Luminar AI : choisissez, améliorez, partagez

Skylum, l’éditeur du logiciel photo Luminar 4, annonce Luminar AI, une nouvelle génération de logiciels photo à destination des créatifs, communicants comme photographes.

Note : cet article est mis à jour en fonction des informations données au fil de l’eau par Skylum, et en attendant la disponibilité du logiciel pour évaluation.

Luminar AI se veut une rupture dans le monde des logiciels photo. S’appuyant sur des moteurs d’intelligence artificielle apprenants et de recommandation, Luminar AI est pensé pour faire gagner du temps et étendre les capacités créatives de ses utilisateurs.

Luminar AI : choisissez, améliorez, partagez

Précommander Luminar AI au meilleur prix

Luminar AI : le contexte

En 30 ans, depuis l’apparition de Photoshop en 1990, le monde des logiciels photo a peu évolué. Certes, les fonctionnalités sont plus nombreuses, la puissance des logiciels est décuplée. Mais le processus de traitement d’une photo est resté le même.

Chaque logiciel, y compris Luminar 4, est une boîte à outils qui vous permet d’obtenir le résultat attendu à l’aide de différentes opérations à maîtriser. Mieux vous savez utiliser le logiciel, plus vous savez ce que vous voulez obtenir, meilleurs sont les résultats.

Un premier pas vers plus de facilité a été fait dans les logiciels les plus récents (Lightroom, Photoshop, Luminar 4 par exemple) qui incluent des fonctions pilotées par l’intelligence artificielle (AI). Photolemur, racheté par Skylum, proposait une approche semblable. Toutefois cette intelligence ne se substitue pas à l’utilisateur. Celui-ci reste maître de ce qu’il fait et du résultat final.

Certains utilisateurs de logiciels photo ont des besoins éloignés de ceux des photographes experts et pros. Ils veulent un résultat rapide et pertinent sans devoir apprendre à maîtriser les nombreuses fonctions de traitement. Parce que ce n’est ni leur passion ni leur métier, mais aussi parce que cela prend du temps.

Luminar AI vient répondre à cette problématique en proposant :

  • un gain de temps grâce aux pouvoirs de l’intelligence artificielle,
  • la capacité à finaliser le travail sans autre assistance,
  • une aide à la créativité lorsqu’on est en manque d’inspiration,
  • l’absence d’apprentissage long et coûteux,
  • la mise à disposition de fonctions créatives évoluées.

Des exemples de fonctions

Pour le portrait

Luminar AI traitement portrait

Les fonctions Corps AI et Visage AI permettent de travailler les portraits :

  • améliorer le rendu des yeux pour qu’ils soient plus expressifs avec Iris AI,
  • éliminez  les imperfections et les défauts avec Peau AI.

Pour le paysage

Luminar AI traitement paysage

  • ajouter de la profondeur et des détails au ciel avec Atmosphère AI,
  • transformer une photo et ajouter un nouveau ciel en quelques secondes avec Ciel AI,
  • apportez de la chaleur avec l’heure dorée ou amplifier l’apparence du soleil avec les rayons solaires.

Mais aussi …

  • Structure AI permet d’ajouter plus de détails et de texture,
  • Composition AI permet d’adapter le recadrage et de corriger les images
    mal orientées,
  • Accent AI permet d’ajuster l’exposition et les couleurs.

Luminar AI : les principes

Oubliez ce que vous savez des logiciels photo quand vous vous intéressez à Luminar AI. Les menus et leurs nombreuses fonctions disparaissent, l’apprentissage long et complexe des multiples opérations de traitement est un lointain souvenir, l’automatisme incontrôlé (tels les filtres Instagram) n’est pas le sujet.

L’interface de Luminar AI est dépouillée. La barre de fonctions supérieure ne comprend que 4 onglets qui vous donnent accès :

  • au catalogue regroupant vos visuels et ressources,
  • aux modèles (la notion de Looks de Luminar 3/4 est étendue),
  • à l’édition du résultat (la personnalisation que vous allez apporter),
  • à la publication directe de vos visuels.

