12 erreurs à éviter avec son matériel photo lors d’un voyage

Les 12 erreurs listées ci-dessous sont régulièrement commises par la plupart d’entre nous lorsque nous voyageons avec notre matériel photo. Elles ont toutes été relevées lors d’un voyage récent, elles ont toutes été sources d’ennuis, de désagréments, qui auraient pu être évités avec un minimum de soin préalable.

12 erreurs à éviter avec son matériel photo lors d'un voyage

Lorsqu’on voyage, prendre des risques avec son matériel photo et ne pas pouvoir ramener les souvenirs tant espérés c’est dommage. Il existe des parades aux erreurs les plus fréquentes, encore faut-il avoir conscience que nous les commettons. Cette liste devrait vous aider à identifier vos propres erreurs et à penser aux remèdes simples pour les éviter. Après la liste de conseils pour tout utilisateur de reflex, voici donc une seconde liste qui ne demande qu’à être complétée pour le plus grand bien de tous nos lecteurs !

1- Laisser la batterie dans le chargeur

Lorsqu’on voyage, un des problèmes qu’il nous faut résoudre au quotidien c’est la recharge des batteries de nos appareils numériques. Qu’il s’agisse d’un reflex ou d’un compact, les appareils photo sont énergivores et le voyage est généralement l’occasion de se lâcher sur le déclencheur. Tout naturellement, vous allez recharger le soir en rentrant à l’hôtel ou sur votre lieu de séjour, installer confortablement la batterie dans son chargeur et la reprendre le lendemain matin une fois la charge terminée. Le danger vous guette : dans la précipitation matinale, mal réveillé, vous attrapez le sac photo, vos effets personnels, vous claquez la porte et … vous oubliez la batterie dans son chargeur. Dommage !

Votre batterie Nikon EN-EL15 est-elle défectueuse ?

2- Avoir plusieurs batteries non chargées

Vous avez assuré, vous avez pensé à prendre avec vous plusieurs batteries pour éviter la panne sèche. Et d’ailleurs, ça peut servir si vous avez (déjà) commis l’erreur numéro 1 de cette liste (à condition de stocker les batteries de réserve dans votre sac photo, quand même). Sauf que … bien souvent les batteries de réserve ne sont pas chargées, ou pas suffisamment, et du coup n’assurent plus leur rôle de réserve. Assurez-vous donc, avant de partir le matin, que toutes vos batteries sont parfaitement opérationnelles.

3- Avoir un seul objectif

La plupart du temps les kits reflex comportent un boîtier et un objectif unique. Ou bien vous avez fait le choix de voyager léger, et vous avez investi dans un super méga zoom 18-200mm qui répond à tous vos besoins. Or savez-vous que cet unique objectif peut tomber en panne ? C’est particulièrement vrai avec les modèles comportant un système de réduction des vibrations, parfois fragilisé par les conditions endurées en voyage.

tous les objectifs Nikon différents modèles

Inutile de vous dire qu’un boîtier avec un objectif inutilisable, c’est gênant. Pour éviter cette situation fâcheuse, pensez à toujours avoir avec vous un second objectif. Vous avez le choix de prendre celui qui était livré avec le kit et que vous avez peut-être remplacé, ou une petite focale fixe peu onéreuse et légère. Même si ce second objectif vous limite dans vos choix photographiques, c’est une excellente solution de secours pour pouvoir continuer à utiliser votre boîtier.

4- Avoir un seul boîtier

Les conditions rencontrées lors de certains voyages sont parfois contraignantes pour le matériel. Si l’objectif peut vous lâcher, sachez que le boîtier n’est pas à l’abri lui-non plus d’une panne subite. Et c’est alors la catastrophe. Plus de boîtier = plus de photos !

Pour éviter cela, pensez à toujours prendre avec vous un boîtier de secours. Inutile d’investir dans un second boîtier reflex onéreux, il suffit de glisser au fond de son sac le compact de la famille, l’ancien reflex dépassé que vous n’avez pas revendu, votre smartphone. Vous pourrez ainsi fonctionner en mode dégradé mais vous saurez rapporter des images qui vous éviteront le pire. Si vous n’avez rien sous la main, faites le tour des boutiques de l’endroit où vous vous trouvez et investissez dans le compact le moins cher possible. C’est une autre solution pour vous dépanner.

