Luminar 4 : faciliter le post-traitement, intégrer la retouche photo et étendre les possibilités créatives 

Skylum, l’éditeur du logiciel Luminar, a annoncé au début de l’été 2019 la prochaine évolution de ce logiciel, Luminar 4. Depuis, Skylum présente une à une les nouvelles fonctions majeures de cette version 4.

J’ai eu l’occasion d’échanger avec le CEO (Chief Executive Officer, Directeur général et fondateur) de Skylum à Paris ces derniers jours et d’avoir une présentation de Luminar 4 que j’utilise depuis en version beta. Voici ce qu’il faut savoir sur cette version à venir à l’automne, comment elle va simplifier le post-traitement, quelles possibilités elle va vous apporter et, aussi, quelle stratégie développe Skylum face à la concurrence.

Luminar 4 : faciliter le post-traitement, intégrer la retouche photo et étendre les possibilités créatives 

En savoir plus sur la version 4 de Luminar …

Luminar 4 : une nouvelle plateforme de post-traitement

C’est en échangeant de vive voix avec Alex Tsepko, le CEO de Skylum, que j’ai découvert Luminar 4 et pu comprendre quelle stratégie l’éditeur met en oeuvre pour développer son offre de post-traitement.

Plus que cette nouvelle version du logiciel que je teste depuis quelques jours, c’est la stratégie de Skylum qu’il m’importait de comprendre : quel avenir pour ce logiciel, quel positionnement face à la concurrence (Lightroom principalement), qu’est-ce que Skylum compte faire pour ses utilisateurs avec cette nouvelle version, que signifie l’intégration de briques d’intelligence artificielle dans ce logiciel ?

L’avenir de Luminar : plus simple, plus performant, intégrable

Si vous avez découvert Luminar comme moi il y a deux ans ou plus, vous savez que la version Luminar 2017 a été remplacée par Luminar 2018, elle-même remplacée début 2019 par Luminar 3. Cette nouvelle numérotation, plus simple, va être à nouveau utilisée pour la prochaine version de Luminar, Luminar 4, attendue à l’automne 2019.

Vous savez aussi que Skylum a fait le pari de proposer des approches différentes d’une version de Luminar à une autre. A l’inverse de Lightroom qui évolue de versions en versions en se voyant complété de nouvelles fonctions qui ne remettent pas en cause l’architecture et les fonctionnalités existantes, Luminar évolue en profondeur à chaque nouvelle version majeure.

Luminar 3 a perdu plusieurs des fonctions de Luminar 2018 mais intégré un DAM (Digital Asset Management) ou gestionnaire de catalogue, pour devenir un outil plus complet.  Luminar 4 va prendre le relais en proposant une nouvelle approche et une nouvelle plateforme à nouveau.

Si cela peut vous paraître étonnant, sachez que de nombreux éditeurs de logiciels ont pour habitude de remanier ainsi leurs offres de versions majeures en versions majeures. C’est d’autant plus vrai depuis l’arrivée des logiciels utilisant le Cloud et disposant d’applications mobiles. Ce que ne propose pas Luminar 4 pourtant, mais lisez la suite.

De façon plus concrète, Luminar 4 va s’appuyer sur le moteur de développement de Luminar 3, remanié et optimisé, tout en offrant une ergonomie différente. Là où il faut superposer couches et filtres pour traiter un fichier RAW dans Luminar 3, ce qui s’avère parfois complexe pour les plus débutants, il suffira de sélectionner les fonctions requises dans l’interface de Luminar 4 pour voir les traitements correspondants appliqués.

N’ayant pas encore la possibilité de faire des tutoriels vidéos sur cette version 4 beta (elle n’est pas publique), je ne peux que vous demander de me croire et vous confier pour le moment que la logique est bien plus simple.

Vers un post-traitement plus intuitif

Avec Luminar 4, Skylum développe une approche orientée résultat plutôt qu’outils (« user centric » vs. « tool centric »). Autrement dit, là où il vous faut apprendre à quoi sert chaque outil dans Luminar 3 (comme dans Lightroom et d’autres) avant de traiter vos fichiers, avec Luminar 4 il vous suffira de savoir ce que vous voulez obtenir … pour l’obtenir.

