Test terrain Nikon 1 J5 : l’hybride Nikon en gros progrès

Le Nikon 1 J5 est un compact à objectifs interchangeables qui représente une alternative crédible aux compacts experts Nikon et autres marques. Monture Nikon CX, sensibilité maximale de 12.800 ISO, écran inclinable, grande réactivité, qu’en est-il vraiment ? J’ai passé deux semaines avec le Nikon 1 J5, voici le test complet et des photos.

Test Nikon 1 J5

Le Nikon 1 J5 avec son écran relevé en position auto-portrait

Présentation du Nikon 1 J5

Le Nikon 1 J5 est un boîtier hybride au plus pur sens du terme : à mi-chemin entre les compacts experts et les plus imposants reflex DX de la marque, le J5 se veut à la fois léger, performant et accessible. Doté du meilleur de la technologie Nikon actuelle, processeur Expeed 5a en tête, le J5 a également pour lui un look (enfin) en accord avec les tendances du moment en matière de petit boîtier efficace.

Nikon 1 J5

Qu’il s’agisse de la livrée noire ou argent, le J5 est un séducteur, surtout si on le compare aux précédents modèles de cette série Nikon 1 dont le look a souvent fait débat (particulièrement avec les V1/V2/V3). Autant les molettes supérieures que le déclencheur photo éveilleront en vous quelques souvenirs du siècle passé, et quelques boîtiers mythiques de la marque.

La qualité perçue est bien réelle, Nikon a su trouver les matériaux adaptés pour faire de ce J5 un joli petit boîtier sachant rester très léger (265 gr. avec batterie).

Test terrain Nikon 1 J5

Doté d’un écran orientable qui séduira les vidéastes comme les photographes de rue qui peuvent déclencher en mode visée de poitrine, le J5 se fait vite oublier dans la main comme dans la poche.

Nikon a toutefois fait l’impasse sur un viseur intégré, il vous faudra cadrer depuis l’écran arrière sans autre alternative. Ce n’est pas faute de signaler à chaque nouvelle sortie de compact un peu expert que le viseur est un élément important (d’utilisation comme de séduction). Rien n’y fait et c’est vraiment dommage. Le viseur pose toujours problème aux fabricants car il revient cher à intégrer et l’option viseur externe n’est jamais très bien perçue. Mais c’est un passage obligé pour un modèle qui a les prétentions qu’a ce J5, premier carton jaune donc.

Test terrain Nikon 1 J5

Cadrage avec le J5 à hauteur de poitrine grâce à l’écran inclinable

Le Nikon 1 J5 est vendu le plus souvent en kit avec l’objectif zoom 10-30 f/3.5-5.6 VR, équivalent 27-81mm en 24×36. Ce petit zoom sied particulièrement bien au J5, on a même peine à croire qu’il est interchangeable tant il fait corps avec le boîtier. Un flash intégré complète l’ensemble, éjecté par appui sur la touche correspondante quand le boîtier est en fonction. Ce flash est positionné suffisamment haut pour minimiser l’effet yeux rouges. De plus il peut être orienté vers le plafond avec le doigt pour éviter les lumières trop directes, une bonne idée.

Ergonomie et accès aux principales fonctions du Nikon 1 J5

Nikon 1 J5 test

L’écran inclinable du Nikon 1 J5 entièrement déployé

Le Nikon 1 J5 surprend vraiment par sa taille. On le savait petit mais une fois en mains, force est de constater que c’est vraiment le cas. De fait tout est à l’échelle sur ce boîtier, depuis les boutons de commande en face arrière jusqu’à la ridicule carte mémoire Micro-SD presque impossible à sortir de son logement.

Faire un petit boîtier compact oui, mais franchir certaines limites non. Le format Micro-SD n’a pas sa place sur un tel appareil photo, les cartes sont minuscules, difficiles à manipuler et excessivement faciles à perdre. Second carton jaune à Nikon pour avoir utilisé ce format alors que loger une carte SD ne semblait pas du tout impossible.

