Photos jaunes ? Température de couleur et balance des blancs

Jaune moutarde, ça vous évoque quelque chose ? Avez-vous déjà vu deux pots de moutarde de la même couleur ? Ne parlons pas du rouge pivoine, ni du rose saumon ou du bleu lavande … Faire des photos jaunes vous parle ?

A voir comment réagit notre cerveau à la lecture des couleurs, on se demande comment les pauvres neurones électroniques de notre appareil photo sont capables de les percevoir … C’est ce que nous allons voir !

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Ce tutoriel vous est proposé par Jacques Croizer auteur d’un guide technique qui détaille tout ce que doit savoir un photographe pour réussir ses photos. Il l’a décliné dans un second ouvrage consacré aux principales situations auxquelles tout photographe se trouve un jour ou l’autre confronté.

Voir les livres « Tous photographes ! » …

Photos jaunes : la température de couleur

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Polychrome – f/4.5 à 1/200 s – Photo (C) Jacques Croizer

Une pièce de métal progressivement chauffée par un ferronnier en voit de toutes les couleurs. Elle rougit d’abord timidement, devient jaune, puis blanche à mesure que sa température augmente. Sa seule couleur suffit à l’artisan pour en connaitre la température.

A chaque température correspond une couleur. A chaque couleur, il est possible d’associer une température. La lumière ne fait pas exception. Toute teinte peut être caractérisée par sa température, qui s’exprime en degré Kelvin (K).

La lumière chaude de la flamme d’une bougie affiche une température de couleur relativement basse (de l’ordre de 1500 K) alors qu’un ciel bleu d’hiver en montagne, teinte froide, peut atteindre les 9000 K. Cette valeur élevée correspond bien à une véritable température, au sens commun du terme : celle à laquelle il faudrait chauffer un objet noir pour qu’il devienne aussi bleu que le ciel.

Les termes chaud/froid désignent ici un ressenti esthétique totalement déconnecté de la température au sens commun du terme : plus la couleur est chaude et plus sa température est basse. Ce n’est pas pour simplifier notre compréhension du phénomène. Le tableau ci-dessous donne la palette des températures qu’on rencontre dans le domaine de la photographie, en fonction de l’heure de la journée, de la météo ou de la source de lumière.

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Tutoriel Photos jaunes : Températures de couleur courantes

La balance des blancs

Si l’œil humain ne perçoit que très peu les variations de la température de couleur au cours de la journée, c’est que notre cerveau corrige en permanence la perception que nous avons du blanc, afin qu’il reste bien blanc. L’appareil photo le fait également à notre insu. Cette opération s’appelle la balance des blancs (BdB).

Ce nom vous dit quelque chose ? Sans doute l’avez-vous déjà vu apparaître dans un menu ou sur un bouton de votre appareil ? La balance des blancs est par défaut automatique, mais vous avez aussi la possibilité de prendre la main et d’imposer votre choix, comme vous avez déjà l’habitude de le faire avec la sensibilité ISO, la vitesse ou le diaphragme.

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Tutoriel Photos jaunes : Menu température de couleur

Pourquoi sélectionner nous même une température de couleur ? C’est par exemple utile avec les éclairages de studio, dont la température de couleur est parfaitement maîtrisée : 5 500 K pour un éclairage type lumière du jour. Il suffit d’introduire cette valeur dans le menu balance des blancs pour être certain d’avoir un rendu colorimétrique fidèle. De nombreux boîtiers permettent même d’anticiper une éventuelle dérive sur l’axe vert/magenta.

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Tutoriel Photos jaunes : Sélection de la température de couleur

Les choses se gâtent en extérieur. Il est en effet alors impossible d’avoir une idée précise de la température de couleur, si ce n’est en investissant dans un thermocolorimètre, accessoire très utilisé dans les studios de cinéma, mais beaucoup trop cher pour l’usage qu’en aurait un photographe amateur.

Les trois choix possibles dans les menus se résument généralement à soleil/ombre et nuageux. Essayez-les pour voir comment varient les couleurs de votre photo.

La balance des blancs manuelle, option que vous découvrirez dans le guide de votre appareil, est une méthode qui permet d’obtenir un rendu colorimétrique fidèle. La calibration du boitier à l’aide d’une charte spécifique va dans le même sens. Ces méthodes sont fiables mais pénalisent le photographe à la recherche de spontanéité.

