Nouveau Nikon D300

Une nouvelle gamme de téléobjectifs Nikkor

Nikon D300 : Coeur de professionnel

Nikon présente un nouveau reflex numérique qui pose de nouvelles bases dans le monde du reflex compact professionnel : le D300.
Le D300 au format DX, d’une utilisation très simple, offre une qualité d’image remarquable, des technologies multifonctions et des temps de réponse rapides. Avec son excellente définition (12,3 millions de pixels), sa cadence de prise de vue élevée (6 vps), son unité de nettoyage automatique du capteur, son moniteur ACL VGA 3 pouces haute résolution et sa légendaire solidité, le Nikon D300 est une solution défiant toute concurrence pour les photographes à la recherche d’un reflex compact performant.

Rapidité et performance
Le D300, doté des technologies professionnelles dernier cri, a été conçu dans le but de produire des images de la plus grande qualité. Le capteur CMOS au format DX de 12,3 millions de pixels génère des fichiers d’image convenant à la majorité des types de sortie et présente une cadence de prise de vue standard élevée de 6 vps (jusqu’à 8 vps avec la poignée-alimentation disponible en option). Pour répondre à des besoins photographiques très variés, le D300 est rapide au démarrage, prompt à la réponse et d’un fonctionnement extrêmement souple. Il démarre en 0,13 seconde et son temps de réponse au déclenchement est d’à peine 45 millisecondes.

Une précision à couper le souffle
Le D300 est doté d’une unité de nettoyage automatique du capteur qui vibre à de hautes fréquences afin de débarrasser la surface du filtre passe-bas de toute particule de poussière qui viendrait s’y déposer. Sa plage de sensibilité s’étend de 200 à 3 200 ISO et est extensible à Lo 1 (l’équivalent de 100 ISO) et Hi (l’équivalent de 6 400 ISO). La précision au niveau de l’image est affinée grâce au nouveau système de reconnaissance de scène qui utilise le fameux capteur RVB 1 005 photosites de Nikon. Ce dernier a été remanié pour reconnaître la forme et la position des sujets avant la prise de vue. Ainsi, le système autofocus 51 points peut suivre plus aisément les sujets en fonction de leur couleur. La précision des mesures de l’exposition et de la balance des blancs s’en trouve donc améliorée. De plus, il est équipé du mode Live View qui permet d’afficher instantanément l’image visée sur le moniteur ACL et propose deux options pour une prise de vue à main levée ou sur pied. La mise au point automatique est possible pour ces deux options du mode Live View.

Un traitement des images amélioré grâce au processeur EXPEED
Le processeur de traitement d’image EXPEED est la clé des performances du D300 en termes de rapidité de capture et de traitement d’images haute définition. Le système EXPEED est le fruit du long savoir-faire de Nikon en matière de matériel et de traitement de l’image. Il fonctionne sur un mode de conversion analogique-numérique (A/D) sur 14 bits et avec traitement d’image sur 16 bits pour un résultat portant la ‘griffe’ si particulière de Nikon : des couleurs d’une grande précision, des tons chair très doux et un détail des couleurs exceptionnel.

Prêt pour la photographie de demain
La conception du D300 a été entièrement régie par la haute définition. Du moniteur ACL VGA de 3 pouces optimisé pour une visibilité sous tous les angles jusqu’à 170 degrés, à l’interface HDMI (High Definition Multimedia Interface) pour un affichage haute définition, le D300 est prêt à affronter le monde photographique de demain. Il a été étudié pour une grande facilité d’utilisation : simplicité des commandes, grande lisibilité de l’écran ACL supérieur et des informations affichées sur l’écran ACL arrière, qui change de couleur en fonction des conditions d’éclairage. Le sélecteur multidirectionnel à 8 directions est parfaitement intuitif et fait de la sélection des 51 points AF un jeu d’enfants.

Robustesse et fiabilité
Fidèle à la tradition Nikon, le D300 est d’une grande solidité dans la durée. Le boîtier de l’appareil est fait d’un alliage de magnésium et l’obturateur a été testé sur des cycles de 150 000 déclenchements. Il est également traité pour résister à la poussière et au ruissellement.

Garanti « Système reflex de Nikon »
Tout comme le D3, le D300 n’est pas qu’un simple appareil photo : il est l’un des composants d’un système Nikon complet qui permet aux photographes de produire les plus belles images. En effet, il est compatible avec le système reflex de Nikon : objectifs NIKKOR, flashes, accessoires et logiciels combinés pour former une solution complète capable de faire face aux plus grands défis de la photographie.
La poignée-alimentation MB-10 est l’accessoire indispensable à une autonomie prolongée, une excellente ergonomie en cadrage vertical et des cadences de prise de vue pouvant aller jusqu’à 8 vps. Cet accessoire se place à la base de l’appareil photo, tout simplement. Contrairement à d’autres poignées, le MB-10 ne prend pas la place de l’accumulateur, si bien qu’il est possible d’utiliser deux accumulateurs EN-EL3e ou d’ajouter un accumulateur EN-EL4a à l’ensemble. De plus, le D300, tout comme son accessoire MB-D10, peuvent fonctionner avec des piles AA. *Nécessite un accumulateur EN-EL4a.