Exemple : vous voulez donner à un portrait un rendu plus lumineux, nettoyer les défauts de la peau, corriger les yeux rouges et mettre les lèvres en évidence ? Dans un logiciel traditionnel il vous faut savoir quels outils utiliser, apprendre à les maîtriser (outils de traitement global, de retouche locale, de clonage, de déformation des volumes).

Avec Luminar 4 l’approche sera bien plus simple : vous utiliserez les fonctions d’amélioration d’un portrait, ce qui consistera à déplacer quelques curseurs identifiés de façon claire (« éclairage du portrait », « réduction des yeux rouges », « amincissement du visage », …)  tout en vérifiant que le résultat vous satisfait, sans avoir à chercher quel est l’outil à utiliser et comment il s’utilise.

Les puristes diront que c’est une approche réductrice qui ne facilite pas l’apprentissage du post-traitement, les utilisateurs moins experts (ou plus pressés) trouveront là matière à sublimer aisément et rapidement leurs images. Au final ce qui compte n’est-il pas d’obtenir le résultat attendu rapidement et facilement ?

Luminar 4 : l’intégration de l’intelligence artificielle, un mal pour un bien ?

Principe et limites

Je n’ai jamais aimé l’expression « Intelligence artificielle » (IA pour les intimes) que je trouvais vide de sens depuis que l’on en parle en informatique. Si c’est artificiel ce n’est « pas conforme à la réalité » et en photo c’est la porte ouverte à tout et n’importe quoi. J’ai toujours préféré développer ma propre intelligence (!) qu’utiliser celle d’un ordinateur dont je ne connaissais pas les codes.

J’ai commencé à changer d’avis avec les premières déclinaisons des moteurs d’intelligence artificielle comme Sensei chez Adobe, intégré à Lightroom. Ces nouveaux moteurs laissent l’utilisateur garder le contrôle mais accélèrent les traitements et les facilitent. Plus rapide et plus simple, ce n’est pas pour me déplaire.

Dans Luminar 4 j’ai pu faire ce constat : je sais intervenir sur le rendu proposé par le moteur d’IA, en observant le résultat proposé et en l’adaptant à ma guise. Vous allez me dire que cela peut se faire de la même façon avec les outils traditionnels et vous aurez raison. La différence majeure ici, c’est que l’intelligence artificielle effectue à notre place des traitements avancés, coûteux en temps et demandant des compétences pointues.

Remplacer un ciel

Certains vont crier au scandale car remplacer un ciel, c’est du graphisme, de la retouche photo, de la triche et en aucun cas un simple post-traitement. Je suis d’accord, mais reconnaissez aussi que quand vous faites des photos par temps maussade, que le ciel uniforme, souvent surexposé, transforme vos souvenirs de vacances en aplat de gris, vous n’êtes pas aux anges.

Certains diront que « la photo c’est comme ça, on fait avec ce que l’on a » tandis que d’autres diront « c’est vrai, mais mes souvenirs de vacances n’ont pas de prix et j’aimerais bien avoir des images plus sympas ».

Avec la fonction de remplacement de ciel de Luminar 4, vous n’allez pas vous transformer en serial photoshoppeur (c’est possible mais à éviter), mais vous allez pouvoir redonner un peu de vigueur à vos images dont les ciels sont quelconques. C’est vous qui fixez les règles : quel type de rendu vous souhaitez pour votre ciel, avec quelle colorimétrie et quelle intensité.

L’exemple ci-dessous vous montre ce qu’il est possible de faire en quelques secondes :

Luminar 4 IA Remplacement de ciel

Luminar 4 : avant traitement du ciel par le module « IA Remplacement du ciel »

Luminar 4 IA Remplacement de ciel

Luminar 4 : après traitement du ciel par le module « IA Remplacement du ciel »

Améliorer un portrait

Un portrait mérite souvent quelques retouches légères pour être plus agréable, sans tomber dans les excès de la photo de mode et de la retouche beauté.

Avec Luminar 4, en quelques clics, vous donnez à un portrait un rendu satisfaisant sans dénaturer le résultat. Certaines fonctions comme la modification du visage sont possibles (ne pas en abuser !), cela se fait en quelques clics alors qu’il faut une connaissance approfondie de Photoshop pour faire de même.

