Pour ou Contre : système VR Nikon de réduction des vibrations

Le système de réduction des vibrations Nikon VR est-il indispensable ou peut-on s’en passer ? Quel est l’intérêt de ce système avec les objectifs grand-angle ?

Vous me posez régulièrement la question et je vous fais la même réponse : je suis POUR le système VR quelle que soit l’optique considérée. Pourquoi ? Je vous donne mes différentes raisons ci-dessous dans le cadre de ce nouveau POUR ou CONTRE.

système VR Nikon de réduction des vibrations

1- Le VR diminue le risque de flou de bougé

Le système VR – Réduction des vibrations – permet de réduire le risque de flou de bougé pour les vitesses les plus lentes ou les focales les plus longues.

le système VR Nikon de réduction des vibrations

Le système Nikon VRII permet de gagner 4 stops (ou IL)

Avec des capteurs de plus en plus riches en pixels, et des photos faites de plus en plus souvent en basse lumière c’est un avantage indéniable pour avoir des photos nettes.

2- Le VR Nikon est une stabilisation optique

le système VR Nikon de réduction des vibrations

L’unité Nikon VR intégrée aux objectifs

La stabilisation d’image peut être mécanique ou électronique. La stabilisation mécanique peut être intégrée à l’optique (c’est un groupe de lentilles qui se déplace) ou au boîtier (c’est le capteur qui se déplace).

Le VR Nikon est intégré à l’optique, le principal avantage par rapport à la stabilisation dans le boîtier étant l’absence de bougé de l’image lors de la visée.

La stabilisation électronique (EIS) est issue du monde de la vidéo. La stabilisation optique est plus intéressante que la stabilisation électronique qui manipule le signal électronique au lieu de l’image réelle.

3- Le VR tient compte de l’objectif

Le système VR intégré à l’objectif est conçu pour tenir compte des particularités de chaque objectif. Etant intégré par construction, son niveau de performance est supérieur à ce que l’on peut espérer obtenir avec la stabilisation dans le boîtier (4 stops chez Nikon contre 1 à 2 stops pour les boîtiers).

4- Le VR est utile aussi en grand-angle

Contrairement à ce que l’on peut penser, le VR est utile aussi sur un grand-angle car le risque de flou de bougé du au photographe est indépendant de la focale (si vous tremblez … vous tremblez à toutes les focales).

Il est vrai cependant que le VR est plus utile avec les longues focales mais si vous avez tendance à bouger facilement ou à photographier dans des conditions instables, le VR vous rendra service aussi avec les plus courtes focales.

5- Le VR est fiable

La technologie VR existe depuis 1994 chez Nikon (Nikon Zoom 700VRQD), elle est parfaitement fiable et n’a cessé d’évoluer depuis son apparition dans les optiques reflex en 2000 avec le Nikon AF VR Zoom Nikkor 80-400mm f/4.5-5.6D ED.

Désormais toutes les optiques Nikon disposent du système VR (à quelques rares exceptions près comme pour le Nikon PC-E24mm f/3.5 ou les optiques pas encore mises à niveau).

6- Le VR peut être désactivé

Il y a certaines conditions pour lesquelles le VR n’est pas utile, voire même néfaste. Dans ce cas il suffit de le désactiver à l’aide du commutateur présent sur les optiques. Si vous n’appréciez ni le bruit ni le sentiment de saut d’image lorsque le VR se met en fonction, il vous suffit de le désactiver par défaut et de ne l’enclencher que quand vous en éprouvez vraiment le besoin.

7- Le VR est intégré dans de nombreuses optiques

Que vous le vouliez ou non le VR est intégré dans la plupart des optiques récentes et les zooms en particulier, il est donc difficile de passer à côté. Ce n’est pas un critère très rationnel, mais tant qu’à faire d’investir dans une optique, autant choisir celle qui est équipée du VR.

A vous !

Que pensez-vous du système Nikon VR ? Vous êtes Pour ou Contre ? Partagez votre avis et alimentez le débat !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


15 Commentaires sur "Pour ou Contre : système VR Nikon de réduction des vibrations"

  1. Bonjour,

    Pour ma part, j’ai acheté le 70-300 d’occasion et très vite la stabilisation est tombée en panne, faisant vibrer l’objectif au moment de la prise de vue.

    Il a été réparé mais est retombé en panne. (il ne vibre plus mais ne fonctionne plus)
    Je me demande donc si la stabilisation intégrée au boitier (je n’ai pas eu de souci avec celle de mon Pentax) n’est pas moins fragile ?

