Nikon D810a : l’astrophotographie en ligne de mire !

Nikon annonce le nouveau reflex Plein Format Nikon D810a, un boîtier entièrement dédié à l’astrophotographie. Conçu sur les bases du Nikon D810, le D810a embarque les modifications essentielles pour permettre aux amateurs de photos d’astres et autres paysages nocturnes et galaxies de produire des images totalement inédites.

Nikon D810a

L’astrophotographie est un terrain de jeu bien particulier et il faut maîtriser son sujet pour en parler de façon pertinente. Ce n’est pas mon cas mais j’ai néanmoins compilé toutes les informations qui m’ont été confiées pour tenter une approche la plus correcte possible. Et vous livrer les clés des modifications apportées sur le nouveau Nikon D810a afin que vous puissiez faire la différence avec le D810 classique.

Qu’est-ce que l’astrophotographie ?

Astrophotographie définition présentation

Les 4 domaines principaux de l’astrophotographie

L’astrophotographie est une pratique photographique qui s’intéresse à 4 domaines principaux :

  • le soleil
  • les ciels profonds, galaxies et nébuleuses,
  • les grands champs et paysages nocturnes,
  • la lune et les planètes.

Autrement dit des photos faites bien souvent avec un boîtier monté sur un télescope équipé d’une monture équatoriale. Ou encore des photos faites sur trépied, en pose très longue – plusieurs minutes – avec recomposition dans un logiciel dédié sur la base de plusieurs dizaines de clichés (par exemple 600 secondes x 8 images).

Quels impacts sur le boîtier ?

Filtre IR

Les boîtiers actuels – Canon EOS 60Da mis à part mais plus commercialisé – sont équipés d’un filtre IR (InfraRouge) qui filtre les longueurs d’ondes caractérisant les nébuleuses et constellations, et tendent à diminuer la dominante rouge sur les photos. Or les astrophotographes sont particulièrement intéressés par les longueurs d’ondes coupées par ce filtre, et les dominantes rouges.

Certains utilisateurs en sont d’ailleurs arrivés à modifier par eux-mêmes leur boîtier pour retirer ce filtre et obtenir des clichés plus qualitatifs. Ces modifications rendent les boîtiers inutilisables en-dehors de l’astrophotographie et annulent toute prise en charge éventuelle par le SAV de la marque.

Nikon répond aux attentes des astrophotographes avec le Nikon D810a, un boîtier équipé de façon standard d’un filtre IR modifié de façon à laisser 4 fois plus les longueurs d’ondes H Alpha par exemple. Notons toutefois que le filtre IR n’est pas totalement retiré car cela aurait pour conséquence de concevoir un tout autre boîtier, l’épaisseur du sandwich capteur+filtre définissant de nombreux paramètres de la chambre reflex. Et la modification s’avère suffisante si l’on en croit les experts en la matière.

Nikon D810a

Rendu colorimétrique

Les contraintes de l’astrophotographie ont amené Nikon à recaler le rendu colorimétrique du D810a  de façon à ce que les dominantes rouges ressortent plus facilement. De même la balance des blancs est modifié pour tenir compte des contraintes de ce type de photos.

Obturateur électronique

Les progrès faits par le D810 sur les D800 et D800E en matière d’obturation, et l’obturateur électronique en particulier, permettent à Nikon d’avoir une base solide pour l’astrophotographie. Les vibrations dues à l’obturation sont quasiment inexistantes et le résultat est très nettement visible sur les photos test que j’ai pu observer.

Mode M* : poses longues en vue

Le Nikon D810a est doté d’un nouveau mode M (Manuel) qui permet au photographe de faire des poses longues avec plus de précision. La plage de temps de pose va de 4 secondes à 900 secondes en 14 pas différents. Cette modification de firmware pourrait d’ailleurs être intégrée aux autres boîtiers mais Nikon ne confirme pas cette information.

Ecran LCD en mode jour/nuit et capacité batterie

La seconde modification de comportement consiste à autoriser deux modes différents d’éclairage de l’écran arrière, un mode jour et un mode nuit. Ce dernier permet de réduire considérablement la quantité de lumière émise par l’écran pour ne pas perturber la prise de vue. La consommation électrique s’en trouve réduite d’autant ce qui favorise la durée de vie de la batterie déjà sollicitée par la pose longue.

Avec l’accumulateur Nikon EN-EL15, le Nikon D810a peut prendre jusqu’à 3860 photos sans recharge. Avec la poignée MB-D12, l’autonomie grimpe à 10.660 images par charge.

Enregistrement JPG illimité en pose longue

A partir de 4 secondes de temps de pose, le Nikon D810a est capable d’enregistrer des photos en JPG sans limite du nombre de photos (100 photos sur le D810). Ce mode particulier permet au photographe de multiplier les prises de vue en time-lapse par exemple, ou chaque fois qu’une recomposition est nécessaire sur la base d’un très grand nombre d’images initiales. Un ‘Star Trail’ peut par exemple nécessiter entre 600 et 1000 photos pour produire la compilation finale.

La limite devient alors celle de la carte mémoire (taille) et de la batterie (réserve d’énergie).