Dérives volontaires

Lorsque la balance des blancs est correctement déterminée, toutes les teintes de votre photo sont fidèles à celles de l’arc en ciel. Mais ce n’est pas toujours ce que cherche le photographe créatif.

Aujourd’hui par exemple, vous vous sentez d’humeur joueuse. Vous avez décidé de faire une bonne blague à votre appareil en lui indiquant une fausse température de couleur. Le blanc est à 6 500 K ? Vous lui faites croire qu’il est à 8 000 K. Que va-t-il se passer ?

Tout le spectre va se décaler vers la droite afin de respecter la nouvelle consigne (partie haute du schéma ci-dessous). Vous avez décidé de fixer une valeur plus chaude que la réalité (donc une ambiance plus bleutée) ? L’appareil corrigera cet excès fictif en rajoutant du rouge ! La photo affichera donc in fine une dominante chaude. Une bonne aubaine pour amplifier l’ambiance de vos couchers de soleil ou pour réchauffer un portrait !

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Décalage de la température de couleur

A l’inverse, si vous avez indiqué une température de couleur plus basse (4 500 K au lieu de 6 500 K sur la partie inférieure du schéma), donc une ambiance plus chaude que la réalité, le spectre se décalera vers la gauche : l’automatisme ajoutera le bleu supposé être nécessaire pour assurer la neutralité de l’image. Elle se retrouvera globalement refroidie.

Sur la photo ci-dessous, la température de couleur a volontairement été baissée à 4200 K au lieu de 5 600 K afin de renforcer la teinte bleutée du ciel au crépuscule.

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Point de vue – f/1.8 à 1/40 s – 500 ISO – Photo (C) Jacques Croizer

Synthèse

Il n’est pas exclu qu’à la lecture du précédent paragraphe, vous ayez été pris d’un léger mal de tête. Les couleurs se mélangent : si j’ajoute du rouge, l’appareil me renvoie du bleu… et vice-versa… pas évident tout cela !

Il est possible de synthétiser la règle de manière simple :

  • pour réchauffer l’ambiance, il suffit d’augmenter la température de couleur au-dessus de sa valeur réelle,
  • pour obtenir des teintes froides, vous devez descendre la température de couleur.

C’est finalement très logique !

Post traitement

Il n’est pas rare de s’apercevoir a posteriori que la balance des blancs faite sur une photo est incorrecte : étourderie (le réglage est resté positionné sur celui qui avait été fignolé lors de la précédente séance de prises de vue) ou mauvaise mesure de l’automatisme dans une ambiance lumineuse composite : la photo est trop bleue ou trop rouge, trop verte ou trop magenta.

Si la prise de vue a été faite au format RAW, la correction sera très rapide. Il suffira d’éditer le fichier à l’aide du logiciel de dématriçage fourni avec l’appareil (capture NX-D pour Nikon) et d’indiquer la valeur correcte de la température de couleur. L’image JPG sera reconstruite avec ce nouveau réglage. La photo retrouvera ses teintes naturelles, quitte à effectuer la manipulation localement et en plusieurs fois en présence d’éclairages hétérogènes.

Si la prise de vue a été faite au format JPG, la manipulation risque d’être un peu plus compliquée. En observant les deux copies d’écran ci-dessous, on s’aperçoit immédiatement que le langage utilisé n’est pas le même. Pour traiter le format RAW, on parle le langage du photographe : température de couleur, nuages, …. Sur le JPG, on utilise les mots du coloriste : tons, couleurs…

Photos jaunes : température de couleur et balance des blancs

Correction de la balance des blancs

Pour corriger la balance des blancs sur un fichier JPG, nous devons donc endosser de nouveaux habits qui nous emmènent bien loin de la prise de vue.

Le premier réflexe serait de désaturer la couleur dominante : la photo est trop bleue ? J’enlève du bleu ! C’est alors la saturation globale de l’image qui va en pâtir. Il est préférable de renforcer la couleur complémentaire, ajouter du jaune pour diminuer le bleu, du rouge pour diminuer le cyan, etc… C’est sur ce principe qu’est conçue la fenêtre de correction de la balance des blancs.

Conclusion

Le monde des couleurs exactes est ingrat. Nos appareils photos font tout ce qu’ils peuvent pour nous faciliter la tâche, mais il faut bien reconnaître qu’en mode automatique, il reste du chemin à parcourir.

