Dossier Pratiques Photo : quel appareil photo avez-vous choisi et pourquoi ? 2/6

Vous savez ce que vous voulez photographier, vous avez des envies, une passion, et vous vous posez la question du choix de l’appareil photo. Va-t-il vous permettre de faire les photos auxquelles vous pensez ? Le plus cher est-il le plus performant ? Quel appareil photo choisir en fonction de vos besoins, sans dépenser trop inutilement ?

Pour ce second volet du dossier Pratique Photo, j’ai posé la question aux lecteurs de Nikon Passion :

quel appareil photo utilisez-vous et pourquoi ?

Voici une synthèse de leurs réponses, avec des conseils pour vous aider à choisir vous-aussi.Dossier : quel appareil photo choisir pour quelles photos et pourquoi ? 2/6

Quel appareil photo choisir ? Le choix des lecteurs

Présentation

La question revient chaque jour et je fais autant de réponses différentes que vous avez de demandes car vous avez tous des envies, des besoins et des budgets différents.

Le choix est d’autant plus complexe qu’un appareil photo nécessite un ou plusieurs objectifs et donc un budget additionnel à celui du boîtier. Le choix de l’objectif fera l’objet du troisième volet de ce dossier, nous allons étudier ici quels sont les choix faits par les photographes amateurs lecteurs de Nikon Passion et pourquoi ils ont fait ces choix.

Je vous invite à poster votre avis via les commentaires si vous n’avez pas déjà répondu à mon questionnaire initial.

Contexte et mise en garde

Les réponses ayant servi à constituer ce dossier sont celles d’une majorité de lecteurs de Nikon Passion, nikonistes. Il est donc logique de voir en bonne position l’ensemble de la gamme reflex Nikon.

Toutefois, vous allez voir qu’une bonne partie des lecteurs ont plusieurs appareils photo, un reflex et un hybride par exemple ou un reflex et un compact expert, et que d’autres marques sont citées.

De même la gamme Nikon ne comportant que des reflex à l’été 2018, l’hybride est forcément celui d’une marque concurrente dans ce dossier. Mais la tendance devrait bientôt changer puisque l’hybride Nikon ne devrait plus tarder.

Positionnement selon les besoins et envies

Le classement des modèles dans des segments de gamme ci-dessous est arbitraire. Il m’a permis de classer les réponses obtenues et correspond aux usages cités :gamme Nikon reflex, hybridez, bridge, compact

Au-delà des catégories qui sont interprétables, il est plus intéressant de s’intéresser aux usages que vous citez. Voici ceux que j’ai pu recenser.

Usages grand public, famille, débutants

Les modèles entrée de gamme (et non pas « bas de gamme ») sont utilisés majoritairement par les familles, ceux qui souhaitent une meilleure qualité d’image que celle des compacts et smartphones, ceux qui découvrent la photo (avant de souhaiter passer à autre chose).

Usages amateurs

Les modèles amateurs sont utilisés par des lecteurs qui veulent se faire plaisir en faisant des photos, et souhaitent une ergonomie et des performances plus abouties que celles des modèles entrée de gamme.

Ce choix est celui de la raison pour de nombreux photographes amateurs qui précisent aussi que le montant du budget global boîtier-objectif(s) est un critère de choix déterminant.

Usages experts et passionnés

Les modèles experts sont utilisés par des photographes désireux de passer un cap dans leur pratique. Ils maîtrisent déjà en partie la photographie, connaissent les bases, savent explorer les modes experts et souhaitent un appareil photo avec une ergonomie plus aboutie (plus de raccourcis et boutons), des performances supérieures (autofocus, mesure de lumière), une plus grande compatibilité avec la gamme optique Nikon et compatible.

Usages experts et pros

Les modèles experts-pros sont utilisés par les photographes qui veulent disposer des meilleures performances. Ces photographes maîtrisent la prise de vue, cherchent des performances précises pour des besoins précis (par exemple l’autofocus pour l’animalier) et peuvent engager un budget plus conséquent car ils utilisent aussi plusieurs objectifs experts-pros.

Les boîtiers de cette catégorie sont utilisés de plus en plus par les photographes professionnels qui ne peuvent financer les modèles pros comme le Nikon D5.

Usages pros et « passion »

Les modèles pros sont utilisés par les photographes professionnels qui ont des besoins particuliers (performances ultimes, robustesse).

Ces boîtiers sont aussi utilisés par des amateurs qui déclarent se faire plaisir en possédant un boîtier parmi les plus performants du moment parce que c’est leur passion et que le budget ne compte pas (ou pas trop).

Bridges et hybrides Nikon One

Nikon P900Bridge Nikon P900

L’époque n’est plus aux compacts, c’est un constat depuis plusieurs années. Les smartphones les ont remplacés. Elle n’est plus non plus aux bridges. Quelques lecteurs à peine déclarent utiliser un bridge Nikon, pour une raison principale : leur zoom de très grande amplitude.

Les Nikon B500, B510 et autres B700 et P900 servent à photographier la lune, les avions et quelques autres sujets éloignés. Souvent plus pour le plaisir de la performance que pour la photo elle-même.

Quelques lecteurs uniquement déclarent utiliser ces appareils photo pour une pratique régulière de la photographie familiale ou de voyage. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas possible, mais les hybrides et reflex entrée de gamme ont votre préférence.

Nikon One J5

Hybride Nikon One J5

Dans la gamme Nikon One, les premiers Nikon hybrides remplacés par les nouveaux hybrides Nikon plein format, ce sont les Nikon One V3 et Nikon One J5 qui gardent encore un quelconque attrait.

Vous citez leur faible encombrement pour des performances correctes, mais le nombre de réponses est trop faible pour faire une analyse plus détaillée. Il ne fait nul doute que la gamme hybride Nikon One a perdu tout attrait, dépassée par une concurrence (Fujifilm, Panasonic, Olympus, Sony) face à laquelle les Nikon One n’ont pas beaucoup d’arguments à mettre en avant. Cela devrait changer avec l’arrivée des hybrides Nikon nouvelle génération.

Reflex Nikon – quels modèles pour quelles raisons

Usages grand public, famille, débutants : Reflex Nikon D3xxx

Nikon D3400 présentation détaillée test et avisReflex Nikon D3400

Vos réponses concernent en grande majorité les :

Ces reflex entrée de gamme de la série DX, équipés d’un capteur au format APS-C, sont tous vus comme des points d’entrée dans le monde de la photographie numérique :

  • en remplacement d’un compact jugé peu satisfaisant,
  • en complément d’un smartphone qui atteint ses limites trop souvent,
  • pour débuter en photo sans dépenser trop,
  • pour couvrir tous les usages familiaux y compris le remplacement du caméscope grâce à la fonction vidéo,
  • parce que leur tarif, en kit mono ou bi-objectif, n’atteint pas celui des modèles amateurs et experts.

Parmi les points forts que vous citez les concernant, voici les principaux :

  • tarif,
  • qualité d’image,
  • réactivité,
  • vidéo.

Le passage, lorsqu’il a lieu, à la catégorie supérieure se fait en raison d’une panne jugée trop coûteuse à réparer, ou pour l’envie de disposer de capacités absentes de ces modèles comme la vidéo (pour certains anciens boîtiers), l’écran orientable ou les hautes sensibilités.

Usages amateurs : Reflex Nikon D5xxx

Test Nikon D5600

Reflex Nikon D5600

Ce segment est celui des photographes amateurs, au sens premier du terme : ceux qui éprouvent l’envie de faire de belles photos, sans devoir dépenser trop, sans devoir maîtriser un reflex expert considéré comme plus complexe.

Le choix de ces modèles par rapport aux entrées de gamme se fait sur une fiche technique plus aboutie :

  • autofocus plus performant,
  • ergonomie plus aboutie,
  • écran inclinable,
  • nombre de boutons et contrôles à accès direct supérieur,
  • fonctions plus évoluées (par exemple time-lapse, contrôle des flashs distants, …).

L’offre Nikon est aussi la plus généreuse dans ce segment. Les nouveaux modèles apportent peu de différences d’une génération à l’autre, les tarifs des modèles précédents baissent vite, ils se trouvent en promotion dans les grandes surfaces. C’est la catégorie dans laquelle vous citez le plus de modèles différents dans une même gamme :

Voici les raisons que vous citez pour justifier le choix de ces modèles :

  • tarif abordable (vs. les modèles experts),
  • écran arrière orientable,
  • module wifi (Snapbridge pour les plus récents),
  • autofocus plus performant (selon les modèles),
  • fonctions avancées (par exemple HDR intégré ou commande de flashs distants),
  • poids et encombrement limités,
  • ergonomie générale,
  • esthétique,
  • performances (D5500 et D5600 en particulier),
  • qualité et technologie embarquée.

Ces modèles imposent toutefois des limites en matière d’objectifs. Les anciens D40 à D90 mis à part, ils ne sont pas compatibles avec les anciens objectifs Nikon non AF-S et certains ne sont pas compatibles non plus avec les plus récents Nikon AF-P (voir liste de compatibilité Nikon AF-P).

Usages experts et passionnés : Reflex Nikon D7xxx

Test Nikon D7500Reflex Nikon D7500

La gamme de reflex experts DX Nikon comporte plusieurs modèles, entre ceux encore au catalogue et les générations précédentes qui n’ont rien perdu de leurs atouts. Citons ici les :

Les plus anciens modèles comme le Nikon D80 et D90, encore utilisés par de nombreux lecteurs, sont difficilement classables dans les gammes actuelles mais se différenciant des plus experts D200 et D300 ils trouvent leur place ici.

