Nikon hybride, on en est où ? Attentes, infos officielles, on fait le point

Ce n’est plus un secret pour personne, Nikon a officiellement annoncé en juillet 2017 par la voix de son Président Kazio Ushida l’arrivée d’un hybride dans la gamme. Ce Nikon hybride fait depuis couler beaucoup d’encre. Entre les attentes des nikonistes, les rumeurs et les rares infos officielles, les spéculations vont bon train.

Je vous propose de faire le point sur le Nikon hybride en attendant son lancement officiel, sur la base de mes propres attentes et des informations fiables que je peux avoir. Réagissez via les commentaires pour donner votre point de vue, cet article n’en sera que plus intéressant !

[Article mis à jour en fonction des nouvelles infos, mettez le en favori]

Nikon hybride, on en est où ? Attentes, infos officielles, on fait le point

Pourquoi un Nikon hybride ?

Le paysage a beaucoup changé en photographie ces dernières années. Le reflex était l’instrument ultime il y a quelques années encore, il est loin d’avoir conservé cette position aujourd’hui.

L’arrivée de boîtiers plus légers, plus compacts, tout aussi performants a totalement changé la donne. Aujourd’hui le reflex n’est plus – et de loin – le seul type d’appareil photo permettant de faire de « bonnes photos ».

Les appareils photo hybrides (ou sans miroir) sont sur le devant de la scène. Ils sont performants, accessibles, légers. Les photographes professionnels, particulièrement dans le monde de la photo sociale, sont nombreux à être passés du reflex à l’hybride en reconnaissant les qualités de ce nouveau système.

Les photographes de sport et d’action sont plus frileux car ils ont besoin d’une grande réactivité et d’une robustesse à toute épreuve. Ce n’était pas le cas avec les premiers hybrides, c’est désormais acquis avec les modèles les plus récents. Ces photographes là commencent donc aussi à s’y intéresser de près.

nikon_1_one_V3_face_avec_viseur.jpg

Le Nikon One V3, un Nikon hybride à capteur 1 pouce

Nikon a tenté l’aventure hybride avec la série Nikon One, une expérience bien décevante en raison de performances limitées en partie dues à un capteur ridiculement petit et à un parc optique dédié très limité.

La bague d’adaptation Nikon FT-1 permet de monter des optiques Nikon F sur un Nikon One mais ce n’est pas en faveur de la compacité et de la légèreté. Autant choisir un reflex entrée de gamme APS-C bien plus performant et guère plus encombrant qu’un Nikon 1 V1, V2 ou V3. Cette gamme est à l’arrêt depuis la sortie du Nikon 1 J5.

Face à une concurrence qui grignote des parts de marché petit à petit, confrontée à une baisse significative des ventes d’appareils reflex, subissant avec les Nikon Coolpix les conséquences d’un marché des appareils compacts en chute libre, Nikon se devait de réagir.

Les enjeux pour Nikon

Pour Nikon, proposer un hybride n’est pas qu’une question de chiffres d’affaires. Il en va de la réputation de la marque à montrer sa capacité d’innovation, à fidéliser ses clients historiques, à développer de nouveaux segments. Et à anticiper l’avenir puisque, même si je suis convaincu que le reflex ne disparaîtra pas, il est probable que l’hybride fera jeu égal avec le reflex en terme de volumes de ventes d’ici quelques années.

Nikon a gardé intacte sa capacité à innover. La marque l’a montré depuis deux ans avec les Nikon D5, D500 et – surtout – D850. Des modèles pros dont les performances ne sont pas remises en cause et qui adressent les besoins de nombreux utilisateurs, le D500 en particulier.

Nikon D850 : présentation et caractéristiques techniques

Nikon D850 : le reflex ultime actuel

Le succès commercial du Nikon D850 est un signe de plus, s’il en fallait, que les nikonistes sont prêts à croire encore en leur marque favorite si l’offre est à la hauteur de leurs attentes. Ce boîtier est déjà un modèle historique quelques mois après sa sortie, certains s’accordant même à dire que « le tarif n’est pas le problème« .

Il n’en reste pas moins que Nikon doit relever quelques challenges et non des moindres avec son hybride :

  • proposer des performances de très haut niveau pour assurer la crédibilité de son boîtier,
  • surpasser la concurrence (Fujifilm, Sony) pour adopter une position de leader sur ce marché,
  • garantir une compatibilité maximale avec la monture F qui n’est pas idéale sur un hybride (voir plus bas),
  • offrir une gamme d’objectifs conséquente très vite si la monture est nouvelle,
  • proposer l’ensemble à un tarif pertinent, sinon démocratique, pour contrer la concurrence.

Pour cela Nikon dispose de nombreux composants réutilisables : capteurs, modules autofocus, modules de mesure de lumière ….

Mais un simple assemblage ne devrait pas suffire à créer l’hybride ultime. Il faut lui insuffler quelque chose de plus, ce supplément d’âme que possèdent les boîtiers mythiques et qu’a le D850 par exemple. Car c’est bien d’un hybride Nikon mythique dont nous rêvons (vous je ne sais pas, mais moi oui !).

Nikon hybride : quel format, quel capteur, quelle définition ?

Le marché des hybrides se répartit actuellement entre les modèles à capteurs Micro 4/3, APS-C et plein format. Après l’échec du petit capteur Nikon One, face à la concurrence des hybrides Sony et du moyen-format hybride Fujifilm, Nikon n’a pas le choix que de proposer un modèle plein format. C’est d’ailleurs ce qui semble être le cas selon Tetsuro Goto, General Manager Imaging Product R&D Laboratory (en clair le Patron du développement Nikon) :

“If Nikon will go mirrorless, it must be full frame.”

Est-ce à dire que l’hybride Nikon ne sera qu’un plein format ? Rien n’est moins sûr.

Le tarif d’un tel hybride sera élevé et rien n’interdit Nikon de décliner ce modèle en une nouvelle gamme riche d’hybrides plein format et APS-C. Cela aurait du sens pour proposer des hybrides plus accessibles, répondant à d’autres besoins, dans la logique de complémentarité de gamme actuelle avec les reflex. L’arrivée du Nikon D500 est un bon exemple de l’intérêt toujours fort pour l’APS-C.

Dans un tel cas Nikon devra affronter un autre challenge, celui de la gamme optique. Si la monture est nouvelle, il faudrait que la gamme optique réponde aux besoins des hybrides Plein Format comme APS-C. C’est possible mais coûteux.