Fonctionnement sur réseau sans fil
Nikon, pionnier de la transmission sans fil des images, lance à présent le système de communication sans fil WT-4 et ouvre ainsi l’ère des appareils photo en réseau. Il permet non seulement de transmettre les images directement à un serveur (‘principe du push’) et de commander l’appareil photo à distance, mais également d’effectuer des recherches à distance parmi les imagettes présentes sur l’appareil. Dans un environnement sans fil, des réseaux d’un maximum de cinq appareils photo D300 peuvent être mis en place, rendant ainsi possible la recherche d’imagettes sur la totalité des appareils connectés et la sélection de fichiers d’image (principe du ‘pulling’) tandis que les photographes continuent leurs prises de vue.
« Parce qu’il a bénéficié des dernières avancées technologiques et ergonomiques de Nikon, le D300 constitue un nouveau point de référence pour les professionnels ne disposant pas d’un gros budget, déclare Robert Cristina, responsable des produits professionnels Nikon pour l’Europe. Il s’agit d’un véritable appareil photo ‘tout-terrain’, rapide, performant et simple d’utilisation qui convient à tous ceux qui, en photographie, cherchent la qualité. »
Le D300 mesure 147,2 (L) * 112,8 (H) * 74 (E) mm et ne pèse que 795 g.

Prix et disponibilité
Le D300 sera disponible en France à partir de novembre 2007 au prix public conseillé de 1749 euros TTC.

Retrouvez l’intégralité du Communiqué de Presse sur Nikon Passion … ici

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


38 Commentaires sur "Nouveau Nikon D300"

  1. Bonjour, je vous conseille de poser la question sur le forum Nikon numérique pour avoir plein de réponses !!

  2. Bonjour,
    J’aimerais savoir si quelqu’un peut m’aider. J’ai un problème avec l’exportation de mes photos.
    Mon appareil est un D300s, la mémoire une SkanDisk Extrem 8gb.
    Lors de l’exportation, une partie seulement des photos sont exportées. Pour les autres, elles ne passent pas, ou avec un message « fichier illisible ». Pourtant je les visionne sur mon boîtier.
    J’ai essayé sur deux Mac différents que j’utilise depuis longtemps. Ça ne passe sur aucun.
    Quelqu’un aurait-il une solution ?
    Merci d’avance.

  3. Oulah que de précipitation. Je soupçonne quelques messages d’être le fait de markéteux de chez Nikon, ça sent la promo camouflée a 2 lieux la ronde !

    Bon, si vous possédez un D200, ce n’est pas la peine d’acheter un D300. Avec le D200, les photos prises étaient déjà de bonne qualité. Si vous êtes un pro du shout, le D200 suffit. Achetez le D300 si vous ne possédez pas le D200. Mais ne codez pas bêtement au désir d’achat uniquement parce que le D300 est le dernier modèle.

    J’ai mon D200, et il me suffit amplement pour gagner ma vie. Offrez-vous plutôt de bon zoom pour, travaillez vos shout, maitrisez bien votre matériel a 100%, et le plaisir sera au rendez-vous.
    L’achat du D300 ne comblera qu’un seul désir : la frénésie de l’achat.

  4. Depuis que Nikon se met à copier Canon dans pratiquement tout (collimateurs, capteurs 24X36 etc…) Nikon renaît de ses cendres. Canon c’est canon et Nikon toujours à la traîne, peut remercier Canon d’avoir toujours été devant à tous les niveaux. Il y aura toujours des coureurs cyclistes qui se placeront derrière le meilleur, histoire de faire moins d’efforts et de bénéficier du courage de celui qui est devant.

  5. Merci pour vos commentaires.
    – Pour les poussières je suis bien d’accord avec vous et je fais d’ailleurs attention quand je change d’objectifs en argentique; aucune raison que cela change si je passe en numérique.
    – Concernant mes anciens objectifs Nikon, une amie qui possède un D70 a utilisé mon 105 avec succès (mais sans les automatismes qui vont bien).
    – Avec le numérique, que cela soit en photo ou avec d’autres matériels, la valeur résiduelle après quelques années n’est pas très élevée et je n’escompte pas en tirer beaucoup. En plus je suis un peu conservateur (ou alors collectionneur?), donc peu enclin à revendre.
    – Nous sommmes le 24 janvier, le journal du geek donne pas mal de news sur la PMA. Mais … rien de vraiment terrible, je m’attendais a des vraies nouveautés. J’attends encore un peu pour voir si Nikon sort quelque chose pour remplacer le D80 (avec anti-poussière comme vous l’écrivez, cela m’irait bien).
    Allons, encore quelques jours et la PMA ouvre ses portes.
    A bientôt.
    Pascal

