Comment publier ses photos, droit d’auteur et protection des photos, le guide ultime – 8

Vous publiez vos photos sur le web mais vous avez toujours peur de vous les faire pirater. Bien que ce soit un risque à courir, il faut l’accepter, il existe toutefois quelques techniques simples pour assurer la protection de vos photos. C’est l’objet de ce dernier article du dossier sur la publication web (voir le premier article).

droit d'auteur et protection des photos

La protection des photos sur le web, problématique

Publier une photo sur le web, c’est l’exposer au public. C’est votre but :

  • être visible,
  • vous faire connaître,
  • gagner de l’audience,
  • recevoir des demandes de prises de vue,
  • générer des revenus pour certains.

Mais il y a des travers. De nombreux robots explorent le web (Google par exemple) et  indexent vos photos. Des personnes peu délicates vont les télécharger, pour les utiliser sans vous demander votre accord.

Si cela vous pose un problème, sachez qu’une seule règle est valable :

« si vous ne voulez pas que vos photos circulent sans votre accord, ne publiez rien sur le web. »

Vos photos sont téléchargées sans but commercial

Elles peuvent être publiées, sans volonté de nuire ni but commercial, par une autre personne. Certains pensent que tout ce qui est en ligne peut être utilisé librement. C’est faux.

Pour éviter cela, publiez vos photos sous licence Creative Commons si vous acceptez qu’elles soient utilisées, la licence vous garantit le respect de votre droit d’auteur. En donnant ainsi la règle du jeu, les autres sont informés et peuvent la respecter. Vous pouvez réagir dans le cas contraire.

Sinon publiez vos photos sous licence commerciale avec la mention « tous droits réservés ». Il faut alors vous demander votre accord.

Vos photos sont téléchargées dans un but commercial

Celui qui fait ça vous prive de vos droits. Ce n’est pas qu’une question d’argent, la valeur d’une photo est nulle de nos jours. Mais ne pas mentionner l’auteur est illégal.

Pour éviter cela, mettez en place un service d’alerte (Google Alert par exemple) vous permettant d’identifier qui a utilisé une de vos photos (l’alerte peut porter sur votre nom à ajouter à chaque photo).

Chaque fois qu’une de vos photos est vue quelque part, vous êtes alerté. A vous ensuite de faire valoir votre droit d’auteur.

Je l’ai fait plusieurs fois, je contacte les intéressés en demandant le retrait ou en envoyant une facture. Le problème se règle vite.

La photo est sortie de son contexte

Téléchargée depuis le web, hors contexte, votre photo peut être utilisée pour faire passer un message qui n’est pas le vôtre. Sortir une image de son contexte et réinterpréter est facile. Tout le monde peut le faire.

Ce n’est pas une question d’argent, à nouveau, mais une question de positionnement. Imaginez que votre photo serve une cause qui n’est pas vôtre, vous n’apprécierais pas et cela peut vous nuire.

Légendez toujours vos photos en donnant le contexte :

  • lieu et date
  • description contextuelle

Vous pouvez même ajouter que la photo décrit une situation particulière, qu’elle ne peut être sortie de ce contexte. Ce sera « votre preuve » en cas de réutilisation non contextuelle.

Un aspect technique méconnu

Pour afficher une photo sur le web, vous devez la mettre en ligne sur un serveur. Celui d’un site de partage, hors de votre contrôle, ou le votre, sous votre contrôle.

S’il s’agit de votre blog ou de votre galerie par exemple, vous pouvez vivre la situation suivante : une de vos photos est hotlinkée.

Ceci signifie que le lien vers le fichier, sur le serveur, a été copié puis inséré sur un autre site. Le fichier est toujours sur votre serveur, c’est lui qui affiche la photo sur un autre site.

Si cet autre site a une forte audience, votre serveur va devoir gérer de nombreuses connexions. Il n’est peut-être pas dimensionné pour, votre hébergement va être débordé. Il sera très lent ou bloqué par votre hébergeur (c’est le cas avec les hébergements web à faible coût sur les serveurs mutualisés).

Alors que vous n’avez rien demandé, c’est à vous de gérer les conséquences. Pas très fair play.

J’ai connu cette situation plusieurs fois. Pour l’éviter, si votre site le permet, utiliser un bloqueur de hotlinks (un plugin WordPress par exemple).

Chaque fois qu’un lien vers une de vos photos est mis en place sur un autre site, votre bloqueur le voit. Il bloque la connexion ou mieux, il envoie une autre image.

S’il bloque, votre hébergement ne souffre plus du hotlink.