Nikon hybride : quelle monture, quels objectifs ?

Nikon capitalise depuis les années 60 sur la monture F, avec une grande compatibilité entre les générations d’optiques et de boîtiers.

Avec les avancées technologiques de ces dernières années et les performances accrues des boîtiers, les optiques ont du évoluer en ne respectant pas toujours la compatibilité historique. C’est le cas des Nikon AF-P par exemple. Faut-il insister et réutiliser à nouveau cette monture sur un hybride ? Je ne pense pas.

La monture F pose un problème de dimensions. Le tirage mécanique, distance entre le plan de la baïonnette et la surface du capteur, est de 46,5mm (17mm sur le Nikon One, 16mm sur le Sony E). Ceci impose un boîtier plus imposant que l’hybride ne saurait être.

nikon_one_nikkor_6-7_13mm.jpg

Objectif Nikon One en monture Nikon CX

Il est donc probable que Nikon redéfinisse sa monture et crée une monture hybride spécifique. Réutiliser la monture Cx des Nikon One ne semble pas envisageable en raison du diamètre plus important imposé par un capteur plein format.

L’enjeu ici est bien de savoir proposer une gamme optique pertinente dès le lancement du boîtier sans quoi il sera difficile d’en justifier l’intérêt. Quelques focales fixes (24, 35, 50, 85), des zooms pros (14-24, 24-70, 70-200) me semblent un minimum sinon au lancement mais dans les mois qui suivront l’annonce. Ces optiques ne pourront être les optiques existantes puisque la monture ne devrait pas être identique, il faut donc reconstruire une gamme entière.

Les nikonistes déjà équipés verront là une contrainte supplémentaire : leurs optiques F ne seraient pas utilisables, les obligeant à renouveler un parc coûteux. Nikon a su prouver par le passé qu’il y a toujours des solutions, la bague FT-1 associant optiques F avec les Nikon One étant le dernier exemple en date. Il y a fort à parier qu’une nouvelle bague arrive pour monter une optique F sur le Nikon hybride. Reste à voir avec quelles contraintes ?

Nikon hybride : quel autofocus, quelles performances ?

Les hybrides ont longtemps été à la traîne en matière de réactivité d’autofocus face aux reflex. Certaines marques étaient plus performantes que d’autres mais si l’on ne compte pas beaucoup de photographes d’action et de sport étant passés à l’hybride, c’est pour cela en partie.

Captuer autofocus Nikon MultiCam 20k

le module autofocus Nikon MultiCam 20k

Ce n’est plus le cas désormais, les meilleurs hybrides font jeu égal avec les meilleurs reflex quand ce n’est pas eux qui prennent le dessus. Nikon a une longue expérience de l’autofocus et dispose d’un module AF très performant avec le MultiCam 20k à 153 points AF dont 99 en croix des D5/500/850.

La marque a montré par le passé qu’elle savait porter ses composants d’une gamme de boîtiers à une autre, c’est le cas avec les processeurs Expeed déclinés en version reflex et Nikon One.

La réutilisation du MultiCam 20k est donc une hypothèse, même si la tendance serait plutôt à la mise en oeuvre d’un module totalement différent, basé sur une technologie hybride à plus de 300 points. Ce type de technologie permet de mixer détection de phase et détection de contraste pour une plus grande réactivité et sensibilité, tout en fournissant une couverture quasi-intégrale du champ. C’est d’autant plus important que le module 153 collimateurs Nikon ne couvre qu’une zone limitée dans le viseur d’un plein format.

Nikon hybride : un modèle unique ou une gamme ?

Nikon se lance dans l’aventure hybride, et je ne vois pas la marque n’y aller que pour un seul modèle pour faire semblant.

Il est probable qu’un premier modèle hybride arrive en 2018, avec un plan plus ambitieux par la suite et la déclinaison en une gamme complète. Il en va de la crédibilité de ce projet : demander aux clients d’investir dans un nouveau format sans proposer de suite potentielle ne serait pas dans l’ère du temps.

L’hybride Nikon est annoncé comme superlatif, il devrait donc être proposé à un tarif approprié. Les gammes concurrentes qui font la part belle à des modèles plus accessibles devraient décider Nikon à proposer des boîtiers facilitant la transition du reflex à l’hybride pour ceux qui ne veulent pas d’un modèle pro ultime.

Nikon hybride : quel tarif ?

Près de 3500 euros pour le Sony Alpha 7R III, 4800 euros pour l’Alpha 9 de la même marque, 7000 euros pour le Fujifilm GFX 50 moyen-format, mais aussi 2000 euros pour l’Olympus OM-D E-M1 et le Panasonic G5 (tarifs janvier 2018).

Quel positionnement pour le Nikon hybride ? Très probablement le tarif supérieur des Sony Alpha 7 et 9 et Fuji GFX qui sont parmi les plus performants du moment. Nikon n’est pas du style à proposer des produits ultimes à des tarifs démocratiques, le succès du D850 ne va pas les les pousser à changer de méthode.

Au-delà du seul tarif du boîtier, il va falloir tenir compte du coût de possession d’un tel hybride qu’il vous faudra compléter de quelques optiques dédiées et de batteries (un des handicaps des hybrides). Quelques centaines milliers d’euros de plus ?

Nikon hybride : à vous !

Vous êtes intéressé par le sujet, vous rêvez d’un hybride dans la gamme Nikon car c’est votre marque de prédilection, vous avez peut-être déjà un hybride, des envies, des attentes  …

Partagez votre avis via les commentaires et alimentons le débat en attendant l’annonce officielle !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre reflex et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Les commentaires sur Nikon Passion

Chaque article du site www.nikonpassion.com vous propose une zone de commentaires pour poser vos questions ou réagir.
Voici comment procéder si vous ne disposez pas de comptes réseaux sociaux et si vous ne souhaitez pas créer un nouveau compte Disqus. Disqus est le système qui gère les commentaires et l'antispam.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


66 Commentaires sur "Nikon hybride, on en est où ? Attentes, infos officielles, on fait le point"

  1. Je pense que l’hybride n’est pas encore arrivé à une certaine maturité pour me lancer dans cette aventure. Possédant un D7100, j’attends impatiemment le successeur du D750, car le D850 est en dehors de mon budget et je suis seulement un amateur averti.

    • Je crois au contraire que l’hybride est parfaitement mature et qu’il supplante le reflex dans bien des domaines.

