Photos ratées ? Réglages trop compliqués ? Déception et frustration ?

Utilisez ma boîte à outils photo pour en finir avec vos problèmes et progresser chaque jour :

Nikon D3 : obturateur et diaphragme vus en slow-motion

Le Nikon D3 dispose d’un obturateur qui permet des cadences de déclenchement infernales : 11 images par seconde, avec suivi de la mise au point et de la mesure de lumière. Mais comment cet ensemble obturateur et diaphragme arrive-t-il à suivre un tel rythme ?

Nikon D3 : obturateur et diaphragme vus en slow-motion

Nikon D3 : obturateur et diaphragme dansent pour vous !

L’animation ci-dessous vous montre les mouvements conjoints des rideaux de l’obturateur du Nikon D3 avec ceux des lamelles du diaphragme de l’objectif. Il s’agit ici d’un AF Nikkor 50mm f/1.4 D.

Pour la démonstration, la cadence de prise de vue est fixée à 11 images/sec., le temps de pose est de 1/4000ème. L’ouverture du diaphragme est de f/16.

L’animation est composée d’images fixes montées les unes à la suite des autres pour recréer la notion de mouvement (slow-motion). Cette prise de vue est faite à 5000 images/sec.

Vous remarquerez au passage que, même à cette cadence extrême, le mouvement de l’obturateur est tel qu’il est impossible d’apercevoir le capteur !

Note : je ne vous force pas à monter le son en regardant la vidéo …

Comment ça marche …

Lorsque vous appuyez sur le déclencheur de tout appareil photo reflex comme ce Nikon D3, la séquence est la suivante :

  • le boîtier fait la mise au point et la mesure de lumière si vous ne les avez pas faites et verrouillées avant,
  • le miroir se lève pour dégager le capteur,
  • le diaphragme de l’objectif se ferme à la valeur choisie, il est toujours ouvert au maximum en visée reflex lorsque vous cadrez,
  • l’obturateur du boîtier s’ouvre pour laisser passer la lumière vers le capteur, selon le temps de pose choisi, les rideaux ou lames de l’obturateur manœuvrent ensemble ou séparément,
  • la lumière arrive sur le capteur,
  • l’obturateur se referme à la fin du temps de pose,
  • le miroir retombe provoquant le bruit caractéristique du reflex,
  • le diaphragme s’ouvre à la valeur maximale,
  • le boîtier est prêt à faire la photo suivante.

Tout ceci va très vite, et vous remarquerez sur la vidéo qu’il est impossible de distinguer certains mouvements alors qu’il s’agit de slow-motion. Je vous laisse imaginer ce que cela peut donner avec le récent Nikon D6 dont le mode rafale atteint 14 vus par seconde.

Source : Petapixel

Télécharger cet article en PDF

Télécharger l'article en PDF

Vous recevrez par mail des conseils photo, des sujets inédits, des offres réservées aux abonnés et des réductions sur mes formations. Vous pourrez aussi échanger avec moi directement.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN

About the Author

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


Lancez la discussion sur "Nikon D3 : obturateur et diaphragme vus en slow-motion"