Vous avez des questions ? Laissez-les en commentaire et découvrez les livres de Jacques Croizer :

Voir les livres « Tous photographes ! » …

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Rédaction
Sujet proposé par un rédacteur que je vous invite à remercier en laissant un commentaire !

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Les commentaires sur Nikon Passion

Chaque article du site www.nikonpassion.com vous propose une zone de commentaires pour poser vos questions ou réagir.
Voici comment procéder si vous ne disposez pas de comptes réseaux sociaux et si vous ne souhaitez pas créer un nouveau compte Disqus. Disqus est le système qui gère les commentaires et l'antispam.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


25 Commentaires sur "Photos jaunes ? Température de couleur et balance des blancs"

  1. Merci pour cet article très utile pour régler la température de couleur.
    Pour ma part je préfère le RAW pour corriger sur micro.

  2. Un grand merci pour cet article très utile !

  3. Merci M. Croizer,

    Balance des blancs notion essentielle à bien comprendre, vous apportez un complément de formation à tout ce que j’ai pu lire et pratiquer sur le sujet,

    Merci

  4. Toujours aussi pertinent et bien synthétiser. J’en apprends toujours en vous lisant. Bravo.

  5. bonjours,
    bel article.
    Comment ce fait-il que la température est différente entre un objectif ancien (argentique) et un objectif récent.
    yves

    • Merci pour vos retours. Je ne réponds pas individuellement à chacun mais ça me fait vraiment plaisir de vous lire. Les traitements de surface des lentilles on beaucoup évolué avec le temps, ce qui peut expliquer des différences de rendus, tout comme certains objectifs sont plus contrastés que d’autres.

  6. Bonjour,
    Bravo pour vos articles qui sont vraiment de très bonne qualité et très utiles tout en étant faciles à lire.
    J’ai beaucoup de questions mais je vais me limiter à deux relatives à l’évolution des capteurs des appareils reflex tels que les Nikon :
    • y a-t-il eu beaucoup d’améliorations concernant la fidélité de reproduction des couleurs par les capteurs depuis 5 à 10 ans ?
    • même question pour la sensibilité de ces capteurs.
    Je pose ces questions car il me semble que les capteurs de certains smartphones / iPhones actuels ont des performances au moins égales à ceux des reflex datant de près de 10 ans (par exemple du NIKON D90 qui est un excellent appareil).
    Je suis conscient aussi que l’appréciation de la fidélité de reproduction des couleurs n’est pas simple car elle mais ton œuvre toute la chaîne.
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Meilleures salutations.
    Xavier

    • Bonjour Xavier. Deux excellentes questions, mais je n’ai pas vraiment la réponse 🙁 en particulier pour les couleurs. Difficile en effet d’avoir une référence dans ce domaine. Je pense que sur les valeurs extrêmes, en particulier les températures inférieures à 3000 K, il reste encore du travail à faire du côté des fabricants. Concernant la montée en ISO, les progrès sont par contre très visibles. Des photos de concert que j’ai pu faire avec un D70 à 800 ISO (en RAW) sont plus bruitées que ce que je fais maintenant à à 3200 ISO avec un D750.

  7. Bonjour
    Pour quelle raison sur « LIGHTROOM »la température des couleurs est-elle inversée ?
    Plus c’est chaud vers la droite Exemple : 8000~~9000 pour les rouges
    Plus c’est froid vers la gauche Exemple : 2000 pour les bleus ?
    Ps Je travail en RAW

    • Arghh, désolé, je n’utilise pas ce logiciel. Quelqu’un d’autre aura peut-être la réponse, si ce n’est ici, surement sur le forum.

      • Bonjour Alain,
        LR indique la température de la source de lumière.
        ainsi pour une source « trop » chaude (donc dominante rouge excessive) LR va compenser pour qu’on obtienne une photo « naturelle », « neutre », « équilibrée » en diminuant les rouges / augmenter les bleus.
        Il ne s’agit pas « d’imposer » une température à la photo, mais de « corriger » la photo. LR indique donc la « température supposée » de la photo, et le résultat se voit sur l’image en cours de correction : si la température de la source était trop élevée (donc trop bleue), en indiquant celle-ci à LR, l’image corrigée devient donc plus rouge qu’elle n’était.
        inversement, en poussant le curseur vers la gauche, on indique une température de source moins élevée (« trop rouge ») et l’image colorée vire au bleu…
        Attention, dans le langage courant ou « arts plastiques » (pas la température de la source en °K…) une lumière chaude (la bougie, le feu, chaud pour l’être humain, qui réchauffe le coeur) est rouge, orangée…
        et une couleur froide (blanc, bleu, la neige, la lumière de l’hiver, l’acier (le regard d’acier ^^)etc.) est bleutée, et correspond à une température élevée en °K (qui correspond à des températures d’incandescence)
        Ainsi il est possible d’affirmer qu’un éclairage chaud utilise une lumière froide et inversement (wouf ! :o) )