  6. Quelques idées :
    Ne rêvez pas, un antipoussière ne compensera un manque de soin. Il FAUT être très soigneux avec son boîtier numérique QUEL QU’IL SOIT, et éviter toute poussière (changement d’objectif à l’abris, boîtier orienté vers le bas, après avoir dépoussiéré les objectifs, etc.) L’antipoussière ne sert que pour tenter de retirer ce qu’on n’a pas pu éviter. De plus, ils fonctionnent de manière assez diverse. Selon Chasseur d’Images, très efficace chez Olympus, sensiblement moins chez les autres…
    Pour réutiliser vos anciens objectifs Nikon (non auto-focus, je suppose), le D80 ne convient pas. Mais pourquoi pas un D200 d’occasion ?
    Enfin pensez pérennité : La perte à la revente est probablement moins forte sur Nikon et Canon, les 2 leaders du marché que sur Pentax.
    Dernier point : je ne crois pas que le D300 baissera sensiblement après la PMA, vu son succès. Vous pouvez peut-être rêver de l’annonce d’un D90 = D80 + anti-poussière. Pour rappel, le D80 valait 830 € il y a un an, il est à 780 maintenant. Donc ce n’est pas une telle baisse qui devrait orienter votre choix…

  7. Débutant (en fait, non-pro, c’est plus simple), je possède un Olympus e20P depuis quelques années (bridge, 6MIO de px) et j’en étais satisfait pour le style et la qualité des photos que je fais habituellement.
    Malheureusement, cet APN est tombé et bien que toujours fonctionnel je ne peux plus visser d’accessoires sur l’objectif.
    Bref, je ne fais pas plus long: je suis à la recherche d’un nouvel appareil, et pourquoi pas, me suis-je dis, un reflex!

    Depuis décembre 2007, je hante les forums, je compulse les magazines spécialisés, j’emm**** les boutiques photos que je remercie pour leur patience, les vendeurs qui ont eu la gentillesse de me conseiller se reconnaitront peut-être :-). Mon budget est de 1000 Euros avec un surplus possible de 300-400 Euros mais au détriment d’accessoires (que je commanderais dans ce cas plus tard).
    J’ai tendance à privilégier l’objectif pour autant que l’appareil sache en tirer partie. J’attache une grande importance à la qualité de la restitution de la gamme chromatique.
    L’anti-poussière est une option qui me semble appropriée (je suis un peu baroudeur, ou peu soigneux diront d’autres…).
    A ce jour j’hésite entre plusieurs appareils:
    – Pentax K10D
    – Canon EOS 40D
    – Nikon D300 (argh, le prix!)

    Le Nikon 80D n’a pas d’anti-poussière, dommage.

    Je n’ai jamais shooté avec du Canon et les objos de qualité sont très onéreux chez eux (à raison). Je suis par définition assez « Nikon », j’ai toujours mon Nikkormat EL avec 3 objectifs dont un 105 pour le portrait. Bien entendu, je n’espère pas garder la même focale si montés sur un numérique (vu que je louche pas sur les Full-frame, trop cher pour moi et d’aucune utliité à mon niveau en ce moment). Acheter un Nikkon me plairait bien il faut dire.
    Mais… le K10d est tentant. En fait je n’ai pas encore craqué car j’attends la grand messe (PMA) de fin janvier 2008. Des rumeurs courent déjà sur un Pentax K20D ou assimilé.
    J’ai lu sur des forums que les prix sont revus à la baisse pour le matos existant après la PMA. Si c’est vrai mon rêve de D300 pourrait se réaliser, il « rentrerait » un peu plus dans mon budget.
    Qu’en pensez-vous?

    Merci et excellente journée.
    Pascal
    Olympus E20P presque borgne
    Nikkormat EL, 28, 50 et 105mm
    503CX, 150T/4 (vendu il y a qq années, l’erreur!)

  8. Je crois qu’il faut être pragmatique et observer le retour d’expérience:
    – Depuis que je suis passé au numérique: D70, puis D200, j’ai multiplié en moyenne ma production
    photographique par 5. On essaie, puisque ça ne coûte rien, et l’on est parfois surpris agréablement
    par le résultat,
    – L’argentique est conservé pour ses forces: par exemple le portrait au format FX (!) avec une si belle
    gestion de la transition net/flou au 1,4 de 85mm…
    – Pour les objectifs, j’ai profité des petites annonces qui ont suivi l’apparition du format DX pour
    constituer ma panoplie à coût parfois « immoral »,
    – Le D3 est bienvenu car il permettra de combiner les avantages du numérique et d’une gestion plus fine
    de la profondeur de champ,
    – Le D3 ne fait « que » 12MPx ? Il me parait évident qu’un capteur plus musclé apparaîtra dans quelques mois:
    alors, cool… il suffit d’être patient et en attendant de faire des photos avec ce que l’on a en mains,
    argentique ou numérique.
    De manière générale, il est totalement inutile de changer de boitier à chaque évolution: attendre un peu et
    sauter directement deux ou trois générations, ou… attendre un peu et acheter à vil prix le boitier N-1
    lorsque les consommateurs le bradent pour acheter le boitier N.
    Moralité: entre un riche et un pauvre, quelle est la différence ? Six mois, un an ?
    Bien cordialement.