      • Les utilisateurs des caméras sans miroir actuelles (hybrides) font 50% de photos et 50% de vidéo. Si vous ne faites que des photos, ces caméras ne sont pas recommandés; les réflex actuels ont une meilleure autofocus, autonomie et disponibilité des objectifs.

        Alors que les réflex utilisés pour la vidéo n’ont pas de viseur électronique, l’AF est lent, la qualité de la vidéo n’est pas la meilleure, il n’est pas possible de faire un zoom motorisé lisse, une mauvaise ergonomie, etc.

        Si Nikon prend un appareil photo hybride sans inclure de bonnes performances dans la vidéo 4K, SONY va balayer.

        • Pas du tout d’accord avec ça, les utilisateurs d’hybrides sont aussi des photographes à 100% pour beaucoup. Et dire que les reflex ne tournent pas bien en vidéo ça va faire plaisir à ceux qui réalisent avec des séries TV, des reportages, des courts-métrages et des vidéos Corporate.

  2. Franchement j ai hâte que nikon sorte un hybride format APS-C , je possède un 7100nikô et hybride lumixGX8 qui me satisfait pleinement seul point noir son capteur 4/3 j ai du mal avec ce format ! Alors oui vite léger pas trop honereux et digne des autres hybrides olympus Fuji pana !!

  3. Les principaux avantages d’une caméra sans miroir sont la plus petite taille, et en raison de la nécessité d’un système de mise au point dans le capteur, son utilisation en vidéo avec le viseur électronique. Le format APS-C est le plus approprié, en raison de la réduction conséquente de la taille des objectifs.
    Le format complet n’est intéressant que pour le portrait, ISO très élevé et l’utilisation d’objectifs angulaires. Le diamètre de la monture dans les caméras sans miroir limite l’utilisation de FF, conditionnant la taille des objectifs et les systèmes de stabilisation dans le capteur. Canon (54mm) vs. Nikon (44mm).
    Le FF doit être conservé dans les appareils photo reflex actuels pour une utilisation photographique professionnelle (D8XX).
    Il n’y a aucun sens dans un appareil photo hybride compact avec des objectifs plus grands et beaucoup de batteries de rechange (300 photos contre 1000).
    J’espère que Nikon ne tombe pas dans les mêmes erreurs que Sony.
    https://petapixel.com/2016/04/04/sonys-full-frame-pro-mirrorless-fatal-mistake/

  4. Il n’est pas possible d’utiliser le système autofocus Nikon MultiCam 20k dans une nouvelle caméra hybride sans utiliser un miroir semi-transparent comme Sony le fait dans sa série SLT ou dans la série A6X00 avec l’adaptateur LA-EA4.

    Quelque chose qui n’est pas discuté est que la concurrence, principalement la série Sony A est conçu pour les utilisateurs 50% de photos et 50% de vidéo. C’est, pour les utilisateurs moyens, et bien sûr le format APS-C. Nikon devrait également penser aux caractéristiques vidéo de sa nouvelle caméra hybride, surtout dans les domaines où il a peu d’expérience; stabilisateur dans le corps et viseur électronique.
    Je n’achèterais pas la nouvelle caméra hybride si elle n’offrait pas un adaptateur compétent pour les anciennes optiques F.

  5. Il est urgent que Nikon sorte son hybride.
    Nikoniste depuis plus de 50 ans et passé par toute la gamme boitiers et objectifs J’ai revendu mon D 800, J’ai hésité longuement entre un D850 et le Sony A7 R3 puis j’ai douloureusement sauté le pas qui me séparait des hybrides. je suis actuellement propriétaire d’un Alpha 7 R 3. J’ai conservé mes optiques Nikon et grâce à l’adaptateur COMMLITE ENF-E1 pro, ça fonctionne bien sur le Sony. (testé 14X24 OK 24X70 ok 50 mm OK etc)
    Maintenant que j’ai dis ça, je suis prêt à repasser chez Nikon quand il sortira un hybride avec capteur 24X36 possibilité de cropper 1,5 en APSC pour la vidéo et en 4.2.2 10 B/s et bien entendu une bague pour adapter les anciennes optique qui n’auront plus le même tirage.

  6. Bonjour
    J’avais déjà fait un commentaire concernant le relatif endormissement de Nikon sur ses lauriers et qui lui ont coûté la place de leader depuis avènement de l’autofocus, c’est à dire à l’époque où Canon a tout misé dessus.
    Nikon est parfaitement capable de nous produire un télémétrique numérique dans le style des « vieux » S3 ou SP; et en plein format. Cela ferait la pige aux leica et autres fuji Xpro qui lui, n’est qu’un APS-C . Nikoniste convaincu depuis 40 ans mais également possesseur de deux Leica M, Je revendrai tout mon matériel reflex Nikon ( D 610, 50mm, 24/70mm, 70/300mm et 2.8/105 micro, ainsi qu’un vieux F de 1964 mais que je garderai bien sûr et me préparerai sûrement à investir dans cet hypothétique Télémétrique numérique. Mais je m’y vois déjà et il faudrait que je me calme
    Mister Nikon, à vous de jouer
    Cordialement

  7. Bonsoir
    Je n ai pas attendu que nikon sorte son hybride. Je viens de basculer sur olympus omd 1mark II. Et j en suis ravie. Beaucoup plus léger que mon D600. Et très performant dans bien des situations.

    • Celui la m’avait Bien plus et le parc d’objectif est juste génial. C’est la montée en iso qui m’a fait partir chez fuji. Super boîtier cet Olympus

  8. Il est important que Nikon réagisse. Amateur passionné je regardais de très très loin l’hybride et je ne jurai que par le reflex. Pas le budget pour un D850 j’utilisais un D610 avec un joli parc d’optiques fixes et quelques zooms. J’ai essayé un jour le Fuji XT 2 et ce fut une vraie claque. L’AF est nettement supérieure à celui du D610, et quel plaisir d’avoir dans l’evf la photo finale, cadrage, couleur, luminosité… Tout n’est pas encore parfait mais l’hybride arrive aujourd’hui à une certaine maturité. Le parc optique est bien fourni et comble les quelques trous au fil du temps. Certes c’est cher mais la qualité du matériel et surtout du résultat est la. Je constate que dans mon entourage en un peu plus d’un mois, nous sommes une douzaine à avoir basculé sur l’hybride, beaucoup chez fuji quelques uns chez Olympus, ça doit donc quand même se ressentir dans les ventes de reflex d’ou le besoin pour Nikon de réagir.
    Repasser à l’APS-C pourrait être perçu comme une régression par rapport au FF, c’etait une de mes craintes mais force est de constater qu’au moins chez Fuji le 56 1.2 compense pour les portraits. Quant au 16-55 et surtout au 50-140, sacré matériel qui me comble depuis plus d’un an.

