Pourquoi la photographie est un état d’esprit

7h du mat’, je visionne une vidéo sur la photographie comme presque tous les jours.

Les gens défilent devant la caméra, donnent un avis sur une planche de photos et parlent de leur pratique.

Parmi eux une dame.

Photographe ? Peut-être. L’histoire ne le dit pas.

Elle a cette phrase subitement :

« Si c’est pour faire des photos de vacances, ça ne sert à rien. »

La Lettre photographie de Jean-Christophe Dichant - La photographie est un état d’esprit

Pourquoi cette phrase me fait réagir ?

Cette phrase m’a interpellé.

Il y aurait donc les photographes, qui font de la photographie. Et d’autres qui font des photos de vacances.

Donc « pas de la photographie ».

Je suis gêné d’entendre cela.

Je trouve cette vision très réductrice.

Les bons et les mauvais

Il y a toujours, dans tous les domaines, « ceux qui savent » et « les autres ».

Faut-il pour autant catégoriser, cloisonner, séparer ?

Je suis « les autres »

Je fais des photos quand je suis en vacances.

Je fais des photos quand je ne suis pas en vacances.

Je ne serais donc photographe que dans un seul cas ?

La photographie est un état d’esprit

Je ne pense pas qu’il faille ainsi catégoriser les uns et les autres.

Pour moi, pratiquer la photo est un état d’esprit.

C’est avoir toujours un appareil photo à portée de la main.

C’est penser photo tout au long de ma journée.

C’est imaginer une photo face à une scène qui m’attire.

C’est créer une photo si la scène s’y prête.

C’est chercher une idée quand elle ne me saute pas aux yeux.

C’est avoir toujours cela en tête tout en étant pleinement conscient de ce que je suis en train de vivre.

Je ne sors jamais sans un appareil photo

Je suis souvent en vacances, avec mes proches, avec des amis.

Si vraiment je ne peux pas avoir un appareil photo avec moi, alors j’ai mon smartphone.

Je fais des photos.

Des portraits.

Des paysages.

Des photos de rue (voir ma série à New-York)

Ce sont des photos de vacances.

Ce sont « des photos ».

En voici une d’ailleurs.

Pourquoi la photographie est un état d’esprit

Parce que prétendre ainsi qu’il y a « les photographes » et « les autres » n’est pas ma conception de la photographie.

Parce que cloisonner « ceux qui font » et « les autres » est une erreur.

Je respecte l’avis de cette dame, mais je ne le partage pas.

Ce que je préférerais entendre c’est « Quel que soit le moment, quelle que soit la raison, faites des photos. »

Entraînez-vous.

Osez.

Documentez.

Précisez votre démarche.

Développez votre regard de photographe.

Construisez.

Amusez-vous.

Lors de mes prochains congés, quand je pourrai sortir de chez moi, je ferai des photos de vacances.

Je vous souhaite d’en faire aussi.

Si pour vous la photographie est un état d’esprit, je vous invite à lire »faire des photos de vacances« .

Ce format d’article vous plait ? Recevez chaque semaine La Lettre, des emails bourrés de conseils motivants et inspirants pour développer votre pratique de la photo.

Des emails motivants et inspirants pour développer votre pratique photo

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour partager ma passion. REJOIGNEZ MA LISTE DE CONTACTS PERSOS et recevez des conseils pratiques et motivants.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


8 Commentaires sur "Pourquoi la photographie est un état d’esprit"

  1. les arts ont toujours produits des courants différents et évolutifs, pour la photo c’est similaire, alors la classification est sans importance, seul l’esprit compte quant aux critiques  » ce sont des ratés sympathiques » ( R CHARLEBOIS)

  2. Oui, je pense qu’un photographe est qn qui aime faire des images avec un appareil-photo. Quelles que soient les circonstances. Et personnes n’a à juger de l’envie de quelqu’un d’autre en classant « les bons » qui se prennent pour des artistes (à tord ou à raison) et les autres qui ne seraient que des touristes. Ce genre de classification élitiste est trop peu respectueuse de tout un chacun pour être prise en considération. Je pense néanmoins que tout un monde photographie en ayant une réelle « intention » de produire une belle image qui dit l’émotion du moment, qui raconte l’histoire d’un instant où une personne a rencontré par son regard et sa sensibilité une « chose » (restons aussi large que possible) qu’elle installe dans un cadre avec un souci d’harmonie et de pérennité. Quand je déclenche, je veux que ce moment soit beau. Et parfois, ça marche.