  9. A la lecture de tous ces posts, je crois que tout est dit… Nous assistons à une hérésie tout de meme spéctaculaire : Faire aussi bien en numérique ce que fesait tres bien nos boitiers argentique, c’est à dire du 24×36 !!! Tout ceci pour la simple et bonne raison que produire des numériques revient 2 à 3 fois moins cher que de produire de l’argentique…. Arretons donc de ceder à la tentation du consommateur de base et arretons de perdre du temps pour faire ce que nous aimons : prendre nos photos. Pour ma part je fais de la photo nature et animalière et rien de plus frustrant que de rater un oiseau par une belle lumiere et ce quel que soit l’appareil utilisé. Alors bien sur, certains arguerons le fait qu’il faut vivre avec son temps etc… etc… Moi je vous met tous au défit de faire aujourd’hui et pour les 5 ans avenir une photo qui sera aussi profonde avec le numérique que celle produite avec de l’argentique. A vos boitiers et n’oubliez de mettre en route le meilleur ami du photographe : l’oeil du photographe, tant à souhaiter qu’il ne soit pas pourvu d’un capteur lui aussi dans 20 ans….

  10. Moi je voudrai juste dire une chose.Prenons un Nikon F par exemple et un Nikon D3
    et faisons la même photo, y aura t il une grande différence au résultat.Si l’on en croit tous les fabricants qui nous font du matériel formidable aujourd’hui avec des images sublimes il faut croire qu’il y a vingt ans les photos etaient illisibles

  11. Bonsoir,

    Pour répondre à GPL, moi non plus, je ne connais pas de « pro » qui bosse avec un D70 (encore qu’il n’y aurait là rien de dégradant, mais un photographe pro cherche autre chose), et je n’en connais pas non plus qui ne se plante pas : simplement, on ne voit jamais les images ratées des pros parce que ça n’aurait aucun intérêt. Non, les pros ne sont ni infaillibles, ni des machines. Certains sont de très tristes tâcherons de l’image, d’autres d’authentiques artistes, d’autres des créateurs, et la plupart de simples très bons réalisateurs capables de faire ce que leurs clients leur demandent : les « pros » font simplement leur travail.

    Pour ce qui est du réel problème problème des hautes lumières avec le D200, moi qui ne suis pas un « pro », j’ai trouvé une solution notamment en ce qui concerne les nuages blancs : outre l’utilisation d’un polarisant, je sous-expose systématiquement, partant du principe qu’un blanc cramé est irrécupérable, quel que soit le support. Avec une sous-exposition honnête et un passage à la moulinette Photoshop Elements 4 (je n’ai que celui-là), Capture NX et Nikon Scan 4, je m’en sors plutôt pas mal.
    Mais je répète que se planter avec le SB800, il faut le faire exprès !

  12. Heu … pourquoi tout racheter ? T’as bien lu la note sur le boîtier ?
    Les DX si chers ? Ah oui, c’est vrai les non DX ne sont pas chers, eux.
    12 Millions de pixels, quelle honte, comment tu vas faire une double page dans un magazine avec si peu de pixels, comment font ceux (les pros, les vrais) qui y arrivent avec 6 Mp ??
    Nikon se moque des pros ? Va vite chez Canon, eux ils sont sérieux au moins …

  13. françois balestriere | 5 septembre 2007 à 12 h 56 min | Répondre

    acheteur des d1 d100 et d2x et je vous passe les boitiers argentiques depuis 73, voici que nikon nous renvoie à renouveler notre gamme d’optiques.
    adieu les dx si chers, voici le 24×36 comme canon!
    pour tout racheter avec en plus un 12 millions de pixels et pas plus il faut y croire!
    et là on y croit plus! nikon se moque des pros et des autres!
    je vais enfin changer de marque!
    quitte à tout racheter ?
    françois balestriere
    photographe

  14. Je ne connais pas de pro qui bossent avec un D70. Les pros travaillent avec des boitiers pros ou semi pro (D1x D2x ou H, D100, D200…). En revanche, les photos cramées ne sont pas rares, même chez les pros. Une erreur, une fausse manip, un réglage trop vite fait…Les pros ne sont pas des machines et les machines sont parfois capricieuses… Et puis, on peut cramer pour le plaisir. Ce qui est certain c’est que le D100 et le D200 rencontre toujours des difficultés avec les hautes lumières. Le fameux blanc troué (Photographier des nuages pour comprendre). Sur ce plan là, un 801 en argentique s’en sort souvent beaucoup mieux…Parce que le grain de la pellicule vient au secours du photographe. Photos ratées ou réussies ? Autant en numérique qu’en argentique. Mais avec le numérique, il est possible de supprimer sans bourse délier celles qui nous semblent ratées. En argentique, on paye toujours le développement, que la photo soit bonne ou mauvaise.