        • euh, vous aurez corrigé le début de ma réponse,
          lire évidemment :
          …pour une source « trop » Froide (donc dominante rouge excessive) LR va compenser pour qu’on obtienne une photo « naturelle », « neutre », « équilibrée » en diminuant les rouges / augmenter les bleus.
          on parle bien ici d la température °K de la source…

          • Merci pour votre réponse, mais je trouve que ce système de chiffrage est alambiqué et manque totalement de spontanéité pour un esprit pragmatique, dans le sens ou : une photo est trop rouge orangé ( trop chaude ) donc on la refroidie en enlevant les tons chauds et ajouter des bleutés ( froid) !!! Pour quelle raison « LR » on t’ils choisi cette numérotation, qui à l’inverse de ce que l’on pense : être une suppression ou un ajout de « température » de couleur ?
            Ce-ci ne m’empêche aucunement de corriger mes fichiers mais je considère ( c’est subjectif ) que ce chiffrage est un manque de logique !

          • Bizoux-Cailloux | 23 août 2017 à 12 h 44 min |

            à Alain,
            la difficulté, au risque de me répéter, est dans le langage : plus chaud = plus bleu ! en terme physique et photographique, et non pas plus rouge orange, qui est (je le concède, j’ai les mêmes confusions si je ne fais pas attention, résumé dans l’article : <>) l’habitude et le sentiment courant. LR utilise la norme technique.
            peu importe au fond s’il faut augmenter ou diminuer le « chiffre », le tout est de s’adapter ^^, c’est la supériorité (normalement, et pour l’instant) de l’homme sur la machine :o)
            Bonnes photos !

          • Bizoux-Cailloux | 23 août 2017 à 12 h 46 min |

            bob ma citation de l’article qui n’a pas voulu entrer :

          • Bizoux-Cailloux | 23 août 2017 à 12 h 47 min |

            … température de couleur plus basse (4 500 K au lieu de 6 500 K sur la partie inférieure du schéma), donc une ambiance plus chaude …

  8. Bel Article au demeurant. Cependant, à titre personnel, je ne définis que très rarement la balance des blancs en prises de vues. Les seules fois ou je m’y contrains , sont lors de séances sous éclairage artificiel, en intérieur ou de nuit. Les préréglages offerts par les APN ne sont jamais totalement en conformité avec les éclairages naturels de jour. Ensuite il est quelquefois tout à fait intéressant de tester des éclairages à priori inadéquates de prime abord, ils peuvent donner de bien belles images et créer de belles surprises. Pour ma part,j e traite essentiellement la balance des blancs en post-traitement. La latitude est plus grande. D’autre part, je pense qu’il n’y a pas de règles strictes quant aux réglages, c’est plus souvent une question de gout et de sensibilité personnelle. Des logiciels comme Lightroom, Photoshop via Camera Raw ou DXO sont à même de remplir ce role à la perfection. Bien sur, il est nécessaire pour cela de shooter en Raw. En meme temps, faire de la photo impose quasiment de shooter en raw aujourd’hui, sinon c’est un peu comme avoir un reflex et shooter en tout auto…Petite précision quant à l’article, j’ai lu que l’auteur parlait de  » degré Kelvin », par souci de justesse, il est, pour etre précis , préférable de parler de « Kelvin » tout court et non de « degré ».
    Merci pour cet article excellent néanmoins