Sachez également que si vous fixez le J5 sur un trépied grâce au pas de vis standard, vous ne pourrez plus accéder au logement batterie/carte mémoire, c’est une situation probablement peu fréquente avec ce type de boîtier (sauf en vidéo) mais c’est à noter.

Test terrain Nikon 1 J5

En photographie de rue, incliner l’écran est très plaisant pour cadrer différemment

Les deux molettes supérieures (modes de prise de vue et molette de réglage) sont plutôt agréables à manipuler. Les crans bien marqués de la molette de modes de prise de vue en facilitent l’usage. Même chose pour la molette droite qui fait office de réglage du zoom en mode visualisation et décalage programme/vitesse en mode prise de vue.

La face arrière comprend le désormais traditionnel assemblage de touches à fonctions multiples encadrant un pad central multifonctions lui-aussi. Ce dernier offre de bonnes sensations à l’usage avec des positions bien identifiables et un clic net. Il est par contre très petit et il faut s’y reprendre à plusieurs fois si vous portez des gants ou si vous avez des doigts de bonne taille.

L’écran inclinable est doté d’une fonction tactile, vous pourrez l’utilisez pour piloter le J5 et déclencher du bout du doigt. Il s’avère même un brin sensible à l’usage, j’ai déclenché plusieurs fois sans vraiment l’avoir voulu alors que je cherchais à modifier un réglage. Je l’ai vite configuré pour qu’il permette le réglage de la zone de mise au point sans déclenchement associé, c’est beaucoup plus pratique.

La possibilité de cadrer au ras du sol, bras levés ou au niveau de la poitrine s’avère très agréable. Vous pourrez ainsi faire des images inédites sans vous rouler par terre, personnellement j’apprécie. Le système d’articulation semble suffisamment bien construit pour durer, j’avoue avoir porté plus d’une fois le boîtier en le tenant par ce châssis sans aucune arrière-pensée. Attention quand même en extérieur, la visée sur écran est un peu difficile quand il y a de la lumière (et comme il n’y a pas de viseur …).

Test terrain Nikon 1 J5

Osez des cadrages créatifs sans vous coucher par terre …

Notons enfin une touche de fonction programmable en face avant, de même que le bouton de déverrouillage de l’objectif. La touche Fn est particulièrement pratique pour changer de sensibilité rapidement ou toute autre action parmi la liste de sept possibles.

Le Nikon 1 J5 à l’usage

Le moins que l’on puisse dire du Nikon 1 J5 est qu’il sait se faire discret. Sa taille réduite en fait un compagnon idéal du quotidien et sur lequel on peut compter pour réagir vite.

Test terrain Nikon 1 J5

J’ai vu venir le cycliste et 2 secondes plus tard l’image était faite
la mesure de lumière matricielle a toutefois sous-exposé les premiers plans en raison d’un ciel très lumineux

Il ne vous faudra qu’une paire de secondes pour l’attraper, le mettre en route et déclencher (photo ou vidéo). Sur ce point là, c’est du tout bon. L’Expeed 5a fait son boulot, le boîtier est très réactif qu’il s’agisse de la mise au point, de la navigation dans les menus ou de sa capacité à suivre le mouvement de votre sujet.

La mise en action du boîtier se fait en basculant le levier entourant le déclencheur photo. Contrairement à d’autres boîtiers sur lesquels on trouve un traditionnel bouton marche-arrêt, ce levier s’avère assez pratique, son maniement est plus naturel que le classique appui sur un bouton (souvent trop petit) du bout du doigt.

Vous pouvez ensuite caler vos réglages habituels via les deux molettes supérieures. Curieusement Nikon a déporté le réglage de l’ouverture sur le pad arrière, il aurait été bien plus ergonomique de l’associer à la molette supérieure droite en mode A, quitte à utiliser le pad en mode M quand il faut régler ouverture et vitesse.