5- Recharger ses batteries quand elles sont vides

Nous avons bien souvent pris l’habitude de ne recharger les batteries de nos appareils photo que quand elles sont vides. L’inconvénient de cette méthode est que parfois, le boîtier ne signale pas suffisamment bien le niveau de charge restant. Certains modèles, les compacts en particulier, ont une fâcheuse tendance à montrer 100% de charge et à basculer subitement pour ne plus permettre que quelques photos.

Lorsque vous voyagez, rechargez vos batteries le plus régulièrement possible, même si elles ne sont pas vides. Profitez de la moindre prise de courant si vous savez que vous allez être privé d’électricité pendant un jour ou deux. Rechargez tous les soirs si vous vous déplacez toute la journée sans prise à disposition. Les batteries actuelles permettent la recharge sans dommages lorsqu’elles ne sont pas vides. Et ne pensez pas que « ça ira bien pour une journée », vous ne savez pas à l’avance quel usage vous allez faire de votre matériel photo et donc quelle quantité d’énergie il va vous falloir.

6- Laisser tomber l’appareil du sac

comment changer l'écran LCD d'un reflex numérique

Erreur communément commise, la chute de l’appareil car le sac photo est resté malencontreusement ouvert. Si certaines chutes ne prêtent pas à conséquence, d’autres sont fatales et votre matériel sera inutilisable pour le restant du séjour. Prenez donc soin de vérifier, chaque fois que vous manipulez votre sac photo, que celui-ci est correctement refermé. Et si malgré tout vous laissez tomber votre boîtier et qu’il ne fonctionne plus, relisez le point numéro 4 de cette liste …

7- Se séparer de son appareil photo

Vous avez la tête ailleurs, vous êtes subitement attiré par une curiosité quelconque et vous laissez votre matériel photo sans surveillance, sur la banquette arrière de la voiture, au fond du bus, … C’est le meilleur moyen de voir disparaître votre matériel, sans compter que si vous n’avez pas avec vous votre matériel et que la photo du siècle se présente à vous, c’est trop tard pour retourner le chercher. Soyez donc courageux, transportez toujours avec vous votre sac, optez pour un modèle pratique et léger, un ensemble boîtier-objectif pas trop lourd et ayez en permanence les yeux sur votre matériel.

8- Perdre ses cartes mémoire

Lexar Professional 1000x CF, la carte qui met le turbo !

Si l’on ne doit plus gérer désormais des sacs remplis de films argentiques, il faut quand même se préoccuper de ses cartes mémoires. Rien de plus facile que de perdre une carte, de l’égarer, de la voir se faufiler hors du sac parce que vous n’avez pas pris soin de la sécuriser dans un étui adapté. Il existe de nombreux accessoires pour ranger vos cartes, qui peuvent la plupart du temps être attachés au sac. Abusez de ces solutions, d’autant plus si vous avez opté pour l’option carte de grande capacité. Il peut s’agir parfois de la majeure partie de vos photos, et les voir disparaître aussi facilement n’est guère réjouissant.

Au passage, préférez des cartes de plus petite capacité qu’une seule de plus grande taille. Si vous devez en perdre une, autant qu’elle n’abrite pas toutes vos photos !

9- Ranger votre matériel sous une bouteille d’eau

Avez-vous remarqué que bon nombre de sacs photos permettent de loger, dans un compartiment supérieur, des effets personnels ? Et quoi de plus naturel en voyage que de glisser dans ce compartiment la bouteille d’eau pour la journée ou la gourde de la famille. Or il est fréquent de voir une bouteille se percer, une gourde fuir. Et que fait l’eau qui sort de son récipient ? Elle descend. Et vient gentiment inonder votre matériel photo qui n’est la plupart du temps pas prévu pour résister à cela.

Pensez donc à réaménager votre sac pour éviter une disposition à risque, ou optez pour un sac adapté qui évite de vivre ce genre de situation.

10- Ne pas avoir suffisamment de cartes mémoires

« ça devrait suffire », remarque souvent entendue lorsqu’on se pose la question de savoir combien de cartes mémoire emporter et de quelles capacités. Si ça suffit souvent, il y a des fois où ce n’est pas le cas, particulièrement avec l’arrivée de la vidéo sur les compacts et reflex qui consomme une large quantité d’espace mémoire. A vous de choisir : le coût d’une carte mémoire face au fait de ne pas pouvoir photographier pendant une partie du voyage. De plus il est possible de trouver des cartes en chemin mais pas nécessairement le bon modèle, au meilleur prix et au moment qui convient.

Petite astuce si vraiment vous êtes dans l’ennui : changez la définition des images enregistrées, optez pour une définition plus faible (mais pas trop) et gagnez quelques photos !