Réduction du bruit numérique

Le Nikon D810a dispose d’un système de réduction du bruit numérique particulier, sa plage de sensibilité est légèrement modifiée en conséquence – 200 à 12.800 ISO – en raison de la modification du filtre IR. La sensibilité maximale peut être étendue jusqu’à 51.200 ISO.

Preview LiveView

Ce mode de prévisualisation en LiveView permet de montrer un résultat virtuel à l’écran quand le temps de pose dépasse 30 secondes, ce qui est courant en astrophotographie.

Nikon D810a

Tarif et disponibilité

Le Nikon D810a sera commercialisé au tarif public de 3699 euros et disponible dès le 28 Mai 2015.

Il s’agit bien évidemment d’un boîtier à l’usage atypique, concernant une petite population de photographes spécialisés. Toutefois le D810a peut être utilisé de  façon quasi-normale au quotidien, il suffira de tenir compte de la correction de dominante rouge au développement.

Source : Nikon

 

 

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


16 Commentaires sur "Nikon D810a : l’astrophotographie en ligne de mire !"

  1. Bien mas ce serait intéressant de nous dire également l’impact de ces modifications sur les autres photos qui ne sont pas « Astro ». Seront elles de la même qualité que celles du D810 ? Est ce que le filtre ne va pas dégrader la qualité de l’image si on prend autre chose ? etc.

  2. Je corrige, APS-C!

    • a mon avis Nikon ne va pas développer ce genre d’oiseau rare en APS-C. L’idée ici est de fournir aux amateurs de ciel profond un nombre de pixels qu’ils ne pourraient avoir sans dépenser trois ou quatre fois plus en caméra CCD tout en conservant le plein format…même si au final on a que 9 millions de photosites filtrés au « rouge » pour un pixel de 4.88 µm 😉

  3. Bjr, est ce que ce mode astrophotographie sera proposer en APN ? Si oui á quel prix ?

  4. Bonjour Nikon Passion, j’ai posté sur la page officiel de Nikon une question, mais je me suis fait remballer par des troll qui m’ont traité de « relour » parceque vraisemblablement soit ils l’ont trouvé trop compliqué et technique, soit ils n’y comprenait simplement rien…

    Ducoup je profite de votre article pour vous la poser ici parceque je pense que c’est plus pointu chez vous !

    J’aimerai enfait savoir si vous pensez que ce nouveau D810a aurait un vrai intérêt pour faire de la photo IR, et donc pas que de l’astrophotographie.

    Je m’explique : puisqu’ils ont apparemment un filtre infrarouge qui permet d’avoir 4 fois plus de perméabilité à la longueur d’onde hydrogène alpha (autour des 650nm, selon Nikon) savez vous si pourrait tirer profit de ce filtre optimisé pour laisser passer une partie du spectre IR, pour shooter en infrarouge du paysage en pleine lumière avec un hoya 720nm par exemple, (comme on peut le faire avec un boitier modifié) ?

    Ou est-ce qu’au contraire l’amélioration comparé à celles des boitiers ordinaire et non modifié (qui filtrent 90% du spectre IR) sera juste anecdotique ?

    D’avance merci beaucoup pour votre réponse !

    manu1756

  5. (Pour info il existait aussi le Fuji IS Pro)

  6. à 3700 euros, ca fait cher le défiltrage H Alpha..on lui promet le même avenir qu’au 60Da le pauvre. D’autant que les 36MPx sont pas un atout en astrophoto, 12MPx ca suffit déjà bien.

    Un écran orientable aurait été une belle avancée pour plus se briser la nuque sur le telescope. Personne n’attendait cet OVNI, Mr Nikon pouvait bien prendre 6 mois de plus pour adapter celui du D750 sur ce boitier. dommage.

    • A ce tarif il est en fait très bien placé pour ce type d’usage, mais encore faut-il avoir l’usage 🙂
      L’intérêt de partir sur un D810 c’est justement la définition qui est un atout pour les astrophotographes, 12Mp c’est devenu un peu court.
      Quant à l’écran orientable, je ne vois pas trop l’intérêt mais peut-être que certains montages pourraient en tirer profit ?

      • Oui je suis d’accord, je pense que son utilisation uniquement Astro va lui coûter cher. Il faut reconnaître que défiltrer les H Alpha ne se fait pas sans compromis sur la balance des blancs. Le flash et l’AF de compétition est un peu superflu du coup sur ce D810a.

        Sinon à mon humble avis, ne soyez pas trop aveuglé par les 36Mpx. Les pixels du D810a ne font que 4.88 µm contre
        près de 9×9 µm pour une CCD de type ATIK qui certes n’a que 11Mpx mais cela suffit bien (on oublie pas le binning possible hein). J’aurais préféré une base de D3s modifiée avec ses 12MPx et ses pixels à 8,45 µm. Nikon fait du marketing mais les astrophotographes qui ont les moyens ne sont pas dupes et cela risque de bloquer.

        Je pense qu’à ce prix là mieux vaut encore investir dans une bonne lunette APO (c’est un conseil valable d’une façon générale en photographie me direz vous).

        Quant à l’écran orientable c’est fort utile quand on utilise pas son PC portable pour vérifier le focus et paramétrer le DSLR.

        En même temps je suis content de voir que Nikon s’intéresse à nous :)))

  7. waw 900 secondes de temps de pose , je rêve de sa sur mon D800E pour mes nombreuse pose longue