  2. plus la focale est grande et plus c’est utile et inversement. Il est vrai que le tremblement du photographe est le même sur un 14mm et un 600mm mais la vitesse de sécurité est autre ce qui explique que le vr est peux utile à courte focale. Sans oublier que le système de lentille de stabilisation ajoute du verre non utile et donc perte de contraste et de transition lumineuse

  3. Yann Richard photographe | 10 décembre 2015 à 13 h 09 min | Répondre

    En tant que pro, j’ai jamais réellement vu l’intérêt de cette option, car jamais vraiment compris comment cela fonctionnait. J’ai quand même cette année décidé de la mettre en fonction et patatra, l’optique c’est mis à vibrer sans raison, résultat 250 € de réparation chez Nikon le moteur VR était HS. Peut être pas de bol mais rageant quand même. Ceci étant dit, cela peut être intéressant mais parfois trop d’électronique peut être un inconvénient, comme pour les autos d’ailleurs. Merci pour l’article.

  4. Pour aussi mais avec quelques réserves:

    Complexité de fonctionnement des objectifs jusqu’ici quasi increvables, d’où risque de panne, d’usure, augmentation du prix et parfois problèmes de conception (?) cf le récent 300mm f4 VR, du moins les premiers exemplaires.

    La possibilité nouvelle de monter en ISO rend le VR moins nécessaire

    N’intéresse que les sujets immobiles (encore qu’il facilite la visée dans tous les cas).

    Intéret restreint sur un grand angle, trembloter est tout de même plus pénalisant avec un télé.

    Ca me paraît finalement beaucoup dépendre du photographe et du type de photo qu’il fait.

  5. Le VR présente indiscutablement des avantages dans certaines situations (manque de stabilité, manque de lumière etc…) mais il a également des inconvénients.
    J’utilise souvent un 500mm f/4 VRII en photo animalière :
    A main levée le VR est quasi indispensable sur une focale aussi longue et lourde, par contre, lorsque je suis sur pied avec une rotule pendulaire, je désactive presque systématiquement le VR, car pas indispensable.
    Le VR sir ce type d’optique à 2 inconvénients consommateur de batterie et surtout trop bruyant…

  6. Merci pour l’article, mais je reste sur ma faim à un double égard :

    « Il y a certaines conditions pour lesquelles le VR n’est pas utile, voire même néfaste »
    Càd ? J’ai lu que c’était le cas si l’appareil est sur pied .. vrai ? pourquoi ?
    Et quels sont les autres cas ?

    Par ailleurs, votre illustration présente un commutateur VR et VRII ; sur mon Nikkor AF-S 24-120mm f:4 G-ED, je trouve VR Normal et VR Active
    Quelles sont les différences pratiques entre ces options ? Quel intérêt y aurait-il à ne pas toujours choisir VRII ou VR Active ?

  7. Définitivement pour le VR. Que ce soit en basse ou haute lumière. Une belle fleur… et voici une légère brise qui n’arrête pas de la faire bouger. Sans parler des animaux ou de la photo de sport ou de spectacle! J’adore mon 24-70 f2.8 mais sans VR, il est tellement plus sensible et délicat à utiliser que ceux qui en sont équipés.

    • Sauf innovation technique révolutionnaire qui m’aurait échappée, le VR gère les mouvements du photographe, pas ceux du sujet.

      • Pas expert en technique, ce sont les photos prises avec un objectif ayant la fonction VR qui m’ont persuadé de l’utilité de cette fonction. Pour précision, ce sont toutes celles prises sur le vif, à main levée. Soit en randonnée, dans de bonnes conditions de lumière, soit en patinoires couvertes où l’éclairage est parfois aléatoire avec des es sujets bougeant vite… je ne peux que dire ma très grande satisfaction du VR qui pour moi pallie autant au bougé du photographe que du sujet!

        • Non non, le VR remédie au bougé du photographe seulement, pour celui du sujet, pas d’autre solutions qu’une vitesse suffisamment élevée pour figer son mouvement.

  8. Merci pour cet article très clair qui résume bien l’intérêt du VR. J’ajouterai que l’intérêt de ce système est encore plus évident avec les boitiers comportant beaucoup de pixels, tels que les D800, D810, etc. lesquels nécessitent une mise au point plus pointue que les boitiers moins définis.
    En parallèle, pour éviter les flous de bougé, nous avons de plus en plus la possibilité de monter en sensibilité afin de pouvoir utiliser une vitesse rapide. Les boitiers les plus récents ont fait de très gros progrès en la matière ces dernières années qui rende cette alternative complémentaire au VR, de plus en plus efficace.

    • Maubre69
      C’est vrai, mais seul le VR permet une visée stabilisée. Il suffit de faire le test en visant par exemple une mire de réglage d’autofocus pour s’en rendre compte…