Les critères mis en avant pour justifier le choix de l’un des modèles D7xxx sont les suivants:

  • qualité d’image,
  • encombrement/poids,
  • ergonomie moins amateur,
  • qualité des viseurs,
  • possibilité d’ajouter un grip,
  • évolutivité (cycle d’utilisation plus long car plus performants),
  • plus grande compatibilité avec les objectifs anciens ou manuels,
  • menus plus complets,
  • plus de contrôles directs (boutons, commandes, molettes),
  • fiabilité et résistance,
  • fonction ISO-auto absente sur des modèles entrées de gamme,
  • sensibilité en basse lumière,
  • meilleurs capteurs,
  • modules autofocus plus performants,
  • mode rafale,
  • écran inclinable,
  • intérêt du ratio x1.5 en focale pour l’animalier et les longues focales,
  • etc.

Le plus récent Nikon D7500 se démarque en raison de différences dans sa présentation :

  • positionnement expert mais pas trop,
  • qualité du capteur,
  • excellente gestion des hauts ISOS,
  • qualité du viseur,
  • réactivité,
  • module autofocus (vs. la série D5xxx),
  • écran inclinable,
  • intérêt du ratio x1.5 en focale pour l’animalier et les longues focales,
  • poids et encombrement réduits.

Vous êtes nombreux à avoir fait le choix du Nikon D7500 pour son capteur et ses qualités globales. Toutefois le Nikon D7200 reste un modèle très apprécié, y compris en neuf, vous le considérez comme très proche en performances et plus permissif (possibilité d’utiliser un grip, deux slots cartes SD).

Usages experts et passionnés : Reflex Nikon D200/D300/D300s

Nikon D300Reflex Nikon D300

Parmi les photographes amateurs, certains changent de matériel souvent et d’autres sont conservateurs. Vous êtes quelques dizaines parmi les répondants à déclarer utiliser encore un Nikon D200 et – surtout – un Nikon D300/D300s. Ces boîtiers conservent, selon vous :

  • une belle qualité d’image,
  • une meilleure facilité d’emploi que les plus récents (moins de fonctions avancées),
  • une grande fiabilité couplée à une robustesse étonnante (ce critère revient souvent),
  • une compatibilité avec les différents objectifs excellente,
  • un double slot de cartes (D300s).
  • le bouton central sur le pad arrière (D300s),
  • etc.

Le D200 marque le pas, l’écart avec le D300 est réel et les répondants ne le citent que de façon anecdotique désormais.

Usages experts et pros : Nikon D500

Test Nikon D500 écran inclinableReflex Nikon D500

Le Nikon D500 est le modèle phare de la gamme DX actuelle. Il mérite à lui seul la création d’une catégorie expert-pro, pour ne pas dire qu’il pourrait très bien entrer dans la catégorie pro directement.

Peu importe le nom de la catégorie, vous êtes très (très) nombreux à avoir choisi le Nikon D500 pour ses qualités en général, son rapport de focale avec le format DX, et ses performances exceptionnelles. Les critères les plus souvent cités sont :

  • l’autofocus incomparable dans la gamme Nikon DX,
  • une excellente gestion de la sensibilité et une belle montée en ISO,
  • une grande qualité d’image,
  • un mode rafale idéal,
  • une mesure de lumière fiable donnant d’excellents résultats dans toutes les conditions de prise de vue,
  • un buffer généreux (vs. les modèles D7xxx),
  • une véritable ergonomie pro (molettes, touches, contrôles directs, personnalisation),
  • un ensemble complet pour la photo et la vidéo,
  • une belle autonomie.

Le Nikon D500 séduit les photographes amateurs mais les professionnels aussi pour ceux qui ont répondu aux questions. Ses domaines d’utilisation favoris sont :

  • la photographie animalière (rapport de focale DX favorable),
  • la photographie de sport (autofocus et mode rafale),
  • la photographie de paysage dans toutes les conditions (robustesse, autonomie, protection tous temps),
  • le reportage (pour sa polyvalence).

Le Nikon D500 fait la différence avec le D7500 en raison de son autofocus, de son double emplacement pour cartes mémoires, de la possibilité de lui adjoindre un grip, et de l’ergonomie plus proche des modèles pros que des modèles experts.

Usages amateurs : Nikon D600 et D610

Nikon_D610_profil.jpg

Nikon D610

L’entrée de gamme Plein Format est apparu en version Nikon D600 et rebaptisé Nikon D610 une fois les problèmes de poussières réglés. Depuis il fait son petit bonhomme de chemin et autorise le passage au plein format à petit prix par rapport aux modèles des catégories supérieures.

Vous mettez en avant plusieurs critères pour justifier le passage aux D600 et D610 :

  • belle sensibilité du capteur,
  • confort de visée,
  • une fiche technique complète (même si pas la plus performante),
  • un tarif accessible pour un plein format.

La facilité d’utilisation de ces reflex est citée plusieurs fois, ils ne sont pas aussi complexes à utiliser que les modèles 36 ou 45Mp, ils sont aussi un peu moins complexes que le D750.

Le D610 reste au catalogue Nikon avec des tarifs souvent très intéressants, il est concurrencé par le Nikon D750 que vous voyez comme plus polyvalent mais dont l’écart de prix n’est pas justifié pour beaucoup.

Plusieurs lecteurs déclarent toutefois avoir acheté le D600 avant la sortie du D750 et choisiraient ce dernier si c’était à refaire.

Usages experts et passionnés : Nikon D750

 

test_avis_nikon_d750-light-14.jpg

Nikon D750

Le Nikon D750 occupe une place centrale dans la gamme Nikon Plein Format. C’est le reflex à tout faire, performant, polyvalent, accessible.

Il a fait ses preuves depuis sa sortie, se trouve en neuf à un prix désormais abordable, en occasion, et bénéficie de la part de Nikon de campagnes de rappel efficaces pour les problèmes d’obturateur rencontrés par certains utilisateurs.

Difficile de lister ici tous les avantages que vous trouvez au Nikon D750, voici les principaux :

  • capteur efficace en basse lumière,
  • belle gestion des hauts ISOs,
  • autofocus efficace avec de nombreuses configurations possibles,
  • possibilité d’effet bokeh appréciable avec de nombreuses optiques à grande ouverture récentes comme anciennes,
  • grande polyvalence avec un autofocus efficace en animalier comme en sport,
  • belles prestations au studio, avec son écran inclinable et le contrôle à distance des flashs,
  • léger et pas trop encombrant vs. les D8xx et monoblocs,
  • possibilité de lui adjoindre un grip,
  • performances correctes en vidéo,
  • compatible avec une majorité d’optiques Nikon.

Le Nikon D750 est parti pour durer, son remplaçant n’étant pas annoncé encore. Vous le percevez comme le boîtier plein format idéal « pour tout faire » sans devoir subir les contraintes des capteurs plus riches en pixels (flou de bougé, optiques pros nécessaires).

Usages experts et passionnés : Nikon Df

nkon_df_face_profil_avant.jpg

Nikon Df

Le Nikon Df occupe une place à part dans la gamme Nikon. Proche du D610 dont il reprend l’ergonomie, l’autofocus, l’électronique sans toutefois embarquer de fonctions vidéos, le Df dispose de l’excellent capteur du Nikon D4. Peu diffusé, c’est un boîtier de niche, ses utilisateurs le plébiscitent pour :

  • son look vintage,
  • ses molettes de réglage,
  • sa grande compatibilité optique (c’est le seul Nikon à accepter les anciens objectifs non-AI),
  • la sensibilité et les performances de son capteur.

Le Nikon Df souffre toutefois d’une certaine désaffection désormais, en raison du tarif en baisse du Nikon D750 que vous considérez comme bien plus polyvalent et dont le capteur a des performances très proches de celui du Df (donc du D4).

Usages experts et pros : Nikon D800/D800E/D810 et Nikon D700

nikon_D800_face_profil.jpg

Nikon D800

Le cœur de l’offre plein format Nikon possède 36Mp. Bien que le succès du plus récent Nikon D850 soit réel, les versions 36Mp précédentes sont encore les plus utilisées par la majorité des répondants.

Les Nikon D800 et Nikon D800E ont tracé une voie pour le D810, plus abouti et plus performant. Le D810 est le meilleur compromis actuel en haute définition pour ceux qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas passer à 45Mp.

Tarif intéressant, nombreux exemplaires disponibles en occasion, vous avez un faible pour cette génération de reflex qui sont, pour la plupart des utilisateurs, les véritables successeurs du Nikon D700.

Voici les critères que vous mettez en avant à propos des D800 et D800E :

  • performances de l’autofocus,
  • performances globales du boîtier,
  • ergonomie pro et nombreux contrôles directs,
  • qualité des images à 36Mp,
  • excellente colorimétrie,
  • tarif abordable en occasion, les offres sont nombreuses.

Pour le Nikon D810, plus récent, les critères sont proches avec quelques précisions complémentaires :

  • plage dynamique étendue du capteur,
  • excellent piqué des images (si les optiques suivent),
  • possibilités importantes de recadrage (valable pour les 800 et D800E aussi),
  • bonne compatibilité avec les objectifs anciens (certains ne sont toutefois pas au niveau du capteur),
  • mode silence permettant de se faire plus discret,
  • grande polyvalence du boîtier,
  • excellente colorimétrie des images,
  • silencieux au déclenchement (plus que les D800 et D800E).

Le Nikon D700, lui, a marqué l’histoire de la marque et reste le boîtier de prédilection pour beaucoup d’entre vous. Ses performances restent ce qu’elles ont toujours été, sa robustesse et sa fiabilité sont parmi les meilleures de la gamme et le D700 est parfaitement utilisable avec les anciennes optiques manuelles.

Vous êtes plusieurs toutefois à reconnaître que le D700 atteint ses limites dès 1600 ISO, qu’il impose le recours au post-traitement au-delà de cette valeur et ne constitue plus désormais un choix intéressant à l’achat.