11- Transporter son matériel dans un sac qui n’est pas étanche

Kata Minibee, le sac à dos photo ultra-compact

Cela peut sembler évident mais si vous transportez votre matériel photo dans un sac, prenez soin d’en choisir un qui est parfaitement étanche. Vous n’êtes pas à l’abri de vous déplacer sous une pluie battante, de recevoir une forte projection d’eau, de subir un taux d’humidité important. Si votre sac n’est pas suffisamment étanche, ou si vous avez glissé le compact expert de vos rêves dans le sac à dos familial, alors vous prenez des risques.

Certains sacs à dos disposent d’une housse pour la pluie, pensez à l’avoir avec vous, elle peut servir ! Pensez également à vous équiper d’un poncho en plastique, son coût de l’ordre de quelques euros dans les magasins spécialisés vous permet de protéger votre sac (et vous aussi un peu !).

12- Utiliser la courroie de cou d’origine

OPTECH USA courroie photo néoprène Pro Strap - 3/8"

Les fabricants de matériel photo reflex profitent de vous ! Avez-vous remarqué que grâce à leurs superbes courroies de cou, vous vous transformez en ambassadeurs de la marque aux quatre coins du monde ? Si cela ne perturbe pas votre pratique photographique, il n’en est pas de même de vos cervicales.

Lors d’un voyage photo, on est bien souvent amenés à marcher plus longtemps que d’habitude, à supporter l’appareil autour du cou pendant de longues heures. et les courroies d’origine sont tout à fait inadaptées à ce genre d’usage.

Mieux vaut investir dans une courroie dédiée, généralement fabriquée dans un matériau élastique pour amortir le poids et les secousses, et aux dimensions généreuses pour ne pas vous meurtrir au niveau du cou.

Pour une somme tout à fait raisonnable, vous sentirez beaucoup moins la fatigue due au poids du matériel, vous aurez un bien meilleur confort de portage et accessoirement, vous serez beaucoup plus discret sans les motifs jaunes, rouges ou colorés de votre fabricant de matériel préféré.

Quelques articles à découvrir

Voici une liste d’accessoires qui vous aideront à minimiser les risques et à éviter certaines des erreurs citées ici. Cette liste est tirée du catalogue de Miss Numerique, site de vente en ligne de matériel photo.

Mais encore …

Parce que cette liste n’est pas limitative, nous vous invitons à la compléter en nous relatant vos propres expériences, laissez un commentaire ! Et n’oubliez pas, en voyage avec votre matériel photo, soyez paranos !

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


29 Commentaires sur "12 erreurs à éviter avec son matériel photo lors d’un voyage"

  1. J’aimerai savoir votre avis , j’ai acheté une sangle comme un harnais qui evite de l’avoir autour du coup et je porte mon appareil avec le Téléobjectif (200/ 500)
    Et ma déconseille de le prendre de cette façon car il parait que cela tir sur la crémone du boitier.
    Alors que je trouvais cela pratique et beaucoup moi lourd pour les balades
    Merci de me donner votre avis
    Cordialement

    Fabrice

  2. Il y a longtemps déjà (2012) que j’ai remplacé la belle courroie Nikon Jaune par un harnais « SAFARI » complété par la suite par un sac « KANGURU » de chez TREKKING.
    2 petites attaches me permettent de passer de la configuration appareil seul à celle appareil dans le sac relié au harnais avec une attache supplémentaire.

  3. Bien qu’évidentes vos astuces sont très intéressantes et rafraîchissent la mémoire. Cela permet de faire un peu plus attention pendant un voyage. Pour des croisières d’expéditions toujours prévoir soit une petite sangle que l’on passe au poignet soit une courroie autour du cou. Impossible de récupérer l’appareil en pleine navigation. Merci

  4. Chevallier Jean Marie | 22 avril 2018 à 8 h 04 min | Répondre

    Ne pas oublier soufflette, chiffonnette microfibre pour nettoyage objectif.

  5. Bonsoir,
    Concernant l’oubli de son appareil, j’ai toujours observé une règle d’or : ne jamais posé son matériel ou que ce soit. Il es toujours, soit dans le sac, soit autour du cou. De plus, ne jamais laisser, même quelques secondes, son matériel à qui que ce soit.
    Etre le plus discret possible, pas de boitier sur le ventre et pas de sac de marque.
    Pour la pluie, un petit sac poubelle et un chiffon non pelucheux.
    Pour info, je viens de redonner vie à mes anciens objos Ai-S argentique avec un boitier Fuji X-E2S : que du bonheur.

