Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR : il arrive …

Nikon profite de la rentrée 2019 pour annoncer un nouvel objectif dans la gamme Nikkor F dédiée aux reflex numériques, le Nikon AF-S Nikkor 120-300 mm f/2.8E FL ED VR.

S’agissant d’une pré-annonce, comme celle du Nikon D6, il est un peu tôt pour vous donner toutes les caractéristiques de cet objectif, mais voici ce que je peux en dire.

Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR

Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR : pourquoi un tel télé à grande ouverture ?

Nikon et les zooms téléobjectifs à grande ouverture, c’est presque une histoire d’amour, c’est aussi et surtout la réponse d’un constructeur aux attentes des photographes de sport depuis des décennies.

En annonçant le même jour le Nikon D6 et ce Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR, il ne fait nul doute que Nikon prépare les grands événements sportifs des années à venir.

Et pourtant il y a de quoi faire dans la gamme Nikkor F (les optiques pour reflex) :

  • le Nikon AF-S Nikkor 180-400 mm f/4 E TC1.4 FL ED VR,
  • le Nikon AF-S Nikkor 200-400 mm f/4G ED VRII,
  • le Nikon AF-S Nikkor 80-400 mm f/4.5-5.6 G ED VR,
  • le Nikon AF-S Nikkor 200-500 mm f/5.6E ED VR.

Pour ne citer que ces quatre là, la gamme comptant quelques modèles retirés du catalogue mais pas moins intéressants.

Vous pouvez constater que cette liste ne comporte aucune optique à grande ouverture f/2.8, de même qu’il n’y a aucune plage focale descendant à 120 mm. Il faut regarder dans le rayon focales fixes pour trouver un 300 mm f/4, un 300 mm f/2.8, un 400 mm f/2.8, un 500 mm f/4, un 600 mm f/4 et un 800 mm f/5.6.

Quand on est photographe de sport, utiliser une focale fixe c’est bien, mais disposer d’un zoom tout aussi performant qui évite le changement d’optique dans des conditions parfois difficiles (pluie, neige, poussière, manque de place), c’est mieux.

Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR

le Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR

Avec ce nouveau Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR, Nikon offre donc une alternative de plus aux spécialistes, et vient concurrencer directement le Sigma 120-300 mm f/2.8 DG OS HSM | Sports sorti en 2011.

Le même Sigma, comme son rival de toujours Tamron, propose un 150-600 mm mais son ouverture limitée à f/5-6.3 n’en fait pas le préféré des professionnels (même combat chez Tamron avec le 150-600 mm).

De plus la plage focale 120-300 mm étend vers le bas la plage focale d’un 200-400 ou d’un 180-400, autorisant des cadrages plus larges sans trop perdre en longue focale (la différence entre 120 et 180/200 est plus importante qu’entre 300 et 400 mm).

Reste une inconnue, le tarif, que Nikon n’a pas dévoilé avec cette pré-annonce. Le Sigma se trouve aux environs de 2900 euros (septembre 2019) tandis que le Nikon AF-S Nikkor 180-400 mm f/4 va titiller les 10.000 euros. Nikon ne nous ayant pas habitués ces dernières années à brader ses optiques, il y a fort à parier que le tarif de ce 120-300 mm pique un peu, mais il ne fait nul doute que ses performances soient à la hauteur.

Il est probable que le Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR arrive début 2020, je pourrai alors vous en dire plus.

Source : Nikon

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


6 Commentaires sur "Nikon AF-S NIKKOR 120-300 mm f/2.8E FL ED SR VR : il arrive …"

  1. Il se trouve que j’ai possédé il y a déjà 5 ans le Sigma 120-300 F/2.8 « sport » que j’avais acheté pratiquement dès sa sortie ainsi pour la modique somme de 3000 euros… Sans compter les indispensables deux convertisseurs dédiés x1.4 et x2.0.
    Cet objectif était évidemment excellent, optiquement parlant, mais je m’en suis séparé au bout d’un an à peine! Les raisons: trop lourd et trop limité en focale maxi. Du coup, dans un programme de photos sportives essentiellement je m’en servais quasiment uniquement avec les convertisseurs et quand les premiers zooms 150-600 sont sortis j’ai rapidement revendu mon Sigma au profit d’un Tamron 150-600 G1 qui est bien moins lourd, moitié moins cher et aussi bon ou même meilleur que le Sigma équipé d’un TC (selon qu’il s’agisse d’un x1.4 ou d’un x2.0). Depuis j’ai changé pour un Tamron G2 que je complète d’un Nikon 300 PF plus éventuellement un TC x1.4 selon les conditions de lumière. Tout ça pour dire que ce nouvel objectif Nikon arrive bien trop tard, avec les mêmes qualités et les mêmes défauts que le Sigma et qu’il sera beaucoup beaucoup trop cher: il vaudra le triple probablement… Bref, je ne comprends pas bien le but recherché, surtout pour une marque qui accumule les contre-performances financières au point que ça en devient inquiétant! J’aurais infiniment préféré que Nikon fasse ce que les autres ne font pas: notamment un 400 F/4 PF, à condition de rester dans des tarifs raisonnables…

  2. Bonjour J.Christophe,
    Lorsque tu auras la réponse, pourras-tu nous préciser si l’on pourra utiliser un télé convertisseur avec cette optique, comme le TC III ?
    Merci

  3. Walhin Louis-Joseph | 8 septembre 2019 à 8 h 44 min | Répondre

    Merci pour tout votre travail !

  4. Il fait saliver grave.
    Mais, pour les amateurs, le frein rédhibitoire sera le tarif :'(
    Du moins me concernant …

  5. Ça sent l’arrivée des JO au Japon en 2020 !