Comparaison capteurs Nikon D750 – D810 – D610 – Df – D4 : le test DxO

Le capteur du Nikon D750 et ses 24MP tient-il la route face aux 36Mp du Nikon D810 et aux 24Mp du D610 ? Si l’on en croît les tests DxO, il s’avère plutôt convaincant. Mais le D610 en particulier n’a pas à rougir quand le D810 joue dans une autre catégorie. Revue de détails …

Comparaison capteurs Nikon D750 - D810 - D610 : le test DxO

Une note globale élevée

Le Nikon D750 est à peine arrivé chez les revendeurs que vous êtes déjà nombreux à avoir fait le choix du 24Mp plein format. Remplaçant ou non du Nikon D700, le nouveau FX Nikon fait à peu près l’unanimité chez les photographes désireux de disposer d’un boîtier performant, compact et accessible. Après avoir publié le comparatif des boîtiers Nikon en matière de spécifications, voici le comparatif capteurs.

Equipé d’un nouveau capteur 24Mp, différent de celui du D610, le D750 est prometteur. Mais comme annoncé lors du tout premier test du D750, il faut attendre les analyses scientifiques pour savoir ce qu’il en est vraiment de la dynamique, la montée en ISO ou le rendu des couleurs d’un capteur. Ces mesures se font en effet à l’aide de bancs tests bien particuliers dont peu de labos disposent.

La référence en la matière, c’est DxO Mark qui a pris l’habitude de nous livrer des tests pertinents pour chaque nouveau reflex. Le D750 vient de passer à la moulinette DxO, il en ressort un score global de 93 sur 100. Signification ? Passer le cap des 90 points permet au D750 d’intégrer le club des 7 meilleurs reflex actuels, un club qui comprend déjà  … 6 boîtiers Nikon (D810, D800E, D800, D600/610, D750). Seul le Sony A7R hybride s’insère dans ce classement très serré et élitiste.

Selon DxO, le capteur 24Mp du D750 apporte une qualité d’image en hausse par rapport aux capteurs moins définis des Nikon Df, D4 et D3s. Il est également mieux classé que les Canon 5D MarkII (81 points) et EOS 6D (82 points).

Comparaison capteurs Nikon D750 - D810 - D610 : le test DxO

Dans le détail

Gestion de la dynamique

Le D750 s’avère particulièrement performant en dynamique avec une valeur mesurée de 14.5 IL. Il remporte la seconde place du classement général derrière le Nikon D810 et ses 14.8 IL. Notons toutefois qu’il ne s’agit que d’un tiers de valeur, la différence ne sera pas vraiment sensible à l’usage.

Le D610 reste très proche avec une valeur relevée à 14,4 IL tout comme le D800.

Gestion des basses lumières

En matière de basses lumières, le test DxO consiste à mesurer le rapport signal/bruit pour une sensibilité donnée. Et la valeur relevée correspond à un rapport de 30dB, une valeur qui permet de garder un niveau de bruit négligeable dans l’image. C’est la valeur qui vous assure les meilleurs résultats tout en sachant que vous pouvez monter au-delà si vous acceptez de corriger le bruit en post-traitement.

Le D750 marque un peu le pas quand il s’agit d’aller chatouiller les basses lumières. Il se classe en huitième position avec une valeur relevée de 2956 ISO, au niveau des Nikon D610, D800E et D4. Les Nikon Df, D4s et D3s gardent une – courte – longueur d’avance. Notons l’excellente performance du Sony A7R qui remporte la première place du classement.

Le nombre de pixels n’est pas innocent dans l’affaire puisque ce sont les capteurs les moins bien dotés qui, par voie de conséquence, présentent les meilleurs résultats. Ils disposent en effet de pixels un peu plus grand à taille de capteur identique. Relativisons toutefois puisque la différence entre le premier du classement et le D750 est de 746 ISO soit à peine 1/3 d’IL …

Gestion des couleurs

Les amateurs de studio et de portrait apprécient les boîtiers offrant une richesse de rendu la plus étendue possible. Le D750 perd quelques points en la matière puisqu’il se retrouve en 14ème position avec un score de 24.8 bits. Il fait toutefois jeu égal avec le Sony A7R, mais se positionne derrière les D810 et D610 (25,7 et 25,1 respectivement).

Les premiers du classement sont sans grande surprise les capteurs équipant les dos numériques des boîtiers Phase One. Par rapport aux D810 et D800E (25,7 et 25,6) ce sont 2/3 d’IL à prendre en compte.

