Nikon D780 et reportage, conférence vidéo, photos commentées

Le dernier né des reflex experts Nikon est-il un bon choix pour le reportage photo ? Je suis parti avec le Nikon D780 à Venise pour un court séjour, je vous propose un retour d’expérience complet ainsi que la rediffusion en vidéo de ma conférence au Nikon Plaza sur le thème « Nikon D780 et reportage, une bonne idée ? »

Nikon D780 : retour d'expérience, conférence vidéo et des photos

Nikon D780 et reportage : ma conférence au Nikon Plaza

J’avais prévu ce voyage à Venise depuis quelques semaines déjà, je suis amoureux de cette ville, et je comptais bien partir avec le Nikon Z 6 et le zoom NIKKOR Z 24-70 mm f/4 que j’utilise au quotidien depuis plusieurs mois.

Quelques jours avant le départ, sans qu’il n’y ait de rapport avec ce voyage dont je n’avais pas parlé, Nikon me propose d’animer une conférence au Nikon Plaza à propos du Nikon D780. C’est tentant, mais parler d’un tel reflex avec des photos faites autour de chez moi, ça ne m’emballait pas trop, la photo urbaine en banlieue n’est pas des plus attirantes. L’idée fait toutefois son chemin très vite, et je change mon plan : le Nikon D780 va prendre la place du Nikon Z 6 dans mon sac photo. Direction Venise sur le thème « Nikon D780 et reportage » !

Et le zoom ? Mon AF-S NIKKOR 24-70 mm f/2.8 est trop gros et lourd pour un tel voyage, le NIKKOR Z f/4 ne se monte pas sur le D780, je fais quoi ? Le 35 mm fixe ? Le 50 ? Non, trop facile, tant qu’à faire de changer de boîtier, je change d’optique. Je choisis une focale que je n’ai pas l’habitude d’utiliser, pour une seule et bonne raison : casser les habitudes est une bonne idée pour progresser. C’est l’AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED qui rejoint mon sac lui-aussi.

Voici la rediffusion de cette conférence, une version raccourcie à 20 mn pour aller à l’essentiel et dans laquelle vous allez voir comment j’ai traité le sujet, comment j’ai utilisé ce couple Nikon D780 + 28 mm f/1.4, les photos que j’ai pu faire avec et ce que j’ai pensé du boîtier.

Pour aller plus loin, je vous propose une sélection de photos ci-dessous, avec quelques commentaires sur leur réalisation.

Nikon D780 et reportage à Venise, les photos commentées

Voici quelques-unes des photos que vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessus, avec les données EXIF et mes commentaires. J’ai choisi ces images pour leur intérêt visuel mais aussi pour mettre en avant certains points relatifs à la prise de vue et aux réglages du Nikon D780.

Les photos sont numérotées, vous pouvez poser vos questions sur une photo en particulier dans les commentaires, indiquez le numéro.

1- Les quais de Venise

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 et reportage
Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/250 ème – f/8 – ISO 560

Le 28 mm est idéal dans ce cas avec un angle de champ important. J’étais en train de faire quelques images lorsque la mouette est passée, venant de la gauche. Un appui rapide sur le déclencheur a permis à l’autofocus de se caler immédiatement, et la profondeur de champ importante à 28 mm à ouverture f/.8 a fait le reste.

Notez que cette courte focale permet de masquer la foule qui se presse sur les quais, visible derrière les gondoles à gauche de l’image. Il est important par contre de garder l’appareil photo parfaitement horizontal afin que les perspectives restent le plus verticales possible. Au besoin cela se rattrape dans un logiciel de post-traitement.

2- Le bateau sur la lagune

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/1.000 ème – f/8 – ISO 100

Ce jour-là il faisait sec mais le ciel était uniformément gris. La circulation sur la lagune étant toujours importante, j’ai attendu qu’un bateau passe à proximité du quai (le 28 mm favorise les sujets proches), j’ai choisi une ouverture moyenne pour la profondeur de champ et j’ai calé l’autofocus à la distance prévisible.