    Le numérique favorise la prise de vue sans crainte de « rater » ce qui a eu pour effet de décaler la réflexion. Un photographe qui travaillent en argentique pose sa réflexion en amont (Cadrage, lumière…) pour éviter de gâcher de la pellicule, et en aval lors de l’editing, choix des meilleures photos sur la planche contact. En numérique, beaucoup de photographes (notamment ceux qui n’ont jamais travaillé en argentique) ont eu tendance à oublier la phase préparatoire, on va plus vite, on déclenche plus souvent, on pense moins en amont, après tout, cela ne coûte « rien » (mis à part quelques milliers d’euros en équipements numériques – Boitier, ordi, cartes, disques durs, logiciels…) et la sélection se fait en aval. Regarder sur l’écran ACL c’est une forme d’editing rapide après la prise de vue.

    Je pense que l’outil, le boitier (comme l’objectif, le flash, la lumière…), peut conditionner le résultat d’une photo, pas le déterminer. Ce serait faire peu de cas du manipulateur, du photographe, de celui qui agit. Le boitier fait partie des conditions de la prise de vue. L’image finale est la résultante de ces conditions et du choix de l’opérateur (Sujet, Cadre, vitesse, diaphragme, quand celui-ci ne travaille pas en automatique…). Indiquer sous une photo (Voir certains magazines de photos) les conditions de la prise de vue (tel boitier plutôt que tel autre) sans insister sur les choix ne me semblent pas pertinent. Le choix est primordial, les conditions sont une contingence. En priorité vitesse, le choix c’est la vitesse, le diaph est une condition, une contingence qui échappe à l’opérateur…

  15. Bonjour,
    Bien d’accord avec Jean-Christophe : on est frustré parce qu’on manque de quelque chose qu’on aime, qu’on voudrait avoir, et qu’on n’a pas.
    Personnellement, je ne me sens aucunement frustré. J’ai ce que j’ai, et ce que je n’ai pas, je suis enchanté que d’autres puissent se l’offrir. Il ne faut pas vivre selon les désirs du marketing, mais selon son propre rythme et là, je m’autorise une petite remarque ironique envers jca_nikon : c’est bien de critiquer, mais on peut se poser la question angoissante suivante : « Pourquoi diable un F801, alors qu’il existait le F601, le F3, les Nikkormat (EL ou non) et , pourquoi pas, le bon vieux coucou Lubitel… ? »
    Quant au « pro » qui crame ses photos avec un SB800 monté sur un D70 est, comme le dit Jean-Christophe, un débutant en numérique qui n’a même pas l’idée de contrôler son diaph sur le petit écran au dos de l’appareil… Bizarre, pour un pro… Mais aucunement pour quiconque ne sait pas se servir d’un flash (quel que soit le flash) !
    ;o)

  16. Bonjour,
    Super Nikon sort un nouveau capteur, comment faire confiance en ce moment aux annonces l’APS c’était pour la vie alors mainantenant cheres acheteur d’objectif DX vous savez ou vous les mettre… car bien sur le nouveau capteur va arrive un jour ou l’autre sur le bas de gamme (d400 20Mpix etc).
    Alors voila j’ai vendus mes anciens cailloux pour du DX, maintenant le FX… c’est pas cool comme pérénité, mais l’action Nikon monte… et

  17. Je me permets une réaction à jca_nikon sans animosité particulière. Nikon ne nous fait pas de cadeau mais pourquoi devrait-il nous en faire ? C’est un vendeur de matériel quand même. Non, on n’a pas plus de chance de réussir une photo avec un F801 qu’avec un D3 ou D300, il suffit de savoir s’en servir. Et un pro qui « crame » des photos avec un D70, c’est qu’il débute en numérique. C’est un autre usage, une autre génération. Le traitement de texte a remplacé la machine à écrire et personne ne s’en plaint, cela n’empêche pas la minorité qui le souhaite de continuer à taper sur ses touches mécaniques.
    On ne peut empêcher le progrès, surtout en matière de photo, et d’ailleurs pourquoi le faudrait-il ?
    Chacun conserve le choix d’investir ou non dans le matériel récent, Nikon ne force personne, donc tout va bien. Là où l’on peut dire par contre que Nikon est très fort, c’est pour générer de la frustration, manifestement ça marche 😉

  18. Personnellement, comme Nikon ne me fait pas de cadeau, je lui en ferai pas non plus. Fini d’acheter du neuf qui de toute façon est démodé dès la sortie de sa boîte ! Et comme dis GPL restons photographe, on peut s’amuser autant avec un F801 qu’avec le dernier numérique.
    Et ce qui est sur c’est qu’on a plus de chance de réussir une photo avec le F801 qu’avec le D3 ou D300 :o)
    Je connais un photographe pro qui a cramé pas mal de photos en extèrieur avec son D70 et sa dernière acquisition : le SB800 :o))
    Je me marre !!!

  19. D100 et D200 « dépassés », vive le D300…Pour quelques mois. Les boitiers sont, aujourd’hui, numérique oblige, des « pièces d’usure ». Il est toujours préférable d’investir dans des objectifs. Pour autant, j’utilise toujours mon D100 et mon F100. Le D300 remplacera bientôt le D100 que je conserve comme boitier d’initiation (enfants) et de secours. On fait aussi toujours de très belles images avec un F. L’obsolescence n’est pas la mort.

