Photos ratées ? Réglages trop compliqués ? Déception et frustration ?

Utilisez ma boîte à outils photo pour en finir avec vos problèmes et progresser chaque jour :

Foire photo de Bièvres 2008 : la dernière ?

Il y eut un temps où le « weekend de Bièvres » était un moment de pur plaisir programmé longtemps à l’avance, de passion partagée, de rencontres entre copains amoureux du (beau) matériel ou contents de passer un moment parmi des milliers d’autres passionnés.

Le Weekdend de Bièvres c’était une foire au matos photo qui démarrait le Vendredi soir, durait toute la nuit, le Samedi et ainsi de suite jusqu’au Dimanche soir. Bièvres, c’était des nuits à la lampe de poche dans les stands, l’odeur du café chaud et des sandwichs le matin de bonne heure, des discussions animées sur le matériel, la photo, tout le monde avait raison et personne n’avait jamais vraiment tort. On y parlait toutes les langues, on y retrouvait les copains de l’année d’avant. Bièvres c’était aussi l’occasion de trouver du matériel à des prix corrects, de l’occasion que l’on ne trouvait nulle part ailleurs, des accessoires pour tout et rien, c’était le plaisir de fouiller les cartons, les étals, et de découvrir (souvent) une belle affaire. Bièvres, avant, c’était ça.

La mythique Foire photo de Bièvres n’est plus ce qu’elle était.

Depuis quelques années déjà on sent que le déclin est amorcé. Fin de l’argentique ? Pouvoir d’achat en baisse ? Perte d’intérêt des visiteurs ? Autres temps, autres moeurs ? Quelle qu’en soit la raison, l’attrait n’est plus le même. Occasions très (trop) chères, belles affaires (quasiment) inexistantes, matériel neuf à prix non compétitif, et surtout une ambiance d’autrefois disparue, corps et bien. Bièvres 2008 c’est une édition qui démarre le Samedi à 14h. Une après-midi seulement pour chîner, c’est peu, si tant est que l’on ait envie de profiter des photos le Dimanche. Et pourquoi uniquement le Dimanche d’ailleurs (ça c’est pas nouveau, d’accord), les visiteurs du Samedi n’ont donc pas le droit de voir des images ? Alors si c’est le cas donnez leur la journée pour chîner.

« Bièvres ouvre à 14h le Samedi, pas bien grave, dès le matin il y aura bien quelque chose à voir » me disais-je la veille. Et fort de cette affirmation quel ne fût pas mon étonnement à 9h le Samedi en voyant l’étendue des dégats. Aucun stand en place, une seule alignée de tables désespérement nues, dix mètres de queue d’exposants tentant de récupérer leur emplacement, aucun matériel photo bien sûr, pas même l’odeur du café chaud, le désert. J’ai dû me tromper de jour ? Non, une ou deux affiches sur le chemin confirmaient bien la date, point trop n’en faut quand même des fois que cela attire du monde. Il faut être dans Bièvres pour savoir qu’il va s’y passer quelque chose (enfin, on espère).

Vous avez déjà compris que je ne suis pas resté, les quelques retours de visiteurs de l’après-midi (celui qui est interdit aux photographes, puisqu’il faut venir deux fois pour voir des photos) étant conformes à mes prévisions. J’ai bien fait, au moins j’ai sauvé ma journée.

Un brin caustique ma note ? Oui, certes. Elle est pleine de passion refoulée. Mais franchement, si vous voulez sauver la Foire de Bièvres, faites quelque chose, parce que là, sans chagement, ce sera sans moi. Et c’est dommage. On ne fout pas des années de légende en l’air comme ça, on n’a pas le droit.

Télécharger cet article en PDF

Télécharger l'article en PDF

Vous recevrez par mail des conseils photo, des sujets inédits, des offres réservées aux abonnés et des réductions sur mes formations. Vous pourrez aussi échanger avec moi directement.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN

About the Author

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


8 Commentaires sur "Foire photo de Bièvres 2008 : la dernière ?"

  1. Alfredo MARTINEZ | 16 juin 2008 à 17 h 42 min | Répondre

    Oui Dominique,

    C’est bien ce que je voulais dire.. mais un vilain
    « lapsus linguae  » m’a fait écrire le contraire!(Vendeurs à la place d’acheteurs  » ..)

    Merci pour la rectification.