  9. Bonjour, et merci pour l’article.
    J’ai un petit problème avec la température de couleur en photographies de paysages, ce que je fais exclusivement. Je shoot en RAW et travaille avec Lightroom. Mon seul problème est de savoir, au post traitement, quelle température de couleur convient le mieux à ma photo. Plausible ? agréable ? je les essaie toutes celles proposées (naturelle, auto, ombre…), mais ne sait bien souvent laquelle choisir. J’ai pensé résoudre ce problème de choix en photographiant une charte, sous différents éclairages, puis, au post traitement, en utilisant la pipette sur un gris neutre (en l’absence de charte, je le fais sur un nuage) j’enregistre alors les paramètres de développement et les appliquent, dès l’importation, aux photos sous éclairage similaire. Mais pour les cas particuliers : levé et couchés de soleil (comme vous pouvez en voir sur le site indiqué) https://www.flickr.com/photos/imagepassion/7589017502/in/album-72157627294643140/
    et entre ces deux vues prisent au même endroit, à la même heure? l’une plus chaude ?
    https://www.flickr.com/photos/imagepassion/35525229533/in/photostream/
    https://www.flickr.com/photos/imagepassion/36333871345/in/dateposted/
    https://www.flickr.com/photos/imagepassion/
    merci pour votre avis

    • Eh oui, pas toujours facile de choisir entre plusieurs versions d’une même photo, mais qui d’autre que vous peut en prendre la responsabilité ? Le choix peut être différent en fonction du contexte, par exemple si la photo est présentée avec plusieurs autre photos. Une chose est certaine, s’aligner systématiquement sur une balance équilibrée n’est pas toujours le meilleur choix. Il faut aussi parfois faire celui de traiter différemment certaines parties de l’image. Par exemple, sur votre panoramique de montagnes, mon choix aurait été de réchauffer la partie basse de l’image sans toucher la partie haute. Mais c’est une histoire de gout !

  10. Hello,
    très intéressant. J’avais il y a peu posté une photo sur le forum d’un rhino pris de nuit sous un éclairage tungstène, donc vraiment jaune. Je souhaitais avoir des avis sur les réglages PDv et post-traitement. En fait voila le problème. Veut on avoir une photo représentative de ce qu’on a vu ou veut on avoir une photo représentative de ce qu’on voudrait voir. En l’occurence mon rhino jaune, en gris comme il le serait en plein jour. Je n’ai pas de réponse. Le post traitement n’est pas mon truc (par manque de pratique et connaissance), je vais réessayer avec les conseils de ce tuto pour la prise de vue. Je vais essayer des réglages différents de ceux que j’avais faits. Ce que je voudrais savoir c’est comment savoir quelle est la valeur médian neutre d’une prise de vue ? Car en fait suivant que l’éclairage, l’heure etc ce n’est pas la même. Merci

    • Un truc que j’ai lu récemment et qui pourrait bien aider tout le monde, si ton sac photo à l’intérieur gris, comme le mien, tu peux prendre une première photo du gris de ton sac quand tu te trouves à l’endroit du shooting. Ensuite tu réalises ta série de photos. Cette première photo (le gris du sac) servira ensuite au PT pour trouver la bonne valeur de température à appliquer à toute la série. Il suffira que tu trouve la bonne valeur qui produit le bon gris et tu pourras l’appliquer à la série complète.
      Ça vaut ce que ça vaut, mais j’ai trouvé cette astuce intéressante.

  11. Bravo ! Bravi ! Article très didactique (pour moi) que je me suis « régalé » à lire et, j’espère, intégrer et comprendre. La « synthèse » est à « mémoriser » dans mon « pense-bête » de prise de vue. Je m’y mets dès cet après-midi. Merci pour ces « tutos ».
    P.S.: j’ai beaucoup apprécié l’astuce (que j’ai adoptée) de prise de vue systématique en RAW+JPEG qui permet d’obtenir des copies corrigées d’images que l’on a un petit peu ratées à la prise de vue (réglages Pict. WB, …)

  12. Hello,
    De mon côté j’ai pris l’habitude de laisser mon boitier sur la BdB en auto et j’ajuste en fonction de mon humeur en post-traitement. Ce qui fait qu’en règle générale je trouve les jpg issus directement du boitier de piètre qualité. (Je photographie avec un boitier plein format, pas Nikon, désolé, du genre qui commence par un 5 et finit par III)
    Ça ne me dérange pas plus que ça sauf quand je dois donner immédiatement les photos à des amis par ex à l’issue d’une balade.
    Bel article qui me semble très clair pour une bonne compréhension de cet aspect technique de la prise de vue.

  13. Bonjour et merci
    quelle balance des blancs peut on utiliser éventuellement à l ‘interieur des églises sans utiliser le flash ???merci