Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ? 1/6

Le photographe amateur, à la différence du photographe professionnel, cherche avant tout à se faire plaisir. La pratique de la photographie amateur n’implique pas une exploitation obligée des images faites. Tout est alors permis : laisser libre cours à ses envies, développer une passion, garder trace de moments de vie.

L’autre caractéristique de la photographie amateur est qu’elle n’impose pas de limites : le photographe amateur peut se permettre de photographier ce qu’il veut, comme il le veut, quand il le veut. Il n’a pas de comptes à rendre à un client. C’est ce qui fait la richesse de cette pratique, en général, et parmi les lecteurs de Nikon Passion, en particulier.

Vous êtes très nombreux à avoir répondu aux questions posées en vue de la réalisation de ce dossier sur la pratique photo amateur. Toutes pertinentes, vos réponses permettent de dégager des tendances et de préciser les différents thèmes photographiques traités ainsi que les choix que vous faites en matière de matériel photo, en rapport avec les thèmes couverts.

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Dossier : la photographie amateur en 2018

Présentation et contexte

Ce dossier a pour but de vous présenter les pratiques photo chez les photographes amateurs et de vous donner des idées pour développer votre propre démarche créative. Il comprend six articles :

  • quels sont les domaines photographiques préférés des photographes amateurs,
  • quels sont les appareils photo utilisés et pourquoi,
  • quelles sont les objectifs et focales préférés et pourquoi,
  • quelles sont les méthodes de tri des photos mises en oeuvre,
  • quels sont les moyens utilisés pour montrer les photos,
  • quels sont les envies du photographe amateur.

Plutôt que de vous proposer des statistiques qui n’auraient que peu de sens sorties de leur contexte, ce dossier vous propose un panorama des pratiques que d’autres lecteurs comme vous mettent en oeuvre. Et des moyens qu’ils se donnent pour arriver à leurs fins.

C’est une façon de comprendre comment vous vous positionnez par rapport à une moyenne, et comment vous pouvez développer votre pratique en vous inspirant de ce que font les autres.

La première version de ce dossier publiée à l’été 2018 repose sur la prise en compte de plus de 1300 réponses fournies par les lecteurs de Nikon Passion en Juin 2018. Les informations présentées sont anonymisées, certains prénoms sont modifiés afin de garantir à chacun le respect de sa vie privée.

Ce dossier est mis à jour régulièrement pour tenir compte de nouvelles réponses reçues et des évolutions liées au monde de la photo (matériel, législation, bonnes pratiques).

Trois tendances fortes

La première tendance qui ressort de vos réponses concerne l’assiduité de chacun. Si certains ont toujours un appareil photo avec eux , vous êtes une majorité à avouer ne pas faire de photos régulièrement. Par manque de temps, mais aussi par manque d’opportunités. Pour chacune des pratiques ci-dessous, vous trouverez des idées de sujets à photographier pour développer votre créativité et trouver les opportunités qui vous font défaut.

La seconde tendance concerne les thèmes traités. Nature et vie de famille prédominent, ce sont les deux principales raisons qui vous ont fait acheter un appareil photo. Vous êtes toutefois nombreux à développer des thèmes peu courants, il y a de belles idées qui montrent de réelles envies d’aller au-delà de la simple photo souvenir.

Enfin, troisième tendance, celle qui touche au matériel photographique. Si le reflex prédomine, c’est normal au sein d’une communauté Nikon, l’arrivée des hybrides se fait sentir au détriment de l’usage des smartphones. Vous éprouvez le souhait de continuer à faire des photos de qualité sans devoir subir le poids et l’encombrement du matériel mais sans céder à la facilité du smartphone dont les performances et possibilités créatives ne sont pas perçues comme suffisantes encore (c’est à pondérer chez les plus jeunes générations, peu représentatives du lectorat Nikon Passion).

Que photographiez-vous ? Les principaux domaines couverts et pourquoi vous le faites

La photographie nature

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Cela ne vous surprendra pas, la nature est le principal domaine couvert chez par les photographes amateurs. Les sujets « nature » sont variés mais reviennent dans plus de 80% des réponses :

  • paysages,
  • flore,
  • faune.

La photographie de paysages couvre tous les espaces naturels :

  • mers et océans,
  • plans d’eaux,
  • montagne,
  • campagne,
  • forêts,
  • ciels et lune.

Les paysages

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

La photographie de paysage est très souvent considérée comme plus simple par les répondants car la nature est partout, elle n’impose pas de matériel particulier, et l’absence d’élément humain facilite l’approche du sujet.

De plus vous êtes une majorité à pratiquer la photographie de paysage lors de balades, randonnées, vacances, faire des photos est perçu comme une activité complémentaire.