En conclusion

Nikon continue sur sa lancée, proposant à chaque sortie d’un nouveau reflex un capteur revu et amélioré. Les différences peuvent paraître importantes ou non selon l’attention que vous portez aux tests techniques. A ce niveau de performances, on joue sur des détails  parfois difficilement appréciables à l’oeil nu. Si la performance en basse lumière est plus facilement mesurable par l’utilisateur, la dynamique de rendu des couleurs reste très subtile à apprécier.

Le D750, un boîtier pour le reportage plus que le studio ? N’allons pas jusque là quand bien même les chiffres restent en faveur du D810 et de ses 36Mp. Ce qu’il faut comprendre de ce test, c’est que le D750 sera à l’aise dans la plupart des situations, et qu’il n’y a que pour des usages bien précis et exclusifs qu’il vous faudra faire un choix différent : un capteur moins riche en pixels mais plus sensible pour les très basses lumières, ou un capteur donnant un rendu des couleurs plus riche mais avec plus de pixels pour le studio.

QUESTION : quelle valeur attachez-vous aux tests capteurs DxO au moment de choisir votre boîtier ?

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


12 Commentaires sur "Comparaison capteurs Nikon D750 – D810 – D610 – Df – D4 : le test DxO"

  1. Je viens de recevoir le D750 et j’avoue être déçu. Techniquement il a tout pour lui et c’est ce que DxO prouve. Seulement, il y a la théorie et la pratique. Comment expliquer que les boîtiers Canon décotent beaucoup moins vite, malgré leurs scores DxO assez bas ? Pourquoi un boîtier comme le 5d mark III, bien qu’il soit plus ancien, coûte toujours 2300 euros neuf ? Et bien je pense que c’est la qualité du traitement du signal lumineux. Canon fabrique ses propres capteurs et il les connaît donc très bien. Sur le D750, je trouve les tons chairs désagréables et maladifs : il y a des dominantes chaudes vertes et rouges. En paysage je le ressens moins, mais je trouve la balance des blancs toujours trop chaude. On dira qu’en RAW tout se rattrape, mais après des heures d’acharnement, je ne trouve pas la solution pour les tons chairs. C’est peut-être la faute à Camera Raw, mais en essayant avec Capture One et NX, c’est à peu près le même problème. Du coup c’est très frustrant pour une arrivé dans le monde du plein format. Jusqu’alors, j’ai choisi mes deux premiers boîtiers avec DxO, mais je me rends compte maintenant, qu’il n’évalue pas tous les paramètres. Après coup, j’ai regardé beaucoup d’images réalisées avec des Canon. Il suffit de comparer la galerie Flikr du 5dmkIII avec celle du D750 pour se rendre compte des tendances générales des deux appareils. Les tons chairs sont souvent mieux restitués, la balance des blancs ainsi que la saturation paraît plus équilibrée. La différence est frappante sur les photos de portrait en paysage. Avec un canon, il semble que l’on peut avoir des verts très tendres et pastels tout en maintenant une saturation normale sur le visage. A vrai dire je trouve que ce rendu se rapproche de certaines pellicules que j’affectionne particulièrement et que je trouve très juste tel que la Portra 160. Bref je suis tellement déçu que j’hésite à le revendre pour un 6D car le 5d mkIII est trop cher. On pourrait dire que c’est une affaire de goût mais en regardant le rendu colorimétrique des fuji, qui du coup est à l’Ouest, je préfère le fuji. Il fait penser aux couleurs de leurs films diapos. Sur les tons chairs c’est très beau et en plus de cela les optiques tiennent la route, même à pleine ouverture. Combinée à une bonne gestion du contraste (qui fait d’ailleurs penser à Canon) on pense à la Provia qui a un pouvoir résolutoire important. La gestion du contraste est un critère important. La sensation de netteté c’est bien sur une question d’optique, mais c’est aussi une affaire de micro-contraste…. Le 6D est plus vieux et il a une dynamique nettement inférieure, mais la colorimétrie et les micro-contraste me semble plus juste et je ne transige pas là-dessus. Eh puis dans la pratique, on se rend compte que la dynamique c’est un faux problème. Il faut bien se dire que les 12 EV du 6D sont plus que suffisant si l’on développe une photo avec un contraste réaliste. Actuellement aucun support de visualisation (écran ou papier ne peut rendre) une dynamique de 12EV avec un contraste réaliste. Pour afficher 12 EV il faudrait même changer les formats JPG et TIFF. Si l’on exploite les 12 EV on est contraint de compresser les tons, ce qui donne, en quelque sorte du HDR (je ne trouve pas cela très beau). Une grande dynamique permet juste de mieux rattraper une erreur d’exposition… La profondeur de couleur ne sert pas à grand chose si en amont, le traitement est mal géré par l’appareil.