La seule difficulté ici est d’ajuster l’exposition pour éviter que le ciel ne soit brûlé, tout en gardant du détail dans le sujet. Le capteur du Nikon D780 a bien réagi en encaissant hautes et basses lumières sans que je n’ai à corriger l’exposition pour autant.

3- Reflets dans le canal

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/250 ème – f/8 – ISO 220

Trop de monde sur la place San Marco, je décide de longer les canaux pour m’éloigner de cette foule. La lumière est au rendez-vous à ce moment-là, les reflets me fond de l’œil.

Cette prise de vue ne présente pas de difficulté particulière, l’autofocus se cale aisément sur les reflets, le capteur encaisse les hautes luminosités d’arrière-plan. J’ai pris soin de me baisser pour éviter les perspectives fuyantes, sans tomber dans l’eau non plus ! Au post-traitement j’ai récupéré les basses lumières dans les reflets pour équilibrer la composition, rien de plus.

4- Coucher de soleil sur le Grand Canal

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/800 ème – f/8 – ISO 100

Je ne suis pas fan des photos de couchers de soleil, c’est vu et revu et trop peu souvent original. Ici, toutefois, j’ai été attiré par les effets silhouettes possibles, cet oiseau posé sur le poteau proche de moi, la belle lumière sur les quais à gauche.

La sensibilité peut vous sembler faible pour l’heure, mais elle ne l’est pas. Le soleil restait très lumineux, et j’ai sous-exposé de 2/3 d’Ev pour accentuer l’effet silhouette. L’autofocus est calé sur le poteau, pour l’oiseau.

Je n’ai pas assombri plus pour garder du détail dans les façades à l’arrière-plan, je les ai à peine remontées au post-traitement. Remarquez combien l’ouverture f/8 est idéale pour garder du détail dans l’arrière-plan, c’est celle que je privilégie et qui donne en général les meilleurs résultats.

5- Le Grand Canal de nuit

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/50 ème – f/2.2 – ISO 2.500

Depuis le pont du Rialto, je suis calé sur le parapet du pont, le temps de pose est encore suffisant pour ne pas générer de flou de bougé avec un 28 mm. L’ouverture réduite me permet de limiter la profondeur de champ et de ne pas trop monter en ISO mais vous remarquez qu’à 28 mm la netteté relative sur l’arrière-plan est encore importante car la distance de mise au point est grande.

Le capteur a encore une fois bien encaissé les écarts de luminosité, c’est une des caractéristiques les plus intéressantes de ce boîtier (tout comme sur le Nikon Z 6 doté du même capteur).

6- Le Grand Canal et la Salute de nuit en pose longue

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 60 sec. – f/11 – ISO 100

Cette photo est réalisée sans trépied, j’ai simplement posé le boîtier sur le parapet du pont, activé le mode Live View enfin utilisable sur un reflex grâce au processeur Expeed 6, et fait plusieurs essais de pose longue.

La faible ouverture me permet de garder un maximum de détail sur le dôme de l’église de la Salute, tout en faisant la mise au point sur le premier plan. J’attendais le passage d’un vaporetto, pour remplir le cadre.

Avec 60 secondes de temps de pose il m’a fallu plusieurs essais car le temps de passage d’un bateau est plus court et je voulais au bon endroit. Celle-ci est la bonne, les lumières de bord participent à la traînée visuelle, le capteur a encaissé hautes et basses lumières une fois de plus, j’ai pu surveiller le décompte sur l’écran supérieur, et relancer depuis l’écran tactile sans toucher à l’équilibre du boîtier.

