Nikon 200-500 mm : avis et conseils d’utilisation

Le Nikon 200-500 mm est un zoom téléobjectif au rapport performance-prix attractif pour l’amateur comme l’expert. Mais comme tout téléobjectif très longue focale, il vous impose ses contraintes, je vous en parle dans l’épisode vidéo ci-dessous.

Nikon 200-500 mm : une sacrée plage focale

Le Nikon 200-500 mm propose une sacrée plage focale sur les boîtiers FX (voir la présentation détaillée). Et il est encore plus généreux sur les boîtiers DX puisque sa plage focale équivalente devient 300-750 mm, rien que ça !

Son tarif d’environ 1500 euros en fait un Best Of dans cette gamme d’optiques face aux très onéreux 400 et 500 mm à focale fixe. Est-ce pour autant le téléobjectif idéal ?

Un téléobjectif très longue focale impose des contraintes

Ne pensez pas que ce zoom et son impressionnant stabilisateur vous faisant gagner 4 IL est le téléobjectif idéal à glisser dans votre sac. Il vous faut tenir compte des contraintes qu’il impose.

Poids, encombrement et prise en main

Le Nikon 200-500 mm, tout comme les autres zooms téléobjectifs de ce gabarit, vous demandera des efforts réels si vous l’utiliser plusieurs heures d’affilée. Sachez qu’il est lourd – 2300 gr. – et long – 27cm. Pensez à vous équiper d’un sac photo adapté : la longueur de l’objectif l’empêche de rentrer dans la plupart des sacs courants.

Trépied indispensable

Une fois fixé sur votre boîtier l’ensemble devient très vite énorme et le trépied s’avère indispensable. Le monopode est une bonne alternative mais n’assure pas de position de repos.

Le stabilisateur fait très bien son travail et l’impression de stabilité est étonnante dès lors que le VR normal est activé. la position Sport vous sera utile si vous photographiez des sujets dont les mouvements sont imprévisibles et/ou que vous êtes vous-même en position instable.

Néanmoins le recours au trépied est un atout, ne serait-ce que pour ne pas avoir à supporter en permanence le poids de l’engin, ce qui nuit d’autant plus à la stabilité.

Composition des images à réfléchir

Avec une telle longueur focale, vous aurez envie d’accumuler les gros plans. Mais attention à ne pas vous lasser trop vite car  faire toujours des gros plans peut devenir monotone une fois l’effet WOW !! passé.

Ceci ne concerne pas les photographes animaliers et les photographes de sport qui trouveront là chaussure à leur pied. Si par contre vous envisagez l’achat de cet objectif « pour voir », prenez soin de le tester avant car les contraintes présentées ici sont bien réelles.

Un Best-Of à considérer avec modération

Il ne fait aucun doute que ce 200-500 mm Nikon est un téléobjectif très longue focale extrêmement qualitatif. Je n’ai pas eu l’occasion de procéder à un véritable test en situation car je ne suis ni photographe animalier ni photographe de sport à ce point. Mais les résultats observés lors de cette prise en main sont excellents.

Tenez toutefois compte des conseils cités dans la vidéo avant de casser la tirelire. Comme pour tout objectif atypique, le choix doit se faire sur la base de besoins réels et réguliers. Sachez néanmoins que ce modèle devrait conserver une excellente cote en occasion, un bon point supplémentaire si vous avez un usage ponctuel (safari photo par exemple) et que vous envisagez de le revendre ensuite.

Et vous ?

Vous utilisez le Nikon 200-500 mm ? Qu’en pensez-vous ?

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre reflex et apprendre la photo.

Merci de remplir le champ ci-dessous pour laisser un commentaire. Vous n’êtes pas obligé de vous inscrire pour laisser un commentaire sur ce site. En savoir plus.

Les commentaires sur Nikon Passion

Chaque article du site www.nikonpassion.com vous propose une zone de commentaires pour poser vos questions ou réagir.
Voici comment procéder si vous ne disposez pas de comptes réseaux sociaux et si vous ne souhaitez pas créer un nouveau compte Disqus. Disqus est le système qui gère les commentaires et l'antispam.