Interface utilisateur de Luminar AI

Luminar AI : exemple de traitement avec Luminar AI
(interface utilisateur non définitive)

Pour être très transparent avec vous, lors des visio-conférences de présentation du logiciel, je n’ai pu en savoir beaucoup plus sur cette interface car Skylum lui apporte encore des modifications et ne souhaitait pas dévoiler des écrans non définitifs. Je mettrai à jour cet article dès que je pourrais avoir des copies d’écran définitives, ce qui ne saurait tarder.

La démarche d’utilisation de Luminar AI est alors la suivante :

  • vous choisissez dans le catalogue un fichier source (photo ou autre illustration) à partir duquel vous désirez obtenir votre résultat final,
  • vous ouvrez la photo dans Luminar AI,
  • le logiciel vous recommande un rendu (un des modèles) grâce au moteur de recommandation qui a analysé votre photo,
  • vous vous contentez de ce rendu ou vous l’améliorez depuis le menu d’édition, à l’aide de curseurs et de la visualisation temps réel du résultat,
  • si le résultat vous satisfait, vous pouvez créer un nouveau modèle à partir du rendu que vous venez d’obtenir,
  • vous partagez le résultat depuis l’onglet de publication (les principaux services web et réseaux sociaux sont prévus).

Nul besoin de savoir traiter une image, d’être graphiste, ou d’y passer des heures. Luminar AI masque la difficulté technique pour vous donner un résultat rapide.

L’utilisateur remplacé par l’AI ?

Votre première réaction devrait être la même que la mienne : mais alors, le logiciel et son moteur AI vont décider à ma place de ce que je vais obtenir ? Ils vont m’imposer des résultats clinquants et des couleurs saturées parce que c’est la mode ?

J’ai bien évidemment posé la question aux équipes en charge du développement de Luminar AI, car elle est d’importance. En matière de logiciels, innover pour proposer une nouvelle approche je veux bien. Me priver de la possibilité de choisir ce que je fais, pas question.

La réponse est non, Luminar AI n’impose rien. Il se contente de faciliter la vie de ceux qui :

  • ne savent pas toujours ce qu’ils veulent obtenir,
  • ne savent pas comment l’obtenir,
  • n’ont pas envie d’y consacrer du temps parce que ce n’est ni leur métier ni leur occupation principale.

Quelques cas concrets

Un photographe amateur a compris que le format RAW lui offre plus de possibilités de post-traitement que le JPG mais ne sait pas comment traiter ce RAW. Il n’a pas les connaissances requises, et ne veut pas passer du temps à apprendre le post-traitement.

Il peut alors ouvrir ses fichiers RAW dans Luminar AI qui va lui proposer les rendus les plus adaptés à ses photos en les ayant analysées au préalable. L’utilisateur garde le contrôle sur le résultat final.

Un responsable communication doit produire des visuels pour illustrer une campagne web. Il dispose d’un ensemble de photos à partir desquelles il doit produire des images dont l’esprit correspond à celui de la campagne.

De façon traditionnelle, il doit traiter ces images dans Photoshop ou tout autre logiciel photo pour leur donner le rendu attendu : colorimétrie, nettoyage des indésirables, format, ambiance, … C’est long et cela demande un savoir-faire que tout le monde n’a pas.

Luminar AI va aider cette personne à arriver au résultat final grâce à un ensemble de modèles et une intelligence artificielle tenant compte des attentes de la personne et de ce qu’elle aura déjà produit auparavant (le moteur de recommandation tient compte de l’historique).

Un influenceur sur les réseaux sociaux (Instagram par exemple) doit publier des images dans un contexte précis, pour répondre aux attentes d’une marque comme pour se mettre en situation. Il doit le faire vite et bien, respecter les codes établis (les siens ou ceux de ses clients).

Là-aussi, de façon traditionnelle, il lui faut passer du temps devant son écran pour caler ses images, leur donner le rendu attendu, respecter les codes. C’est long, ce n’est pas le plus intéressant à faire et c’est pour ces raisons aussi que Luminar AI a été pensé.

Le logiciel va lui permettre d’arriver très vite au bon résultat et de le publier dans la foulée.

Et le photographe dans tout ça ?

Par définition, le photographe expert comme professionnel a un savoir-faire, sait ce qu’il veut obtenir, maîtrise ses outils logiciels. Il n’est pas la première cible de Luminar AI.

