Comment faire plus de bonnes photos en faisant moins de photos !

Vous faites de nombreuses photos mais vous trouvez que le nombre de bonnes photos est faible ? Vous ne voyez pas comment faire plus de bonnes photos ? Je vous présente ma méthode dans l’émission photo ci-dessous. Et je vous dis comment je procède pour adapter le nombre de photos faites à chaque situation de prise de vue.

Visionnez la vidéo pour en savoir plus et lisez la suite plus bas.

Faire plus de bonnes photos

Lorsque vous débutez en photographie, vous avez souvent l’impression de faire beaucoup de photos mais de ne pas avoir un taux de réussite important. Vous faites des centaines de photos, parfois plus, mais au final il en reste peu de vraiment intéressantes.

Vous mettez alors en question votre appareil photo, vos objectifs et bien évidemment vos connaissances en photo.

Et pourtant …

Avoir un taux de réussite élevé n’est pas donné à tout le monde. Il est même normal de faire beaucoup d’essais avant de réussir à faire plus de bonnes photos.

3 notions à connaître en photo

Cela va peut-être vous surprendre mais la plupart de nos photos – les miennes aussi – sont mauvaises. Il est normal de faire de mauvaises photos et même les photographes les plus talentueux ne réussissent pas toutes leurs images.

Ce n’est pas le nombre de mauvaises photos qu’il faut retenir mais les bonnes photos qui restent une fois que vous avez trié. S’il vous reste ne serait-ce qu’une seule bonne photo parmi plusieurs milliers alors vous devez être satisfait. Cela veut dire que vous savez en produire une et qu’il vous sera possible de faire plus de bonnes photos par la suite.

Le deuxième constat est encore plus évident : le nombre de bonnes photos que vous allez faire n’est pas lié au nombre total de photos que vous allez faire. Il serait trop facile d’établir un ratio entre ces deux nombres : « je fais 1000 photos car 10% sont bonnes donc j’en aurai 100 !« . Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne.

C’est votre perception du sujet, votre capacité à le retranscrire de façon créative qui va vous donner un résultat – ou non – et pas un simple calcul mathématique.

Faire plus de bonnes photos passe par un travail sur vous-même avant de passer par un achat de nouveau matériel.

Enfin il vous faut tenir compte du hasard : de nombreuses bonnes photos ont été faites par le plus grand des hasards, le photographe était dans son jour de chance et il en a profité.

Parfois faire plus de bonnes photos peut ne tenir qu’à ce hasard. Posez la question aux adeptes de la Street Photography, la photographie de rue, ils vous diront ce qu’ils en pensent.

Combien de photos faut-il faire pour en faire des bonnes ?

Il n’y a pas de réponse à cette question si vous ne prenez pas la peine de tenir compte du type de prise de vue. J’ai pour habitude de me fixer quelques règles en fonction du mouvement du sujet.

Sujet immobile

Je fais une photo par angle de prise de vue possible, entre 3 et 5 par sujet environ. Cela me permet de tourner autour de mon sujet et de ne pas me contenter d’une seule image. Je peux ainsi garder la meilleure lors de l’editing.

Je peux être amené à faire plusieurs photos identiques si les conditions de lumière sont particulières. Dans ce cas je joue sur la correction d’exposition, pour choisir plus tard la photo qu’il me sera le plus simple de post-traiter.

Sujet en mouvement

Je fais une série de photos pour saisir une expression, un regard, une position en fonction du sujet. Selon le cas je peux utiliser le mode rafale (par exemple pour les sports mécaniques ou pour faire un filé photo) ou le mode de prise de vue classique en multipliant les déclenchements manuels. C’est un choix personnel. Je ne garde généralement qu’une seule photo de cette série par la suite.

Sujet documentaire

Je fais des photos de façon à garder trace de chaque plan. Je n’éprouve pas le besoin de multiplier les vues dans ce cas. Généralement et pour les sujets que je photographie (ville, urbain), le mouvement n’entre pas en jeu, une seule prise me convient donc par sujet. Je prends le temps de la faire et je la garde si le sujet a de l’intérêt dans le documentaire final.

Récit, histoire

Je fais en sorte de couvrir les trois parties différentes qui permettent de raconter l’histoire : l’introduction, le développement et la conclusion. Selon le type de sujets, je fais plusieurs photos d’introduction et de fermeture pour pouvoir choisir lors de la phase d’editing.

Pour le développement je multiplie les prises en variant les angles, la composition, la focale, la distance au sujet. Et je garde la meilleure photo de chaque prise. Cela peut donc aller de quelques dizaines de photos à quelques centaines selon la nature du documentaire.