    Je comprends ceux qui « regrettent » l’investissement dans un matériel trop vite dépassé. Je comprends aussi ceux qui défendent les anciens boitiers. Je comprends encore ceux qui apprécient la nouveauté, les avancées technologiques, les améliorations (Le viseur 100% quel bonheur). Je comprends moins ceux qui ne pensent qu’en terme de boitier ou de millions de pixels, ceux qui regardent votre appareil comme votre voiture « La mienne est plus grosse que la tienne… ». Mais ceux là ne sont pas photographes.

    On peut réaliser une extraordinaire série de photos et exposer avec un vulgaire Lubitel en plastoc ou un Lomo. Le matériel n’est rien, sans une vision, un sens du cadrage, une belle composition… Donc tout appareil est bon à prendre pourvu que l’on ait quelque chose à exprimer. Le marketing et la technologie ne remplaceront jamais l’esprit. Heureusement ! Soyons « photographes » plutôt que « con »sommateurs.

  20. Bonsoir,

    Je suis désolé pour oldnikon, mais je ne fais le procès d’aucun boîtier : il n’est pas question pour moi de mettre au placard quelque appareil (ou optique) que ce soit. Par exemple, j’ai encore une pièce de musée qui faisait ricaner les durs quand elle est sortie : un Nikon EM (avec le winder, s’il vous plaît !) qui a fait vaillamment quatre ans de tropiques (94-98) et qui fonctionne encore parfaitement. Certes, dire que je fais beaucoup de photos avec actuellement serait mentir, mais il fonctionne. Vous voyez, moi aussi, je suis fidèle… Et ce n’est pas demain que je me séparerai de mon actuel D200, même si un autre numérique vient s’ajouter, ce que j’espère…

    Cela dit, il n’est pas néfaste de critiquer : le F3 des premiers temps ne marchait pas (je sais, j’en ai eu quatre, dont deux « titane » qui eux, fonctionnaient parfaitement). J’ai eu des pannes mécaniques sans nom avec mon premier F2, ainsi qu’avec mon premier FE, avatars liés à la prime jeunesse du matériel. Au fil des ans (et de la casse), les techniciens remettent tout ça d’aplomb, c’est normal.

    À bientôt, 🙂

  21. J’ai lu avec interet cet article et c’est plein de bon sens,mais,c’est frustrant de se payer un boitier au prix fort et pas deux ans apres on en fait le procés et on le met au placard.Je ne pourrais jamais accepter cet état d’esprit.Que voulez vous je suis fidéle en amitié et mon boitier est mon ami.

  22. Bonjour,

    Ah là là ! On en lit des trucs et des machins… 🙂

    En fait, tout ceci reflète le désir profond des amateurs (et des pros restés chez Nikon) de voir leur marque favorite (c’est aussi la mienne depuis 1972) évoluer favorablement afin de ne pas être tentés de « passer chez le voisin ».
    C’est vrai qu’à l’époque de l’argentique, on était tranquille pour dix ans (pour reprendre les propos de Carlos, je crois) en ce qui concernait les boîtiers-systèmes, à savoir le mythique F (le premier), le F2, le F3 (dont les premiers exemplaires ne fonctionnaient que quand ils avaient le temps, et avaient des « états d’âme » par temps humide : le F3 a été mis au point à partir de la version HP), le F4 (belle réussite mais à l’autofocus du genre tracteur diésel), le F5 (fantastique boîtier, le meilleur à mon sens, et son petit frère le magnifique F100), et enfin le F6 (que je ne connais pas mais qui, selon moi, à l’époque où paraissaient déjà de beaux boîtiers numériques, n’apportait pas grand chose au photographe possédant un F5)…

    Bon. Tout ça, ça durait environ dix ans, et tout autour, virevoltaient une foule d’autres boîtiers dont les pros n’avaient pas à rougir, et qui ravissaient les amateurs peu argentés : je pense aux séries des Nikkormat (le EL fut en son temps le premier appareil à vitesse électroniques auto, entièrement débrayable pour passer en mode manuel : le Nikkormat EL me permit de photographier un matin un cheval camarguais en Ektachrome HS -160 ASA, à 1/15e avec un tromblon de fusil-photo 9/640 mm Novoflex. Si j’avais dû faire moi-même « ma » vitesse, je n’aurais pas osé… Bien entendu l’image était nette, et elle fut assez bien vendue. Entre temps, je l’ai perdue.). Après les Nikkormat, il y eut les FE, FM, FE2, FM2 puis leur mariage heureux sous forme de FM3A. J’oublie la série des F601, 90, 80, qui correspondent à une période où je m’éloignais de l’image et que je ne connais absolument pas si ce n’est pas ouï-dire

    Le problème du numérique, c’est que nous sommes dans une société que nous connaissons bien : la con-som-ma-tion. Et, en matière d’électronique, ce qui était révolutionnaire hier matin, est complètement dépassé ce soir : il faut arrêter de se prendre la tête.
    Bien sûr que le D200 est en excellent appareil.
    Sans doute que le D300 en sera un aussi… (J’achèterai un jour le D300, rien que pour la visée à 100 %, mais sans pour autant vendre le D200 : il n’y a pas le feu…)
    Et, très probablement, vive le D3 aussi, et ses versions futures.