Ce que n’a pas toujours le photographe, d’autant plus l’amateur, c’est l’idée du résultat. Lorsqu’on débute en post-traitement, on ne sait pas toujours quel rendu donner à nos images, pourquoi, comment. Ce n’est pas qu’une question d’outils, c’est une question de culture photographique et de savoir-faire.

Dans ces cas là, Luminar AI peut être une réponse. Force de proposition (le logiciel comporte un moteur de recommandation), Luminar AI  accélère la production de l’image finale. Charge au photographe ensuite de développer ses connaissances, d’apprendre à savoir ce qu’il veut. Il peut aussi se contenter d’utiliser un logiciel qui lui permet de passer plus de temps en prise de vue et moins devant son ordinateur.

Luminar AI : le remplaçant de Luminar 4 ?

Pour Alex Tsepko, le CEO de Skylum que j’ai interrogé (lire mon précédent interview aussi), Luminar AI n’est pas la nouvelle version de Luminar 4 (par exemple Luminar 5).

Luminar AI se veut autre chose : une nouvelle génération de logiciels photo, où la facilité à atteindre le résultat prime sur les outils et le temps passé.

Toutefois Skylum n’a pas la capacité à faire vivre plusieurs gammes de produits indéfiniment, aussi Luminar 4 va recevoir des mises à jour de maintenance jusqu’en fin 2021 avant de laisser sa place à Luminar AI qui devrait arriver début 2021.

Ensuite Luminar 4 continuera à fonctionner, tout comme Luminar 2018 ou Luminar 3 le font encore, mais ne recevra plus de nouvelles fonctionnalités. S’agissant de moteurs de traitement différents, il n’existera pas de possibilité de migrer de Luminar 4 vers Luminar AI.

Introduction à Luminar AI

Skylum vous propose un avant-goût de ce qu’est Luminar AI, de l’esprit dans lequel le logiciel est pensé. C’est un teaser plus qu’une démo, vous allez rester sur votre faim mais jetez un œil quand même :

Luminar AI : disponibilité, tarifs

Luminar AI sera disponible en tant qu’application autonome et plug-in (Lightroom 6, Classic, Photoshop, Photos) pour macOS 13 et Windows 10, via une licence perpétuelle (sans abonnement) tout comme Luminar 4.

Le logiciel sera disponible en français comme dans plusieurs autres langues, en précommande au tarif spécial lancement de 69 euros (pour les 30.000 premières commandes) puis de 79 euros.

Chaque précommande vous donnera le droit d’accéder à la communauté des « early adopters » ou primo-accédants. Les équipes de Skylum y proposent des ressources, leur assistance et leur écoute. Skylum tient à développer cette nouvelle offre en toute transparence, en tenant compte des attentes des premiers utilisateurs. La tarification comprend une garantie de remboursement de 30 jours.

Précommander Luminar AI au meilleur prix

Source : Skylum

Partager cet article sur les réseaux sociaux

SHARE TWEET PIN
comment utiliser le catalogue Lightroom - tutoriels vidéos

About the Author

Jean-Christophe Dichant
J'ai créé Nikon Passion en 2004 pour partager ma passion. REJOIGNEZ MA LISTE DE CONTACTS PERSOS et recevez des conseils pratiques et motivants.

Merci de remplir les champs ci-dessous pour laisser un commentaire.

Votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publique.


*


9 Commentaires sur "Luminar AI : choisissez, améliorez, partagez"

  1. Bonjour,

    Jean-Christophe, j’ai un grand respect pour vous et je suis ici chez vous. La communication sur Luminar 4 ne dit pas ouvertement quelle remplace Photoshop et Lightroom, mais franchement lisez bien à fond ce qu’ils disent et vous comprendrez ce que je veux dire.
    Mais attention, je ne porte pas de jugement sur les produits, même si je pense qu’un éditeur de logiciel devrait soigner ses versions avant d’en sortir une autre. Pour le reste, après tout, nous ne sommes pas incultes, et chacun doit savoir faire la part des choses.
    Cordialement,