C’est le côté « facile » qui ressort le plus souvent quand vous parlez de photographie de paysage. Vous êtes toutefois nombreux à avouer manquer de créativité et ne pas arriver à faire des images qui sortent de l’ordinaire.

Plusieurs lecteurs partagent des approches plus avancées, qui font appel à une démarche personnelle et une volonté de considérer la photographie de paysage comme une pratique photo à part entière et non un complément aux sorties.

Alain nous dit « je photographie le brouillard » tandis que Pierre nous dit « pratiquer la photo sous-marine » avec un équipement dédié. Jacques, lui, se plaît à « photographier les ciels, les jours d’orages, quand l’ambiance est plombée« . C’est la volonté d’aller au-delà de l’image souvenir pour produire des séries photo réfléchies et construites.

La flore : fleurs, arbres, jardins

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Photographie de fleurs et photographie de paysage se confondent souvent. Si les raisons sont les mêmes (lieux, occasions), vous considérez toutefois la photographie de fleurs comme plus délicate car le résultat n’est pas garanti (l’est-il pour autant en paysage ?).

Qu’il s’agisse de macro ou non, photographier les fleurs et obtenir des images nettes, avec un fond intéressant et de belles couleurs demande de l’expérience. Yves avoue toutefois photographier les fleurs « parce que ça ne bouge pas trop » !

Les jardins sont parmi les sujets fréquemment cités, certains d’entre vous se sont lancés dans des séries photo au fond de leur jardin « car la nature est partout, nul besoin d’aller bien loin pour la photographier ».

Là-aussi certains ont développé des pratiques inédites comme Yvan qui « photographie des fleurs pour les envoyer à la femme qu’il aime » ou Isabelle qui « photographie les fleurs pour suivre l’évolution des lieux » qu’elle visite. Gérard se plaît à « photographier les bourgeons » tandis que Georges fait « une photographie par jour, toujours dans les mêmes conditions, des montagnes cévenoles » qu’il aperçoit au travers de sa fenêtre.

La faune : animaux sauvages et domestiques

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Les animaux font partie de nos vies et sont parmi vos sujets préférés. La photographie animalière, qu’il s’agisse d’animaux domestiques comme d’animaux sauvages, est une pratique commune chez les photographes amateurs. Vous êtes une majorité à faire des photos d’animaux, d’oiseaux, d’insectes … dans toutes les situations possibles :

  • posés,
  • en vol, dans leur milieu naturel,
  • dans les zoos (aussi !),
  • chez vous (chiens, chats).

Vous avez différentes raisons de photographier les animaux : au hasard d’une sortie ou d’un voyage comme de façon plus volontaire en allant à leur rencontre dans la nature. Ceux qui pratiquent ainsi disent « apprécier le contact avec la nature » et la « nécessaire patience qu’il faut avoir pour attendre le bon moment« .

Certains d’entre vous se lancent des défis : « photographier les oiseaux en ville », « photographier des oiseaux de concours en cage« , « construire un affût » pour aller au plus près des oiseaux.

Les animaux sauvages sont souvent cités : plus difficiles d’accès, en France comme à l’étranger, vous dites avoir beaucoup de plaisir à tenter de les approcher pour les photographier. Certains d’entre vous organisent des sorties et week-end dédiés à la photographie animalière pendant que d’autres répondent aux projets proposés par leur club photo.

Gilles, quant à lui, nous dit que « ce qui compte c’est d’aller à la rencontre des animaux, la photo est un plus« , une autre forme de pratique, plus tournée vers la nature mais pas moins intéressante pour débuter en photographie.

La photographie sociale

Famille et proches

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

L’humain est au centre de cette pratique : vos proches, vos enfants et petits-enfants, vos amis, les gens dans la rue, sont autant de raisons de pratiquer ce type de photographie :

  • portraits,
  • fêtes de familles,
  • jeux d’enfants,
  • moments de partage entre proches.

Vous avez une approche de la photographie sociale très pragmatique : avoir des souvenirs, documenter des moments de vie, voir grandir vos enfants et petit-enfants.

La photographie de famille est largement représentée, que ce soit pendant l’année comme pendant les vacances. Les sujets sont classiques, bien que quelques démarches plus personnelles soient citées :

  • saisir des expressions inattendues,
  • porter un regard différent sur ceux que l’on connaît,
  • voir la surprise de l’autre quand il découvre sa photo alors qu’il ne s’y attendait pas.

Certains sont imaginatifs tel Christophe qui « crée des séries mettant en scène des personnages pour raconter des histoires en photo sur la base de scripts créés pour l’occasion« .