Pour la petite histoire, deux autres photographes étaient à côté de moi avec leurs trépieds et des calculs à n’en plus finir sur les réglages de leurs boîtiers Olympus et Sony, me voir jouer avec le seul écran arrière tactile du D780 pour arriver à ce résultat les a passablement perturbés …

7- Les ruelles de Venise de nuit

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/250 ème – f/2 – ISO 28.800

Cette photo n’a rien d’exceptionnel mais elle permet d’illustrer la capacité du Nikon D780 à monter en ISO.

Alors que je passais devant cette ruelle, l’œil attiré par la terrasse illuminée, deux personnes arrivent et je devine qu’elles vont passer dans mon cadre. Je porte l’œil au viseur en cadrant de façon à avoir le reflet des silhouettes dans la vitrine à gauche, l’autofocus se cale sur les deux personnes, la grande ouverture fait grimper l’ISO, je déclenche, le tout en deux secondes à peine.

La sensibilité est extrême, ce n’est pas une photo que je pourrais tirer en très grand format (elle ne le mérite pas non plus) mais à peine débruitée dans Lightroom, il n’y a qu’en zoomant à 100% que l’on remarque le manque de netteté sur les murs de briques. Avouez que pour 28.800 ISO c’est plutôt propre.

8- Les masques du carnaval de Venise

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/250 ème – f/8 – ISO 450

Cette première photo me permet d’illustrer l’intérêt de la courte focale. Le 28 mm cadre large, aussi pour photographier en gros plan un personnage costumé, il n’y a qu’une solution, s’approcher. Je suis à quelques cm à peine du masque, l’AF calé sur l’œil qui attire mon regard. La lumière est de la partie, pas de soleil vif, pas de fort contraste, la mesure s’en sort bien.

Notez que ce type de cadrage très serré avec une courte focale autorise la mise en avant du premier plan et permet de laisser de coté l’arrière-plan, ce qui m’arrange ici puisqu’il y avait plus de photographes et de touristes que de costumés !

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/250 ème – f/8 – ISO 360

Cette seconde photo de masque prise dans les mêmes conditions que la précédente illustre la capacité du capteur à encaisser les hautes lumières. Le menton et les lèvres du masque sont très brillants, la cellule a alors dans ce cas tendance à sous-exposer l’image, mais ici le D780 a bien réagi, l’exposition est satisfaisante sur la totalité de l’image.

Ce boîtier ne fait pas de meilleures photos mais il facilite beaucoup l’exposition, une capacité intéressante en reportage sur le terrain quand vous n’avez pas trop le temps de penser à tout.

9- Le serveur

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/250 ème – f/16 – ISO 500

Ce serveur était avec les clients des tables visibles en arrière-plan. Sa chevelure m’a forcément attiré et j’ai commencé à faire quelques images, mais avec le 28 mm le résultat n’était pas intéressant. Peu importe, je reste proche, on ne sait jamais.

Soudain il se retourne pour rentrer dans son bar, derrière moi, me voit, s’approche, colle sa tête devant mon objectif, à quelques cm. La scène dure une seconde à peine. Je ne réfléchis pas, j’appuie, on verra bien.

L’ouverture f/16 m’a permis de garder de la netteté sur l’ensemble du visage comme d’avoir un peu de détail dans l’arrière-plan. L’AF s’est calé sur le centre du visage, idéal. L’exposition est délicate avec un visage un peu bouché et un ciel très lumineux, le boîtier a bien équilibré l’ensemble, j’ai juste densifié le ciel pour récupérer le bleu et débouché le visage, le RAW permet cela sans aucun problème. Notez la quantité de détails dans la chevelure, le 28 mm f/1.4 fait le boulot !

10- Dans la rue

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/250 ème – f/8 – ISO 360

Le cadrage n’est pas idéal, je ne retiens pas cette photo dans la série finale, mais elle est intéressante pour illustrer la capacité du Nikon D780 à vous sortir de situations délicates.

Je marchais dans cette rue, dans la direction opposée à celle-ci lorsque j’entends du bruit derrière moi. Je me retourne, je vois ces deux personnes qui interpellent la dame, une proche manifestement, déguisée à sa façon pour le carnaval. La scène m’attire, je porte l’œil au viseur, je déclenche, sans réfléchir plus que ça, le tout me prend trois secondes tout au plus.