S’il envoie une autre image, soyez joueur pour punir le coupable. Créez un lien vers une illustration mentionnant « cette photo a été volée » en lieu et place de la photo. Ou toute autre image suggestive, je vous laisse être créatif …

Le site voleur va vite retirer le lien, je vous le promets, j’ai testé !

Protection des photos sur les réseaux sociaux

Certains utilisateurs pensent que les réseaux sociaux deviennent propriétaires des photos dès que vous les partagez sur un réseau social. Ce serait même écrit dans leurs règles d’utilisation.

C’est faux.

Ce que disent les réseaux sociaux c’est :

  • toute photo, publiée, peut être partagée sur le réseau par d’autres membres si vous en avez donné la permission,
  • le réseau favorise ce partage,
  • il se donne donc le droit de le faire,
  • et vous demande, à l’inscription, d’accepter que ce soit possible.

Vous n’autorisez pas une cession de droit d’auteur, vous autorisez le partage. Vous restez l’auteur de la photo, l’ayant droit. En France, le droit d’auteur prévaut sur les règles des réseaux sociaux. Sachez toutefois qu’n cas de litige, vous battre face à Facebook ou Twitter, c’est peine perdue.

En pratique, protection des photos, comment faire ?

Je ne vous ai pas encore découragé ? Ne le soyez pas, il vous reste des possibilités.

Il est possible de publier vos photos sans subir ces outrages. Il vous suffit d’accepter ces quelques contraintes :

  • publiez des photos en basse définition, 800 pixels par exemple, cela limite l’impression,
  • ne publiez que les photos que vous supportez de voir réutilisées sans accord accord,
  • ne publiez jamais l’intégralité d’une série, gardez des images pour vous,
  • utilisez les protections techniques classiques (blocage du clic droit, du hotlink),
  • insérez un filigrane discret sur vos photos, elles seront « marquées »,
  • conservez toujours l’original, le RAW de préférence, c’est votre négatif, la preuve que vous êtes l’auteur,
  • publiez en privé si vous ne voulez courir aucun risque.

Publier vos photos est une bonne pratique. C’est formateur, cela fait connaître vos images, votre passion. Cela peut même vous aider à développer une activité professionnelle.

Ne soyez pas parano. On vous a volé une image ? Est-ce si grave ? Vos images sont elles exceptionnelles au point que tout le monde vous les volent ? C’est rare.

Si jamais vous vous faites voler des images « à ce point », dites-vous qu’il y a une raison. Elles plaisent. C’est bon signe non ? A vous alors de réagir en publiant moins et en gérant vos droits. C’est faisable, un juriste pourra vous aider.

C’est fini !

Ce dossier sur la publication web touche à sa fin. Les sept premiers articles sont en ligne, voici la liste complète !

Des questions, des remarques ? Vous avez la parole via les commentaires.

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour partager ma passion. REJOIGNEZ MA LISTE DE CONTACTS PERSOS et recevez des conseils pratiques et motivants.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


7 Commentaires sur "Comment publier ses photos, droit d’auteur et protection des photos, le guide ultime – 8"

  1. Hélène Marguerie | 30 août 2020 à 18 h 37 min | Répondre

    j’ai été très intéressée pars votre article concernant la publication des photos sur le web. j’ai un ami qui m’a conseillé d’adhérer à DAGP pour le droit des artistes .
    qu’en pensez-vous?
    merci pour vous conseils
    Hélène

  2. Bonjour Jean-Christophe,
    Merci pour ces infos très intéressantes.
    Est il interessant de mettre des légendes dans les exifs ?
    Quels sont les outils permettant de mettre un filigrane ?
    Et enfin il me semble qu Instagram n autorise que le partage des photos et pas le téléchargement. C est exact ?

    • Il est possible de mettre une légende dans les données IPTC associées aux photos, pas les EXIF. Tous les logiciels un tant soit peu sérieux permettent d elle faire, de même qu’ajouter un filigrane.
      Instagram n’autorise pas le téléchargement des photos en effet, ceci dit rien n’est jamais impossible à qui veut le faire. Mais ne tombons pas dans une paranoïa permanente, ou bien il ne faut rien publier du tout.

  3. bonjour,
    avez-vous fait un article sur instagram ?
    merci

  4. Bonjour Jean-Christophe
    merci encore une fois pour ce travail très instructif.
    Je découvre tout cet univers je me refuse aux réseaux sociaux.
    Qu’en est-il du Portfolio d’adobe on ne maitrise pas la taille de la photo publiée entre autre.
    Bonne journée