  2. Les tests dxo confirment mon ressenti quotidien lors de mon activité professionnelle. Possesseur de d810 – d600 entres autres… Attention les seules mesures des boitiers n’est pas les seulebt à prendre en compte. Les tests sur les objectifs sont aussi à coupler avec ceux des boitiers. Ainsi ont peut se rendre compte que certains capteurs plus performants ne passent pas la résolution de certaines optiques. La différence des marques Nikon et Canon est bien plus étroite qu’il n’y paraît lorsque l’on compare le boitier monte sur un objectif… Certains tests ne sont donc pas à prendre comme absolus. Par ex un second boitier d7100 aura un capteur plus performant qu’un d5300, mais ce dernier passe mieux certains objos (sigma art 18-35…).
    Certains confrères me disent Canon c’est plus pechu… plus saturé… Oui! Une dynamique plus restreinte donnera moins de demi valeurs et une plage de couleurs plus reduites et donc une sensation de saturation accrue… Plus de goût dans un bug mac que dans une sole meunière?…
    Voilà pour mes commentaires et merci pour vos articles…

  3. Le D610 est un appareil très performant
    au début correspondant en tous points à mes attentes.

    Cependant au bout de quelques mois un problème est apparu sur l’obturateur entraînant une rupture de celui ci. On remarque une usure accéléré sur le volet confirmé par les photos
    prises par la société Nikon. Aucune prise en charge de la part du SAV de Nikon.
    L’appareil étant sous garantie.

    L’évolution du d600 au
    d610 portant sur l’obturateur laisse penser à un défaut de celui-ci.

  4. Bonjour,

    Si l’on ne peut contester les tests en laboratoire, j’ai un peu plus de mal à comprendre la moyenne calculée (Overall Score). Celle-ci est normalement calculée en faisant la moyenne de Portrait, Landscape et Sports, et bien que le D750 ait deux scores supérieurs au D610 le D750 aurait quand même une moyenne inférieure au D610 ????…
    Pour répondre à la question, j’ai choisi la marque Nikon pour plusieurs raisons, la première étant qu’elle fait partie des deux marques en tête des ventes, la seconde étant la politique de prix de Nikon et la dernière étant bien sûr les scores de la gamme Nikon dans les tests DxO.
    Les publicistes peuvent dire ce qu’ils veulent, les tests en laboratoire ne mentent pas. Je peux discuter la méthode de calcul finale, mais le résultat des tests ne ment pas. On peut mettre un bouton qui monte très haut en ISO et dire nous sommes les meilleurs, mais si le test dit que le bruit est similaire à l’autre marque, c’est du vol intellectuel, c’est un mensonge. Et là je n’achète pas !…

    Donc on peut dire que les tests de DxO ont fait la différence dans le choix de la marque, mais j’ai commandé le D750 avant la parution de ses tests car il était le boitier que j’attendais et dans la bonne plage de prix.

    • Attention, les tests ne « mentent pas », en revanche aucun test n’est parfait. D’ailleurs les protocoles de test évoluent régulièrement (quel que soit le domaine).
      Il arrivent que, volontairement ou non, les tests avantagent une marque/une catégorie/…

      Personnellement je fais confiance à DXO, mais je regarde aussi d’autres tests, qui parfois me semblent assez différents. 🙂
      L’absence de Canon dans le haut du panier me semble tout de même suspecte dans la manière de réaliser les tests (rien de volontaire j’en suis sûr, mais le protocole serait peut-être à revoir).

      DXO ne test que le capteur, d’autres qualités sont à prendre en compte, et je pense que le testeur expérimenté se base à fois sur les résultats de capteurs DXO, sur les qualités du boîtier mais va savoir analyser cela et prendre du recul. 🙂

      PS : je suis très satisfait de mes Nikon mais les sorties semblent s’accélérer et engendrent une forme de consumérisme et de dépréciation des boîtiers que j’apprécie moins.

      • Les tests de DxO ont çà de remarquable, c’est qu’ils ne parlent que technique et donc de la photo que l’on peut faire avec tel boitier et telle optique. Et c’est ce qui m’importe.
        Ils font abstraction des effets bling-bling, de la mode et du tape à l’œil, rien que la technique, que de la technique.
        Est-ce que je fais mieux et plus avec mon PC tout moche qu’avec un tout joli Mac payé au moins le double ? Oui, donc je ne rentre pas dans un nouveau monde et je reste les pieds sur terre avec mon PC tout moche…
        Je me pose toujours la question du résultat. Pour exemple j’ai un joli petit véhicule neuf qui me mènera à la même vitesse limitée au même endroit avec le même confort qu’une plus belle, plus grosse avec le moteur qui ronronne, sauf que je l’aurais payée 5 fois moins chère, que l’assurance sera elle aussi moins chère, tout comme l’entretien et le passage à la pompe…