Luminar 4 : avant traitement du portrait par le module « IA Portrait »

Luminar 4 : après traitement du portrait par le module « IA Portrait »
nettoyage de la peau, éclaircissement, accentuation de la structure, amincissement du visage (pour la démo !)

Je vous propose la démo officielle Skylum pour en voir plus, elle illustre mieux que mes photos la correction d’un portrait mode/life style :

Ajuster la structure de certaines zones uniquement

Vous avez déjà utilisé le curseur de clarté et de texture de votre logiciel ? Ces outils permettent d’accentuer les détails dans l’image, mais leur principal inconvénient est qu’ils modifient toute l’image quelle que soit la zone que vous souhaitiez traiter initialement. il faut alors utiliser des masques, c’est plus long.

Dans Luminar 4 vous allez pouvoir modifier la structure d’une zone particulière sans que le reste de l’image ne soit modifié. C’est l’intelligence artificielle qui analyse l’image, détecte les zones qui ne doivent pas bénéficier d’un surplus de structure (par exemple les zones sombres pour lesquelles le bruit peut monter) et n’ajuste que celles qui le méritent. Vous pouvez ajuster l’effet et décider du rendu final, ce type de traitement est rapide et simple à appliquer.

Luminar 4 IA structure

Luminar 4 : avant traitement par le module « IA Structure »

Luminar 4 IA structure

Luminar 4 : après traitement par le module « IA Structure »
le logiciel a augmenté la structure sur les rochers et l’eau sans toucher au personnage

De Luminar 3 à Luminar 4

Skylum dévoile petit à petit les fonctions avancées de Luminar 4 (j’en teste certaines dont je n’ai pas encore le droit de parler), et s’assure en parallèle que les performances du logiciel ne souffrent pas de l’intégration de ces éléments. La dernière version de Luminar 3 a bien amélioré la réactivité du logiciel qui s’avère désormais suffisamment fluide et rapide pour être utilisé au quotidien sans peine si votre ordinateur est au niveau. Luminar 4 devrait améliorer encore ces performances, je le constate sur ma machine de test en version beta (donc non finalisée).

Tout comme lors du passage de Luminar 2018 à Luminar 3, Skylum a mis en oeuvre une politique tarifaire facilitant la migration :

  • la précommande de Luminar 4 vous permet de disposer du logiciel à un tarif préférentiel dès qu’il sera annoncé,
  • la migration de Luminar 3 à Luminar 4 sera moins onéreuse que le premier achat du logiciel,
  • la cohabitation de Luminar 3 et 4 sera rendue possible, avec un tarif préférentiel si vous souhaitez utiliser les deux.

Faut-il choisir Luminar 4 ?

Si Luminar a été annoncé courant 2018 comme un possible concurrent de Lightroom, sachez que ce n’est pas la stratégie de Skylum en 2019 que d’aller dans cette direction et de proposer un offre identique.

Skylum a très bien compris que Lightroom a 10 ans d’avance, que certaines fonctions (comme le catalogue) sont très complexes à réaliser et qu’il leur faudrait des années pour faire aussi bien.

D’autres développements demandent une architecture et des services que seul Adobe sait proposer aujourd’hui (par exemple les applications mobiles et la synchronisation cloud, les fonctions de galeries en ligne, la gestion et l’hébergement de votre site web, …).

Luminar 4 n’est donc pas pensé comme un concurrent de Lightroom mais comme un complément qui offre des fonctions uniques. Luminar Flex annoncé en début d’année allait déjà dans ce sens, Flex offre des plugins pour Lightroom et Photoshop et utilise le moteur de Luminar 3 pour traiter les photos gérées dans le catalogue Lightroom Classic.

Si j’en crois ce qui m’a été confié, Skylum ne souhaite pas proposer de services cloud et d’applications mobiles dans un avenir proche ni un gestionnaire de catalogue aussi évolué que celui de Lightroom. L’éditeur préfère compléter l’offre Adobe, être partenaire plutôt que concurrent.