Usages experts et pros : Nikon D850

Nikon D850 : présentation et caractéristiques techniques

Nikon D850

Cest le reflex le plus convoité depuis sa sortie, celui que tout nikoniste rêve de posséder et que de très nombreux pros utilisent déjà à la place des très chers monoblocs Nikon D4 et D5 qu’ils ont plus de mal à financer.

Tout comme le D700 avant lui, le Nikon D850 est déjà un mythe dans l’histoire de la marque si l’on en croit les retours que vous faites.

Les critères de choix les plus fréquemment cités sont :

  • sa très grande polyvalence (supérieure encore à celle du D810),
  • les possibilités de recadrage extrêmes (« embarquer un D500 dans un D850″),
  • l’écran orientable,
  • le support wifi et Snapbridge,
  • le mode silencieux en visée Live View (même si son usage est très exclusif),
  • les performances extrêmes de son capteur.

Vous êtes toutefois conscients que le D850 impose des objectifs performants et une belle maîtrise de la prise de vue pour être exploité au mieux.

Son tarif dissuade encore de nombreux photographes amateurs qui aimeraient en disposer pour avoir le meilleur de la production Nikon actuelle. Vous êtes nombreux à avouer ne pas l’utiliser au mieux de ses possibilités, à ne pas avoir besoin des performances ultimes qu’il propose, mais à avoir envie de ce modèle que vous allez garder plusieurs années pour en profiter.

Usages pros et « passion » : Nikon D3/D3s/D4/D4s/D5

Nikon D5

Nikon D5

Les fleurons de la gamme reflex Nikon, des boîtiers monoblocs pros, aux performances exceptionnelles et à la robustesse quasi légendaire, continuent à faire rêver quelques photographes amateurs qui se font plaisir en utilisant ces modèles prestigieux.

Les plus anciens Nikon D3 et D3s, les premiers reflex plein format Nikon gardent leurs qualités ergonomiques et leur robustesse tandis que les performances du capteur sont dépassées aujourd’hui par des modèles moins pros mais plus accessibles. Vous leur attribuez toutefois une valeur d’estime qui ne baisse pas.

Les Nikon D4 et D4s sont appréciés pour leur tarif en baisse par rapport au Nikon D5 et les critères de choix que vous mettez en avant sont :

  • la construction monobloc avec poignée intégrée,
  • les afficheurs nombreux et clairs,
  • le viseur lumineux, de grande taille,
  • l’autofocus performant avec les optiques AF-S en particulier,
  • la grande réactivité d’ensemble du boîtier et son mode rafale.

Le Nikon D5 a pour lui une fiche technique d’exception, c’est le Nikon pro par définition, le plus récent et vous lui appréciez :

  • l’ensemble très complet en photo comme en vidéo avec une grande polyvalence,
  • la dynamique exceptionnelle de son capteur,
  • la plage de sensibilité utilisable, la meilleure de toute la gamme Nikon actuelle,
  • le mode rafale avec mise au point assurée sur les 12 im./sec. qu’il sait faire,
  • l’autofocus de dernière génération capable de répondre à tous les besoins en photo de sport ou d’action.

L’attrait pour le Nikon D5 reste toutefois l’apanage du photographe amateur, les professionnels autrefois premiers utilisateurs de ce type de boîtier, ont de plus en plus de difficultés à les financer et se rabattent sur des modèles des gammes inférieures comme le D850 et le D500.

Les Nikon D5 vendus désormais le sont presque exclusivement aux photographes amateurs qui se font plaisir avec un tel modèle.

Et les autres marques ?

Les lecteurs de Nikon Passion utiliseraient donc d’autres marques d’appareils photo ? Oui, c’est une tendance due en grande partie à l’arrivée des gammes hybrides chez les concurrents, des modèles que Nikon ne propose pas encore de façon satisfaisante.

Canon, le clan ennemi ?

Canon EOS 5D Mark IV

Preuve que le sempiternel débat « Nikon vs Canon » n’a guère de sens, vous êtes une petite communauté de photographes à utiliser des appareils photo Canon et à fréquenter Nikon Passion pour tout ce qui concerne la photographie en général.

Les reflex Canon, qui n’ont rien à envier aux modèles Nikon pour la plupart, les plus cités sont :

  • Canon EOS 70D,
  • Canon EOS 5Dsr,
  • Canon EOS 5D MarkII,
  • Canon EOS 5D MarkIV,
  • Canon EOS 50D,
  • Canon EOS 7D,
  • Canon EOS 100D,
  • Canon EOS 1100D,
  • Canon EOS 1D MarkIV.

La liste n’est pas exhaustive, certains lecteurs ayant probablement craint que citer une marque concurrente n’ait pas d’intérêt. Si c’est votre cas faites-le via les commentaires, vous n’êtes pas seul !

Sans grande surprise, les qualités que vous trouvez aux appareils photo Canon sont les mêmes que celles que les nikonistes trouvent à leurs boîtiers Nikon :

  • la définition des capteurs,
  • la bonne gestion de la sensibilité,
  • une ergonomie experte et pro pour plusieurs des modèles cités,
  • de belles prestations en réactivité et mode rafale selon les modèles,
  • un autofocus à la hauteur sur de nombreux modèles (experts et pros en particulier).

Les fans de vidéo sont plus enclins à basculer dans le clan Canon dont l’expérience en la matière est encore considérée comme plus importante que chez Nikon, quand ils n’ont pas choisi un hybride Panasonic (voir plus bas).

Fujifilm, l’hybride APS-C avant tout

Test Fujifilm X-Pro2 - Fuji X-Pro

Fujifilm X-Pro2

La quasi totalité des lecteurs ayant déclaré utiliser un appareil photo Fujifilm dit le faire en remplacement d’un reflex Nikon jugé trop lourd et encombrant, et de la très grande discrétion des hybrides Fujifilm.

Ces appareils photo vieillissent bien en raison des mises à jour fréquentes de leurs firmwares. Vous appréciez ainsi :

  • le Fujifilm X100T pour sa compacité, son look rétro, sa discrétion et la grande qualité de ses images,
  • le Fujifilm X10 pour sa facilité d’utilisation,
  • les Fujifilm X-E2 et X-E2S pour les raisons précédentes et leur discrétion proche de celle de la série X100,
  • le Fujifilm X-T1 pour son faible encombrement et sa qualité d’image,
  • le Fujifilm X-T2, pour les mêmes raisons que le X-T1,
  • le Fujifilm X-Pro2 pour les mêmes raisons aussi de même que sa protection tous temps, son look de télémétrique et son viseur hybride optique/électronique.

Modèle à part dans la gamme Fujifilm, le Fujifilm GFX, un moyen-format hybride, est utilisé par quelques lecteurs pour la très grande qualité de ses images et sa définition de 50Mp avec un grand capteur inégalé encore chez Nikon.

Panasonic, la vidéo avant la photo ?

Panasonic GH5

Panasonic GH5

Panasonic a fait un choix : l’approche orientée vidéo des modèles de la série GH (GH4, GH5), rencontre l’adhésion des vidéastes et de tous ceux d’entre vous qui souhaitent disposer d’une appareil photo léger et performant capable de faire aussi bien en photo qu’en vidéo.

L’utilisation du système Metabones (bagues d’adaptation) permet aux vidéastes de changer le boîtier au fur et à mesure des évolutions sans changer les optiques, d’une marque à l’autre, ce qui favorise le passage chez Panasonic pour ceux qui disposent d’un parc optique important dans une autre marque.

Les qualités qui ressortent de vos réponses sont :

  • des performances excellentes en vidéo,
  • un gabarit compact et un poids peu important,
  • des boîtiers maniables,
  • des boîtiers tout-terrain.

Olympus, à la traîne

Olympus OM-D E-M10 Mark III

Olympus OM-D E-M10 Mark III

La gamme d’appareils photo hybrides Olympus n’a pas su vous séduire autant que les autres. Vous êtes peu nombreux à dire utiliser ces modèles, ce qui ne retire rien aux performances dont ils sont capables.

Les OM-D E-M10, OM-D EM-1 M2 et OM-D E-M5 sont cités plusieurs fois, ce sont ceux que vous considérez comme les plus proches en performances des hybrides concurrents et des reflex Nikon entrée de gamme et amateurs.

Sony, le grand gagnant ?

Sony A7RIII

Sony A7R III

Sony, qui construit sa gamme depuis plusieurs années en bâtissant sur l’héritage Minolta, a su séduire avec des appareils photo hybrides performants et a eu la bonne idée de proposer des hybrides plein format qui semblent vous satisfaire en remplacement d’un reflex Nikon.

Les hybrides Sony (les reflex et autres compacts Sony sont délaissés) vous plaisent pour :

  • leur polyvalence, au même titre qu’un reflex,
  • la stabilisation interne au boîtier (dans l’objectif pour les reflex Nikon),
  • la qualité des optiques Sony (ouverture et plages focales),
  • l’ergonomie (bien que ce ne soit pas leur point fort vs. les Nikon),
  • le suivi AF considéré comme un des meilleurs au sein des différentes gammes hybrides,
  • les performances globales,
  • l’encombrement réduit.

Plusieurs dizaines de répondants ont déclaré utiliser un hybride Sony en raison de l’immobilisme des deux leaders Nikon et Canon, et du manque d’une proposition aboutie dans cette gamme.

La tendance pourrait toutefois s’inverser puisque vous êtes également plusieurs dizaines à attendre les hybrides plein format Nikon pour vous décider, leur fiche technique, leur tarif et leur compatibilité avec la gamme d’optiques Nikon F pouvant faire la différence chez les nikonistes attachés à leur marque historique.