Michel nous dit lui que son « sujet préféré est son épouse car il aime faire ressortir sa sensualité et sa beauté, elle l’inspire« .

Vous êtes nombreux par contre à éprouver une gène lorsqu’il s’agit de « photographier l’autre ». Le regard du sujet sur vous, la situation, la peur de mal faire vous freinent.

De même vous soulevez quelques difficultés à réussir vos photos car « les enfants bougent« , « la spontanéité n’est pas toujours au rendez-vous » ou encore « vous ne ressentez pas d’émotion et n’éprouvez pas l’envie de déclencher« .

Modèles et studio

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Une minorité de lecteurs, plus avancés probablement dans leur pratique, ont déclaré pratiquer la photo de studio. Certains photographient leurs proches dans un coin studio organisé à demeure ou pour l’occasion. D’autres font appel à des modèles pour des séances plus spécifiques.

Cette pratique est encore peu courante chez le photographe amateur qui éprouve l’envie de pratiquer le studio mais ne sait pas, ou si peu, comment s’organiser, quel matériel il lui faut et comment diriger son modèle. Vous êtes nombreux à mentionner une vraie difficulté à faire poser l’autre, quand bien même ce sont vos proches.

La photographie de voyage

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Pratique incontournable chez le photographe amateur qui apprécie le voyage, la photographie de voyage est citée par tous ceux qui parcourent la planète, à proximité de chez eux comme à l’autre bout du monde.

La première raison est évidente, rapporter des souvenirs de voyage à partager ensuite entre proches. La seconde raison se rapproche du reportage,  faire des photos des lieux visités, documenter, montrer.

Vous mêlez aisément la photo de rue, la photo de ville, la photo de paysages et les instantanés du quotidien quand vous faites de la photo de voyage. Il n’est donc pas étonnant de retrouver tout ou partie des sujets précédents dans ce paragraphe.

Vous êtes plusieurs à profiter de vos voyages pour enrichir des séries photo en cours (par exemple « les bancs, les arbres ou les bateaux »). C’est une belle idée qui vous permet de construire des séries pertinentes avec beaucoup de variété.

Plusieurs parmi vous ne se sentent par contre pas le droit de photographier les gens lors d’un voyage, ils expriment une vraie retenue à ce sujet.

La photographie en ville et le territoire urbain

photographie de paysages

Si vous êtes nombreux à apprécier la nature, vous êtes presque aussi nombreux à aimer photographier la ville. Vous y trouvez de nombreux sujets :

  • l’architecture urbaine,
  • la vie dans la rue,
  • le Street Art,
  • les marchés,
  • les paysages urbains,
  • l’insolite.

Parmi ceux qui précisent faire de la photographie en ville, une bonne partie cherche à montrer la vie sous ses différents aspects. L’humain est au centre de vos préoccupations, de la même façon que les animaux le sont pour ceux qui apprécient les balades dans la nature.

La ville est un lieu d’éternel renouvellement : événements quotidiens, festivités, vie associative, transports, commerces, passants, tout est bon pour observer et déclencher. Parmi vous certains ont développé des approches plus personnelles qui leur permettent de sortir de l’ordinaire.

Hervé par exemple photographie « des formes d’architecture pour créer une composition heureuse mais différente ou transformée par rapport au premier regard et des situations de coïncidences ou de concordances amusantes« .

Morvan nous dit à propos des photos en ville « j’aime avoir des gens dans mes images car je les trouve beaucoup plus vivantes et ces images sont pour moi celles qui racontent le plus d’histoires« .

Vous mêlez parfois photographie en ville et photo de rue ou Street Photography. Toutefois vous faites une différence dans l’approche. Damien par exemple précise « j’aime l’idée de trouver des choses graphiquement intéressantes dans le quotidien que l’on a tous les jours sous les yeux » quand il pense à la ville. Eric s’intéresse à « la géométrie de la ville« , c’est d’ailleurs un sujet qui revient souvent quand vous parlez d’architecture urbaine et de formes et matières.

La ville est aussi l’occasion pour certains comme Roland de « photographier les manifestations publiques, les fêtes, les différents événements ». Certains sont même devenus avec le temps les « reporters de leur commune », et voient leurs photos publiées dans les supports de communication officiels.

Vous n’oubliez pas non plus de photographier les expositions comme les travaux et les transports quand il s’agit de documenter la vie au quotidien.

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Vous êtes nombreux encore à avoir le souci du détail en ville et à créer des séries thématiques : les portes, les poignées, les façades … D’autres jouent avec les éclairages, la nuit en particulier, pour profiter de moments plus calmes et faire des photos moins habituelles. La photo de nuit en ville est un sujet récurrent.