  6. « Hors savez-vous » / « Hors il est fréquent » c’est pas bon, comme ça, c’est mieux « Or savez-vous » / « Or il est fréquent » (si on hésite, il suffit de remplacer Hors/Or par Mais : si ça va bien, on met Or, si ça va pas bien, on met Hors).
    Par contre « Hors du sac », c’est bon !

  7. Pour les motards : nos reflex et objos détestent les vibrations qui arrivent, à la longue, à tout dévisser.

  8. Pour la pluie mettre dans le sac à dos un sac poubelle et mettre tout dedans en cas de pluie.
    De plus j’en ai toujours un petit dans ma poche s’il tombe deux gouttes et que je n’ai pas envie de ranger le réflex dans le sac

  9. Astuce: Concernant la courroie, Je porte toujours mon appareil dans le dos, épaule dessous de bras opposé. Cela me tire vers l’arrière. Je n’ai donc pas de problème de mal au coup (très sensible).

  10. Concernant la charge des batteries, il est précisé (notice PENTAX/RICOH K5II) ne stocker les batteries vides, pour garantir la longévité! Or vous indiquer de les charger tous le jours? J’en ai 3, et 1 tient environ 1500/2000 photos (RAW+)

    • L’article traite du comportement à avoir pendant un voyage. Il vaut mieux des batteries chargées en voyage que vides 🙂 Pour ce qui est du stockage longue durée, c’est le fabricant qui sait mieux que moi mais les batteries récentes supportent très bien le stockage en charge, il suffit de les faire tourner si vous en avez plusieurs.

      • Ok, super rapide la réponse! En effet, j’en fait tourner 2 sur 3, afin d’en avoir toujours une chargée de secours! La troisième, c’est quand je veux pas partir avec le chargeur, pour quelques jours par exemple!

  11. J’ai fait un essai hier.. mon bagage cabine pèse déjà bien lourd avec mon boitier, mes trois objectifs, mon ,netbook, ma tablette,.. tout ça sans les quelques fringues, un livre pour le trajet.. et un deuxième appareil photo et un petit trépied ! Ces conseils sont évidemment très intéressant, mais pour ma part je vais devoir voyager bien plus léger..

  12. Bonjour pour les longs trajets en avion on peut conseiller de désolidariser objoc et boitier et de leur replacer leurs bouchons respectifs. En effet avec les vibrations des contraintes importantes peuvent se créer surtout avec des zooms. Expérience vécue lors d’un voyage en australie mon zoom 18/105 n’allait plus que de 18 à 50 mm. prendre un fixe genre 50 ou 28 en secours.Il est allé en SAV au retour

  13. Christine-legal@hotmail.com | 25 août 2012 à 17 h 08 min | Répondre

    pour le voyage, j’ai investi dans un netbook qui me permet de télécharger chaque soir ma carte et par la même occasion visionner mes photos et les classer chaque jour .

    Ne pas oublier, si vous posséder 2 trépieds, comme moi, par exemple un grand et un mini, ne pas oublier le support qui est différent 

  14. Christine-legal@hotmail.com | 25 août 2012 à 18 h 08 min | Répondre

    pour le voyage, j’ai investi dans un netbook qui me permet de télécharger chaque soir ma carte et par la même occasion visionner mes photos et les classer chaque jour .

    Ne pas oublier, si vous posséder 2 trépieds, comme moi, par exemple un grand et un mini, ne pas oublier le support qui est différent 

  15. Marielaure Wetzler | 23 août 2012 à 15 h 36 min | Répondre

    10-Pour palier au problème d emmener 3 ou 4 cartes,j ai investi dans un videur de carte qui en plus affiche mes photos en format raw sur 40 Go (epson acheté en 2006 donc en 2012 je suis certaine qu il existe des modèles à plus grande capacité).

  16. si votre enconbrement le permet un net book peu vous permettre de stocker vos photos des le soir venue

    • Tout à fait ! c’est aussi ce que je fais : tous les soirs, vidage de la carte mémoire + des traces du GPS sur un EeePC sans disque dur, et sauvegarde sur un disque dur externe (=> 3 exemplaires de chaque photos, avec rangement à des endroits différents).
      Le net book permet aussi de traiter certaines images avant le retour … et le manque de temps pour cause de rentrée 🙂 (par exemple création de panoramas avec Hugin, ou traitement des images infra-rouges prises en raw avec un D70S modifié).