Luminar 4 va vous intéresser si :

  • vous utilisez déjà Luminar 3 et souhaitez disposer des fonctions d’intelligence artificielle à venir,
  • vous utilisez Luminar 2018 ou Luminar 3 avec peine car l’apprentissage est complexe,
  • vous souhaitez un logiciel de traitement RAW simple à utiliser mais performant,
  • vous êtes plus attaché au résultat qu’à la méthode pour l’atteindre,
  • vous maîtriser le classement et le tri de vos photos dans un environnement indépendant (Windows, MacOS, outil dédié) et n’utilisez pas de catalogue évolué,
  • vous ne voulez pas d’un abonnement mensuel.

Luminar 4 va moins vous intéresser si :

  • vous utilisez Lightroom Classic sans difficulté et sans autres besoins,
  • vous voulez disposer d’un catalogue évolué,
  • vous maîtrisez Photoshop pour la retouche avancée,
  • l’abonnement mensuel ne vous dérange pas,
  • vous préférez traiter vos images pas à pas en combinant les outils techniques plutôt que d’utiliser des automatismes évolués.

Je vous laisse réagir via les commentaires, je peux répondre à certaines questions sur Luminar 4 mais pas à toutes encore, tentez votre chance !

En savoir plus sur la version 4 de Luminar …

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET SHARE PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour vous aider à faire les bons choix, bien utiliser votre appareil photo et apprendre la photo.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


41 Commentaires sur "Luminar 4 : faciliter le post-traitement, intégrer la retouche photo et étendre les possibilités créatives "

  1. Bjr, Je viens d’acquérir un Z6 en travaillant sur LR6 (je refuse le cloud + l’abonnement) sous Mac OSX 13) et Nikon View+Capture ; expérimenté, je m’émerveille du capteur du Z6 mais… pas possible de faire apparaître la carte mémoire sur le bureau pour la gérer manuellement ni, surtout d’importer les images NEF du Z6 dans LR6. Très créatif j’apprécie l’IA des « remplissages » de Photosphop (je crée des perspectives impossibles) et le Deep Dream de Google/Nik Collection… que peut m’apporter Luminar 4 ? Techniquement les logiciels Nikon me satisfont… sauf qu’ils ne sont pas intégrés et que je dois désormais convertir mes fichiers raw avec DNG Converter pour travailler dans ma photothèque ?
    Merci de votre réponse à venir, cordialement de Jean-Paul

    • Convertir en DNG n’est pas du tout obligatoire, comme tout logiciel il faut savoir faire les mises à jour quand on change de boîtier sans quoi les RAW ne s’ouvrent pas, c’est logique.
      Pour Luminar 4 j’ai décrit ses apports dans l’article.

  2. Bonjour
    Ou s’inscrire pour Luminar 4 pour avoir le prix de « précommande » de ce logiciel
    Merci pour l’info

  3. Peux-t-on utiliser Luminar 4 comme complément à lightroom, pour un traitement plus avancé, comme dans photoshop, mais plus simple en utilisation et gains de temps ?
    Afin de faciliter le post traitement et de garder plus de temps pour la prise de vues.

  4. Bonjour,
    Je possède Luminar et j’ai « investi » à l’avance dans cette version de Luminar 4…
    Je reçois chaque jour, ou presque, une information quant aux merveilles que permettront cette nouvelle mouture.
    Par contre cette sortie de Luminar 4 semble tarder…
    Espérons que c’est pour l’automne 2019 et non pour 2020…

  5. bonsoir a vous …
    Tellement accro a capture NX2 … tellement déçu par la défection de Nikon .(.j’ai même fait une incursion chez fuji pour cette raison) …. j’ai longtemps cherché un logiciel simple .(simple ….pour moi cela veut dire pas d’importation où le logiciel fait ce qu’il veut … et dont je ne comprends pas la logique … ) .. et à un moment j’ai switché sur luminar …. un peu déçu au début … et cela s’améliore regulierment …. (bon les U point… j’adorais…et il n’y aura pas … ) … et maintenant mon logiciel principale..
    on peut aussi bien faire du vrai développement …comme se laisser aller sur des trucs bizarres …. silver effect fonctionne très bien dessus ….. et comme pas franchement le temps de switcher sur tout un tas de trucs ……
    et bien je dirais …Merci M’sieur Skylum et longue vie a vous …
    ..L’IA … plutôt pas si mal … tant que l’on peut garder la main ….
    la V4 ben déjà pré commandée ….:)
    Merci Jean-Christophe pour tes articles ….j’y viens de façon plutôt aléatoire mais je dois dire toujours bien fait ….