Avec l’humain, la lumière reste un élément central dans votre pratique de la photo de ville, vous cherchez les contrastes, les jeux d’ombres et de lumières, vous photographiez à différents moments de la journée pour faire des images différentes de mêmes lieux.

La photographie de spectacles

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Deux pratiques différentes pour un résultat différent quand il s’agit de parler photographie de spectacles.

Certains profitent de leur passion pour la photo pour photographier des spectacles, concerts, spectacles de rue. D’autres photographient leurs proches (enfants, parents, amis) lors de manifestations artistiques plus ponctuelles : concerts et spectacles de fin d’année, représentations scolaires, performances artistiques individuelles ou collectives.

Il est intéressant de noter que certains ont démarré en faisant les photos de leurs enfants pour devenir avec le temps le ou la photographe « officiel-le » qui répond aux demandes des associations et partage ses photos. C’est une belle façon de développer une pratique, les occasions ne manquant pas dès que vous élargissez le cercle des possibles : ne plus photographier uniquement ses enfants permet de photographier plus souvent et demande plus de rigueur.

La photographie de concerts est peu représentée, ou bien ceux qui la pratiquent n’ont pas souhaité le mentionner (vous pouvez le faire via les commentaires). C’est une pratique plus complexe, plus technique (gestion des éclairages, post-traitement) et moins accessible (il faut être habilité pour les concerts les plus importants).

Le spectacle de rue fait partie des sujets très souvent cités, en particulier chez les photographes habitant dans les grandes villes qui ont plus d’occasions, par définition, de participer à ce type de manifestations.

La photo de danse revient souvent, parce que c’est une activité que pratiquent de nombreux jeunes et parce que c’est photogénique.

La photographie de sport

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Tout comme la photographie de spectacles, la photographie de sport appelle deux pratiques différentes. Peu d’entre vous mentionnent être photographes de sport mais vous êtes nombreux à faire les photos des compétitions auxquelles participent vos proches.

Cette pratique occasionnelle se transforme en activité plus régulière pour certains comme Alain ou Jean-Claude qui « participent à la communication de leurs clubs grâce à leurs photos ». Vous êtes plusieurs, comme Fred, à mentionner « qu’avec le temps et à force de montrer vos photos, vous êtes devenu le/la photographe « officiel-le » du club ».

D’autres pratiquent une autre forme de photographie de sport, plus occasionnelle lors de compétitions locales ou par passion. Certains s’intéressent aux courses cyclistes, d’autres aux courses automobile et rallyes, d’autres encore aux concours hippiques, une pratique à la croisée des chemins entre photographie de sport et photographie animalière.

La photographie d’objets, d’équipements et de matériels

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Il faudrait des dizaines de rubriques pour tout cataloguer mais parmi vos réponses, certains sujets ressortent plus que d’autres. C’est le cas de la photographie d’objets, qu’il s’agisse d’alimenter vos annonces en ligne comme de garder le souvenir de biens personnels ou croisés lors d’une balade.

Cette pratique qui peut se rapprocher de la collection d’images touche différents domaines. Certains d’entre vous sont collectionneurs et font des photos de leurs collections (logique) comme Stéphane qui « photographie les Citroën anciennes » (il en possède une) lors des sorties de son club ou ceux d’entre vous qui fréquentent les bourses d’échanges et les concentrations de véhicules de collection.

Ce type de photographie occupe une vraie place dans votre pratique, l’image permettant de créer un lien visuel avec l’objet associé. C’est aussi une façon de garder une trace du passé comme Patrick qui « aime mettre en avant l’esthétisme dont faisait preuve beaucoup de nos ancêtres« .

Il est intéressant de voir comment certains en profitent pour créer des séries à thèmes. Je ne peux citer tous ceux qui font des séries photos de :

  • maquettes et modélisme,
  • produits industriels,
  • meubles,
  • tableaux et œuvres d’art,
  • plats,

pour ne citer que ces objets là. Pour les plats il s’agit de photographier l’objet et non le contenu, la photographie culinaire est un autre domaine très peu mis en avant dans vos réponses, il y a des places à prendre si le sujet vous intéresse !

Tout comme pour la photographie de paysage, vous citez la pratique de la photographie d’objets comme simple et abordable car « l’objet est fixe » et « on le trouve partout« . De plus « je n’ai pas à affronter le regard de l’autre » et « je peux publier sans autorisation particulière« .

A ce sujet vous êtes nombreux à citer les problématiques de droit à l’image, d’autorisation et de crainte d’enfreindre les règles (qui souvent n’existent pas ou si peu) quand il s’agit de photographier des personnes pour lesquelles vous n’avez pas d’autorisation spécifique ou des biens qui ne vous appartiennent pas.