  17. Une question d’importance non négligeable : nous sommes nombreux à avoir du matériel onéreux. Existe-t-il des assurances contre le vol etc ….
    Si oui les prix et lesquelles : beau sujet d’article non ?

    • Effectivement, beau sujet tant la problématique est complexe. Il existe au moins un assureur proposant cette prestation, avec des contraintes non négligeables. Et on note pour un prochain article 😉

      •  Assurance, oui, à minima pour un reflex, mais pensez à vérifier plusieurs points :
        – quel remboursement (pour un matériel de 3 ans ou plus, la décote est très importante.
        – quels sont les exclusions de l’assurance ? (souvent, l’effraction du véhicule est « obligatoire », pas d’assurance la nuit entre 22h et 6h du matin, vol à l’arraché non garanti, etc…
        – renseignez-vous auprès de votre compagnie (assurance habitation) , certaines (dont la mienne) considèrent qu’un vol commis en déplacement est assimilable à un vol au domicile (sauf exclusions…); Avantage de cette couverture = pas de prime supplémentaire.

        Je me suis fait voler un D300 + 2 objectifs (non couverts par l’assurance) alors que si j’avais lu mon contrat AVANT, j’aurais su quoi déclarer et dans quelles conditions… Bien sur dépôt de plainte obligatoire.

        Enfin, comme cela a été dit, DEVENEZ PARANO !!!, la plaisanterie m’a coûté près de 5000 euros… Le pire que vous puissiez faire, c’est vous sentir en sécurité et imaginer que votre sac à moins de 2 mètres ne risque rien…

        Pour le coup du sac que l’on oublie de fermer (‘j’ai aussi donné… pas de bobo), j’ai rajouté aux fermetures éclair du sac à dos des cordons de couleur vives qui me permettent d’un coup d’oeil et sans y penser vraiment, de savoir si le sac est fermé ou non.

        Enfin, pour les sauvegardes, comme l’a dit Michel Wurtz, pas UN videur de cartes, mais au moins DEUX. J’ai failli perdre 4500 photos à cause d’un disque dur défaillant. Et si vous avez un peu de sous après avoir acheté votre matos, remplacez le HD de votre videur de carte par un SSD (mémoire type carte, sans aucune pièce mobile, donc moins fragile). Inconvénient : cher.Gouverner c’est prévoir, et prendre soin de son matos, c’est aussi prévoir…

        • Personnellement, j’utilise un câble OTG (3€ sur amazon) et un lecteur de carte USB, pour connecter ma carte SD à mon smartphone et faire une copie de mes photos, que je peux ensuite visualiser. C’est plus léger qu’un netbook et plus petit qu’une tablette (avec laquelle cela marche aussi)

    • voilà l’adresse d’un assureur pour le matériel photo, bien vérifier les exclusions et se poser la question avant de l’intérêt ou pas http://pixel-assur.com/

  18. Quand vous avez votre sac sur le dos la housse anti pluie est aussi un bon moyen d’éviter que des mains baladeuses se perdent dans les poches de votre sac !

    Dans l’avion, si vous voyager avec l’ordinateur portable dans le sac pensez à positionner votre sac avec ordi au dessus pour éviter que le matériel exercent une pression sur l’écran, surtout pendant les turbulences. Attention toutefois, certains sacs protègent moins bien le matériel photo dans certaines positions. Si c’est le cas le mieux est de mettre votre ordi dans le porte revue du siège devant vous.

    Sinon pour ce qui est du côté pratique photo, je rajouterai également de bien penser à vérifier les paramètres du boitier, fuseau horaire, légende des images, exif pour les derniers Nikon pro, paramètre de température, iso, raw, jpeg etc…

  19. Concernant le point 12 (12- Utiliser la courroie de cou d’origine) … il ne faut pas non plus perdre de vue qu’en plus de faire de la pub pour telle ou telle marque, bien souvent le modèle de l’appareil est noté sur la courroie.
    Cela donne une information de plus aux éventuels voleurs, qui, par ex, prefereront surement s’attaquer à quelqu’un ayant une courroie « Nikon D700 » plutot qu’une toute noire …

    •  de même que la marque du boîtier généralement bien visible en face avant, qu’il est possible de masquer avec un peu de gaffer noir

      • Mais que certainement que vous reflechissez pour rien : le genre de personne qui vole ne connait pas la gamme complete du fabriquant. Un D3 sera peut etre pour lui moin bien qu’ un D3000 plein de zéros et de megapixels….