    Kris

  2. Bonjour,
    J’ai essayé Luminar 4 (et acheté pour le décrire dans mon blog). A moins de disposer d’une photothèque d’objets ou de couchers de soleil, le risque est de voir une multitude de photos avec le même ciel. Car même le premier lot de ciel vendu par Skylum comporte peu d’exemples dont le même ciel, plus ou moins recadré ou dupliqué en miroir.
    Ce n’est pas une critique, il est certain qu’il y a une clientèle pour ce logiciel et pareil pour la version AI et c’est bien pour ceux qui s’en contenteront.
    Par contre, là ou je critique c’est sur la com qui laisse entendre que ces logiciels remplacent Photoshop ou Lightroom. Non pas que les utilisateurs confirmés de ces logiciels franchiront le pas, mais, que dire cela, attirera des amateurs ou des experts qui perdront leur propre libre arbitre dans la création tellement c’est facile, mais monotone.
    Enfin, Skylum doit aussi veiller à faire fonctionner ses logiciels correctement, j’ai souvent des retours sur des bugs. Exemple, le logiciel 4 qui ne lance que la première photo et puis bloque ou les utilisateurs de Photoshop qui voient bien Luminar 4 dans les filtres, mais dont le clic ne débouche sur rien.
    Original donc, mais finalement peu créatif contrairement à la pub et aux attentes.
    Salutations amicales

  3. Bonjour Jean-Christophe,

    Je vous remercie pour votre réaction rapide à mon mail.
    Toutefois, je n’ai pas, dans mon mail initial, indiqué que ces informations sont des « rumeurs ».
    Je comprends, par contre, qu’attribuer le terme « rumeur » à des informations peut être une technique aisée pour couper court à toute discussion surtout si ces informations sont déplaisantes.
    Dans notre cas, et contrairement à une « rumeur », les information dont je vous ai fait part sont des informations écrites -et- publiées par l’éditeur Skylum de Luminar lui-même.

    Voir leurs FAQ à: https://skylum.com/fr/luminar-ai

    Quelques extraits de ce FAQ (entre «  », les textes copiés/collées de Skylum):

    Luminar Ai vs. Luminar 4:
     » Continuerez-vous à fournir un support pour Luminar 4 ?
    Nous prévoyons de livrer des mises à jour de compatibilité et de performances pour Luminar 4 pendant une année après la sortie de LuminarAI. »

    Backward compatibility:
    « Vais-je pouvoir faire migrer mon catalogue Luminar 3 / Luminar 4 vers LuminarAI ?
    LuminarAI est un tout nouveau programme, entièrement repensé. Ce n’est pas une mise à niveau depuis une version précédente de Luminar. De plus, nous suggérons de traiter LuminarAI comme une alternative à tous les éditeurs de photos traditionnels, y compris Luminar 4. De ce fait, vous ne pourrez pas déplacer votre catalogue (Luminar 4) directement vers LuminarAI. »

    Cordialement,
    Eric

    • Skylum est coutumier du fait, chaque version majeure est un produit indépendant. Toutefois, pour avoir posé la question au CEO directement, rien n’est encore précisé de façon définitive. Ils avancent en fonction des réactions du marché. Ce qui est écrit ci-dessus est sujet à modifications.

  4. Jusqu’à très récemment je croyais, comme cet article semble le sous-entendre, que c’était Lightroom qui avait défriché le domaine du logiciel de traitement de fichiers RAW. Capture One était en fait déjà sur le terrain bien avant et les outils qu’il propose aujourd’hui sont impressionnants. Je serais intéressé par votre opinion à son sujet.

    • Le traitement RAW est apparu … avec le RAW. Capture One n’a rien inventé, ce n’est qu’un des logiciels qui permettent de traiter un RAW. C’est un outil qui adresse en priorité les besoins des professionnels du studio, à l’origine, et que l’éditeur vend aussi à tout le monde désormais. Très technique, mieux vaut bien savoir ce que l’on souhaite et comment l’utiliser, il n’est pas à la portée des plus débutants pour moi.

  5. Merci pour cet aperçu de ce nouveau logiciel. Instructif !
    J’ai aussi quelques informations (à vérifier) qui peuvent compléter celles que vous donnez. Celles-ci signalent qu’à terme Luminar AI sera le seul produit phare de Skylum et que Luminar 4 disparaîtrait dans un future proche (env. 1 an).
    Peut-être plus important, Skylum ne donnerait pas une possibilité d’importer dans LAI les travaux faits avec L4.
    Qu’en pensez-vous?
    Cordialement, Eric