  • Pierre Gabriele

    J’utilise le 200/500 en place du 2,8 de 300 + doubleur, gain de plus de 1 kilo (en enlevant le collier de pied). Toujours à main levée quelque soit le sujet (moto, avion, oiseaux…) à déplacement rapide ou aléatoire… Rien à dire sur la qualité, une légère inquiétude au début (le tarif bas…), mais dissipé dès les premières images. Les voici en pièce jointe, focale utilisée et ISO comme nom.
    Boitier utilisé D750, on peut dire également que l’autofocus suit bien, la dernière image la moto est à plus de 250 kmh.

    • Muriel

      J’utilise aussi le 200-500 en animalier, monté sur le D500.
      C’est un bon rapport qualité/prix, très maniable à mains levées.
      Seul bémol : le pare-soleil dont la fixation est trop light ! Il se crante mais ne tient pas.
      Le problème est connu, beaucoup s’en plaignent, mais coté Nikon, rien n’est fait pour parer à cet inconvénient…. Pourquoi ?

      • Pierre GABRIELE

        Disons que le problème est général, je me plains de tous les pare-soleil. On perd beaucoup de temps à le fixer, malgré les repères, on s’énerve toujours. Sur d’autres boitiers aussi c’est un problème. Il faudra une fixation « magnétique », ce qui est difficile avec les matériaux employés. Disons que l’on prend son temps pour le fixer et on le garde jusqu’à la fin des prises de vue…

  • Jean-Philippe Delmas

    Bonjour, Pour parler des téléobjectifs très longues focales, je vous dirais ceci:

    Que l’on soit amateur, expert ou même pro, le poids est une contrainte très importante. Ce Nikon 200-500 est un caillou de belle facture. Malheureusement l’ouverture à 5.6 est quelque peu reducteur en fonctionnalités. Pour ma part, j’ai opté pour une solution plus souple, un peu plus chère il est vrai, mais tellement plus pratique.

    Je possède un D750 et un D810. sur le D810 , j’ai un zoom Sigma 120-300 f:2.8.
    qui est plus compact que le 200-500 mais presque aussi lourd. si j’ajoute le doubleur sigma , j’obtiens 240-600 à 5.6. Mais la cerise sur le gateau, c’est qu’en passant le boitier en mode DX alors on obtient 360-900 à 5.6 ce qui est imbattable sur le marché. Le D810 en mode DX faisant encore 15 Millions de pixels, cela permet de faire de beaux clichés. Enfin, l’utilisation du 120-300 sera au final, beaucoup plus fréquente. Je terminerai en ajoutant un petit trepied très efficace le « globetrotter » de MeFOTO qui peut accepter une charge de 13 kg!!!!!, tres compact

    Bien amicalement,

    Jean-Philippe (nikonpassion)

    • Pierre Gabriele

      Le poids est une contrainte… quand c’est vraiment trop lourd ou que le poids des ans contraint à alléger son matériel. Un ensemble lourd permet d’être plus stable sur des déplacements en suivi d’un sujet. Il faut juste trouver le compromis qui ne tétanise pas les bras en 15 minutes.
      Quand à l’ouverture 5,6 que tu trouves réductrice, je ne vois pas en quoi.
      Les viseurs sont suffisamment lumineux pour que cela ne pose pas de problème. Et pour les sujets tels que ceux cités (surtout les oiseaux) il faut fermer pour avoir suffisamment de profondeur de champ.
      Mais chacun cherche son équilibre pour avoir de bons résultats avec ses sujets préférés et là on rentre dans la subjectivité objective 🙂
      Ce qui n’est pas un terrain facile.
      Mais je réitère mes principes, jamais de pied, sauf à l’affut, mais là c’est quand je serai encore plus vieux…
      Toujours à 500 mm, 1600 ISO, D750 entre F8 et F10, les sujets étant proche (donc profondeur de champ moins importante).
      Pour le gris du gabon, ce sont bien des gouttes de pluie que l’on distingue.

  • Frédéric Froment

    J’utilise le 200-500 Nikon sur un D7100 (soit équivalent 300-750 mm) depuis mars en animalier, et je suis tout à fait séduit par la qualité des images obtenues. J’ai pu comparé à 300 mm avec mon 300 f4 et la différence de piqué à cette focale est vraiment ténue. Malgré le passage à f8 lors d’utilisation du téléconvertisseur 1,4, la qualité d’image ne souffre pas et l’AF reste très souple et rapide. Seul petit point négatif, le poids de l’ensemble peut-être, un bon trépied peut s’avérer utile. Perso, je l’ai monté sur une rotule Wimberley pendulaire et ce n’est que du plaisir. Bref, un super compromis pour les passionnés de photo animalière par rapport au grosses focales fixes qui explosent les budgets.