A vous …

Ce second volet du dossier Pratiques Photo amateur a pour vocation d’évoluer en permanence pour refléter les usages au quotidien. Le troisième volet à venir concernera les objectifs, et plus particulièrement les focales que vous utilisez le plus souvent.

Ces données sont d’autant plus importantes qu’elles définissent le style de photos que vous faites. Savoir pourquoi vous choisissez une focale plutôt qu’une autre est donc une information intéressante pour tous ceux qui hésitent entre plusieurs objectifs.

En attendant la publication de la suite de ce dossier, vous êtes invités à continuer le débat via les commentaires, à dire quel appareil photo vous utilisez et – surtout – pourquoi !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


53 Commentaires sur "Dossier Pratiques Photo : quel appareil photo avez-vous choisi et pourquoi ? 2/6"

  1. Bonjour Jean Christophe
    Et tout d’abord merci pour ce dossier très complet, et mes excuses pour ne pas avoir répondu en juin à l’enquête…
    Voici ma modeste contribution au dossier boîtier :

    Ornitho amateur, je suis venu au numérique en 2005 avec un bridge 8400 que je pouvais utiliser en digiscopie sur ma longue vue.
    Le prix des reflex devenant plus abordable, j’ai acheté un D7000 à sa sortie fin 2010, qui m’a donné grande satisfaction. Le coéfficient multiplicateur a été le critère pour choisir cette catégorie, ainsi que l’accès facile aux règlages.
    Après 50 000 clics, je viens de le changer pour un D7200, d’occasion mon budget n’étant pas extensible !
    Pour la photo animalière, j’ai un Tamron 150-600 dont je suis satisfait

  2. Jean-Louis Scarsi | 19 août 2018 à 8 h 37 min | Répondre

    Je possède un Nikon df que je commence à mieux maitriser. J’adore le 50mm avec le que je travaille. Je n’ai que cela pour l’instant. Je recommence à retravailler simplement comme en argentique. J’ai travaillé avec les logiciels Photos, DXO Pro 11 et récemment Aperture 3. Je préfère Aperture 3 bien que je suis intéressé par PhotoLab. De plus, je serai intéressé par un zoom Sigma 24-105 ou le Nikon 16-35.
    Je souhaiterai travailler en numérique aussi simple lorsque je travaillais en argentique.

    Cordialement,

  3. Nikon doit aller structurellement plus loin que SONY, sinon il signerai la reconnaissance de passage de pouvoir…
    Attention qui en numérique,( capteurs, ou écran, compris TV), produit les plus belles images au monde ?

  4. article complet et très instructif. A partir de là , en fonction de son niveau , de son budget et de ce que l’on a envie de faire , il n’y a plus qu’à choisir l’appareil dont on a besoin . Pour ma part bien que débutant j’ai opté pour un D750 qui me donne entière satisfaction pour les paysages .

  5. Jean-Guy Bélanger | 13 août 2018 à 22 h 44 min | Répondre

    2014 j’ai fait l’achat d’un kit D3200 incluant les objectifs 18-55 et 55-200, un filtre UV, sac de transport,… (800$ Canadien).
    Je faisais de l’argentin avant les années 2000 et abandonné avec la disparition des boutiques de développement avec l’arrivé du numérique.
    Le but étant de renouer avec la photo, de me familiariser avec le numérique et le prix était acceptable pour mon budget de l’époque. je fais principalement du paysage, d’objet fixe, et depuis peu de temps des événements, gala de remise de trophée ou tournoi de billard où le flash n’est pas le bienvenue, et donc la lumière est plutôt faible avec des zones de contraste assez importantes. La partie portrait du gala a été un ‘challenge’ qui me sortait de ma zone de confort d’interagir avec des personnes et de les diriger, (mise en scène, placement, cadrage selon que ce soit une personne ou une équipe).
    Récemment fait l’achat d’un Sigma 17-50 pour le F/2.8 constant qui, j’espère, répondra mieux à mes besoins des photos de soirée de gala que le 18-55 d’origine, Je n’ai pas encore pris le temps de faire des essais, mais les les tests préliminaires me permet de croire que ça fera bien le travail. J’envisage pour 2019 l’achat du D7500 découvert dans un des articles récent de Nikon Passion, mon budget me le permet maintenant.
    Je le fais par plaisir et en amateur espérant en faire une activité plus professionnel dans quelques années.

  6. Bravo Jean-Christophe pour ce travail de bénédictin !
    J’ai acheté il y a huit mois mon premier reflex Nikon. J’ai quitté Canon à cause du manque de dynamique du capteur, qui pénalise terriblement dans les sous-bois. De plus, le ciel était cramé sur la plupart de mes clichés, plus qu’avec un compact Sony…
    J’ai choisi le 5600 pour bénéficier de l’écran orientable, très pratique pour prendre des photos en contre-plongée sans devoir faire d’acrobaties.
    J’avoue ne pas comprendre pourquoi certains s’accrochent à Canon. Peut-être pour la vidéo, mais certainement pas pour ce qui est de la qualité des clichés, car le Nikon est nettement supérieur, en particulier par luminosité faible ou contrastée.

  7. Jean-Pierre ZEMMOUR | 12 août 2018 à 10 h 29 min | Répondre

    Nikoniste depuis 45 ans, avec d’abord un Nikkormat Ftn dont j’ai longtemps regretté de m’être séparé de ce magnifique objet (superbe construction) pour m’être lancé dans la course aux nouveaux modèle Nikkormat EL, Nikon FM, Nikon FE2 (et les deux en même temps), puis le F3 (excellent, mais construction en retrait). Puis l’arrivée invasive du numérique et la disparition de mon film argentique préféré l’Ektachrome et du kodachrome dans une moindre mesure. Je dois avouer que j’ai eu un passage à vide photographique, mon matériel devenant très obsolescent (y compris mon matériel moyen format). Puis mon retour timide à la photo… numérique avec l’acquisition d’un … D80 … très vite remplacé par un D300S (que je conserverai) et récemment d’un D800. Entre temps j’ai ressenti le besoin d’un matériel plus discret et léger et j’ai fait connaissance du Fuji XPRO 1 et de ses optiques superbes. Tellement bon, pratique, silencieux discret, que j’ai acquis un deuxième boitier afin d’éviter le changement d’optique toujours trop long, risqué et fastidieux . Quel plaisir de partir avec mes deux Xpro1 l’un monté du 23mm f1.4 (35mm) passe partout, en photo de rue et portrait occasionnel… l’autre monté soit du 60mm f 2.4 r ou du 55-200 mm… Belles photos, un bon piqué… On ressent vite la différence quand on vise des personnes avec cet appareil et lorsqu’on les vise avec un gros reflex aussi bon fut-il… Quand je pars avec mon D300 S et son 17-55, je prends aussi mon Xpro1 équipé de cette merveille qu’est le 23mm… Aussi, je dois dire que je ne comprends pas cette espèce de répulsion face à l’hybride… Avoir ne serait-ce qu’une journée en main le Fuji XPRO1 et on comprend vite l’avantage de cet appareil… Alors passer au Nikon hybride FF à un prix qui s’annonce très élevé peut-être, mais lorsque le marché de l’occasion le permettra… En tous cas, un Xpro2… ou 3 plus sûrement. Et ça ne m’empêche pas de rester très nikoniste. Cordialement, Jean-Pierre

  8. tout d’abord bravo pour tout le travail effectué!

    personnellement j’ai un réflex que je n’utilise plus que dans les grandes occasions et un compact canon g15 qui ne me quitte jamais car toujours dans mon sac ainsi je ne rate pas d’occasion de photographier disposant de peu de temps dorénavant!
    mon rêve serait un compact plein format 24*36:)

  9. Un petit clin d’œil à Jean Christophe à propos des bridges Nikon
    Lire dans le dernier Nat’Images N°51 de Aout-Septembre le reportage sur le P900 qui zoom à 2000 mm voir 4000 en électronique (pas d’équivalence en zoom réflex)
    A condition de surveiller les montées en iso, pas de problème et quelle légèreté, idéale pour les randos en montagne.
    Vivement le P1000

  10. Merci pour ce très intéressant dossier!
    De mon côté je possède comme boîtier principal le D850 et comme secondaire le D750.
    Ce qui m’as séduit chez le D850 est le polyvalence du capteur qui performe très bien en haut iso, dans les mêmes eaux que le D750.
    Sa haute résolution qui avec une focale fixe légère et lumineuse permet la souplesse de cadrage d’un petit zoom tout en conservant une résolution largement suffisante en crop DX.
    La sensibilité du capteur af conjointement au capteur rétro éclairé ouvre la porte aux prises de vue confortable en intérieur même avec un éclairage
    faible d’une ambiance « cosy ».
    Exit enfin le pop flash inutile qui sortait parfois intempestive sur mon ancien D810 et qui était une porte d’entrée pour l’humidité.
    Wifi et écran orientable que j’ai découvert sur le D750 sont vraiment bienvenu sur le D850 pour le confort d’utilisation dans de nombreuses applications.
    Malgré mon utilisation systématique du RAW j’apprécie la plus grande précision du posemètre et de la balance de blanc automatique.
    Détail banal mais côté oeillton j’apprécie énormément le volet embarqué contrairement au d750 et aussi petit caprice l’oeillton rond auquel je me suis habitué en 30 ans de pratique avec mes boîtiers Nikon!
    Tout celà dans un boîtier solide qui m’inspire pleine confiance et pour dire je ne voit pas ce que Nikon peut maintenant faire de plus!
    La D850 est mon meilleur boîtier depuis ce temps!