Mais aussi … un peu de tout ?

Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ?

Parce que le photographe amateur profite de son statut pour photographier ce qu’il veut comme il le veut, vous êtes nombreux à mentionner que vous photographiez aussi – surtout – « un peu de tout », sans but particulier si ce n’est celui de profiter de votre équipement pour rassembler des souvenirs.

C’est là que se fait la différence entre ceux qui cherchent uniquement à illustrer le quotidien et la vie de famille, et ceux qui se prennent de passion pour un thème, et qui vont plus loin en développant une démarche créative personnelle.

L’ensemble des réponses montre qu’il n’y a pas de honte à « faire un peu de tout » :

  • devenir expert d’un sujet n’est pas une obligation, vous appréciez de faire « un peu de tout »,
  • la photographie est une de vos passions mais pas la seule, vous n’avez pas suffisamment de temps à lui consacrer pour aller plus loin,
  • vous avez toujours pratiqué ainsi et cela vous convient,
  • c’est en faisant « un peu de tout  » que vous finissez par trouver ce qui vous plait le plus.

Bien que ceux qui revendiquent ce statut de photographe « éclectique » ne cherchent pas à devenir plus experts forcément, vous éprouvez toutefois l’envie de faire de belles images et d’améliorer leur qualité. Vous ne citez que très peu le recours au smartphone, bien qu’il soit dans toutes les poches, car quand vous pensez « photo » vous pensez « appareil photo » alors que le smartphone joue lui son rôle quand il s’agit d’illustrer plus simplement.

Toutes ces pratiques photographiques vous ont poussés à rechercher le matériel qui vous correspond le plus, un reflex Nikon pour la plupart car nous sommes entre passionnés d’une marque qui propose une majorité de reflex. Mais pas uniquement : nous allons voir dans le prochain article sur vos choix d’appareils photo que bien que vous savez faire des choix différents aussi.

A vous !

Vous n’avez pas répondu au questionnaire mais vous souhaitez le faire ?

Vous avez des réactions suite à la lecture de ce sujet ?

Vous avez une pratique particulière à partager ?

Faites-le via les commentaires !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


29 Commentaires sur "Dossier : la photographie amateur en 2018, que photographiez-vous et pourquoi ? 1/6"

  1. Je me considère comme photographe intermédiaire/amateur ce que je préfère photographier ce sont les oiseaux et les paysages/couchez de soleil. Je me suis convertit au RAW cette année et j’adore , d’ou mon intérêt pour tes 4 videos RAW ( tous les autres aussi .

  2. En paraphrasant Renaud, c’est pas l’homme qui prend la photo, c’est la photo qui prend l’homme… Qui n’a pas connu le désespoir d’être sans appareil devant un sujet, une scène extraordinaire ? C’est pour cela que j’ai acheté le D5600 avec le 18-55 et le 70-300. Pour un budget et un poids raisonnables, ma trousse ne me quitte plus guère et il m’arrive parfois de faire une bonne photo… 😉

  3. Bravo pour cet article une fois de plus pertinent, instructif et qui donne envie d’aller plus loin. Les amateurs que nous sommes sont étymologiquement ceux « qui aiment » immortaliser un instant furtif sous un certain angle, un cadrage à exprimer, une lumière à capter. Vos articles nous aident à comprendre comment maîtriser cette interface avec une grande modestie. Je me retrouve dans cet article, diversité des sujets à photographier, tâtonnements et expériences variées avec une constante : prédilection pour 1 ou 2 domaines de motivation première mais ouverture à d’autres, du moment que l’image obtenue reflète l’oeil de l’artisan photographe ! Me concernant, j’essaye d’exploiter mon D7200 pour photographier des nuages ou des orages en particulier (mais pas que) en associant ma passion pour la météo et celle plus récente de l’image. Plutôt débutant et curieux, j’ai besoin de partager les expériences de réglages et la passion que l’on trouve plus spontanément chez les amateurs, qui, effectivement n’ont pas de limites puisqu’ils sont en recherche constante. Et vous êtes, du coup, un excellent ambassadeur de nos aspirations et attentes en matière de conseil. Merci. Pour ce qui est des orages, j’utilise de jour un declencheur qui détecte l’éclair (pas toujours évident pour les réglages manuels du D7200). C’est plus simple pour les photographier de nuit. Le timelaps sur des nuages m’interesse mais j’avoue être encore un peu novice et il faut du temps surtout, la seule chose qui pêche un peu chez l’amateur…à votre avis, quel serait l’intérêt d’un boitier plein format pour ce type de clichés ? Le prix restant un frein dissuasif pour un amateur. Je prends beaucoup de plaisir avec un D7200 et regarde plutôt du côté des objectifs à acquérir, il est vrai très coûteux également.