  • jppericaud

    C’est une optique qui me tend les bras depuis sa sortie, d’autant que les tests se sont avérés plutôt positifs… MAIS… Quel volume ! et bien sûr quel poids !!!
    Lorsque je pars en excursion macro je me limite déjà en matériel, car le sac atteint rapidement plus de 8Kg.
    Mais le 200 – 500 est carrément effrayant !
    Je ne vois guère qu’une utilisation en affût, sur un ( excellent ) pied, et sans trop se déplacer !
    Qu’en pensent les utilisateurs ?

  • Guillaume Thib

    Merci Jean-Christophe !
    J’ai essayé ce 200-500 en vue de l’acheter. La stabilisation est vraiment excellente, mais il est vraiment intransportable et on ne peut vraiment pas le manipuler sans pied. Par exemple, pour changer un réglage qui impose les 2 mains (ISO et molette), il faut le poser si on n’a pas de trépied. C’est donc à cause de l’encombrement, du poids que j’ai renoncé. Et du coup j’ai acheté le 300 f/4E PF ED VR : très compact, très léger, que du bonheur. je ne regrette absolument pas ce choix.

  • Pierre Gabriele

    @Guillaume
    Pour les ISO, je les règle avec la molette avant de mon D750, et l’arrière me permet de choisir mon couple diaph/vitesse, donc deux doigts d’une main.
    Intransportable et on ne peut pas le manipuler sans pied, c’est une plaisanterie.
    J’emmène le mien à moto dans mon TopCase (dans mon Sac photo), en passant du 2,8 de 300 avec doubleur au 200/500, j’ai gagné un kilo.
    C’est étrange cette façon de dire du mal d’une optique que l’on n’a pas achetée pour vanter celle que l’on a.
    @jppericaud:disqus

    En 200 mm, il n’est pas très long et rentre dans problème dans un fourre-tout, et je répète, jamais une utilisation sur pied, tout à main levée, encore un exemple vendredi. Tout à 500 mm au D750…

  • Franck

    Quid du portage autour du cou? Je comprends bien l’utilisation avec trepied mais partant en safari dans peu de temps, je me demande comment transporter l’ensemble APN + téléobjectif.
    en utilisant une courroie ou harnais fixé au boîtier, j’ai peur que le poid de l’objectif n’abîme la bague de fixation.
    Ne vaux mieux t’il pas avoir un système à vis fixé au collier de l’objectif? (Type blackrapid)
    l’appareil étant plus léger que l’objectif les contraintes me semblent moins fortes…
    merci pour vos conseils.

    • Autour du cou il faut être ami avec un osthéopathe … Le porter à la main avec le boîtier reste la meilleure solution, le trépied doit être fixé sur l’objectif et non sur le boîtier.

  • Vincent Bernard

    Bonjour j’ai utilisé cet objectif pour de la photo de sport avec un d7200
    500 mm f5.6 1/1250 iso 2000 en jpg boitier
    avec monopod
    trés content du resultat!

  • Bernard LE BEC

    Rapport qualité prix, c’est le cas de le dire ,il n’y a pas photo!
    L’objectif rentre dans n’importe quel sac, bien sûr si vous ne le ranger pas fixé à votre boîtier. Je ne travaille qu’à main levée car en sport et en animalier si vous prenez un monopode ou un trépied vous êtes limité dans vos mouvements qui doivent êtres rapides et précis.
    Contrairement à une focale fixe, vous pouvez cadrer à votre convenance.
    Pour le poids j’ai testé le sigma 150-600 et le sigma 120- 300, c’est un poids plume. Après une heure de prise de vue si vous n’avez pas l’oeil en permanence dans le viseur c’est sans soucis. J’ai 63 ans et ne fais plus de sport depuis 10 ans et aucune gêne. Les jeunes n’ont pas connu l’argentique et les premiers zooms tout métal , idem pour le boîtier. C’était un autre poids. Arrêter de râler pour rien.