant de régler la vitesse. Les modes S et P ne m’intéressent pas (pour ce que je fais), mais il reste toujours le mode manuel M, indispensable dans bien des cas.

    De fait, j’attends tranquillement que le D300 prenne un peu de bouteille et montre ce qu’il a dans le ventre, puis je songerai au D3 (ou à l’une de ses probables futures versions), mon actuel et ancien F5 me donnant à l’occasion toutes les joies, notamment celles de numériser ensuite moi-même mes diapos de bonne qualité (Nikon Coolscan V ED, modeste, mais fonctionnant parfaitement).

    Donc, vos F80 (je connais mal) et surtout FM2 n’ont pas de quoi faire rire. Ce qui fait rire, c’est la précipitation de nombre de « presse-bouton » qui se jettent sur le matériel haut de gamme sans en avoir l’utilité et surtout sans lui offrir les optiques dignes de ses capacités (c’est-à-dire les grandes optiques Nikon et rien d’autre) : c’est tout simplement ce que j’appelle perdre bêtement de l’argent, mais cela en amuse beaucoup… 🙂 🙂 🙂

  12. NIKON relève le gant (enfin !) et de quelle manière !

    Cette surenchère me fait penser à la F1 où la moindre innovation fait à plus ou moins long terme boule de neige sur la « familiale » de tout le monde..
    A quand un 12Mpx et un viseur 100% sur un reflex pour « Mr tout l’monde » ?
    Dis Mr Nikon , c’est pour quand ?

    (c’est vrai que je date un peu avec mon F80 et mon FM2..Défense de rire.)

  13. Je suis possesseur d’un D200 depuis 1 an et j’attendais du nouveau concernant l’anti-poussières. Le nettoyage du filtre passe-bas du D200 n’est pas une sinécure. Quid du D300 ou du D3 ??

  14. pour le prix, c’est sur ?
    sur dpreview, ils annoncent un autre prix ???

    http://www.dpreview.com/news/0708/07082312nikond3.asp

  15. 3 ans que j’attends. Je commençais à m’énerver et à songer sérieusement un passage chez Canon. La bête est prometteuses.
    Très grande sensibilité et peu bruité, cela change sérieusement la donne. Ouf plus de ce foutu éclairage stupide du flash cobra!. Mais 12 MPx c’est pas vraiment assez pour l’impression en offset au format A2 (double page magazine) C’est insuffisant pour des expos grands formats.Tous les professionnelles n’y trouvent pas encore leur compte. Il faudra attendre la version D3x(18Mpx?) mais moins sensible.
    Le moyen format aura du souci à ce faire.
    La bataille des prix va pouvoir s’engager sur le full frame entre Canon, Nikon et peut’être bientôt Sony.

  16. Bien sûr que cela laisse rêveur- Surtout que moi j’utilise encore un FT2 et un FE2, c’est dire si j’ouvre grand les yeux…

  17. Bonjour,

    On s’y attendait, ça vient.

    Le plus remarquable du D3, c’est qu’apparemment on peut choisir le cadrage souhaité : 24×36 OU DX, si l’on en croit la présentation de l’appareil sur le site de Nikon France ! C’est exactement ce que je souhaitais dernièrement, et, au regard des possibilités qu’il semble offrir, son prix n’est pas trop élevé, même s’il a de quoi en effrayer beaucoup (dont moi)…

    Bon. On peut toujours se tourner vers le D300 qui m’a l’air bien sympathique, ma foi. D’autant que son viseur fournit 100 % de l’image, ce qui représente une grosse amélioration par rapport au D200 : 100 % de l’image à la visée, chez Nikon, c’est la marque des Grands !
    Et il semble que le D300 a tout pour être un Grand, surtout avec sa poignée MB10…
    Quant aux nouvelles optiques, ça a l’air tout bon. Mais je me demande bien pourquoi Nikon s’obstine à refuser de produire un 4/300 mm VR : c’est un télé petit, léger, maniable, permettant de travailler très facilement à main levée. Équipé du système VR, il serait tout simplement fabuleux, comme son cousin et concurrent de chez Canon (que j’ai eu, et dont la qualité optique est fantastique ; dommage qu’il tombe si souvent en panne électrique… !).

    En ce qui me concerne, tout ça, ce sera pour dans un an ou deux. Chic, j’ai le temps de rêver… 🙂