  4. La photo de paysage vue d’un autre œil, d’un autre point de vue comme d’hauteur d’enfant pour montrer ce que les gens ne voient pas à hauteur d’homme. Sur des angles différents. Les voitures j’aime bien, les rétros et faire ressortir le chrome, les détails qui ont fait d’elles une beauté. Les vieilles granges, m’attire beaucoup, elles montrent le signe des temps et le dur labeur. Les formes, les couleurs, l’environnement de celles-ci m’attirent. Les bâtiment et lés quartier historiques sont superbes aussi. Les jardins et fleurs. Les animaux.

  5. Merci Jean-Christophe pour ce dossier qui reflète véritablement le travail de l’amateur avec ses horizons variés. Cependant, il faut noter qu’au fil des années, on fini par avoir un terrain de prédilection. En ce qui me concerne deux : l’urbex (qui d’ailleurs n’est pas mentionné dans le dossier) et les concerts et spectacles.
    Pour le matériel, j’avais tendance au début à vouloir tout avoir mais avec l’expérience et les années de pratique, on réduit l’ensemble à l’essentiel et par rapport à ces centres d’intérêt. Ainsi on passe par exemple de l’APS-C au plein format (plus efficace en concert).
    Merci à tous pour vos contributions et longue vie à Nikon Passion.
    PS : Petite question : pourquoi les photos nikon passion sur Flirckr ne sont pas commentées? J’en poste souvent(sous le pseudo de Naturelpixel) et j’aimerais avoir des avis.
    Amitiés
    Benjamin

  6. Jacques Taillefer | 5 août 2018 à 16 h 38 min | Répondre

    En ce qui me concerne la photo nature de toutes sortes est mon milieu de prédilection, principalement la faune aviaire et la macro. Toutefois je me laisse facilement aller à la photographie urbaine.

  7. Je serais dans la catégorie « un peu de tout » je photographie aussi pour la Croix-Rouge; les insectes, les fleurs mais aussi la ville (Bruxelles) et les musées, tous les jours je publie trois photos sur FB ; noir et blanc, connaissez-vous Bruxelles, photo du jour (ma page est publique )

  8. Vous dites bien en introduction – et c’est très important- que le photographe amateur le fait par plaisir et n’a pas à rentabiliser ses photos. Il existe des concours où le photographe amateur peut se comparer , s’améliorer en laissant ses « droits » à l’organisateur au cas où sa photo serait retenue.
    La photo est ici une photo loisir, un hobby. L’association des photographes professionnels ne semble pas comprendre la différence entre un photographe amateur et un professionnel qui, soit dit en passant, n’a rien à faire dans un concours amateur. Elle considère non équitable les concours où le photographe laisse ses droits à l’organisateur. C’est contre productif. Je voulais le souligner.
    Il faut oublier le fait de vouloir rentabiliser son hobby autrement que par les prix de concours.

  9. Bonjour à tous
    Très intéressant et enrichissant. Pour moi je suis passé à l’astrophotohraphie et la Macro car en plus d’avoir la tête dans les étoiles je voulais me remettre en question point de vue technique photo
    Bonnes photos à tous

  10. Mauvais élève que je suis, je n’ai pas pris le temps de répondre au questionnaire. Toutefois, j’ai plaisir à me reconnaître dans cet article et la conclusion me va comme un gant.

  11. Superbe article qui donne quelques idées.

  12. Fidèle à Nikon depuis 45 ans et l’epoque Du F Photomuc, j’utilse Maintenant le D800 depuis 4 ans et le D7200 depuis 3 mois.

    • Bonjour nobbleu, juste une petite question concernant ta réponse, généralement,on a plus tendence à passer du d7200 à plus gros comme le 800 . Et toi tu fais l’inverse ! Est ce pour une question d’encombrement, de poids, de discrétion ?ou bien tu as été sur le D7200 pour justement le crop et ainsi te rapprocher de tes sujets ?
      Je suis peut être un peu trop curieux mais peut tu aussi me dire quels cailloux tu utilises avec les 2 …. Je cherche des avis sur le 24-120 où tout animal qui se rapproche d’un range un peu large pour voyager léger
      Dans l’attente de ta réponse,bonnes images
      Fred

  13. très bon article, merci. Je vois un peu plus où je me situe, et surtout à relire car il m’a donné quelques pistes aussi…

  14. Merci pour ce dossier qui est plein d’enseignements et qui me rassure sur mes pratiques photographiques.

  15. Bonjour,
    Je « tape » un peu dans tous ces sujets, mais j’ai tout de même une petite préférence pour ce que j’appelle « la photo volée », c’est à dire des photos (souvent des portraits) de gens, prises à leur insu. Et le 2ème sujet de prédilection, c’est l’eau en mouvement et les reflets.