    Tout ça pour dire qu’il y a un vrai marché, avec des marques fortes dans le secteur et que si Nikon veut pénétrer se marché en extension il faut frapper fort avec un bon positionnement en terme de spec et c’est à mon avis le plus dur. Un positionnement en FF serait une bonne option pour les pros mais laisserai le champ libre à Fuji pour les amateurs. Quant un positionnement sur l’aps-c, il faudra de sacrés spec et un parc optique cohérent pour affronter Fuji

    • Canon et Sony font des hybrides APS-C, sinon, mais avec le problème de Fuji au début pour les Canon: parc optique restreint, et celui des reflex chez Sony: parc principalement FF. Pour le cadrage, le viseur du D610 est 100% donc on voit aussi le cadrage final (pour la couleur et la luminosité c’est en admettant qu’on ne shoote qu’en jpeg sans jamais faire de traitement ultérieur, dommage de se priver de toutes ces possibilités). Pour l’AF je suis d’accord, mais en même temps c’est une comparaison entre un APS-C censé être expert voire pro et un FF censé être limite « amateur ». Là où les Fuji sont intéressants c’est en utilisation avec focales fixes, avec un vrai gain de poids et d’encombrement, parce qu’entre un 16-55 f/2.8 et un 17-50 f/2.8 pour reflex la différence est quasi nulle (voire à l’avantage du reflex).

  9. Nikoniste presque de naissance : depuis mon premier coolpix en passant pas un bridge, moyen format jusqu’au D4S j’ai testé et finalement adopté… un hybride (je n’ai pas abandonné mon reflex pour autant). J’ai testé les hybrides en 4/3 (olympus ) et APS-c (fuji) mais j’ai été déçue. Je suis ensuite passée au plein format chez Sony (A7RII) et là l’image est superbe. Par contre les batteries…. la gestion des menus…. à revoir. J’ai donc testé et adopté le A7RIII : Sony a fait des prouesses phénoménales entre les 2 boîtiers : Aucun problème de batterie et quant à la gestion de l’appareil : un vrai bonheur.
    Si je voulais passer à l’hybride c’était principalement dû aux poids et à l’encombrement : un sac de plus de 12 kg…. mais ne pas perdre en qualité. Et là je peux dire que j’y suis arrivée. Je reste quand même fidèle à Nikon. Franchement, les deux appareils offrent des images sublimes mais avec des nuances qui, je pense, sont propres à chaque marque.
    Je vous conseille néanmoins de prendre un A7RIII en main et de l’essayer.
    Je ne prendrai pas un hybride nikon s’il n’accepte pas mes optiques actuelles.

    • En même temps pour avoir 12Kgs dans un sac, même en reflex, ça ne concerne pas que le boitier…même avec D4S, 14-24, 24-70 et 70-200 on n’atteint pas la moitié!

  10. Le plus joli et le plus ergonomique me semble le Hasselblad, mais les optiques deviennent vite encombrantes, je trouve… son petit frère avec le capteur du D850 renouvelé et des optiques transportables…

  11. bonjour, merci pour ce sujet d’actualité important. En ce moment je me pose la question de revendre mon lourd matériel Nikon (D500+D75O+24-70/f 2,8+70-200/f2,8+105 Macro+150-600 Tamron) pour acheter le Sony RX10 IV qui avec son zoom 600 (et à 2000€ seulement) est bien tentant. Je fais des voyages photos (animaliers) et porter un sac de 13 kg (avec le micro) pose de +en+ de PB en avion, et aussi sur le terrain, pour mon dos.Si Nikon me propose l’équivalent ou mieux, j’achète ! Cordialement.

  12. bonjour
    je pssede un tres lourd et fantastique D700 ,pour les voyages j aimerati un letit boitier au possibilite de reglage egale au Dtoo
    mais soutrout full frame et pas plus de 20Mpix
    avec une serie d objectifs comme la monture nikon CX

  13. Bien avant d’avoir lu votre article sur l’hybride, je rêvais d’en posséder un qui me débarrasserait des contraintes de poids, de gabarits, d’encombrement et qui serait ergonomique ,pratique, performant autant ou sinon plus que les boitiers réflex actuels! Mais à quel prix serait vendu un tel bijou? Etre fortuné ou rêveur, je n’ai pas eu d’autre choix que le deuxième!

  14. Bonjour,
    Nikoniste depuis belle lurette, je dois remplacer mon bon vieux et fidèle D90, dont j’ai toujours été enchanté. Mais je me fais vieux, et transporter boitier et optiques à chaque sortie nature commence à me sembler très lourd… d’où l’idée de passer à l’hybride.
    Malheureusement, Nikon a raté son départ dans cet univers, et maintenant, malgré tout son savoir faire, il aura bien du mal à récupérer ce retard. Car, lorsqu’on innove dans un domaine, il faut essuyer les plâtres, pondre directement un chef d’oeuvre paraît plus qu’improbable… d’autant que dans ce cas, en plaçant la barre directement bien haut, il me semble difficile de convaincre un grand nombre de candidats acheteurs, pour un système boitier plus quelques optiques.
    Pour ma part, je vais opter pour le récent Lumix G9 et des optiques Leica (Vario-Elmar 12-60 mm f2.8/4 et 100-400mm f4/6.3), ce qui représente déjà un certain budget.
    Panasonic a déjà une bonne expérience dans le domaine de l’hybride, les G80 et GH5 ont reçu de bonnes notes dans les différents tests techniques.
    Bonne chance à Nikon, je change de fabricant…

  15. Merci Jean-Christophe pour ce très bon tour d’horizon. Sans bague d’adaptation complète pour mes optiques FX, il est clair que je n’achèterai pas un hybride. En effet les APSC (D500 et plus encore D7500) ont déjà une taille intéressante (la préhension n’est pas un facteur négligeable) tant en terme de compacité tout en conservant la qualité. Si le viseur électronique est surtout un atout en terme de gain de place, l’autonomie (point de faiblesse des hybrides) est plus fondamentale, et le D850 prouve que Nikon l’a bien compris. Disposer d’une gamme d’optiques fixes en hybride est bien entendu utile à la compacité du système, mais pour les zooms c’est moins évident car ceux-ci sont de toutes les façons relativement lourds et volumineux, or le zoom est incontournable dans bien des cas, en raison de sa souplesse, donc autant garder son FX. Enfin, concernant le capteur, il me semble que le meilleurs compromis à presque tout faire, en dehors du studio où la compacité et le poids, n’ont plus vraiment d’importance, soit entre 21 et 24 mégapixels, alors 40 mégapixels et plus, sont les bienvenus si on peut travailler en dessous comme précisément avec le D850.