    La seule chose qui compte, c’est de savoir ce que l’on fait de ses photos (en vit-on ou non, se fait-on plaisir ou non, etc.). Un appareil que l’on connaît bien, même très simple, mais muni d’objectifs d’excellente qualité, un ou deux bons logiciels de traitement d’image, que veut-on de plus… ?

    Par ailleurs, pour répondre à ceux (et celles) qui se plaignent du prix du D300 (honnête) et de celui du D3, il faut se souvenir qu’un F coûtait une petite fortune, qu’un F2 n’était pas gratuit, pas plus qu’un F3, F4 et encore moins F5… Le prix du D3 correspond simplement à ses qualités (imaginez : trois possibilités de cadrage dans le même appareil : FX, DX et 4:5… Il fallait le faire !). D’après ce qu’il promet, il n’est pas plus cher que n’importe quel autre boîtier de sa catégorie, voire un peu moins. Et puis, Nikon conserve toujours SA baïonnette qui nous rend de bons et loyaux services depuis la fin des années 1950. Pas belle, la vie ?
    Une dernière chose : combien êtes-vous prêts à payer une machine qui se dégrade rapidement, c’est-à-dire une voiture ? Faites la part des choses. Pour moi, une « bagnole » à plus de 10 000 € (bon, allez, 15 000), c’est de l’arnaque, alors… Et pourtant, j’adore être derrière mon volant.

    Que découle-t-il de tout ça ? VIVE LA PHOTO, tout simplement (et le beau matériel aussi, ne serait-ce qu’au niveau de l’esthétique).

    Bien cordialement, :).

  23. Bien-sûr que passer du D200 au D300 c’est inutile, pas de gros progrès. Et puis l’anti-poussière n’est pas parfait, le 100 ISO c’est pas mieux que le 200 ISO, par contre le 3200 ISO s’il n’y a pas de bruit j’adorerais !
    Alors revendez vos D200 tout neufs, j’achète pas cher ! J’attendrai d’avoir des besoins plus grands que l’anti-poussière et 2 MPixels de plus pour changer.
    Ah si le D3 était moins cher ! Et puis que ferais-je de mes objectifs DX ???
    Il faut penser aux futurs FX ! C’est du commerce ! Et de la technologie, pas de la photo ! Un vieux F fait aussi de bonnes photos, avec un bon objectif !

  24. Nikon D200 : 100 à 1600 isos
    Nikon D300 : 200 à 3200 isos

    Génial ! Quel progrès !
    Je plaisante bien sur… mais je garde mon D200 !

  25. Pour moi, revendre son D200 (dont la technologie et déjà époustouflante) pour racheter un D300 certainement de bonne qualité mes qui propose toujours le même format capteur et n’est même pas sur de prendre les objectifs « AI » et « AIS ». Cela vas permettre d’avoir sur le marché de l’occasion du D200 en état exceptionnel, neuf en boite, pour peut être 1000€ de moins .Car il va bien falloir revendre son D200 (qui à déjà coûté entre 1400€ et 1700€ il y a quelque mois) à ce niveaux, les acheteurs de D200 vont être très sévères pour leur nouvelle achat et ne vont pas hésité à faire baisser les prix qui seront déjà très bas , quand aux revendeurs de matériels d’occasion, pour les reprises,cela vas être « dur dur » à la négociation .Moi, je dis non, le NIKON D200 est loin d’être un dinosaure ,il n’est pas justifier qu’il soit brader de cette sorte .Je souhaite un bon courage aux propriétaires « revendeurs » de D200 qui ont fais leur choix pour un D300

  26. Bonsoir Maku,

    Comme chacun, avant investissement, je pése le pour et le contre.
    Ce qui est sure c’est entre F5 et D300, si je n’avais pas investi dans les
    optiques, je n’aurais pas bossé!
    Je suis bien d’accord avec toi qu’avant, en argentique, on était tranquille
    pour 10 ans, et que des collégues, néanmoins concurrent, doivent souffrir.
    Mais l’annonce de Nikon me comble, surtout pour le 14-24/2.8, où la Boutique Nikon
    et Nello ont appuyé ce ( et mon ) souhait. ( GA à 2.8 )

  27. Rectification. La doc dit compatibilité « AI-P sans microprocesseur », ce qui est contradictoire.
    Espérons qu’il s’agisse d’une faute de frappe et que le D300 soit effectivement compatible AIS…

  28. Bonsoir. Aurais-je lu la doc du D300 trop vite ou bien serait-il vrai que le D300 aurait abandonné la
    compatibilité AIS ? Si tel était le cas, conserver précieusement le D200…