L’ouverture f/8 préréglée me permet d’avoir une profondeur de champ suffisante pour garder de la netteté dans l’arrière-plan, sur le premier des deux hommes. L’autofocus hyper réactif du D780 s’est calé sur la dame, la mesure de lumière a équilibré l’ensemble, je n’ai eu qu’à remonter la luminosité sur le mur à droite pour équilibrer l’ensemble. Ce reflex est très efficace en photo de rue !

11- Soir de fête à Venise

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/160 ème – f/1.8 – ISO 2.500

Les vénitiens aiment faire la fête pendant le carnaval, les bars sont pleins, la musique entraînante participe à la liesse populaire. Je tournais autour de ce lieu depuis quelques minutes, il y a toujours quelque chose à photographier dans ces cas là.

Cette jeune femme s’est mise à danser devant moi, alors que les passants … passaient. J’ai calé l’AF sur son visage, sous-exposé de 2/3 d’Ev pour mettre le sujet en évidence et ne pas rendre le fond trop lumineux en raison des éclairages en haut de l’image. L’ouverture maximale m’a permis de limiter la montée en ISO et de garder un temps de pose acceptable, bien que limite.

Le manque de netteté sur le sujet ne me dérange pas ici, il participe à la scène, dynamise l’image. Une fois de plus l’AF s’est montré particulièrement véloce et efficace, d’autant plus à f/1.8 !

Des photos de Venise avec le Nikon D780

Nikon D780 + AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED : 1/80 ème – f/3.2 – ISO 8.000

Cette seconde image illustre elle-aussi la capacité du Nikon D780 à répondre à vos besoins en reportage. La scène est faite de très hautes lumières, dont l’éclairage public et une fenêtre, et de très basses lumières dont les personnages au premier plan.

J’approche en visualisant à la fois ces personnages, et les fenêtres du fond avec les couples juxtaposés. Je cadre, je déclenche, je passe. Les gens me voient, bien évidemment, mais c’est la fête et cela ne pose de problème à personne. L’homme dont la tête apparaît sous le U de BUSSOLA m’interpellera d’ailleurs quand je vais passer devant lui quelques secondes plus tard, l’ambiance est bon enfant.

Ici le Nikon D780 a géré : la mise au point alors que le premier plan est sombre, l’exposition alors que le contraste est très important, la montée en ISO sans apparition trop importante de bruit. C’est une image que j’aurais eu plus de mal à faire à l’improviste avec les générations précédentes de reflex, en raison d’un capteur moins permissif et d’un AF moins véloce.

En conclusion : Nikon D780 et reportage, une bonne idée ?

Ce court séjour à Venise avec le Nikon D780 et le 28 mm f/1.4 Nikon m’a permis de casser mes habitudes, c’est ce que j’en retiens avant tout. J’ai du revoir mes cadrages car j’utilise un 35 mm d’habitude. J’ai du aussi revoir ma façon d’exposer car la visée à image réelle de l’hybride me permet de gérer l’exposition dans le viseur directement, ce n’est pas le cas du reflex. J’ai apprécié toutefois la capacité du boîtier à gérer la mise au point, la mesure de lumière et, surtout, à encaisser les forts contrastes.

Le Nikon D780 ne m’a pas permis de faire des photos plus intéressantes, il n’a pas modifié la nature des photos que j’ai pu faire, mais il m’a permis de les faire avec plus de facilité, plus de confiance et plus de liberté. C’est ce que j’attends d’un appareil photo et je dois avouer que je l’ai obtenu ici.

Alors la réponse à la question initiale ? Nikon D780 et reportage, pour moi, c’est oui si vous cherchez un reflex réactif, avec un capteur gérant bien les forts écarts de luminosité. Si vous aimez la visée optique, que vous souhaitez utiliser vos optiques Nikon F et que vous cherchez un boîtier polyvalent, c’est un bon choix.