  16. Bonjour Jean-Christophe, est-ce que vous pensez que malgré cet enthousiasme évident pour les hybrides, Nikon continuera quand même à fabriquer des appareils reflex et à innover pour ces derniers, comme elle a pu le faire pour l’excellent Nikon D850 ? Merci.

  17. Bonjour,
    J’ai lu avec intérêt votre article sur le futur Hybride Nikon.
    Concernant les optiques je pense que que pour bon nombre d’utilisateurs le choix d’un hybride correspond aussi à une notion de confort et il me semble que l’aboutissement de cette logique trouverait une réponse cohérente dans l’association du boitier à un objectif pro hyper polyvalent comme par exemple le 12/100 d’OLYMPUS, ce qui en plein format serait un 24 /200. Un boitier, Un objectif… Une logique de voyage où l’encombrement minimum fait bon ménage avec la qualité des photos réalisées. A mon avis le cocktail gagnant est là.

  18. Hâte de voir enfin un hybride Nikon car je suis Nikoniste depuis toujours en argentique d’abord en démarrant par un nikormat et finissant avec le f5…ensuite en numérique avec les D200 et D300 D2,D3,D800 et D810…j’ai testé les fuji Xt1 et Xt2 et je leur reconnais des qualités certaines…et je ne veux guère opérer ce virage…Nikon pour toujours…à la vie…à la mort

  19. Bonjour, J’ai commencé la photographie il y a 46 ans (j’avais 11 ans). Je suis rapidement passé à Olympus pour sa légèreté, pour le silence de sa relevée du miroir.
    Après quelques année d’abstinence photographique j’y suis revenu avec l’Olympus E500. Déçus j’ai acheté il y à maintenant quelque année le NIkon D7100. Même si je trouve qu’il fonctionne vraiment très bien, je regrette souvent de n’être pas passé à l’époque à l’Olympus qui sortait juste à ce moment là. Pourquoi? parce que ce dernier était plus léger et plus petit que le Nikon. Maintenant, trop de matériel Nikon pour changer de marque. Alors un hybride Nikon me plairait beaucoup. Surtout si le temps de m’équiper en tout hybride il y avait possibilité de conserver les objectifs et les flash que je possède actuellement.

  20. Je suis nikoniste depuis toujours.J ai toujours utilisé des reflex.Pour moi l hybride n est pas un concurrent au reflex car c’est différent.Je les vois complémentaires.J ai toujours eu un compact en complément d un reflex même du temps de l argentique.Je ne comprends pas cette dualité.Il faut adapter son matériel aux circonstances de prises de vue.Quoi qu il en soit j ai toujours au minimum un compact sur moi.

  21. J’ai fait l’achat du panasonic Lumix GX8 avec le 14/140 .plus léger que mon nikon 7100
    il me fait de très belle photos et je n’emploie presque plus que celui-ci .
    J’attend avec impatience lest test d’un nikon hybride de qualité identique ou même meilleur

  22. Il est évident que si NIKON sort un hybride façon HASSELBLAD (sauf le prix), je suis partant. Il serait grand temps que les ingénieurs NIKON rattrapent la concurrence et même, fassent mieux qu’elle. Vivement septembre pour le salon de la photo à Paris où j’espère, que « LA » nouveauté sera au rendez-vous. Je me suis retenu jusqu’à aujourd’hui mais est-ce que celà va durer? Je suis NIKON depuis plus de 40 ans, mes Reflex commencent à être lourds, surtout en voyage.

  23. Effectivement si on traite les hybrides de « gadgets » certains verront leur territoire envahi par le dénigrement. Tout dépend de quelle image on a besoin. Un compact fait aussi bien ! Les posts parlent presque tous de l’avantage de la légèreté du matériel. En premier cela démontre que les passionnés de photo ne sont pas très sportifs, et manquent d’entretien physique et de Fitness… Ensuite un smartphone fait de très belles images si l’on conserve la qualité maximale, sans zoom. Et il est encore plus léger. Voit on beaucoup de JRI se plaindre des 5 kg minimum de leur camera, pour obtenir une image « aux normes »? Une image de 2 ou 3 mégas suffit pour illustrer un site web. Alors pourquoi proposer 45 mégas avec le D850 ?
    Ce n’est pas le même projet ni métier. Une image peut conserver une bonne qualité dans de très bonnes conditions. Ce sont les mauvaises conditions de travail qui font le lot du professionnel et les réflex sortis dernièrement permettent d’assurer avec des ISOS élevés, de grandes ouvertures, des rafales plus faciles à réaliser sans avoir à porter les kilos du magasin de film. Donc je prétends que ce n’est pas pour améliorer la photo que les hybrides ont été proposés mais pour satisfaire un marché afin de réaliser des images d’amateurs. Il est possible que l’hybride devienne plus fiable dans tous les domaines, et améliore la qualité des images, voir des vidéos, puisque celui qui est proposé par Nikon ici sera FF. Mais pas de quoi changer tout son matériel pour l’incertitude. Pour porter encore plus léger, il y a le drone, qui se porte tout seul et se pilote pour certains par des lunettes très « cosmiques »… !!

    • « En premier cela démontre que les passionnés de photo ne sont pas très sportifs, et manquent d’entretien physique et de Fitness »
      Le moins que l’on puisse dire c’est que tu es d’une condescendance un peu abusive. Tous les photographes n’ont pas le physique d’un sportif de haut niveau, et je ne parle pas de l’âge. Donc ils n’ont plus le droit d’accéder à la photo. Condescendance que l’on retrouve dans ta phrase sur le hybrides proposés « pour les amateurs ». La différence entre l’amateur et le professionnel, c’est souvent l’usage des photos. Gardées pour soi, ou vendues pour son travail.
      Quant à changer son matériel pour l’incertitude, là tu nous prends pour des amateurs (dans le mauvais sens du terme), car c’est évident que l’on fait du « duo » classique et hybride (en fait on devrait dire petit format de capteur, hybride c’est juste l’absence de miroir) avant de basculer.

