Nikon D80 : un complément pertinent

C’est la rentrée bientôt et Nikon n’a donc pas attendu la prochaine Photokina pour lever le voile sur son nouveau boîtier numérique, le Nikon D80.

Nous vous l’avons bien évidemment déjà annoncé dans nos colonnes et vous trouverez ci-dessous quelques éléments supplémentaires pour vous informer sur ce nouvel arrivant. Nikon Passion, partenaire de Nikon France, tâchera également de vous tenir informé(e)s des autres nouveautés de cette rentrée, en particulier les nouveaux objectifs eux-aussi déjà annoncés ainsi que toutes les autres bonnes choses à venir.

Pour ce qui est du Nikon D80 donc, je vous renvoie vers le communiqué de presse officiel de Nikon France qui reprend l’ensemble des caractéristiques de ce boîtier qui vient remplacer les D70 et D70s en s’intercalant entre le Nikon D50 et le récent Nikon D200. La gamme se stabilise donc comme c’était déjà le cas au bon vieux temps de l’argentique, avec un modèle d’entrée de gamme (Nikon D50) réservé au grand public « qui ne cherche pas à se poser de questions », un modèle pour amateurs avertis (Nikon D80) offrant plus de souplesse que le précédent sans pour autant avoir la puissance de feu du modèle pour experts et pros (Nikon D200). Quant au fleuron de la gamme, le Nikon D2Xs, il s’adresse aux professionnels accomplis avec des caractéristiques hors du commun. Une certaine homogénéité donc.

Toute cette petite famille utilise des capteurs différents mais possédant une caratéristique commune, leur taille physique qui offre une conversion de focale commune de x1.5 ce qui est plutôt sympathique pour nous autres utilisateurs car cela nous permet de passer d’un boîtier à l’autre sans nous poser de questions quant au parc d’objectifs.

On peut ainsi reprocher à Nikon son manque de boîtier à capteur plein format 24×36 (« Full-frame ») mais au moins la gamme actuelle est-elle consistante en attendant l’arrivée d’un futur modèle qui en toute logique devrait bien finir par voir le jour pour venir concurrencer les Canon Full-frame actuels.

Je constate également une certaine volonté de la part de Nikon de prendre en compte la rétro-compatibilité avec les objectifs AI et AI-S avec ces nouveaux boîtiers, qui bien que n’assurant pas encore une totale compatibilité (couplage pour la mesure de lumière en particulier) permettent néanmoins aux photographes désireux de continuer à utiliser leurs optiques manuelles de le faire. Certes tout cela manque encore un peu de souplesse et d’automatisme mais l’on ressent une certaine volonté de prise en compte, ce qui n’est pas rien quand même.

Pour revenir au Nikon D80, c’est bien pour moi le remplaçant du D70 dans la mesure où il reprend de son prédecesseur la quasi-totalité des caractéristiques physiques (même boîtier, même ergonomie ou presque) tout en gagnant en performances grâce à un capteur 10 Mp et à une sensibilité minimale abaissée à 100 ISO. Deux bons points donc même si la course aux pixels n’est pas l’essentiel selon moi. J’aurais préféré un viseur plus généreux !

Le système aufocus évolue également pour passer à 11 zones, c’est un bon point même si là aussi je ne suis pas un fana de la multiplication des pains zones, les 5 disponibles sur le D70 étant largement suffisantes à mes yeux. La mesure de lumière devrait elle garantir un niveau de performance au moins équivalent à ce que l’on connaissait avec le D70, reste à voir comment elle sera calée en matière de sur ou sous exposition sachant que le boîtier s’adresse plutôt au grand public qu’aux amateurs avertis, une correction de base dans l’air peut-être ??

Je ne dirai pas grand-chose des fonctions de manipulation des images intégrées dans l’appareil, je n’ai jamais vu l’intérêt de corriger les yeux rouges sur l’écran LCD du boîtier, maintenant sachant que c’est du soft et rien d’autre, pourquoi ne pas les mettre si cela peut intéresser certains utilisateurs ?

En conclusion, Nikon a manifestement clairement défini sa stratégie en matière de reflex numérique en nous proposant une gamme cohérente, avec des boîtiers assez bien positionnés, des tarifs cohérents (je n’ai pas dit « pas élevés ») et l’accès à la photographie numérique pour tout nouveau candidat nikoniste n’en est que plus simple. Reste à voir comment le marché va recevoir cette débauche de nouveaux matériels d’ici la fin de l’année, ce que proposera la concurrence et surtout quelle sera la disponibilité de ces matéreils, ce qui n’est pas le point fort actuel de la marque. Réponse vers noël ?

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


2 Commentaires sur "Nikon D80 : un complément pertinent"

  1. je suis perplexe à la lecture de cet article- Pourquoi, pensez-vous ? Parce qu’aujourd’hui, acheter un reflex numérique, c’est accepter d’être en colère dans 6 mois du fait de l’arrivée d’un nouveau modèle au même prix avec des fonctions plus avancées-Moi, dans mon viseur, j’ai besoin de peu de choses, l’ouverture, la vitesse, et tout le reste basta ! Et je suis fier comme pas un quand je me fais une cure de Nikkormat Ft2 ou de FE2 qui fonctionnement parfaitement et sur lesquels je ne me pose aucune question de vieillissement, de pixels, de yeux rouges et que sais-je encore. Ah, le plaisir du déclencheur du Ft2- Vous ne vous en rappelez plus ? quel dommage et de quel plaisr vous vous privez- Allez sans rancune- So long !

  2. on peut regretter le choix du format mémoire, différent du D200 ! ça implique pour l’option « deux boitiers » : D50+D80 ou D200+D2x(s)mais plus difficilement D80+D200, dommage …