  2. Dominique Cesari | 16 juin 2008 à 16 h 39 min | Répondre

    @ Alfredo : il vaudrait mieux que ce soit les générations d’acquéreurs qui soient remplacées …

  3. Alfredo MARTINEZ | 12 juin 2008 à 14 h 40 min | Répondre

    On pleure tous sur  » notre jeunesse ».. ou sur autre chose, mais il bien vrai que la « dégradation de BIEVRES  » a été induite par son propre.. succés! Celui-ci venant, et la
    « place « n’étant pas extensible ( la géographie de Bièvres étant ce quelle est..) les nuisances ( avérées..) pour les voisins (qui ont pourtant été assez patients), malgré les
    avis de ceux qui ne voyaient que.. le bout de  » leur nez.. ont eu raison d’un règlement « sympathique » et( relativement)
    à la  » bonne franquette  » qui faisait un des charmes de cette Foire ( devrais-je dire.. Fête?)La crise économique ou le passage au  » numérique » viennent vraiment après..
    Pour paraphraser un titre d’Hermingway, je dirais -tout
    simplement.. BIEVRES était une FÊTE!
    Pour sauver BIEVRES ?.. ASSOUPLISEZ LE RÈGLEMENT et LAISSEZ
    le Temps faire son Oeuvre! Les générations de vendeurs seront remplacées par d’autres générations et les choses reprendront LEUR PLACE ( naturellement) car on ne ..
    PEUT PAS LAISSER MOURIR BIEVRES..! C’est mon souhait le plus cher!
    Un  » passionné  » de la première heure.
    Alfredo MARTINEZ

  4. Dominique Cesari | 11 juin 2008 à 16 h 09 min | Répondre

    C’est sur, l’ambiance n’est plus ce qu’elle était. Pas la peine de laisser entendre que c’est un peu la faute des marchands ou des organisateurs, c’est avant tout le changement des acquéreurs vis à vis de l’occasion. Un peu de pouvoir d’achat, mais surtout l’arrivée du numérqiue, qui bloque le marché de l’argentique mais ne permet pas son remplacemnt par un marché du numérqiue. A peu près tout le monde sait ça. Par ricochet, les marchands purement occasion s’accrochent bec et ongles au dernier bout de marge potentielle sur les belles pièces. Les marchands principalement de neuf, en particulier les Shop Photo, ne trouvent plus leur compte à essayer de placer leurs reprises, il sont déserté.
    Reporter notre désapointement sur un débat 9h versus 14h est assez stérile, bien que se soit énervant dans un sesn ou un autre : vous avez l’impression d’avoir perdu votre temps en arrivant à 9h, on peut avoir l’impression de ne pas être garanti contre des transactions anticipées en arrivant à 14h. En fait, je suis arrivé à 16h30 et je ne le regrette en rien. Et maintenant encore un coup de nostalgie : oui, le vendredi à 22h00 c’était super, après avoir senti monter l’adrénaline dans les déballages progressifs, un état second, et la perspective d’encore 2 jours de pied !

  5. Je suis d’accord. Autant ouvrir à 9h plutôt que de laisser les premières transactions avoir lieu à 14h… à condition que les ventes ne commencent pas à 7h ou la soirée précédente ! en tout cas beaucoup de stands jouaient le jeu de l’ouverture officielle à 14h.

  6. Pour moi Bièvre, c’était la première fois. Du coup je n’ai pas de point de comparaison mais l’ambiance d’antant avait l’air très sympa… Je ne saurai pas juger des prix, mais j’ai pu discuter pas mal avec des exposant photos, et avec des clients, dont un qui rêvait comme moi sur la master teknika rouge et superbe de cet exposant allemand qui ne parlait pas un mot anglais mais on se comprenait bien.

    C’est un peu hors sujet, mais l’apres midi (je suis venu le dimanche) je suis allé au affordable art affair de l’espace champeret. y’avait quelques photo intéressante, mais alors question ambiance…

  7. Je te suis dans ce raisonnement, mais dans ce cas autant ouvrir officiellement à 9h et ce sera claitr pour tout le monde parce que pour le coup si on ouvre à 14 et qu’on achète avant, alors là je ne comprends plus non plus ??

  8. Je trouverais justement choquant que les stands soient en place à 9h quand l’ouverture officielle est à 14h !! Or à 13h la plupart des stands étaient installés ou en cours d’installation, et beaucoup d’objets avaient déjà été vendus ! Un des vendeurs (américain), avait même déjà vendu 10000€ de matériel dans la matinée.