  11. Bonjour ,
    D’abord, merci Jean-Christophe pour l’animation que tu réalises ici au quotidien !

    J’ai eu un D70 qui m’a fait découvrir la photo avec un DSLR, mais c’est l’acquisition d’un 50mm f/1.8, qui m’a permis d’avancer. Il y a un peu moins de 10 ans, j’ai eu le bonheur d’acquérir un D700, et ce boitier reste un plaisir à utiliser au quotidien. Aussi bien jour et nuit au bord des pistes du Mans, qu’en montagne, en voyage, ou en famille, il ne me quitte pas et je ne me vois pas m’en séparer aujourd’hui. Au fil des années mon parc d’optique a aussi grossit de manière importante : sigma 24-70 f/2.8, nikon 35mm f/1.8, nikon 50mm f/1.8, Samyang 14mm f/2.8, nikon 70-300 f/4-5.6, Tamron 150-600 G2 f/4-5.6, …
    Aujourd’hui, j’ai de plus en plus besoin de faire de la video, ce qui serait un bonne raison d’évoluer, et c’est vrai que l’encombrement et le poids de presque 1kg du boitier peut être pénible. En retournant le pb dans tous les sens, je ne me vois pas trop descendre en gamme pour garder la même ergo et robustesse que mon D700 , passer à un format DX qui ne serait pas optimal pour mes optiques, et le peu que j’ai vu du mirorless me tente pas… bref le D850 serait un bon choix pour moi…
    Alors certe le focus est sur le mirorless actuellement, mais pourquoi pas envisager Mr Nikon un D850 « lite » avec le même package techno (expeed 5, video, etc…), même ergo et construction, mais « seulement » 24MP qui seraient très largement suffisant pour moi.

    • Bonjour Vincent,
      J’ai le D850 et c’est vraiment une merveille.
      Comme je l’ai expliqué dans mon commentaire, j’ai hésité 6 mois à me l’offrir, non pas à cause du tarif (pleinement justifié) mais parce que le Sony A7Riii est au même niveau d’excellence, avec la vidéo en plus.
      Quand je vois ton besoin, je ne peux que penser que tu es le client idéal pour le futur hybride Nikon qui sera présenté le 23 août. Il correspond intégralement à tes attentes, et en plus, avec la bague d’adaptation, il te permettra d’utiliser toutes tes optiques…

  12. J’ai débuté en photographie à l’âge de 13 ans lorsque mon père ma donné son F-301. Puis vers l’age de 15 ans en faisant un job d’été, j’ai économisé pour m’offrir l’autofocus avec le F-601. A 18 ans je me suis engagé dans l’armée et apres ma première opex, en ex-yougoslavie, je me suis offert à mon retour le F-90x. Il est quelque part l’ ancêtre des boitiers numériques de la gamme expert/pro numérique d’aujourd’hui, comme l’a été le D700, mais aussi les D800 / D800 E et bien sûr l’actuel D850. Ce F90x était fantastique ! Un autofocus efficace, la mesure matricielle qui tient la route et l’oeilleton pro … Il m’a suivi partout dans mes aventures, notamment en montagnes. C’est d’ailleurs dans le massif du Brevent qui la fait un roulé boulé de plus de 50 mètres dans un dévers . De cette mésaventure j’ai perdu le Sigma 28-70 mm f2.8 qui etait monté dessus. Par contre le boitier, rien ! Juste une petite égratignure sur le prisme. Bravo Nikon. J’ai toujours ce F-90x à la maison, comme le F-301 d’ailleurs. Je n’ai jamais pu m’en séparer…
    J’ai attendu 2012 pour passer au reflex numérique. Mise en menage avec ma compagne, puis le premier enfant, puis le deuxième et comme les finances et le temps n’étaient pas extensibles, il fallait faire des choix. Mais je me tenais au courant de l’actualité et de l’arrivée du numérique. Qui soit dit en passant, n’affolait pas les bookmakers quand à l’avenir de cette technologie. En 1999 j’ai acheté un petit compact numérique Fuji. Nous venions d’installer un PC à la maison et c’était surtout histoire de s’amuser. Les images etaient tellement pourries que mon F-90x était toujours présent lors de mes sorties montagnes. En 2001 je décroche mon premier vrai job où je suis toujours d’ailleurs. Après quelques années ous décidons de partir à New York en famille. Alors je decide de partir avec un compact expert, le Canon G12. Les reflexs Nikon étant cher (D-200) et/ou pas transcendant comme le D70. Ce compact génial a pourtant vite montré ces limites. Ideales en vacances et en villes, il n’était pas très réactif à la mise en marche. Le zooming était plutôt lent et au delà de 1200/1600 isos on ne pouvait pas en tirer grand chose. Alors un ans après j’ai décidé d’investire dans un Nikon D700. Une claque ! Ce boitier était tout bonnement génial. D’abord équipé de mes anciennes optiques Sigma (28-70 f/2.8 et 70-200 f/2.8), je suis passé assez vite 28-70 f/2,8, puis au 70-200 vr II. J’ai complaité par un 16-35 f/4 et un 105 macro vr. Le canon G12 a continué son bout de chemin en m’accompagnant en plongée sous marine, l’une de mes autres passions, dans un caisson Recsea. Mais je me suis bien vite rendu compte que dans ce domaine là également il était à la peine. En 2014 je craque pour une occasion en or. Un Nikon D7000 avec un caisson Hugyfot avec deux flash Inon z-240. C’est avec cette équipement que je vais vraiment débuter et evoluer en photosub. A cette periode je voulais vraiment remplacer mon D700 et pourtant les D800 et le D810 n’auront pas réussi à me faire craquer. Je craque finalement pour le D500 et peu de temps après pour un 200-500 mm et là je comprends immédiatement l’évolution faite depuis le D700, bien que la montée iso ne m’ai pas franchement transcendé ! Alors fin 2017, lors de l’annonce du D850, je casse ma tirelire pour me l’offrir: Une Tuerie !!!! Une montée en isos de fou, une qualité d’image ébouriffante, j’en suis dingue. J’ai d’ailleurs revendu mon ensemble photosub pour offrir à mon D-850, un caisson Nauticam et un WACP de la même marque. Le D700 sera mis en vente prochainement et concernant le D-500, je me tâte. Peut-être serait-il remplacé par le futur hybride ?

  13. Je voulais débuter en photographie avec un petit budget, alors je me suis tourné vers un entré de gamme d occasion, jai choisi un nikon d3200 équipé dun 18 55( objectif kit) jai ensuite acheter un 50mn f1’8 et un tamron 70-300, cest trois objectifs couvrent bvp de possibilité, car comme tout débutant jene savais pas quelle type de photographie de plairait le plus , et je ne suis franchement pas déçu de mon choix, je couvre un large éventail de possibilités et le boîtier est largement suffisant le temps de progresser.

  14. kruydt jean-pierre | 7 août 2018 à 15 h 19 min | Répondre

    Possesseur d’un premier réflex le canon 70 D j »envisage son remplacement étant porté plus photo que vidéo. Le choix de ce prochain boitier APSC se fera sur la base de2 critères : l’absence de filtre passe-bas et sa grande dynamique : le Nikon d7500 est tout désigné . Pour l’encombrement j’espère beaucoup d’un hybride Nikon APSC qui serait doté d’une bonne autonomie surtout et puis d’une stabilisation soit du boitier soit des objectifs . L’autonomie est le problème majeur des hybrides et ajouter un grip pour batteries ne fait pas gagner en poids
    et en encombrement. Fuji va sortir le xt3 en septembre et sera un concurrent à considérer sur ces critères. Coté réflex plein format pour ma part ce serait le Nikon D750 beaucoup plus abouti qu’ailleurs. Si Nikon veut concurrencer SONY
    en FF il a du boulot à faire mais il peut l’emporter par une gamme étendue d’objectifs adaptés à son modèle sortant et…. par des prix plus abordables.. on peut
    rever ?

  15. Moreau Anne-Marie | 6 août 2018 à 22 h 43 min | Répondre

    Depuis 2016, j’utilise Nikon7200 en remplacement d’un Minolta qui ne donnait plus satisfaction dans les tirages papier . Le fait de scanner les pellicules en numérique montrait un manque de résolution que le labo ne corrigeait pas
    Après quelques tâtonnements c’est une révélation que je ne regrette pas .Mon boîtier ne me quitte pas et j’ai repris goût à la photo :paysages, macro, chat et famille . Avec des objectifs lumineux(j’ai préféré mettre l’accent sur ceux-ci), c’est un régal .

  16. En plus de l’olympus OM1 M2 j’utilise le petit compact Sony pour sa Qualité d »image et la possibilité de le mettre dans la poche
    J’attends la sortie de l’hybride Nikon

  17. Personnellement, j’ai commencé par un canon EOS 500D avec 18-55 + 55-200.
    J’en étais très content jusqu’à ce je fasse ce stage (d’une petite journée) durant lequel le photographe, pourtant à côté de moi tout le temps, faisait des photos incomparablement meilleures…avec son nikon D700.
    Je n’ai gardé mon canon que moins de 2 ans, et j’ai craqué quelques mois plus tard pour le D7000. Effectivement, l’ergonomie expert ma permis de progresser, et le « color science » nikon correspondait mieux à mes attentes.
    Je l’ai gardé très longtemps, en rajoutant des focales fixes à mon 18-105 : un tokina 11-16 f2.8 et un 50mm f1.8 AFD.
    Je commençais à tourner en rond et quelque chose me grattait : mes photos me semblaient toujours en-deça de ce que je voyais partout. Ce devait être le plein format !
    J’ai fini par me « convertir », à la sortie du D750 que j’ai pris avec le 24-120, et auquel j’ai rajouté un samyang 14mm f2.8 et le 85mm f1.4 AFS, puis un 50mm f1.4 AFS, rapidement revendu pour être avantageusement remplacé par un sigma ART 35mm f1.4.
    Mon D750 m’a toujours bluffé par sa qualité…
    Pourtant…
    Pour le boulot, j’ai réussi à me procurer un sony A7Rii, et là, devant cette image si fantastique, j’ai trouvé les photos de mon D750 pas terribles : j’avais l’impression de voir un DVD, après avoir goûté au Bluray.
    Ce n’est pas qu’une histoire de résolution (même si c’est la raison majeure), c’est aussi la dynamique.