Test terrain Nikon 1 J5

Malgré la petite taille du capteur, vous pouvez jouer le flou d’arrière-plan
avec une ouverture moyenne et un premier plan proche

Il ne vous reste plus qu’à déclencher. Vous utiliserez alors soit le déclencheur supérieur classique, mon préféré, soit le déclenchement tactile du bout du doigt sur l’écran. Deux possibilités s’offrent à vous avec le mode tactile : soit vous associez mise au point et déclenchement et en touchant l’écran vous faites une photo nette, soit vous dissociez les deux réglages. Dans ce dernier cas le doigt sert à désigner la zone de mise au point et le déclencheur à … déclencher. C’est cette dernière combinaison que je préfère à l’usage.

Le maniement du zoom sur l’objectif se fait manuellement (c’est bien) via une bague de largeur suffisante. Dommage toutefois de ne pas avoir ajouté de butée de part et d’autre, on a souvent tendance à tourner dans le vide sans trop savoir où l’on en est (il y a toutefois un rappel visuel sur l’écran).

Test terrain Nikon 1 J5

Dans cette situation d’éclairage délicate, la mesure matricielle donne un résultat relativement équilibré
les retouches locales restent possibles en post-traitement sur fichier RAW

En mode visualisation rien à signaler, du classique avec la molette supérieure servant de commande de grossissement et un bouton d’accès direct à la suppression des photos.

Quelques mots sur la connexion wifi du boîtier avec l’application Nikon WMU pour smartphones Android et iOS. Celle-ci s’améliore au fil des nouvelles implémentations, et le J5 possède un bouton d’accès direct qui permet d’éviter bon nombre de passages par le menu pour transférer les photos. L’ensemble devient beaucoup plus utilisable que précédemment.

La batterie, malgré sa toute petite taille, a du répondant ! Elle tient largement ses promesses et vous pouvez espérer faire 300 photos sans devoir recharger prématurément bien que l’écran soit actif le plus souvent. Par précaution prenez soin d’éteindre le boîtier du bout du doigt entre deux séries de photo, c’est toujours ça de plus en autonomie.

Test terrain Nikon 1 J5

En photographie de nuit, la petite taille du J5 vous évite le flou de bougé bien connu avec les reflex à 24 ou 36Mp

Mon avis sur le Nikon 1 J5

Nikon semble avoir tiré quelques leçons des remarques faites sur les précédents modèles de la série Nikon 1 et nous propose ici un boîtier bien plus élégant, performant et ergonomique. Le processeur Expeed 5a intégré rend le J5 très réactif, les performances en mise au point, mesure de lumière, navigation et vidéo sont du meilleur niveau pour un tel modèle hybride.

Test terrain Nikon 1 J5

Le Nikon 1 J5 s’en sort avec les honneurs en très haute sensibilité
un travail plus en profondeur sur les fichiers RAW reste toutefois nécessaire dès 3200 ISO

La qualité des images délivrées par le petit capteur reste très satisfaisante tant que vous ne cherchez pas à taquiner les hautes sensibilités. Jusqu’à 800 ISO les résultats sont excellents et le petit capteur Nikon n’a pas à rougir face à la concurrence. A partir de 1600 ISO il faut être plus prudent et ne pas hésiter à basculer en RAW pour pouvoir débruiter en post-traitement. C’est impératif à 3200 ISO et au-delà (6400 – 12800) le J5 atteint ses limites. Il ne faut alors pas chercher à comparer les résultats avec un modèle à capteur APS-C. C’est d’autant plus dommage que ce type d’hybride se trouve désormais à un tarif très proche de celui du J5 (et dans le Nikon Coolpix A …).

Test terrain Nikon 1 J5

Utilisez les éléments à votre disposition pour poser le boîtier et déclenchez !

Le Nikon 1 J5 est une belle avancée au sein d’une gamme Nikon 1 qui souffre toujours d’une architecture capteur bien spécifique. Et il faut reconnaître que les images qu’est capable de sortir le J5 sont plutôt flatteuses pour un tel petit compact. Si la fiche technique est donc à la hauteur, c’est l’accastillage qui reste en retrait avec l’absence d’un viseur dédié, un format de carte mémoire ridicule et de très petites touches de contrôle.