  6. Grand merci pour cette présentation ! Je ne me suis pas abonné à LIghtroom car compte tenu de la faible fréquence de mes post-traitements je ne l’amortirais pas. Luminar me tente, j’attends sagement la version 4.

  7. Utilisateur occasionnel de LUMINAR 3, mais surtout de DxO Photolab, je suis freiné sur l’apprentissage et l’usage de LUMINAR faute d’aide en français.
    Avec LUMINAR 4, vais-je enfin disposer d’une aide en français ?

  8. Merci Jean Christophe
    J’utilise Luminar 3 derniere version.
    Je compte passer en Luminar 4 des que possible si ce n est pas trop cher. Apparemment il y aurait des conditions tarifaires intéressantes. A suivre
    Ton article est très intéressant sur le fonctionnement de L4 et de sa facilité d utilisation. A tester quand on ne veut pas s embêter ….

  9. bonjour,
    Tout comme ON1, Skylum fait de gros efforts pour apporter des nouveautés et Luminar4 possède un nombre incroyables de nouvelles fonctions très puissantes. Lightroom est à la traîne. un curseur de plus tous les deux ans… mais impossible dans LR de réaliser des cross processing, LUT (pas profil), des textures,…
    Ce qui m’ennuie chez Skylum c’est qu’ils sautent d’une nouveauté à l’autre et ne finissent pas les précédents.
    sous win10 je ne sais toujours pas afficher les clippings avec la touche ALT, les perspectives sont trop simples, pas de auto dans raw develop, pas de pinceau et gradient multi curseur (il faut 5 filtres pour replacer un pinceau de LR), pas de multi clic pour la balance des blancs, pas de détection de contour pour le pinceau,… donc pas possible de quitter LR.

    • Lightroom à la traine, tu es bien le seul à penser ça. Luminar part dans d’autres directions, c’est la différence que l’on perçoit déjà avec Luminar 4.

      • je ne crois pas.
        je suis un adepte de LR et retouche chaque photo avec LR et des presets de serge ramelli, Mattk, Kelby, … mais ça stagne à un moment.
        il faut faire un color grading autre que le split toning, faire un blend mode, changer un ciel, ajouter un bokeh, faire un noir et blanc type gradient map ou sylver efex pro2… ce que l’on trouve dans ON1 2020. de meilleurs luminosity maskings, des hsl localisés,… mais comme je le dis, LR est un excellent front end.

      • d’autre part je pense qu’il ne faut pas être chauvain.
        quand je retouche un raw dans ON1 2019/2020 beta, je ne vois pas la différence avec LR. par contre dès que j’applique dans ON1 un dynamic contrast avec masks, un golden hour, un cross processing,… là je vois la différence et la puissance des autres softs par rapport au curseur texture de LR et, en non destructif par rapport à lancer on1 de LR qui crée un tif de 120MB.

  10. Jean-François Boujol | 29 septembre 2019 à 11 h 56 min | Répondre

    A priori cela ouvre beaucoup de possibilités avec l’IA.
    Mais les fonctionnalités de Luminar 4 sont-elles valables pour toutes les photos (jpeg…) ou uniquement pour les RAW ?

    • Plutôt le RAW bien évidemment, le JPG n’est pas un format fait pour le post-traitement.

      • Jean-François Boujol | 29 septembre 2019 à 14 h 24 min | Répondre

        Il n’y a pas très longtemps que je fais des prises RAW+JPEG. Mais j’ai un « stock » de JPEG. Je ne pourrai pas profiter des possibilités de Luminar 4 pour ces photos ? Ta réponse « Plutôt » me laisse un espoir.

        • salut,
          luminar 3 marche super bien avec les jpeg de mon iphone 8.
          il y a une catégorie de « looks » landscapes qui booste tes photos.
          hier j’ai téléchargé de facebook pour un copain une photo pourrie sombre de sa campagne et une première retouche dans LR avec auto et un gradient dans le ciel suivi de luminar 3 accent AI2+sky enhancer+golden hour et elle a eu un franc succès. faut pas l’imprimer en A3 évidemment 🙂

        • Tu peux traiter des JPG mais tu as tellement plus de possibilités avec le RAW qu’il vaut mieux favoriser ce format.