Je vous laisse réagir, indiquez bien le numéro des photos si vos questions portent sur l’un d’elles et sinon dites-moi ce qu’il vous intéresse de savoir sur ce reflex.

En savoir plus sur le D780 sur le site Nikon (que je remercie pour l’accueil au Plaza)

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour partager ma passion. REJOIGNEZ MA LISTE DE CONTACTS PERSOS et recevez des conseils pratiques et motivants.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


21 Commentaires sur "Nikon D780 et reportage, conférence vidéo, photos commentées"

  1. Super article mais la place en 2020 d’un reflex par rapport au hybride

  2. Le Pichon Jacqueline | 27 juillet 2020 à 16 h 23 min | Répondre

    bonjour
    très intéressant comme retour . par comparaison avec le Z6 dans l’optique photos animalière ??
    Je viens d’acheter le Z6 pour compléter mon D7100 en raison d’un autofocus lent et vite perturbé par le mouvement . Mes débuts en Z6 étant plutôt difficiles ( necessité d’un echange complet dès le deballage du matos) j’ai un moment regretté de ne pas avoir pris le 780 . Mais je commence à m’habituer à l’hybride depuis 48h .Mais au cas où je déciderais de revenir au reflex , le 780 repondrait il à mes attentes en animalier??
    MERCI

  3. Bonjour Jean-Christophe et merci pour toutes ces infos.

    Je considère l’achat d’un nouveau boîtier. Je suis photographe d’événements (mariages et festivals = besoin de rapidité, facilité et bonne montée en ISO). Je suis actuellement équipée d’un D800 (et un D7100 en backup). Mon D7100 part à la retraite et mon D800 devient mon backup. Je dois donc remplacer mon D800 en tant que boîtier principal. J’hésite entre un D780 et un D850. Je partais plus sur le D850 mais cet article me ferait presque changer d’avis.

    Ce qui m’attire dans le D780, le côté facilité décrit dans cet article avec une bonne gestion de l’exposition.
    Ce qui m’attire dans le D850, le nombre de pixels et la capacité à faire des RAWs en plusieures tailles + le nombre de points AF.

    Dans ma situation, vers quel boîtier te tournerais-tu ?

    Merci beaucoup !

    • Difficile de choisir pour les autres 🙂 As-tu besoin des 45 Mp souvent ? Besoin de recadrer fortement ? Si oui, le D850 est plus adapté. Le D780 a aussi des RAW de taille variable, mais en partant de 24 Mp et non pas 45 Mp, ça peut compter. Pour l’AF ça ne change pas grand-chose, la répartition des collimateurs du reflex quel qu’il soit étant la même, tu ne gagnes ou ne perds rien. Seul l’hybride permet de couvrir tout le cadre (ce serait mon choix mais cela n’engage que moi).

  4. Bonjour Jean Christophe, Ca fait quelques mois maintenant que je reçois vosd posts. C’est vraiment intéressant car ça permet de savoir ce qui se passe dans le monde de la photo … En cette période, plus encore que d’habitude, c’es bien de pouvoir communiquer.
    Je ne suis qu’un photographe amateur, spécialisé dans les voyages (www.photopoggy.com), mais c’est important de se tenir informé par ce que l’on aime.
    Bien cordialement,
    Pierre

  5. Bonjour jean claude,
    D’abord grand merci pour ces superbes reportages commentes qui nous éclairent sur vos compositions.vous qui avez testé z6 et d780 quel choix feriez vous si vous ne disposiez que d,un d7200 avec un 16-85 3,5-5,6 et 35 f2/8, tous en version Apsc . Quel choix faire entre un d780 et z6 pour réaliser des images à forte dynamique que conseillez vous compte tenu du fait que je n’ai quasiment rien en objectif apsc et qu’il faudrait que je rachète des objectifs full fram …. est ce le bon moment pour passer au monture z ? Merci

    • Je ne serai pas objectif, mais mon choix est l’hybride dans retour arrière possible me concernant. D’autant plus s’il faut réinvestir dans les objectifs. Le Z6 reste compatible avec ces objectifs, avec la bague FTZ.
      Sinon le D780 est un très bon choix.