    J’ai eu une mésaventure il y a un an avec mon D750 : je suis tombé avec dans une rivière et je l’ai complètement noyé !
    Que ce soit le boîtier ou mon 24-120, plus de son plus d’image pendant 3 longs jours. Puis, le miracle s’est accompli : mon matos a fini par ressusciter !
    Pour ceux qui se posent la question, je tire mon chapeau à Nikon pour la qualité de son matériel, j’avais fini par penser avoir perdu près de 3000€ et commençait du coup à lorgner du côté du D810. Mais je trouvais dommage d’investir dans un produit aussi « vieux ».

    Puis le « messie » est arrivé : le D850 !! mais simultanément au sony A7Riii.
    J’ai cogité pendant 6 mois, en ai-je besoin ? Non, mais je veux un nouveau boîtier.
    J’ai lu tout ce qui existe comme comparatifs. Impossible de les départager.
    J’ai fini par me dire que je préfèrerais un A7Riii, compte-tenu de mon expérience du ii et des capacités vidéos. Mais que faire de tous mes objectifs ? Bien sûr ça se revend, mais pour avoir l’équivalent chez sony, cela reviendra à une véritable fortune.

    Voici la conclusion de mon trop long commentaire : j’ai évidemment craqué pour le Nikon D850. Je m’en félicite tous les jours. Il est juste fabuleux. Les images à iso 64 sont sublimes. La résolution est phénoménale. D’ailleurs, j’ai bien sûr craqué pour un nouvel objectif : le Tamron 70-200 f2.8 G2, au rapport qualité-prix exceptionnel.
    J’ai longuement hésité car lors de l’achat, je l’ai comparé au 70-200 f2.8 FL de nikon, carrément meilleur…mais 2x plus cher. Du coup je me suis d’ailleurs séparé de mon 85mm f1.8 dont le piqué est inférieur à celui du Tamron.
    Bref, je pense exploiter mon D850 : les 46 Mpx me permettent une précision hallucinante. Le recadrage en DX me donne tout simplement un D500…mais avec la profondeur de champ d’un plein format. Je me suis mis à la macro (avec de simples bagues d’extension) et la fonctionnalité Focus Stacking est vraiment super. Le focus Peaking en utilisation manuelle est super également (c’était un des atouts que je trouvais à mon sony A6000 que je garde en parallèle pour sa compacité et sa légèreté). La qualité des vidéos en 4K est superlative, et le 1080p 120fps marche super bien. Le timelapse (que j’ai utilisé pour la dernière éclipse de lune) est super efficace. Enfin, je ne pourrais pas retourner en arrière sans snapbridge ou écran tactile.
    Du pur bonheur auquel le seul bémol est l’AF en vidéo, comme je m’y attendais et qui m’avais fait pencher pour le Sony.
    En tout cas, je ne regrette absolument pas mon achat.
    La seule chose qui perturbe à l’heure actuelle, c’est le prochain hybride qui sera dévoilé d’ici 2 semaines. Je l’ai attendu pendant des mois, mais j’en avais marre.
    C’est sûr que mon choix aurait été plus simple : s’il possède le capteur du D850, et les atouts des hybrides, il risque de faire un MEGA carton !!

  18. Merci pour cet article. Avant quand j’étais jeune j’avais un Minolta SRT 101b… ça ne nous rajeunit pas. Et je faisait beaucoup de photos (voyages, famille…), puis mon fils faisant beaucoup de sport je suis passé à la vidéo. A la retraite je suis revenu vers la photo numérique et comme les copains faisaient beaucoup d’animalier, je me suis offert un Nikon D7000 et quelques cailloux dont un Tamron 150-600. J’arais bien acheté un hybride, mais en longue portée il n’y avait pas grand chose… maintenant ça commence à changer, mais trop tard à moins de gagner au Loto !!!

  19. Bonsoir,

    Je ne suis pas nikoniste actuellement car Nikon ne produit pas d’APN me convenant. J’ai gardé un bon souvenir de l’époque de l’argentique avec mon Nikon FE et son magnifique obturateur à lamelles de titane, dont même le bruit de déclenchement très doux a été étudié, mais je ne vois pas aujourd’hui l’intérêt de la formule reflex avec le numérique. Un bon viseur numérique et un bon écran, de préférence orientable, valent largement ce système optique avec miroir qui ne fait qu’apporter des vibrations au moment du déclenchement. De plus, l’écran et le viseur numérique permettent de voir correctement l’image JPEG que l’on obtiendra, avec notamment sa correction colorimétrique, ce que ne peut faire un viseur optique. J’utilise actuellement deux APN, tous deux pour leur coté pratique et leurs possibilités (assez)étendues.

    1. Un bridge Lumix FZ1000 avec son écran orientable et son excellent zoom 25-400mm devant un capteur de 1 pouce, le « couteau suisse de la photo ». Bien sûr, il ne va pas aussi loin qu’on le voudrait en macro ou en photo de nature au télé, mais il reste d’un volume acceptable pour ses possibilités. Je l’emmène un peu partout sans avoir à me coltiner une batterie d’objectifs comme avec mon ancien reflex. En plus, il est très rapidement disponible lorsqu’une opportunité se présente, sans avoir à monter le bon objectif…

    2. Un compact « expert » Canon G5x depuis que la marque s’est enfin décidée à renouer avec ce type d’appareil avec un écran orientable. Zoom 24-100mm devant un capteur de 1 pouce. Très compact, il tient dans la poche et reste discret lorsque vous voulez faire des photos dans la rue en ville sans provoquer une émeute…

    Les responsables de marketing, notamment chez Canon, concentrent toute la technologie sur les reflex pour forcer les clients à acheter ce type d’appareil malgré ses inconvénients. C’est dommage. Je pense qu’il y a un marché à prendre avec des APN pratiques à utiliser et aux possibilités étendues. Mais ce n’est qu’une suggestion…

  20. Kursner Christine | 5 août 2018 à 19 h 57 min | Répondre

    Mes excuses pour les fautes d’orthographes dans mon précédent message qui est parti trop vite et ou le correcteur automatique à fait qu’à sa tête comme d’habitude.

  21. Kursner Christine | 5 août 2018 à 19 h 52 min | Répondre

    Bonsoir,
    Merci pour cet article très intéressant, de même les différents commentaire. En effet le choix d’un appareil est très individuel et doit correspondre à nos usages et exigeantes.
    Pour ma part, depuis que j’ai 16ans, je suis Nikon. Je me suis essayée avec des petits compacts et Bridge d’autres marques mais je suis toujours revenu vers Nikon.
    Sauf il y a 15 mois ou je me suis acheté un Lumia LX15 pour les courses en montagne et pour les trek ou il faut partir léger.
    Actuellement j’hésite à acheter un compact plein Format (Canon) trop habituée au performances d’un reflex.
    J’avais commencé avec le D700 pour arriver au D7100 (en passant par le D80 – D90 – D7000) avec lequel je suis très contente dans presque toutes les situations, sauf pour les photos d’architecture et d’aménagements intérieurs ou le bruit est souvent gênant. Raison pour laquelle je me suis acquit d’un D750 d’occasion. Et maintenant je sais déjà que le D850 est mon nouveau rêve, reste la question du porte-monnaie à régler, car un plus il faut des optiques.
    Voilà ma petite contribution.
    Christine