  29. Bonsoir Carlos,
    Jamais soupçonné quiconque d’être con! Et coté Nikon, j’ai 30 ans de pro derriere moi avec mes boitiers conservés en amorce de collection. Soit 88 boitiers argentiques actuellement et une certaine connaissance de la gamme. Je n’ai donc pas de conflit avec « papy Nikon »; je disais d’ailleurs à la fin de mon précédent message: qui aime bien châtie bien. Bon, dabs tous les cas, tu confirmes en partie mon propos puisque tu semble jongler intelligemment avec le matos en réussissant à le rentabiliser. Parfait. Mais ce n’est un secret pour personne que le flou artistique prévalant dans l’évolution du matos numérique n’arrange pas les -ex-collègues qui cherchent, pour beaucoup, à s’en sortir. Et ce phénomène ne touche pas que les moins compétents. Je ne sais pas quel revendeur tu fréquentes; moi c’est Objectif bastille depuis des lustres,et les gens qu’on y rencontre révelent la situation à l’envie. Cela dit, il n’y a pas lieu de pleurer, il faut s’adapter et c’est tout. Quant au nouveau matos Nikon, il est évidemment super. Cordialement. Marc. Reste que je continue à faire du voyage avec un collegue Canoniste. Et son 100-400 + multi 1.7 donne des resultats corrects avec un poids et un prix raisonnables.. Un objet semblable chez Nikon m’arrangerait diablement… avec le D300 ou même le D3!

  30. « les pros qui ont gobé les promesses de papy »

    Tu sais, j’ai eu le F5 et les optiques avec puis le D1, D2 avec 12-24 et 17-55.

    Avec le D3, je vais avoir 14-24 qui ouvre à 2.8 et sur le D300, un 21-36!!!

    Le 12-24 et 17-55 ont été amortis.

    Et puis, un pro, il n’est pas plus con qu’un autre… moi je dis Merci Nikon.

  31. C’est gentil de nous transmettre les « auto » dithyrambes du site NPS, mais un oeil critique ne ferait pas de mal. Evidemment, la logique est respectée, et quelques nouveautés – d’importance – suffisent à vouer aux gémonies ce que l’on portait aux nues deux heures avant. Bon, c’est le jeu! Mais j’imagine tout de même que les pros qui ont gobé les promesses de papy nikon sur l’avenir assuré du capteur demi-format et bazardè leurs optiques pour revoir la gamme de focales, doivent rire façon grippe asiatique Pour ma part, je ne sourirai dorénavant en entendant jurer un japonais que s’il a choisi l’option juron. Plus important à mon niveau, puisque je suis en D200, j’aurais aimé que nikon nous sorte une amélioration de la gamme d’optiques DX de façon à pouvoir couvrir l’équivalent 15 – 300 sans avoir recours à des demi-tromblons comme le 18-70 DX. Mais, priorité a été donnée à la gamme pro plein format, ce qui est logique avec l’arrivée du D3 et les re-modifications de gammes qu’il implique. Reste à espérer que Nikon améliorera rapidement sa gamme basse DX, ce que l’on peut – peut être – croire, puisque le D300 est maintenant qualifié de vrai boitier pro (du pro pauvre, c’est dit clairement)alors qu’il est une -belle – évolution du D200 qui n’a jamais eu droit à cette catégorie dan. Allez, qui aime bien châtie bien.s les propos de son constructeur.

  32. Wouahhh, j’allais passer au D200, mais maintenant je me demande si il ne faut pas attendre le D400!!!!Lol…dans 3 mois c’est Noël, je vais déjà faire ma lettre….;) H.

  33. ben, oui, c’est formidable ce D300. Dommage que j’ai acheté un D200 il y a dix mois!!!C’est toujours le même problème. On achète le meilleur et après, très peu après, on lance encore mieux sur le marché!

  34. Ce que j’attendais depuis longtemps. Un Nikon avec capteur CMOS à prix (relativement) abordable. J’avoue être tombé en cours de route. Je ne regrette pas avoir fait l’acquisition d’un 30D. Je ne suis pas intégriste et j’ai beaucoup appris. Autant sur Nikon (qui n’est pas la perfection absolue)que sur Canon (qui n’est pas l’enfer, loin de là…). Il y a des forces et des faiblesses dans les deux camps. Dans mon cas, le D300 arrive 14 mois trop tard et le D80, avec sa carte SD, n’était pas l’outil pour me faire patienter. La porte n’est pas fermée pour le D300. J’utilise toujours le F100 et le F801. Il n’en tient qu’à un contexte financier favorable, une occasion de refiler le matériel Canon à quelqu’un d’autre pour un montant raisonable…

  35. eh voilà, je vais devoir craqué complétement.
    moi qui repoussait mon achat du D200 en disant que j’attendais le D300, je sens que mon porte-monnaie n’est pas encore prêt.

  36. J’ai craqué…commandé hier 23 aout!
    D200 à vendre…

  37. Youpi tralalalère ! ! !

    Merci Nikon !

    il va y avoir légion de D200 d’occasion …
    Ah ! enfin de bonnes affaires !

    ( Mon D100 à le sourire …
     » enfin la retraite  » )

    Allez ! allez ! offrez vous vite ce D300 !

  38. Un seul commentaire : Whaou!!! Si le langage ressemble au plumage ca va etre le phoenix des APN ;
    Mon cadeau de Noël