Test ISO Nikon 1 J5

Voici une série de photos faites en soirée, avec différentes sensibilités entre 160 et 12800 ISO.

L’image de départ est ensuite recadrée de façon à montrer le détail de la texture du mur de immeuble et la montée du bruit numérique aux différentes sensibilités.

Test ISO Niikon 1 J5 Sensibilité bruit numérique

Image non recadrée, ISO 160

Série recadrée avec détail de la façade, 160 à 12800 ISO JPG natif

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


13 Commentaires sur "Test terrain Nikon 1 J5 : l’hybride Nikon en gros progrès"

  1. Bonjour Jean-Christophe,
    Je possède un D7200 mais qui s’avère encombrant en voyage et surtout en randonnée.
    J’envisageais donc l’achat soit d’un compact style rx100 M3, soit d’un a6000, soit d’un bridge FZ300.. Et puis j’ai regardé votre article sur ce N1 J5 que je trouve vraiment sympa. Mes questions: cela vaut-il le coup de l’acheter alors que Nikon a stoppé la série des N1 ? Dans les autres N1, y en a-t-il un autre que vous conseillez ? Question subsidiaire, existe-t-il un adaptateur pour utiliser les objectifs de mon d7200 et notamment mon 70-300 AFP DX ? Merci pour vos réponses.

    • Les Nikon One ne sont plus produits, je pense qu’il n’est plus intéressant de s’en procurer un sauf en occasion à petit prix. Il existe une bague pour monter les optiques reflex, ce qui fait perdre tout l’avantage de la compacité. Pourquoi ne pas te procurer un petit reflex entrée de gamme bien plus performant, comme le D3500, compatible avec tes objectifs et qui tient peu de place ? Sinon il faut trouver un petit hybride APS-C, c’est la meilleure solution, les compacts experts sont moins intéressants.

  2. Bonjour, Mon Nikon Coolpix P 7800 commence à montrer des signes de fatigue et j’envisage de le changer. Est ce que le J5 est meilleur ? Merci de votre réponse

  3. Je l’ai depuis 1 semaine et je le trouve vraiment super. Je débute juste en photo et je trouvais les reflex trop gros (notamment en voyage/rando). Avant j’avais un Fuji XF1 (compact avec un capteur assez grand) qui vient de me lâcher à 15j de partir en voyage et je me suis dit que quitte à changer, autant essayer un hybride histoire de comprendre le monde de la photo. Les points faibles me concernent peu, le viseur, étant débutant et venant d’un compact, je ne m’en serai surement pas servi. Quant à la carte micro sd, étant le seul format qu’accepte mon ordi (hp envy x2), c’était au contraire un point positif. Juste, en regardant les objectifs, je me dis qu’un capteur plus « standard » aurait facilité les choses (genre un capteur qui fasse que quand je mets un 50mm j’ai un 50mm). Sinon, j’ai découvert ce site qui m’a permis de comprendre pas mal de choses dans les réglages est le fonctionnement de l’appareil et de faire mes premières photos de coucher de soleil réussies hier soir !
    Bref, il est très bien, petit, léger, respirant la qualité.

  4. Moi qui n’aime pas les hybride, celui ci est une merveille!

  5. J’ai un réflex Nikon D7000 et je recherche un appareil à trimballer quotidiennement avec moi pour augmenter ma production photographique. J’envisage de craquer pour cet hybride, qu’en pensez-vous ?
    Je ne suis pas une débutante mais ne souhaite pas non plus exploser mon budget.
    Sinon, j’hésite avec un compact expert du style Nikon Coolpix P 7000.
    Que me conseilleriez-vous ?

  6. Bonjour
    toujours pas de commande à distance WiFi possible avec un iPhone ou un PC ?
    Merci pour la réponse !
    DS