    • Salut Christine, je viens te faire du mal !!! Et oui désolé ce n’est pas mon habitude, mais je vais t’empêcher de dormir pendant des jours et des jours ….. ( Un vrai salop ce Fred !!!!) Contrairement à ce qui est dit PARTOUT mais vraiment PARTOUT !!! SANS AUCUNE EXCEPTION, ton rêve est tout à fait réalisable , je le sens, qu’au fond de toi , tu te retiens pour le D850 alors que tu en as une furieuse envie, tu justifie ta brimade par le sacro-saint objectifs de qualité PRO , qu’il faut mettre sur ce boîtier d’excellence…. Et qui coûtent un rein et un poumon !!! Et bien , ma pauvre Christine, je suis au regret de te dire que C’EST PAS VRAI !!! exactement comme dans la chanson de jj Goldman , qui dit la même chose en boucle : C’EST PAS VRAI !!!
      Encore une idée préconçue fausse ! ATTENTION je n’ai pas dis qu’un objectif à 200€ est meilleur qu’un à 2500€!!!!
      MAIS pour l’avoir testé lors d’un shooting de présentation du D850 j’ai subtilisé les objectifs magiques présentés avec , pour mes objos à moi !!! Un 50mm f2.8 de merde a moins de 200€( à la date de son achat) et ohhhhh sacrilège j’ai poussé le vice jusqu’à monter sur son auguste bayonnette, le 18-200 au format DX !!! SIIIII MADAME , j’ai osé !!!
      Je suis un grand malade ! Mais ce sont mes objectifs à moi, et j’ai poussé la folie au maximum du raisonnable, j’ai fait les mêmes images , du même manequin sur le même fond de ville avec mon D7000 !! Heureusement que j’étais assis pour visionner le résultat….. Et je te le donne en mille ? Je te récapitule les faits: même manequin, mêmes objectifs, même photographe, même lumière ! Un SEUL ÉLÉMENT CHANGÉ !!! LE BOITIER. JE N’AI JAMAIS EU UN TEL CHOC PHOTOGRAPIQUE PAREIL !
      le photographe de base que je suis après 30 ans de pratique en dent de scie, est devenu comme par enchantement,un photographe talentueux !!! Au vue du résultat obtenu !!! Mais rien ne vous empêche de continuer à croire que le matériel ne fait pas le photographe !!!! Mois j’en rigole maintenant ! C’est à peu près aussi stupide que de croire que la terre est ronde , heuuu non pardon PLATE !!!!je me trompe toujours….
      Un simple boîtier fait la différence…. ( Vous avez souvent vu des photographes connus qui ne font pas trop de merdouilles, se promener avec un modèle de base???? ( Merci de ne pas me sortir le couplet sur l’iPhone plus bel appareil photo au monde) .
      Je compare juste ce que j’ai en ma possession. Et la conclusion est sans appel, le boitier y est pour beaucoup et encore sans connaître le boitier et ces innombrables possibilitées, en restant classique dans les réglages…
      Tout cela pour te rassurer : OUIIII TU PEUX T’ACHETER le D850 avec un 50 mm de base , tu ne vas pas l’endommager, par contre tu vas faire des photos extraordinaires , je n’ai pas dit que cela fonctionnait aussi bien avec le Caillou vendu en kit avec les appareils d’entrée de gamme ( notez bien le ENTREE DE GAMME, et pas: bas de gamme, car tous les boitiers Nikon reflex actuels font de supers photos et sont de très bons compagnons) mais le couple D850 50 mm fonctionne au poil. Il en est de même avec le D850 et le 18-200 DX ,COMME LE BOITIER EST SUPÉRIEUREMENT INTELLIGENT, il passe direct tout seul comme un grand en format DX ! ben oui ils ont pensés à tout chez Nikon.
      Alors pourquoi je te dis celà ? Pour te rassurer , que le boitier de tes rêves est à portée de tes petits doigts, que tu peux très bien vivre avec un objectif simple et pas cher,que tu vas faire des merveilles, ET que tu auras le temps de t’acheter un des 3 objectifs composants la Sainte Trinité, pour accéder au meilleur de ton boîtier dans quelques mois .
      Je n’ai pas fini de te convaincre ? Tu peux obtenir des prêts à taux 0 % sur 19 mois ou dans ces eaux là ! Chez ton photographe préféré !
      Si tu es sur la région Sud ouest je peux t’aiguyer, mais je pense que ça doit se faire un peu partout en France ? En tout cas te voilà convaincue : il te faut au plus vite ce boîtier superlatif, extrêmement agréable à tenir en main malgré sa taille, je n’ais pas des main de bûcheron québécois. Et NONNNNN il n’est pas trop cher! Il est à son prix pour tout ce qu’il offre,je pars du principe qu’il faut toucher à tout en photo, d’abord pour ne pas se lasser,puis pour trouver SA VOIE ! cet appareil est idéal pour celà car il est superlatif en tout !et très versatile. Je concluerai mon roman, désolé pour la longueur ! Par la phrase suivante : la vie est si courte !!! Et tu ne sais pas à quel point tu es près de la fin !
      Si tu as des envies , laisse toi tenté !
      Ta bonne conscience : Fred !

      PS: es t’il besoin de te préciser mon boîtier actuel ???? Tu as trouvé ?
      Ahahahahahhahahhhhhh

      • Christine Kursner | 8 août 2018 à 22 h 10 min | Répondre

        Bonsoir Fred et tous les intervenants. Très intréssant vos commentaires et expériences.
        Le D850, c’est sur je vais me le payer. Des optiques j’en ai déjà
        (Nlikkor 20mm – 28-300 – 80-400). Je regrette le petit Sigma 17-70 qui est tout simplement magnifique sur des boîtiers DX.
        Dans mon premier commentaire, je ne vous avais pas tout dit, pour mon dernier Trek au Dolpo (4 semaines entre 3000 et 5600m) je voulais renoncer à amener mon D7100 pour des questions de poids. J’ai fait donc l’acquisition d’un D5600 qui m’a surpris par sa qualité. Il fallait s’habituer à la légèrté du boîtier, mais pour finir, même à une main bonne stabilité.
        Je m’étais donc équipé du D5600 avec le Sigma 17-70 et le Nikkor 28-300 et sur la ceinture le petit Lumix LX15.
        Partant à nouveau en Trek au Nepal au mois d’octobre prochain, mon dilemme (avant le D850) est maintenant: me contenter de mon équipement actuel ou de changer le LX15 par le plein Format Canon Power Shot G1X Mark III.

        • Bonsoir Christine.
          En tant que possesseur comblé de D850, je ne peux que te conseiller de foncer.
          Pour ce qui est du G1X mark iii, c’est marrant parce que je l’ai conseillé à quelqu’un hier qui bosse en Guyane. Le fait que ce soit un compact apsc avec une optique plutôt performante est déjà intéressant. Si on considère en outre sa tropicalisation, cela devient effectivement un bon choix pour ton track au Népal.
          Bonne continuation !

        • Excuses moi Christine
          Le G1 x mark iii plein format ???? Tu es sur ??
          Bonne journée et bonne photos

  22. Un travail de collecte de données exceptionnel . C’est sympa la diversité des choix et des motivations de chacun. Félicitations

  23. photographe très amateur depuis 1967, j’ai laissé mon Zenith E -Helios 44 sur une étagère ou il a pris la poussière pendant des années…suis revenu a la photo par l’achat d’un fuji Finepix puis arrivant a la retraite , j’ai enfin acheté un reflex ( Nikon car mon fils est Nikon !!!!) le D90 puis je suis passé au D 7100 et au D750 . Le D7100 me sert surtout pour l’animalier , le D750 paysage , macro et portrait . Pour des problèmes de poids , j’ai récemment fait faux bon a Nikon en prenant le bridge sony RX 10 M IV qui me sert pour la billebaude , et le voyage …. et qui m’a vraiment étonné par ses qualités et sa véritable polyvalence a moins d’1Kg

  24. Après Les Nikon F F2 Nikkormat puis F3 , FE , FM, et enfin F109, suis passé aux D.
    Maintenant j’ai D800 depuis 4 ans plus acheté récemment D7200 en second boîtier.
    J’ai aussi depuis l’an dernier un Leica V-Lux quand je veux me balader léger (l’equivalent Panasonic n’etait Plus dispo !).

  25. Bonjour,
    Merci pour cet article documenté et non partisan.
    Je suis en Nikon depuis l’argentique. Ensuite D80 puis D7100 et désormais D500 (magnifique).
    Mais le poids et l’encombrement m’ont conduit en parallèle à m’équiper d’un Lumix LX100.
    Une petite merveille en rando (le poids) et aussi pour les photos de rue (beaucoup plus discret). Qualité au top ( piqué, n. et b détaillé) et le plaisir de réglages « à l’ancienne » intuitifs.
    Le reflex est spécialisé (faune, macro, et lorsque le temps est consacré à l’activité photo) et le compact expert pour sa disponibilité, toujours avec moi en déplacement professionnel.

  26. intéressant tout ça! Je suis passé en qques années du d5000 au d600 puis d800. Je viens de profiter de l’offre intéressante de Nikon sur le d810. Belle évolution par rapport au d800 qui était bcp plus difficile, notamment au niveau de l’autofocus et de la sensibilité. L’un comme l’autre sont de très beaux appareils de studio. Le 810 est très à l’aise dans à peu près toutes les situations. Attention, il est gourmand en énergie.

  27. Très intéressant cette enquête quant au choix du matériel. Pour ma part,j’utilise en reflex un ancien Nikon D3 acheté d’occasion dont l’ergonomie est quasi parfaite mais trop bruyant dans certaines circonstances ainsi qu’un hybride Fuji Xpro1 car ce dernier me permet de lui adjoindre des optiques anciennes de quasiment toutes les marques existantes. Je rêve néanmoins d’un boîtier possédant un menu minimaliste (réglage des vitesses,de ma mesure d’exposition, de la mesure de la balance des blancs;d’un réglage de sur et sous exposition ,d’une loupe de mise au point,d’un retardateur et c’est tout ! Je sais,la simplification n’est guère à la mode quand on voit le volume imposant du mode d’emploi d’un four à micro ondes par exemple mais on peut rêver !

  28. Pour moi qui était Nikon depuis le début de mon parcours photographique, j’ai gardé pendant longtemps mon D700 et un D750 et depuis peu je suis passé chez Sony avec le A7 iii que je trouve au dessus du lot de ce qui se fait en ce moment. Compact des montées iso de fou des optiques au top.
    Bonne photos à tous

  29. Bonjour
    Article très intéressant . Pour ma part, j’utilise un D 7000 avec le 18/105 livre dans le pack. J’en suis pleinement satisfait et j’envisage l’achat d’un70/300 pour des photos sportives.

