Sigma SD1 Merrill: reflex numérique à capteur Foveon, 46Mp, 2000 euros (seulement)

Sigma a annoncé début Février son nouveau reflex SD1 dénommé Merrill en hommage à Dick Merrill, l’ingénieur qui a développé la technologie à l’origine du capteur Foveon. Retour sur ce boîtier et ses 46Mp, ou plus exactement 3x 15Mp (et quelques autres pixels).

Sigma SD1 Merrill: reflex, capteur Foveon, 46Mp, 2000 euros

En juin 2011, Sigma annonce le SIGMA SD1, un boîtier équipé d’un nouveau capteur d’image directe FOVEON X3® de 46 Mp ou plus exactement 4800×3200×3 couches. Ce boîtier avait pour objectif de répondre aux besoins des photographes à la recherche de très haute résolution. Il y a un vrai marché pour la haute définition et d’ailleurs Nikon l’a bien perçu qui propose les Nikon D3x (24Mp) et D800 (36Mp). Si le Sigma SD1 n’a pas reçu l’accueil attendu, c’est en partie pour son capteur atypique mais aussi beaucoup à cause de son tarif dissuasif. A près de 7000 euros boîtier nu, on réfléchit à deux fois ! La concurrence Nikon D3x ou Canon EOS 1Ds Mark III propose sensiblement les mêmes performances pour un tarif plus accessible et l’accès au plein format.

En réaction, Sigma a retravaillé la formule et le résultat s’appelle SD1 Merrill : nouveau capteur, performances maintenues et surtout coût bien moins élevé puisque proposé désormais à … 2000 euros, c’est donc de près de 5000 euros de différence dont il s’agit.

Capteur pleine couleur « Merrill » 46 Mp de dimension 23.5×15.7mm

Les trois couches de photodétecteurs du capteur Foveon Merrill utilisent la faculté du silicium d’absorber le rouge, le vert et le bleu à des profondeurs différentes et reproduisent plus fidèlement la couleur. La résolution, pour chaque pixel de l’image finale, est supérieure à celle de n’importe quel capteur conventionnel.

Le capteur d’image directe pleine couleur FOVEON X3® de 23.5×15.7mm qui équipe le SIGMA SD1 Merrill comporte 46 millions de pixels effectifs (4,800×3,200×3 couches) et 44 millions de pixels enregistrés (4 704 x 3 136 x 3 couches). Il capture sur trois couches les trois couleurs primaires RVB pour chaque pixel de l’image finale, assurant ainsi la saisie de la totalité et de l’intégralité de l’information colorée. A la différence du Nikon D800 par exemple, aucun moiré n’est généré par un dématriçage conventionnel, l’utilisation d’un filtre passe-bas n’est pas nécessaire (Nikon propose le D800E pour cela), ce qui signifie que la lumière et la couleur sont enregistrées par son capteur de 46 millions de pixels sans interpolation.

Sigma SD1 Merrill: reflex, capteur Foveon, 46Mp, 2000 euros

Double processeur d’image TRUE II

Le SIGMA SD1Merrill dispose d’un double processeur d’images “TRUE (Three-layer Responsive Ultimate Engine) II ” dédié au capteur d’image directe FOVEON X3®. Ce processeur optimise la vitesse d’enregistrement et la qualité générale de l’image. En incorporant deux processeurs TRUE II, l’algorithme exclusif de traitement du signal Sigma génère des images de très haute résolution avec une grande richesse de tonalités.

Pour gérer rapidement les grandes quantités d’information colorées saisies par son capteur de 46 Mégapixels, le SD1 Merrill utilise une mémoire tampon DDR III. Le SD1 Merrill permet la prise de vue en continu à la vitesse de 5 images par seconde avec des séquences allant jusqu’à 7 images RAW. La sensibilité varie de 100 et 6400 ISO.

Sigma SD1 Merrill: reflex, capteur Foveon, 46Mp, 2000 euros

Module de mesure de lumière à 77 segments

Le Sigma SD1 Merrill dispose d’un nouveau capteur de mesure d’exposition AE sur 77 segments avec de nouveaux algorithmes conçus pour offrir le meilleur résultat possible en fonction de la situation de prise de vue. Cette mesure est coordonnée avec le module AF sur 11 collimateurs pour une exposition exacte dans les conditions de lumière les plus difficiles.