  16. Nikonniste de père en fils… Ça fait plus de 4o ans que j’utilise Nikon (les jaunes…) Actuellement 7200, 7000 et P7700 et quelques argentiques (nostalgie oblige…).
    Je fais essentiellement du paysage, nature (ornitho), gros plan (graphisme couleurs textures) et portrait (enfants, rue)… Pas de studio, peu de spectacle, peu de nocturne.
    Photo couleur et grand amateur de n&b (À mon avis, la base de la photographie nécessitant un « savoir regarder » et un esprit critique…). Un peu de post traitement, n’étant pas à l’origine d’une génération et formation Photoshop. Que j’utilise, mais à à peine 20% des possibilités, j’utilise peu le raw par exemple…
    Adepte d’Instagram où je post une partie de mes images @francois85300 J’y travaille en triptyque, un exercice pas toujours facile, qui demande un peu d’esprit de synthèse
    Aussi, je suis avec grand intérêt Nikon Passion… Bravo, belle initiative de partage! Puisses-tu continuer ainsi, pour notre grand plaisir…

    • Bravo François pour tes images. Je suis aller voir ton Instagram et effectivement tu as beaucoup d’images de hautes qualités et saturé comme je les aimes perso, mais pour arriver à ce résultat là ! Tu passe par le post traitement pour que ça pète autant ou tu as règlé le picture control de tes Nikon sur pétard? Ta réponse m’intéresse’au plus haut point, car pour le genre que tu fais : rouille / peinture qui s’écaille… Ça marche très bien comme traitement.
      Après le triptyque c’est pas évident et tu te pose là une grosse contrainte et à ce sujet une question d’un néophyte qui n’y connait rien’en tryptique et qui ne connait pas les règles imposé par cette discipline : le tryptique doit il se faire sur le même sujet ( même bâtiment/même personnage, comme tes vieux adorables… Même bateau) et même couleurs ou noir et blanc ? Ou es ce qu’on doit au contraire trouver un point commun sans. Que ce soit exactement pile le même bateau pris en photo sous plusieurs angles ( désolé si j’ai du mal à exprimer mon interrogation, j’ai parfois du mal à retranscrire à l’écrit mon idée)
      Lors des concours photos qu’est ce que l’on considère comme triptyque ou non ? À part bien sur si il y a moins ou plus de 3 photos : mais ce point précis , je l’avais bien intégré tout seul😋😁😁😁
      Merci de ta ou de vos réponses
      Fred

  17. bonjour

    je n’avais pas eu le temps de répondre au questionnaire pour cause d’emploi de temps surchargé:(
    quant à ma pratique photo c’est la même chose malheureusement…mais grâce à mon compact qui est toujours avec moi je peux prendre des « photos du du quotidien » comme par exemple mes chats ou une scène de rue comme dernièrement lorsque j’étais en formation sur Lille…je me sers beaucoup plus de mon compact canon g15 que du D4…celui-ci est réservé aux grandes occasions comme les vacances avec les photos de paysage ou « animalière » lorsque je vais en baie de somme…sinon j’aime tout type de photo et ne teste pas dans un seul domaine…j’ai fait beaucoup de photos de sport (basket) et suis ainsi un temps devenu le photographe du club mais j’ai dû arrêter par manque de temps. Je photographie le quotidien comme relaté plus haut mais aussi les paysages, les fleurs en mode macro, l’architecture( pendant les grandes vacances), la photo culinaire m’attire aussi! la photo de rue et sociale m’intéresse aussi! j’ai aussi beaucoup fait de portraits! bref je suis un » touche à tout » et photographe « généraliste » comme dans mon métier! ne pas être enfermé dans un domaine ce qui serait bien triste tant la photographie et les nouvelles technologies nous permettent de nous évader quelque soit le domaine.