  24. Bonjour,
    Si Nikon pense que faire un hybride c’est se passer du miroir… ils se trompent, le succès des hybrides c’est essentiellement la petite taille des optiques !
    Le problème des « vieux » photographes devient le poids, donc soit on migre vers un format plus petit, soit on arrête !
    Donc après avoir embarqué un Lumix GF7 qui m’avait étonné par son rapport qualité/prix. Je suis passé en au GX8, construction tropicalisée et optique (12/35) superbe (et chère, c’est souvent le cas). Là je suis bluffé, surtout quand je compare le résultat par rapport à mon D750 et D500. Et surtout ce fameux poids (celui des ans qui augmente, l’arthrose…), donc ce matin la sortie était en « full » µ 4/3. GX8 et G9 sorti le 6 janvier, avec 12/35 Lumix, 40/150 Olympus, 100/400 Leica. Le tout dans un sac transportable bien plus facilement.
    Je publie mes résultats sur mon Facebook et les archives sur mon site.
    Amicales salutations

    Pierre

    • Ce n’est vrai que pour les hybrides MFT, les optiques pour hybrides APS-C et FF n’ont rien à envier au poids et à l’encombrement de leurs homologues réflex.

  25. Je suis tout à fait de l’avis de Charles.
    Je possède encore le D500 avec le grip avec le 24-120mm f/4 et 2 batteries.
    J’avais le D800 puis le D750 avec comme objectifs le 50mm f/4, le 85mm f/1.4, le 16-35mm f/4 et le 70-200mm f/2.8. Du très bon matériel. Mais pour un question de poids et de place dans le sac photo je suis passé chez Fuji avec le X-T2 avec grip et comme objectifs le 23mm f/2, le 50mm f/2, le 18-55mm f/2.8-4, le 10-24mm f/4 et le 40-150mm f/2.8 (du même niveau que le 70-200mm f/2.8) et 6 batteries.
    J’utilise en permanence les 2 boîtiers pour des concerts, des défilés, de l’architecture, des photos de rue, nature et paysages. Je « travaille » le plus souvent en mode Manuel avec les ISO Auto. Au niveau de la sensibilité le Fuji est un poil meilleur (jusqu’à 6400 iso je ne vais jamais au delà …) et avec je shoot directement en Jpeg. N’ayant connu que les reflets Nikon même en argentique (que l’ai toujours d’ailleurs) il faut que Nikon se bouge avec du matériel à la hauteur !!! face aux hybrides cités dans l’article de Jean-Christophe. Il est même un peu tard j’ai beaucoup de collègues Nikon et Canon qui ont fait comme moi.
    https://www.facebook.com/bressonjeanpierre

  26. Un hybride, cela semble être un mot à la mode… La recherche de la compacité comme le fameux Rollei 35 de l’époque argentique a toujours des inconvénients; il était sur ce Rollei que le film cassait au froid pour les montagnards photographes. Nikon a produit le P900, avec un bijoux d’objectif. Vu le nombre de personnes qui prennent des images avec leur smartphone, je conseillerais à Nikon de fabriquer un smartphone avec objectif, sinon notre marque appréciée finira comme Kodak. Ceci afin de rester dans la mouvance de l’image et ne pas trop perdre de parts de marché.
    Qui peut se permettre de jongler de la gamme FF. ou APSC à la gamme Nikon1 avec peu d’avantages, si ce n’est peut être une mise au point à peine plus efficace? Il est plus urgent de préparer le successeur du D750 qui occupe une place importante pour les passionnés moins argentés que les pros. Les prix astronomiques des objectifs FF sortis il y a peu ne sont pas accessibles par le grand public, même prêts à assumer leur passion. Rappelons que Nikon a eu il y a longtemps l’initiative de la série « E » qui permettait à la jeunesse d’entrer dans la marque. Le FF reste inaccessible aux budgets modestes. Les hybrides tiennent pour moi plus du gadget que de la photo sérieuse, et par exemple la série étanche n’est pas à la « profondeur » des plongeurs moyens qui devraient bénéficier d’un boitier étanche à 60M . C’est donc plutôt d’un baroudeur ou Nikonos élaboré, ou drone, que nous aurions besoin dans une gamme d’originalité. Car la concurrence face aux smartphones est sévère et déjà perdue.
    Dans le domaine de la vidéo offerte par ces boitiers, le suivi de la mise au point est incontournable et déjà offert chez Canon.
    Les optiques doivent être silencieuses lors de la mise au point.
    Il reste à inventer le zoom motorisé qui apporterait un confort inégalé et proposerait ainsi une bon concurrence aux cameras video.
    En plongée, cette fonction est très agréable sur les compacts intégrés à un caisson.
    Elle n’existe pas sur un reflex !
    Bonne chance à Nikon !

    • « Les hybrides tiennent pour moi plus du gadget que de la photo sérieuse, »
      Je réagi juste sur cette partie, vu mes résultats au µ 4/3, c’est loin d’être un gadget. Je viens juste d’éliminer D750 D500 et leurs optiques pour tout passer dans ce format. Première raison, le poids. Deuxième raison, la qualité reste !

    • Penser que les hybrides tiennent du gadget c’est passer à côté de quelque chose. Mais chacun est encore libre de penser ce qu’il veut.

  27. Je vois que certains ont peur de l’autonomie avec les hybrides. Mon IMD-EM1 mkII « tient » plus d’une journée et demie alors que mon D600 ne tenait pas plus longtemps, les deux avec une seule batterie. La batterie Olympus se charge complètement en moins de DEUX heures. C’est beaucoup mieux que chez Nikon. Quant au 4/3, si l’ambition n’est pas de dépasser des formats 40×60, c’est aussi efficace qu’un full frame. Le seul bémol, c’est la différence de profondeur de champs à ouverture égale. Mais pour le reste, je n’y vois que des avantages…

  28. Effectivement les Nikonistes attendent tous un hybride du type Sony Alpha 7 RIII… mais avec des optiques moins chères que celles de Carl Zeiss et aussi une meilleure vélocité pour la prise de vue. Cela ne devrait pas être un problème pour Nikon. ..