          • oui mais parfois on n’a pas le reflex avec soi et on a des jpg ou heic de smartphone. on ne pense pas toujours à utiliser la camera de LR mobile pour avoir des DNG qui d’ailleurs sont lourds à uploader sur le cloud en vacances

          • Jean-François Boujol | 29 septembre 2019 à 16 h 21 min |

            Ouf, je respire.
            J’avais un appareil qui ne connaissait pas le RAW. Et même au début avec mon D5000 je ne faisais que du jpeg. C’est depuis que je me suis mis à faire de la retouche que j’ai compris l’intérêt du RAW. Mais je suis heureux de pouvoir traiter mes photos jpeg même s’il peut y avoir certaines restrictions.

  11. Quand j’ai acheté Luminar 3 il était précisé que c’était une licence à vie et que je n’aurai plus rien à payer. Et là pour la mise à niveau vers Luminar 4 il faut payer 59 euros. Ca sent l’arnaque. Ils vont sortir un nouveau Luminar tous les six mois qu’il va falloir payer de nouveau ?

  12. Comme l’abonnement mensuel su LR me dérangeait je suis resté sur LRv6 puis je me suis tourné sur Luminar 3. Au début j’avais trouvé le traitement d’un fichier raw pas aisé par la superposition de filtres.. Avec Luminar 4 si le traitement est facilité c’est tant mieux mais je compte intervenir sur le resultat produit par l’IA. Remplacer la couleur du ciel ne m’intéresse pas préférant garder les couleurs originales du moment. Par contre pouvoir ajuster la structure de certaines zones uniquement , accentuer les détails en fonction du sujet sans avoir à créer des masques a attiré mon attention. Pouvoir agir sur le rendu final compte aussi évidemment. Au final si gain de temps et résultat optimal je suis partant.

  13. Merci beaucoup pour cette approche qui confirme mon choix. Étant débutant je consacre plus d’energie a la pratique photo qu’au développement proprement dit. Cependant j.aime avoir la possibilité de pouvoir influencer le résultat final. De plus a ce stade je remplis les 6 conditions de ton article pour être intéressé par LUminar 4. J’ai pré-commander LUminar 4..Pour finir, je profite de l’occasion pour te remercier pour le contenu de ta chaîne qui bien que n’etant Pas Nikoniste (personne n’est parfait), me captive depuis le début de mon apprentissage. J’y suis bien sûr abonné. Bonne continuation et au plaisir de te lire.
    Charlee

  14. Merci pour ce très bon résumé des nouveautés de Luminar 4.
    Si je suis passé sur Luminar 2018 et ensuite Luminar 3, c’était en révolte au système d’abonnement mensuelle de Adobe. Le sentiment d’être pris en otage. Luminar me semblait être une très bonne alternative à un prix raisonnable.
    Aujourd’hui je suis déçu par Luminar 3 et cela ne semble pas vouloir s’améliorer avec la nouvelle version. Si l’application fait bien le job, il est vraiment lent sur mon MacBook Pro dernière génération avec 16GB de RAM. En effet, le temps de réaction entre les différents réglages demande d’être patient pour voir le résultat (pas ce phénomène avec LR6); si cela n’est pas trop gênant pour 1 image, mais pour traiter toutes les photos de vacances ou voyages c’est galère. A ceci s’ajoute le temps d’exportation des images, en jpeg après traitement, qui lui aussi est très long.
    Si ces points on pourrait s’en accommoder vis-à-vis du prix de l’application, il y a un truc c’est si vous utiliser le « Magic Mouse » de Apple, là cela devient l’enfer. Cela peut faire sourire, mais je vous laisse imaginer que vous êtes en train de traiter une image et que sans raison l’application saute à l’image suivante, et quand cette dernière est enfin prête à pouvoir être édité (car c’est long aussi) pour que vous puissiez revenir à votre image d’origine il vous refait le même coup. Ce problème est largement connu sur le forum de Skylum, mais il ne semble pas vouloir corriger ce problème pour l’instant.
    Donc, je pense revenir à LR avec abonnement (pas le choix car j’ai un Nikon Z6, donc pas compatible avec LR6). Si l’abonnement semble un peu cher, cela reste raisonnable en comparaison de la photo argentique de l’époque (oui je suis assez vieux pour connaître ça).