Série photo

C’est le nombre de photos qui donne sa consistance à une série. Si le sujet a une limite finie de possibilités (par exemple le nombre de personnes d’une famille) alors je reprends les bases du premier point : une photo par angle possible, soit 3 ou 4 par prise.

S’il y a un grand nombre de possibilités alors je fais autant de photos que nécessaire pour alimenter la série. Je n’ai dans ce cas pas de limite.

En conclusion …

Il ne suffit pas de faire des photos par milliers pour avoir plus de bonnes photos. C’est la situation qui devrait déterminer le nombre de photos que vous allez faire et le nombre de bonnes photos qui vont en résulter.

Ne vous fixez pas de limite, haute comme basse, ni de « ratio à atteindre ». Jouez l’instinct, adaptez votre prise de vue au sujet, faites en sorte de le couvrir entièrement.

Si vous êtes adepte de l’editing, faites plus de photos que nécessaire pour avoir de quoi choisir ensuite (voir ma série de vidéos « Comment trier vos photos« ). Si vous préférez déclencher avec parcimonie, concentrez-vous sur la prise de vue et triez « avant de déclencher » !

Pour compléter ce sujet je vous propose de lire les revues des deux guides présentés dans la vidéo :

Vous avez des remarques, des questions, un avis différents  ? Alimentez le débat via les commentaires, il n’en sera que plus enrichissant !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


7 Commentaires sur "Comment faire plus de bonnes photos en faisant moins de photos !"

  1. Tout d’abord merci et bravo pour votre page web. En general conseils avisés et sujets interessants
    Me suis moi meme confronte au probleme de devoir trier trop de photos cette annee apres avoir demarre un projet 365. Ma façon de proceder a du changer pour ne pa avoir trop de trvail de tri. Hier par exemple j’ai trouve mon sujet et pris 5,6 photos en changeant angles de vue. Il me reste encore a ameliorer, mais sa facilite le travail de reflechir bien avant de prendre la phot si on sais se que l’on veux montrer et comment on veux le faire

  2. Bonjour
    j ai suivie les conseil de jean Christophe pour faire des photos spectacle, mais j ai un soucie comme, apn j ai un nikon D7100 et je ne trouve pas comment on le rendre silencieux au déclenchement j ais beau regarder les notices et je ne trouve pas, ses pourquoi je fais appel a vous
    je vous remerciement d’avances CDT

  3. Merci pour vos conseils tres apprenants pour moi. Je souhaitais vraiment accroitre mon taux de reussite dans les differentes situations de prise de vue. Mais si vous permettez une question: quels criteres faut-il utiliser pour juger/evaluer ses photos et faire la part entre les bonnes a retenir et les mauvaises a eleminer.

  4. Hello JChrisophe,
    En effet le nombre ne fait pas la qualité. Je pense qu’il faut être très sélectif déjà sur le terrain, parce que trier 300 ou images d’un même sujet,ça peut devenir lassant.
    Merci pour tout tes conseils et meilleures salutations

  5. Même si son commentaire est exigeant, pleinement d’accord avec Rohan. Pour ma part, je vais me remettre à la rafale sur des sujets mobiles. Par contre voilà ce que je fais: Si un sujet m’intéresse il est possible que je devienne « fou » et alors, je mitraille dans tous les sens et après pour trier c’est … »la croix et la bannière »; dans le cas contraire, j’aime mon terrain de jeu alors je cherche le meilleur angle mais souvent il y en a plusieurs et je frise la ….folie mais c’est plus facile après pour le tri! Cela dit, je ne regarde pas toujours le contenu de vos mails mais je ne les jette jamais !!

  6. Entièrement d’accord avec vous. toute démarche photographique pour un amateur doit passer par un travail sur lui même ,une sorte d’introspection .Qu’est-ce qui m’intéresse ,à quel niveau se situe cet intérêt (anecdotique,esthétique,affectif …) et comment le traduire (point de vue,focale,pdc ,lumière…)?On s’aperçoit que la maîtrise technique n’est que le dernier maillon de la chaîne et aussi le moins important: mieux vaut une photo techniquement ratée mais qui dit quelque chose plutôt qu’une photographie techniquement réussie mais qui ne dit rien ! N’oublions pas que le fond prime sur la forme !Autrefois,on partait en reconnaissance photographique avec un cadre de carton ou un cache diapositive avec son appareil dans son sac et non autour du cou afin de se rappeler les priorités ci-dessus! Merci pour votre article qui me conforte dans la conception de l’acte photographique.