  30. Bonjour,
    J’utilise un D600 depuis 6 mois. Je shootais auparavant avec un hybrique Panasonic GX80, gros concentré de technologie, stabilisation boitier 5 axes + optique 2 axes. Et pourtant j’ai tenais réellement à switcher vers un plein format, quite à mettre de coté le confort de la technologie. Pour la petite histoire, j’ai acheté mon premier boitier dans les années 90, argentique, un Minolta X300. Je me suis très vite senti attiré par le portrait N&B. Je n’ai fais que ça pendant 2 ans. Mon premier numérique a été le D50. Je faisais de la photo de famille, rien de bien fou. Puis, été 2017 je décide de m’y remettre, et j’achète un petit hybride Panasonic donc, le GX80. Un micro 4/3, 4k etc… avec un objectif sympa en kit pour le voyage, le 14/140.
    Là je redécouvre le plaisir de shooter, j’ai déménagé dans le gers il y a peu, et les paysages sont juste fou. Mais, je ne m’amuse plus à faire du N&B en portrait comme avec mon Minolta 25 ans auparavant. Je me renseigne, et décide de partir sur un D600 (cause économique) que je touche à moins de 500€ (40000+ déclenchements très propre) et une optique de légende, le 20/35 nikkor 2.8 qui lui date de 1993.) Depuis, l’appareil ne me quitte plus, avec son Grip. Depuis j’ai investi dans un sigma 50 1.4 qui me régale et j’ai retrouvé le plaisir de faire du portrait N&B comme au premier jour. Dernièrement j’ai fait une affaire avec un 28/300 nikon que j’ai touché à 350 sur leboncoin, et je m’amuse à faire un peu d’animalier. Voilà pour mon histoire avec le D600 🙂

    • Salut Yvan, très belle histoire que la tienne, qui va vraiment à l’encontre de la vie actuelle et ça j’adore !!!!! Mais il faut que tu m’en dises( que tu nous en dises plus!!!) Sur le pourquoi de ton désir de passer au plein format ? Qu’as tu retrouvé dans le plein format ? Que tu n’avais pas dans ton 4/3, là nous touchons le vrai sujet. Tout le reste n’est que poudre aux yeux ou de perlimpinpin au choix.
      Dans l’attente de ta réponse. Bonnes photos.
      Fred

  31. Bonjour JC,
    Pour faire « ma petite photo de tous les jours », j’ai toujours un D200 et un D300, et…rien d’autre. J’avais un D700, que j’ai revendu après 3 ans car… »trop gros »..! Et quand je vois la taille des FX actuels, j’ai une grosse crise de nostalgie en pensant à mes FM ou FE (que j’ai encore, bien sur..). Coté optiques, j’ai encore le bon (et costaud…) 18-70G ED, un Tamron 18-50/2.8 et un 55-200( peu utilisé..). Je n’ai pas/plus d’autres besoins.
    Parfois, j’utilise encore des objos AI(s) ou autres « anciens » AF Nikkor (zooms ou fixes..). En changeant de PC, j’ai eu le bonheur de voir que CaptureNX2 tournait encore sous Win 10, cela aussi malgré des mises à jour de cet OS parfois « meurtrières » pour d’autres anciens programmes…
    J’aimerais bien aussi mettre un Nikon Df dans mon sac, mais ce n’est pas urgent…
    Je garde mes D200 et 300; qui me donnent encore de très bonnes photos; produisent des fichiers (même RAW…) qui ne pèsent pas des tonnes; qui ne demandent pas de PC ou programmes qui « coûtent un bras », etc…
    Je trouve que les reflex actuels (Ttes marques confondues..) sont « trop is to much », idem pour les optiques, bien trop « électronisées » à mon goût . Il y aura bientôt, dans les fûts, plus de composants électroniques que de verres; si n’est déjà pas le cas..?!!.
    Je rêve toujours d’un « FX » de la taille d’un FE, simple « comme avant », sans mode d’emploi de 250 pages, sans ceci, sans cela, etc…Un boitier simple, pour faire simplement de bonnes photos…

  32. Très sympa ce dossier qui permet de voir qu’il y a autant de possibilités de matériel que de photographe et ça c’est bien. Je trouve cependant que les marques devraient faire un effort pour simplifier leurs gammes que je trouve trop complètes , je verrai par exemple 2 modèles entrée de gamme DX . 2 millieu de gamme / 2 modèles experts / 2 modèles expert pro tout cela dans le but de faire des économies de fabrication énorme , des économies de distribution, des économies de Publicités ce qui permettrait d’en offrir beaucoup plus aux clients à des tarifs contenus …. Mais bon nous avons plutôt à faire au contraire, plus il y a de modèles plus la marque se porte bien!!! Si j’ai bien compris leur buts. Pour Pentax , j’ai une tendresse particuliere pour cette très vielle marque qui a ses adeptes extrêmement fidèles et rien que pour ça , chapeau . Ces boîtiers son tout aussi valable que les autres marques mais le soucis c’est que Sigma et Tamron devraient développer aussi leurs derniers objos pour cette marque également, il semble que ce soit de moins en moins le cas et c’est dommage.
    Pour finir, une petite remarque sur le D850 : attention ce n’est pas le monstre que l’on nous présente un peu trop souvent, il est largement aussi utilisable que ces copains .c’est sur que si on ne connais ni ne comprends le fonctionnement du triangle d’exposition, on n’a que faire d’un tel engin, mais il reste tout à fait normal comme boîtier et le passage d’un moyen de gamme DX vers Celui ci ne pose absolument aucun problème. Il faut juste réapprendre certains automatismes comme la vitesse d’exposition qui ne peut pas avoir la même valeur que ce que l’on connaissait avant mais à part cela il ne mord absolument pas , aucun risque non plus de se chopper des échardes avec . ET LA QUALITÉ DES PHOTOS EST EXCEPTIONNELLE !!!! Même avec des objectifs pas forcément exceptionnels . On peut y aller progressivement de ce côté là , car il faut bien l’avouer , il faut encaisser son prix ( il n’est certainement pas trop cher, il est simplement cher mais le prix est largement justifié par tous ces atouts . ) La différence de résultats sur les photos est dingue et permet de faire des livres photos fantastique. Si vos photos restent bêtement sur vos disques durs , ce boîtier n’est pas fait pour vous non plus car son intérêt est pour les tirages.et dernier point surtout sur ce jouet d’exception, il ne faut pas croire que l’on fait toutes les photos à 45 millions de pixels, ce n’est pas sans ce but qu’il a été conçu par Nikon . On fait le quotidien avec beaucoup moins MAIS Le jour où on a besoin des 45 millions , on les a pour s’éclater avec . C’est comme cela qu’il faut le voir.
    En tout cas quel que soit votre boîtier , sortez le avec les beaux jours, ils seront bien plus heureux qu’au fond d’un placard 😊

  33. Bonjour Jean Christophe et vous tous
    pour ma part j’ai un Nikon D5500 que j’utilise avec plaisir.L’objectif étant celui qui était vendu avec l’appareil un Nikon AF-S DX 18-105 f/3.5-5.6 .Quelques reportages nature,mariages et sports roller vitesse et vélo aucun problème rencontré.Mais il me fallait monter en gamme , je me suis tourné vers le Nikon D 500 car je voulais resté en DX Pour ce qui est des objectifs j’ai acheté un Nikon AF-S DX 18/300 f/3.5- 5.6 ,un Sigma ART 85 mm F 1.4 DG HSM une pure merveille une netteté incroyable et un bel effet de bokeh j’ai aussi unNikon 35 mm f/1.8
    Voilà salutation a vous tous
    .
    Un grand merci pour ton travail

  34. BRAVO, super la présentation des appareils Nikon

  35. Vous avez oublié de parler de la marque Pentax parmi les appareils concurrents,pourtant c est une excellente marque,tout comme les marques que vous avez citées.Mais bien évidemment sur un site comme Nikon passion on mettra en avant les boitiers Nikon c est un peu logique

  36. Bonjour
    Article explicite et qui me semble exhaustif.
    J’utilise un D 800 depuis sa sortie avec pour objectifs un NIKON AFS 24-70/2.8 et un NIKON AFS 70-200/2.8
    J’utilise de plus en plus le bridge Sony RX 10 IV pour son zoom de 24×600 2/4.
    Et bien sure j’aimerai passer au D850 pour remplacer mon D800 qui a fait son temps.

  37. J’ai oublié: j’attends aussi la sortie de l’hybride plein format Nikon, avec impatience…

  38. Bonjour Jean Christophe
    Comme toujours, intéressé par ces dossiers et commentaires.
    Pour ma part, j’ai un D750 acheté peu après sa sortie. Je l’ai choisi pour sa compacité, il correspond parfaitement (et le mot est très juste) à ma main, et avec une courroie de poignée, je peux le garder très longtemps à la main sans aucune fatigue. D’autant plus que j’utilise essentiellement un 50mm 1,8 D, ce qui fait un ensemble plutôt compact et discret. Cet objectif est complété par un 24mm, et cette « doublette » me permet de faire une immense majorité de photos. Les autres sont prises avec un 60mm macro, qui convient également en mode « DX », pour du portrait. Peut-être achat d’une longue focale dans quelques temps…. Un seul bémol: Le bruit. Celui du miroir du D750, pas discret du tout, et de l’autofocus du 50mm (qui n’est pas très rapide non plus). De ce côté, le 24mm est vraiment rapide et silencieux.
    Bien cordialement, à tout le monde

  39. article accessible, explicite et qui me semble exhaustif
    la carté des propos, la franchise et l’honnêteté dans les développements sont mesurables dans les analyses
    continuez ainsi
    cordialament

  40. Une nouvelle fois article très clair, précis, concis … Bref super intéressant.
    Un grand merci pour le travail fourni

  41. Moi j’ai un reflex Sony : le A58 ! mais je dois être la seule ! MDR!
    c’est un très bon entré de gamme, qui entrait dans mon modeste budget. J’aurais pu acheter une autre marque, mais je suis restée fidèle à mon premier reflex qui était un Minolta 😉 Quand je serais riche MDR! je pense aller vers un hybride plein format de chez Sony. bonnes photos à tous

  42. En tant que passionné (j’appartient au Foto Club Quilmes d’Argentine), j’ai remplacé mon D7000 par un D750 pour passer au format FX. J’attendais l’hybride plein format de Nikon, mais quand j’ai su qu’il n’arriverait pas avant 2019, j’ai perdu la pacience. J’aime les photos de rue, de paysage et de nature. Mes premières impressions du D750 sont bonnes. La grande différence avec le D7000 se sent dans la profondeur de champ qui dépend beaucoup de l’ouverture.
    Je possède aussi depuis plusieurs années un V2 avec un 10-100mm que je garde comme appareil léger.
    Le seul reproche que je peux faire pour le moment à mon D750 est le bruit du mirroir quand on prend une photo.