  29. Pour un hybride efficace peut etre faudra t il une baterie 2 fois plus lourde on le voit deja avec les nouveaux modeles tel d 500 ou la baterie est rapidement consommé
    Pour ma part la connectivité est un vrai plus dans la facon de prendre les photos et ca c est a developper

  30. Je vis de la photo et utilise tous less jours un appareil photo. Entre un Reflex et un hybride la différence de poids est énorme. Oui j’avoue avoir fait un switch d’un FF à un XT-2 Fuji. bien sûr il faut un temps d’adaptation avec les menus et certaines fonctionnalités, la prise en main est facile malgré tout. Un boitier un déclencheur des molettes bref c’est pareil. Sauf le poids et à la fin de la journée ça compte. Par prudence j’ai gardé un de mes deux boitiers Nikon. Mais je l’utilise de moins en moins.
    Pourquoi ? au final Je retiens le mieux d’un hybride (affichage de la photo prise dans le viseur (après le déclenchement) par exemple, le poids, la visée écran plus facile donc cadrage plus libre,…).
    Et puis surtout, hybride ou reflex, on prend toujours de belles photos.
    Je croise beaucoup de confrères ayant passer de reflex Canon ou Nikon à un hybride Fuji ou Sony et sont tous ravis.
    L’hybride est la solution d’avenir alors que le reflex est arrivé à sa maturité technologique.
    J’espère que Nikon proposera un super boîtier hybride pour fêter dignement ses 100 ans. Reste le problème des objectifs. A mon avis une bague d’adaptation sera proposée avec les montures F mais il y aura sûrement une gamme spécifique.
    @+

  31. A quoi bon cette course aux nouvelles armes alors que pour beaucoup d’amateur fut-il expert ,leur passion , qui est appelé la poste production est la principale raison de leur attachement !….Aux professionnels les outils qui vont bien et mieux , a nous les amateur les photos bien construites et qui représente qq chose sans excès de poste traitement .

  32. je suis un peu plus éclairée, je crois que pour mon usage et surtout les coûts éventuels, je verrai mieux un D5OO ou D85O mais les hybrides sont plus légers, alors je ne sais encore pas choisir pou faire des photos précises au loin et animaux et fleurs de près (voire macro) et de belles photos utilisables pour peindre…

  33. Soyons sérieux, la raison principale pour passer à l’hybride est l’encombrement et le poids. J’ai abandonné ma gamme Nikon au profit de la gamme Olympus (et certaines optiques Leica Panasonic) avec un plaisir pas encore démenti. Stabilisation lors du commun, rapidité de l’autofocus, optiques légères et néanmoins performantes sont d’autres atouts. Si Nikon veut innover, ce ne sera pas avec sa gamme d’optiques actuelle. Le FF implique des optiques lourdes par rapport au 4/3. Je suis curieux de voir ce qu’ils nous concoctent… et surtout si je risque d’être intéressé…

    • Comparer le format M4/3 au plein format est un autre débat! C’est sûr que le poids, le volume et le prix des optiques pour le M4/3 en fait rêver plus d’un ! Les boitiers par contre ne sont pas forcément plus petit, je cite le Lumix GH5.
      Nikon ne semble pas intéressé para ce format et c’est peut-être dommage. Je suppose que leur aventure avec les hybrides 1 pouce les a sérieusement échaudés. On verra ce qu’ils nous sortiront en terme de compacité et performanc du moins en ce qui concerne la version APS-C, puisque semble-t-il, il y aura 2 versions, l’autre étant bien sûr la FF.

  34. Nikon possède d’entrée de nombreux avantages par rapport à ses concurrents: les menus sont plus intuitifs, les commandes sont directement accessibles. Un parc d’optiques inégalé. Son histoire et la fidélité des Nikonistes. Bien évidemment il manque un hybride professionnel dans la gamme Nikon. Avec toute l’électronique embarquée dans un boitier, il est anachronique de conserver un obturateur mécanique miroir et rideau bruyant. En revanche, il faut conserver un capteur plein format avec la possibilité de cropper en APS-C 1,5 (super 35 pour la vidéo Hd et 4 K profiter de ce modèle pour passer en 4.2.2 10B)
    En même temps que la sortie de ce modèle, il suffit de mettre à disposition des possesseurs d’optiques actuelles, une bague électronique pour ramener le back focus à la bonne distance du capteur, modifiée par la suppression du miroir. C’est un challenge sérieux car les Alpha 7 et 9 de Sony gagnent des parts de marché chez les professionnels photo et vidéo. Ce qui ne doit pas disparaître, dans cet évolution, c’est l’esprit Nikon.

  35. Un des avantages de l’hybride c’est son poids et son encombrement réduits, à la fois du boitier et des optiques ; des avancées récentes ( Olympus, Lumix entre autres) ont permis d’atteindre des images de très haute définition ( 80MP) avec un « petit » capteur en faisant glisser celui-ci ( de 1 voire de 1/2 pixel ) entre plusieurs images (ce qui impose un tripode) et en recombinant les images successives. Ceci vient compliquer la donne pour Nikon, car la firme ne pourra plus justifier seulement par la haute définition les capteurs full frame et les optiques lourdes qui y sont associées.

  36. Je ne pense pas que mon commentaire puisse être objectif, dans la mesure ou ce genre de matériel, appelé « hybride », m’a toujours semblé être assis entre deux chaises…
    On parle de légèreté. D’accord sur ce point…tant qu’on ne visse pas un tromblon sur le « petit boitier ». On parle de compacité. D’accord aussi tant que…(voir ci-avant..) et en comparant avec un reflex mais alors, on compare ce qui ne l’est plus. On parle de performance du capteur. Difficile de contredire, bien sur, et vu les prix c’est heureux..! Et, in fine, on en revient à du matériel qu’on ne sait pas/plus mettre en poche; qui demande quasi la même « logistique » qu »un reflex (objectifs, sacs, accessoires, etc…); tout cela pour être juste un peu plus compact dans la main….et à quel prix…!
    Il fut un temps ou j’avais un OM-2 dans un sac et un XA en poche. Deux 24×36 aussi, mais qui n’essayaient de faire ce que l’autre faisait…si ce n’était des bonnes photos..
    Et je ne dirais pas non, aujourd’hui, pour un XA « FF »…
    Bref, les hybrides…Non merci…
    ( trop « vieux » pour changer peut-être…??)

    • Je suis bien d’accord avec vous car quelques amis ont fait le saut et quand je vois le prix et le poids de leurs cailloux je supporte plutôt bien le kilo supplémentaire de mon reflex. Quand je veux voyager léger mon petit X20 Fuji règle parfaitement le problème.