    • Lightroom a 10 ans d’avance et ce n’est pas pour rien que les éditeurs concurrents abandonnent petit à petit l’idée de venir concurrencer Lightroom. Ils préfèrent proposer des solutions alternatives et complémentaires.

      • salut,
        LR n’a pas 10 ans d’avance, ils ont juste mis 10 and pour en arrivez là.
        il y a 20 ans j’utilisais déjà photoshop.
        NX2+color efex 3 était nettement plus performant que LR1.4,… qui était une daube.
        LR a été poussé par des gens comme Kelby « pour les photographes, par les photographes » mais qui d’autre que Nikon peut le mieux exploiter ses raw ? mais adobe c’est une suite et beaucoup de marketing.
        les algorithmes de debruitage dans LR ont fait parler d’eux quand Hogarty (pas sûr) est mort. imagenomic noiseware était déjà là !

  15. Bonjour,

    Est-ce que le prix de Luminar 4 est définitif ? Ou alors, le prix sera sous forme d’abonnement ?

    Cordialement,

  16. Je suis un utilisateur LR/PS, et je suis très satisfait de cette plateforme.
    D’accord, cela me coute 144€ par an, ce n’est pas rien pour un hobby, mais ce n’est pas tant en comparaison avec le matériel photo dont je dispose (appareils, objectifs, accessoires divers).

    Pour cette raison, je n’ai aucune raison de changer pour un logiciel qui n’aurait même pas les fonctions de catalogage de LR, et qui coûte tout de même une soixantaine d’euros par an si on tient compte des mises-à-jour majeures qui sont proposées.

    En bref, pour être attractif, Luminar devrait constituer une alternative allégée mais crédible à LR/PS; dans le cas contraire, je crains que sa popularité reste limitée.

    N.B. Je suis un peu agacé à ce que je trouve sur leur site « Looks Inspiration », en plus du logiciel: s’agit-il d’un module externe LR? Ils pourraient être un peu plus clairs!

  17. Bonsoir, connaissez vous le tarif de cette nouvelle version ?

  18. Je suis passé de Luminar 2018 à Luminar 3 et j’en suis très satisfait.
    Oui, mon PC plante régulièrement dès que je travaille trop sur L3. Va falloir que je remanie tout ça afin d’avoir une bécane très réactive, comme à ses débuts.
    Donc, si vous n’avez pas un foudre de guerre comme PC réfléchissez d’abord avant de foncer.
    Visiblement ça vieillit (mal) ça aussi 🙂
    Si financièrement le passage de L3 à L4 n’est pas monstrueux je franchirais le pas sans hésiter.
    Ce que je retiens, en plus des nouveautés, c’est le côté « facilité » du travail avec L4.
    Quand on a été élevé au grain, on a du mal a assimiler les produits modernes.
    Autre avantage de Skylum, l’absence d’abonnement mensuel.
    Je trouve ce système juste scandaleux dans beaucoup de domaines !
    On vous force tous les mois à sortir une somme d’argent qui rend votre produit basique en objet de luxe (injustifié)
    Alors oui vous allez me répondre que ça en arrange beaucoup. Et c’est tant mieux.
    Mais voila pourquoi je n’ai jamais eu de logiciel de traitement payant avant Skylum.
    Je ne pouvais pas les payer tous les mois. Puis au final prendre le risque de ne plus rien avoir le jour où j’arrête de payer. Puis quand on fait le bilan au bout d’une année le logiciel (ou autre chose) on l’a payé deux fois !
    En conclusion, oui je ne serai jamais un grand photographe et encore moins un grand « bidouilleur » d’images.
    Puis comme je le dis toujours, dans toutes les formes d’art, la sincérité est toujours préférable à la qualité.
    Donc je suis tout ça de prêt et merci pour les articles et tests Skylum.

  19. Le « user centric » c’est ce que fait Perfectly Clear depuis des années…