  18. Très beau résumé, on voit qu’il y a des photographes amateurs dans les différents domaines et c’est très bien de le constater

    merci pour ce partage

  19. Bonjour ,
    Effectivement, je fais de la photo pour la partager avec d’autres, c’est vrai. Mais je ne sens pas individualiste si je dis que je la fait d’abord pour moi. En effet quand j’appuie sur le déclencheur, c’est que, ce qui est devant mes yeux m’a attiré et j’ai voulu l’avoir et ça personne autre que moi peut le ressentir.
    J’ai quitté un club photo au bout d’un an et demi car l’animateur organisait des séances de critiques photos sans demander à l’auteur présent dans la salle, quelles perceptions, sentiments, voir émotions qu’il a eu à ce moment là. Que la critique soit sur la technique de prise, je veux bien, et encore je trouve que la technique brime la créativité.
    Ce n’est que mon avis.
    Bon dimanche

    • Salut Noël, je suis bien de ton avis, tu fais la photo que tu fais parce qu’elle évoque quelque chose pour TOI et c’est bien cela le plus important. C’est toujours ce que j’ai reproché aux critiques d’art ou aux interprétations sur un texte du genre l’auteur a voulu passer ce message, ceci celà alors que personne n’est dans la tête de l’auteur
      Et il n’a certainement pas pensé à cela en le faisant car l’esprit’de l’homme est si complexe, que une analyse unique est impossible. Tout est possible selon sa propre imagination et son propre vécu….
      Et effectivement là , quand on atteint ce type de réflexion , la technique de base de la photo passe souvent à une importance moindre.
      Moi j’ai quitté un club car systématiquement nous avions les mêmes sujets qui revenaient en boucles sans changement d’une scéance à l’autre avec les mono maniaques : l’un les papillons,😣 l’autre les libellules , l’autre les tronc d’arbres avec une forme particulière,un autre des tags sur les murs…..chacun de ces styles étant interressants si justement, on peut s’essayer à d’autres chose que son dada….
      Fred le sauvage

      • Salut Fred,
        Je me doutais que je n’étais pas le seul à penser ainsi et nous sommes sans aucun doute pas les seuls. Et je m’arrête là car je ne veux pas créer ici des discussions sans fin. Chacun à sa façon de penser, de voir et, heureusement c’est très respectable.
        Bonne journée.

        • Tout à fait d’accord avec toi. Tiens cette après midi je vais me faire une petite scéance HDR . Hiers soir c’était photos de nuit ( jamais essayé au paravent et j’adore le résultat) tant de mondes à exploiter.Bonnes photos à toi
          Fred

      • Je suis tout à fait d’accord avec vous ; une photo est personnelle et correspond à notre émotion du moment.
        Jusqu’à l’an dernier, date à laquelle j’ai intégré un club dans notre village, je faisais toujours les photos de paysage, d’animaux ou « reportage familial ou de voyage ». Depuis, j’ai appris beaucoup de technique et suis passée d’un bridge à un reflex (Nikon D3100) ; je m’initie à la macro et à tous les genres de photos, je vais voir des expositions ; je participe à des sorties thématiques et c’est ainsi que je progresse doucement mais sûrement. J’ai beaucoup à apprendre encore et ce qui m’a beaucoup aidé c’est la critique de mes photos lors de nos séances. Je n’ai pas peur de cela contrairement à d’autres et je trouve que cela me permet d’avancer.

    • Bravo NOËL, Comme toi, je pense que l’important est d’arriver à transcrire, dans l’image, son émotion. La partie technique c’est apprendre comment se servir du médium à notre disposition, le matériel, pour y arriver (vitesse/ouverture/sensibilité/cadrage).
      La partie création/ artistique, c’est se confronter aux regards des autres pour voir si son émotion est passée (ou pas). Améliorer, changer son processus de prise de vue, par exemple pour saisir la lumière dans le regard de cet autre que nous visons, pour créer une série d’images « imparfaites » mais si fortes ensembles, pour provoquer cet aléa qui redonne, à la perfection glacée du numérique, une sensibilité toute argentique…
      Par exemple, une photo de nu, parfaitement nette et exposée, dont les moindres détails ont été photoshopés, comme une couverture de magasine en quadrichromie sur papier glacé, est elle plus proche de mon émotion de photographe que celle en N&B, imprimée sur papier mat granuleux, avec un flou de bougé du modèle et des noirs « enterrés » dans le contre-jour?

  20. Très beau résumé, très bien fait, super intéressant de connaître les passions photographiques de chacun d’entre nous.
    Tous mes remerciements à l’auteur

  21. Merci pour ce reccueil de passion, amateur averti je m’apercois que mes sujets sont pour la majorité commun a bon nombre, et du coup je ne me pas isolé et nul

  22. Déja décortiqué le questionnaire ! bravo …
    Moi comme je vous l’ai dit je suis venue à la photographie (récemment ) par passion pour les oiseaux et la nature …c’est ce que vous appelez « ma zone de confort « , (même si mes photos ne sont pas mirobolantes ), j’essaie d’en sortir pour varier mon expérience …mais je ne suis jamais satisfaite …je vais persévérer comme ça l’an prochain ,mes réponses à votre questionnaire seront tout autre ; Je vous souhaite un bel été …et merci pour tout ce travail accompli