  3. C’est aussi être les témoins de notre temps, nous faisons des images plus ou moins bonnes, nous stockons ces fichiers , un jour ils seront peut être vus par nos descendants. Bons ou médiocres ils donnerons un aperçu de ce que nous étions.
    J’aime ta manière de voir les choses, Jean-Christophe, et de les exprimer avec simplicité.
    Cordialement

  4. Hulsmans Jacqueline | 22 mars 2020 à 9 h 54 min | Répondre

    Bonjour Jean-Christophe,
    Merci pour tous les bons conseils, j’ai 77ans, à l’âge de 13 ans j’ai gagné un appareil photo et depuis j’ai toujours voulu faire des photos de souvenirs de vacances, de personnes et d’objets qui m’attirent chez moi tout en cuisinant par exemple, même plus jeune avec la boîte de mes parents. Je fais partie d’un club photo mais je ne vais plus y aller car tout est sujet et travaillé à outrance ce n’est plus spontané, il faut juste être un bon informaticien. Je fais aussi quelques réglages de cadrage et netteté. Aujourd’hui j’ai toujours mon smartphone sur moi ce qui me procure beaucoup de plaisir (Huawei p30 pro) et de très belles photos mais pour le club je suis en dernière catégorie car c’est une photo faite avec un smartphone. J’en suis bien triste. Qu’en pensez-vous?
    Amitiés, salutations,
    Jacqueline

    • Ce qui importe, c’est le plaisir que vous avez à faire vos photos, et ce que vous retirez de cette activité. Le reste, ma foi, ce sont des considérations qui importent peu. Certains voudraient nous faire croire que certaines pratiques photo (la macro par exemple) sont stupides, qu’ils le croient, cela ne fera pas d’eux des photographes plus intéressants que les autres.

  5. Bonjour Jean-Christophe,
    Merci pour ces commentaires sur « ce qu’est un <> photographe » ! Vous refusez tout dogmatisme, tout snobisme, toute prétendue supériorité intellectuelle… Je vous en remercie et adhère à cent pour cent à ces propos. Je me sens « photographe dans l’âme ». C’est à dire que, comme vous, je traduis une bonne part de mon environnement visuel en termes photographiques (un graphisme, une harmonie de couleurs ou un monochrome, un cadrage, une focale, un temps de pose…). Je fais des photos de vacances et de voyages. Il n’est alors pas toujours possible d’attendre le bon moment voire la bonne heure (environnement familial oblige) mais je pense que ces photos sont 1- de « vraies » photos en ce sens que j’essaie de leur donner un sens un peu plus universel que le simple (pas si simple) souvenir. 2- plutôt techniquement meilleures que ce que font autour de moi les personnes avec smartphone ou tablette. Et tout cela s’intercale, se mélange avec des photos à visée « plus artistiques ». Je profite de ce commentaire pour vous interroger sur un sujet pas du tout annexe : celui de la forte intolérance et même de la violence verbale (pour moi insupportables) à l’oeuvre trop souvent sur des forums qui devraient servir à l’entraide, à l’échange, au partage autour d’une passion commune. Surtout quand c’est sous couvert d’anonymat… N’y a-t-il pas là un sujet à traiter et un débat à lancer ?
    Recevez mes meilleures pensées photographiques.

  6. je me fais l’avocat du diable mais peut-être cette dame voulais maladroitement distinguer ceux qui prennent des photos uniquement lors d’évènements et ceux qui prennent une photo avec une intention photographique, une réflexion sur la composition par exemple… et qui comme toi, moi et plein d’autres ne sortent jamais sans leur appareil parce que notre regard « recherche » toujours LA photo à faire. Même si je pense que maintenant avec les smartphones tout le monde porte un appareil sur lui et est susceptible d’aiguiser son œil de photographe…