Le module autofocus dispose de 11 collimateurs de type double capteur en croix dont l’architecture accroît la précision de l’autofocus.Si Sigma ne propose pas aussi bien que la concurrence sur ce plan, n’oublions pas que ce boîtier intéresse de prime abord les adeptes du studio qui ne sont pas à la recherche de performances AF extrêmes.

Sigma SD1 Merrill: reflex, capteur Foveon, 46Mp, 2000 euros

Double motorisation

Le Sigma SD1 Merrill dispose d’un système à deux moteurs – un pour le relevage du miroir et un pour l’activation de l’obturateur – afin de réduire les vibrations du mouvement du miroir. Le mécanisme de relevage du miroir permet de supprimer les vibrations lors de l’activation de l’obturateur. La réduction des vibrations est particulièrement importante pour la Macro et lors de l’utilisation d’un téléobjectif.

Ce Sigma SD1 Merrill s’annonce donc comme un concurrent sérieux du nouveau Nikon D800, particulièrement depuis que son tarif a été revu à la baisse (et quelle baisse !) probablement d’ailleurs en raison du positionnement tarifaire Nikon. Les tests techniques de ce boîtier permettront de montrer si la performance intrinsèque du capteur Foveon mérite l’investissement face à un capteur plus traditionnel chez Nikon. Le Foveon est reconnu pour le faible niveau de bruit généré à basse sensibilité.

Les premiers acquéreurs du SD1 à 7000 euros ont fait les frais d’une politique tarifaire particulière de la part de Sigma. La marque s’explique  : Lors de sa mise sur le marché, le SIGMA SD1 était un produit révolutionnaire avec son capteur d’image directe de 46MP* qui offrait la plus haute résolution de tous les reflex numériques. Seul capteur pleine couleur au monde à même de saisir chacune des couleurs primaires (R, V et B) pour chaque pixel, le capteur d’image directe Foveon X3 apportait à la qualité d’image du SD1 une résolution inédite, tout en gardant la richesse de nuances colorées et l’effet tridimensionnel spécifique aux capteurs Foveon .
* résolution équivalente à celle d’un capteur conventionnel à filtre coloré de 30MP.

A l’époque, cependant, nous n’avions pu lever certaines contraintes liées aux méthodes de fabrication en grande série de ce capteur révolutionnaire et le coût de revient dépassait de loin nos prévisions. Nous avions alors dû nous résoudre à fixer le prix du SD1 à un niveau élevé. Nous avons conscience de la déception qu’on éprouvée tous ceux qui attendaient cette sortie avec impatience et souhaitaient profiter de la qualité d’image réellement unique du SIGMA SD1, et ceci nous a causé également de la déception, et aussi de la peine.

Consciente des enjeux et soucieuse de garder la confiance de ses clients, la marque Sigma a mis sur pied un programme spécifique pour ces premiers acquéreurs : « Nous avons donc aussi beaucoup réfléchi à la manière dont nous pourrions exprimer notre reconnaissance aux possesseurs du SIGMA SD1, et avons décidé de leur bâtir un programme de soutien spécifique. Ce programme sera basé sur un système de points qui leur permettront d’acquérir des produits Sigma jusqu’à une valeur de l’ordre de 4 000 euros (« JPY400 000 ») en PV TTC. Ce programme se mettra en place après le lancement effectif du SIGMA SD1 Merrill et se terminera à la fin de l’année 2012. Il sera applicable sur tous les produits SIGMA, existants ou à venir dans l’année. De plus amples détails seront prochainement disponibles. Nous vous demandons votre compréhension durant cette phase de finalisation. » Gageons que cela suffise pour redonner de l’air au Sigma SD1 et à la marque qui sait, quoi qu’on en dise, innover sur un marché du reflex numérique contrôlé par les deux marques leader que sont Nikon et Canon.

Source : Sigma

Télécharger cet article en PDF

Télécharger l'article en PDF

Vous recevrez par mail des conseils photo, des sujets inédits, des offres réservées aux abonnés et des réductions sur mes formations. Vous pourrez aussi échanger avec moi directement.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment faire de bonnes photos

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*



1 Commentaire sur "Sigma SD1 Merrill: reflex numérique à capteur Foveon, 46Mp, 2000 euros (seulement)"

  1. Viennois Jean Paul | 1 mars 2012 à 11 h 03 min | Répondre

    Intéressant. le seul ennui, c’est que l’on peut monter des objectifs Sigma sur un Nikon, mais pas forcément des objectifs Nikon sur un Sigma.