  6. Bonjour Jean Christophe, Comme d’habitude, les photos que vous proposez sont top ! Nikoniste depuis 1978 (avec un F2) puis, au temps de l’argentique, adepte du moyen format et de la chambre 4×5″, j’utilise aujourd’hui un D850 (le numérique c’est quand-même plus pratique que de devoir développer et tirer soi-même des plan-films couleur !). Peu de temps avant vous, je m’étais rendu à Venise pour accrocher des tableaux que je devais y exposer dans le cadre d’un salon artistique et, tout comme vous, j’ai pris des photos « touristiques » au gré de mes déambulations mais, en m’éloignant des zones touristiques, je me suis enfoncé dans des ruelles étroites bordées de maisons dont les murs non entretenus par les particuliers qui y habitent (ça coute trop cher) subissent les outrages du temps et prennent alors un tout autre aspect. J’ai pu alors réaliser un reportage (malheureusement sans mon équipement Nikon pour des raisons de poids et d’encombrement) sur un visage méconnu de Venise et peut-être serez-vous intéressé par le fait de le découvrir sur mon site internet, rubrique « galerie de photos », page « Venise autrement : les vieux murs ». J’ai également réalisé un reportage sur les vielles portes mais je le publierai plus tard…

  7. Bravo pour ce beau retour d’expérience dans cette inoubliable Venise…😊
    Pour un confinement, une mince occasion de voyager par le souvenir…🙄… Merci pour ce partage…🤗

  8. Moreau Anne-Marie | 29 mars 2020 à 9 h 37 min | Répondre

    Merci Jean-Christophe pour ce partage .
    Vraiment le reflex a encore de beaux jours . Appareil superbe mais photographe
    pilote émmérite .
    Tes photos sont-elles retouchées ?
    En tout cas le D780 encaisse très bien les contastes de lumière .
    J’ai bien envie de me remettre au grand-angle . Ton travail donne cette envie .

  9. Bonjour Jean-Christophe,
    En prenant l’exemple des photos 5 et 7 utilises-tu le réglage iso automatique (ouverture fixée et temps de pose maxi) ?
    Merci
    Bernard

  10. Bonjour,
    Bel essai, mais pas de grip, donc rédhibitoire pour moi.
    Mon D850 a encore de belles années devant lui. Lui manque qu’un AF digne de ce nom, en LV.
    Cordialement.
    Serge

  11. Bonjour ! Fidèle parmi les fidèle du 750 , je regardais avec des yeux gourmands le 780 … Mon appétit fut coupé lorsque je vis le prix à la vitrine surtout lorsque l’on voit celui du 850 à la baisse …

  12. Bonjour JC, photo 6, je ne comprends pas ce que tu veux dire exzctement : «  le mode Live View enfin utilisable sur un reflex grâce au processeur Expeed 6 »
    Sur le D750 le LV est aussi utilisable… mais non tactile.
    Voulais-tu parler du caractère TACTILE du LV ?

    • Le mode Live View du D750 et des reflex de cette génération est inutilisable au sens où l’autofocus est trop lent. Sauf à photographier un paysage, il n’est pas possible de suivre un sujet aussi bien qu’avec le viseur optique.
      Avec le D780, qui hérite du processeur des Z, le Live View est enfin à la hauteur en terme de performances d’affichage et de suivi de mise au point. C’est le jour et la nuit.

  13. Comment me couper de ce fil n’étant pas dans le même débat que la plupart des contributeurs ?
    Mon travail nécessite les 47 MP après les 36 des D800 et D810.
    Cordialement à tous.