    • Oui Gérard,
      Le débat hybride/reflex est peut être quelque chose de générationnel… 😉
      Faudrait voir s’il y a des statistiques sur l’âge de ceux qui achètent ces deux types d’APN.
      Une chose est sûre, la frontière entre hybride et reflex est de plus en plus fine du moins dans le haut de gamme.
      Les hybrides deviennent de plus en plus volumineux et ressemblent étrangement aux réflex, l’ergonomie en moins en général.
      Où est donc le véritable avantage des hybrides?
      -D’accord sans mirroir ça permet de gagner en compacité, ça diminue un peu le risque de flou de bougé et ça fait moins, voire plus du tout de bruit au déclanchement, mais le Nikon D850 sait aussi être silencieux.
      -Ils sont plus rapides certes, mais un photographe de sport ou de mode préfèrera sans aucun doute un boitier qui tient bien dans la main.
      -Les viseurs électroniques ont fait beaucoup de progrès et permettent d’afficher plus d’info et de mieux contrôler sa profondeur de champ entre autre chose, très bien !
      – Ils n’ont plus de mirroir ce qui peut être un gros inconvénient quand on change souvent d’optiques. Le capteur est beaucoup plus facilement exposé aux poussières…
      Bref, s’il est indéniable que les hybrides ont des avantages certains, ils ne sont pas exempts non plus d’inconvénients.
      La solution finale serait peut-être dans une technologie mixte, offrant ainsi le meilleur des deux mondes…
      Affaire à suivre !

    • J’insiste, le gain de poids est très important avec un µ 4/3.
      J’ai bayonné vu que ce ne sont pas des optiques à vis 🙂
      un 40/150 en F2,8 d’Olympus sur mon Lumix G9 le poids de l’optique est sans comparaison avec son homologue plein format.
      puis un 100/400 Leica, là on divise par trois le poids.
      Et comme je vais franchir les 70 balais, des kilos de gagné, ce sont des kilomètres en plus pour marcher…
      L’essentiel étant de ne pas perdre en qualité.

  37. Si Nikon veut conserver sa clientèle des réflex, ils ont tout intérêt a conserver le maximum de compatibilité avec la gamme actuelle : prises télécommande et wifi / gps, système de flash, adaptation des Nikkor actuels. Ils l’ont déjà fait sur les compacts comme le P7800 mais l’avaient abandonné avec les 1.

  38. Et puis quid d’un appareil du type Sony du type RX10 IV (seul sur le marché) à moins de 2 000 euros avec capteur plein format, un autofocus rapide et une étendue de focale impressionnante … Une sorte de mouton à 5 pattes idéal.
    S’il faut encore attendre 1 ou 2 ans, les nikonistes dont je suis auront fait le saut chez Sony et ne reviendront pas ou pire, plus !

  39. Passé ,il y a quelques mois a xt-20 fujifilm après 30 ans de fidélité a nikon et emballé par l’ergonomie ,le poids,et la taille je m’aperçois que l’utilisation d’un hybride est quelque chose de faisable.Pour que NIKON soit compétitif sur le marché ils vont devoir s’inspirer de se qui marche a la concurrence et l’améliorer tout en restant raisonnable au point de vue tarif sans aller faire de l’ombre a la gamme réflex.

  40. Bonjour Jean Christophe
    Depuis quelques années, NIKON est au top pour ses réflex en FF ou APS-C mais la constante c’est la monture F ( Déjà une entorse avec AF-P) donc une bague d’adaptation me semble obligatoire pour rester cohérent et laisser le choix aux utilisateurs si ceux ci ne souhaitent pas investir sur de nouveaux cailloux. Après le premier échec sur l’hybride, Nikon ne peut pas se tromper une nouvelle fois sur ce modèle qui devra vraiment être un must face à la concurrence qui a déjà placé la barre très haute notamment sur la vidéo.

  41. Et pourquoi pas la monture Nikon S ?

  42. J’ai eu un V2 et à part le capteur, le reste était pas mal : bon AF, visée correcte, compacité du système, silence. Mais voilà, je ne fais pas de vidéo… si Nikon sort un reflex plus abordable et plus petit que le D850 avec le capteur BSI et l’obtu silencieux (un D760, quoi), je vais y réfléchir à deux fois avant de mettre beaucoup d’argent dans un hybride.

    • Même stratégie en ce qui me concerne. Voyons voir d’abord si Nikon se décide à mettre enfin à jour son D750 et en faire non seulement un « mini D850 » (max. 20/24 MP de résolution) mais aussi booster ses caractéristiques vidéo en s’inspirant un peu de ce que fait Panasonic avec son GH5/s et le nouveau Sony 7R III.

  43. Si on doit changer nos optiques, j’aimerais que cela soit lié à l’intégration d’un capteur courbe dans cet hybride tant attendu et surtout que NIKON nous offre un vrai gain de poids et d’encombrement.

  44. Il semblerait que ce soit une nouvelle monture Z et qu’il y aura 1 FF et 1 APS-C. Les problèmes à mon sens sont ceci:
    1. même s’ils font un APS-C, leur logique de proposer principalement des objectifs FF (qui seront compatibles puisque même monture) sera la même que sur reflex. Etant des FF, ils seront quasiment similaires aux objectifs à monture F (les objectifs pour hybrides FF sont aussi lourds et encombrants que pour reflex). Le seul avantage que pourrait avoir certains objectifs sur ce point, c’est de ne pas avoir besoin de stab si elle est sur le capteur (auquel cas je pense que beaucoup se demanderont pourquoi Nikon n’en fait pas autant sur ses reflex comme le fait Pentax).
    2. les performances, si elles sont vraiment à la hauteur des autres marques d’hybrides, va probablement plus cannibaliser leurs reflex que les hybrides concurrents. Vu les performances de leur liveview, qui est basiquement une visée électronique, si celle de leurs hybrides est meilleure là-aussi on demandera à Nikon pourquoi leur reflex ne le sont pas autant comme Canon l’a fait avec son DPAF. Et ça c’est dans la mesure où Nikon peut faire mieux que sur ses reflex, dans le cas contraire il ne concurrencera aucun hybride.
    3. Le tarif qui, comme vous le dites, ne sera probablement pas démocratique.
    Autrement dit, sur les 5 points que vous évoquez dans les challenges à relever, je crains qu’à part garantir la compatibilité avec la monture F grâce à une bague d’adaptation aucun autre ne soit relevé par Nikon et comme vous l’avez indiqué pour le Nikon 1 « mais ce n’est pas en faveur de la compacité et de la légèreté », que même un nouveau parc optique sorti rapidement ne changera de toute façon pas tellement…

  45. Je suis à Tokyo en avril … je vais essayer d’en savoir plus 😉😉😉 au Nikon plazza de Ginza ! 🤣